Domination masculine. Patriarcat
 Marie-Victoire Louis

Hommes

Extrait de l’Abécédaire féministe

date de rédaction : 11/06/2024
date de publication : 11 juin 2024
mise en ligne : 11/06/2024
Voir et imprimer en PDF via pdf Print FriendlyAugmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteRecommander ce texte par mail

À la recherche du patriarcat…

L’abécédaire féministe, profondément revu, comporte dorénavant 24.012 items et 23 rubriques : I. Culture (1069) ; II. Droit (430) ; III. Êtres humains (1301) ; IV. Corps (576) ; V. Enfants (334) ; VI. Femmes (3345) ; VII. Hommes (1584) ; VIII. Relations entre êtres humains (894) ; IX. Famille (594) ; X. Féminisme (481) ; XI. Justice (1019) ; XII. Langage (1090) ; XIII. Patriarcat (783) ; XIV Penser (1691) ; XV. Politique (2605) ; XVI. Pornographie (173) ; XVII. Proxénétisme (462) ; XVIII. « Sciences » sociales (740) ; XIX. Démographie (36) ; XX. Économie (1123) ; XXI. Histoire (925) ; XXII. Sexes [Sexualité, Sexisme…] (277) ; XXIII. Violences (685) … et continuera d’évoluer.
* Ajout. 11 juillet 2023. XXIV. Dialogues (1797)

11 juin 2024

Cf. aussi : Femmes https://www.marievictoirelouis.net/document.php?id=1204&mode=last

VII. Hommes

En noir. Items nouveaux (et modifiés)

I. Homme : Homme (1, 2, 3, 4) ; Homme (L’) (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8) ; Homme (à Berlin Un) ; Homme (Assis) ; Homme (Athé) ; Homme (« Bien élevé ») ; Homme (« Chaud lapin ») ; Homme (« Changeant ») ; Homme (« Civilisé ») ; Homme (« Cohérent ») ; Homme (Comblé) ; Homme (Commensal) ; Homme « Couillon » ; Homme (Croix de guerre) ; Homme (« Homme-de-Culture ») ; Homme (Curieux) ; Homme (Cynique) ; Homme (« Dévorant ») ; Homme (Dépravé) ; Homme (Égoïste) ; Homme (Élégant) ; Homme (Eliot George) ; Homme (« Entortilleur de femmes ») ; Homme (Être supérieur) ; Homme (Fasciste) ; Homme (Ferme) ; Homme (Fernandez Dominique) ; Homme (Flaubert Gustave) ; Homme (Forçat) ; Homme (Forteresse) ; Homme (Garde-chiourme) ; Homme (Goncourt Edmond et Jules de) (1, 2) ; Homme (Goujat) ; Homme (Habile) ; Homme (Important) ; Homme (Indécis) ; Homme (Indomptable) ; Hommes (« Intéressé ») ; Homme (Jésus) ; Homme (« Jouisseur ») ; Homme (Lâche) ; Homme (Laid) ; Homme (« Lascif ») ; Homme (« Les femms’ y m’en faut, comme à tout l’monde ») ; Homme (« Comment se mettre en valeur ? ») ; Homme (« Machine à tuer ») ; Homme (« Meuble ») ; Homme (Militaire) ; Homme (« Normal ») ; Homme (Pantalon) ; Homme (« Papillonnant ») ; Homme (« Parvenu ») ; Homme (Patient) ; Homme (« Petit ») ; Homme (« Plaisir ») ; Homme (« Plein »): Homme (Possessif) ; Homme (Public) ; Homme (« Respectueux ») ; Homme (Sans regret) ; Homme (Sauvage) ; Homme (Simple) ; Homme (Sot) ; Homme (Suicide) ; Homme (Talmont Virginie) ; Homme (« Tendre ») ; Homme (Vasectomie) ; Homme (Vengeance) ; Homme (Veule) ; Homme (Vicieux) ; Homme (« Volage ») ; Homme (Zemmour Éric) ; (83)

II. Hommes (Féminisme) : Hommes (Féminisme) (1, 2, 3, 4, 5, 6) Par ordre alphabétique Butler (George) ; Candace (Gratien) ; Cohen (Leonard) ; Derogy (Jacques) ; D’Holbach (Paul Thiry) ; Dupeyroux (Jean-Jacques) ; Fellag ; Fourier (Charles) ; Frapié (Léon) ; Goldoni (Carlo) ; Ho Chi Minh ; Ibsen (Henrik) ; (Jablonka Ivan) ; Khleifi (Michaël) ; Kinugasa (Teinosuke) ; Laclos (Choderlos de) ; Lempert (Bernard) ; Margueritte (Victor) ; Marivaux (1, 2) ; Martin (George) ; Michel (Louise) ; Michelet (Jules) ; Milliez (Paul) ; Montéhus (Gaston) ; Montesquieu ; Neill (A. S) ; Poullain de la Barre (François) (1, 2) ; Rimbaud (Arthur) ; Rousseau (Jean-Jacques) (1, 2, 3) ; Saint-Just (Louis-Antoine de) (1, 2) ; Sankara (Thomas) ; Sfar (Joann) ; Stansfeld (James) ; Stendhal ; Stuart Mill (John) ; Tagore (Rabindranath) ; Talleyrand (Charles-Maurice de) ; Tesson (Sylvain) ; Tiller (George) ; Vian (Boris) ; Voltaire ; Winock (Michel) ; (53)

III. Hommes. (« Intellectuels ») : Hommes. « Intellectuels » (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13) ; Par ordre alphabétique Alain (1, 2) ; Althusser (Louis. Assassin de son épouse) (1) Par ordre chronologique (2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16) ; Aragon (Louis) (1, 2, 3) ; Aron (Raymond) ; Attali (Jacques) ; Audiard (Michel) ; Badiou (Alain) (1, 2) ; Balandier (Georges) ; Balibar (Étienne) (1, 2) ; Bataille (Georges) ; Ben Djelloun (Tahar) ; Bourdieu (Pierre) (1, 2) ; Breton (André) ; Bruckner (Pascal) ; Bruckner (Pascal) et Finkielkraut (Alain) (1, 2) ; Butor (Michel) ; Camus (Albert) ; Casanova (Jean-Claude) ; Castoriadis (Cornelius) (1, 2, 3) ; Césaire (Aimé) ; Chaunu (Pierre) ; Chestov (Léon) (1, 2, 3) ; Clavel (Maurice) (1, 2, 3) ; Clément (Jérôme) ; « Collaborateurs » ; Comte-Sponville (André) ; Constant (Benjamin) ; Cyrulnik (Boris) ; Debray (Régis) (1, 2, 3) ; Deleuze (Gilles) (1, 2) ; Derrida (Jacques) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9) ; D’Ormesson (Jean) ; Drieu La Rochelle (Pierre) (1, 2, 3) ; Finkielkraut (Alain) (1, 2, 3) ; Fraisse (Geneviève) ; Gallo (Max) ; Gide (André) (1, 2, 3, 4) ; Godelier (Maurice) ; Gorz (André) ; Halimi (Serge) ; Gramsci (Antonio) ; Gurvitch (Georges) ; Hassner (Pierre) ; Labrousse (Ernest) ; Lacan (Jacques) ; Lanzmann (Claude) ; Lefebvre (Henri) (1, 2) ; Lefeuvre (René) ; Leiris (Michel) ; Lévy (Bernard-Henri) ; Libera (Alain de) ; Löwy (Michael) ; Maistre (Joseph de) (1, 2) ; Malraux (André) (1, 2) ; Mann (Thomas) (1, 2) ; Mauriac (François) (1, 2) ; Michelin (François) ; Morin (Edgard) ; Mucchielli (Laurent) ; Onfray (Michel) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10) ; Paulhan (Jean) (1, 2) ; Renan (Ernest) ; Revel (Jean-François) ; Rosanvallon (Pierre) ; Sartre (Jean Paul) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4) ; Sollers (Philippe) ; Sorel (Georges) ; Staël (Germaine de) ; Thibon (Gustave) ; Tocqueville (Alexis de) ; Todd (Emmanuel) ; Tolstoï (Léon) ; Tournier (Michel) (1, 2, 3) ; Enseignants Université de Vincennes (1970) ; Valéry (Paul) (1, 2) ; Veyne (Paul) ; Hommes [et femmes] (Intellectuel-les) (1, 2) ; (159)

IV. Hommes (Journalistes. France. XXIème siècle) : Journaliste (1) ; Inconnu ; Par ordre alphabétique Auer (Nicolas) ; Bellamy (Olivier) (1, 2) ; Chalandon (Sorj) ; Couturier (Brice) (1, 2) ; Duhamel (Alain) (1, 2, 3) ; Gardette (Hervé) ; Garrigou-Lagrange (Mathieu) ; Garrigues (Jean) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10) ; Halimi (Serge) ; Joffrin (Laurent) ; Manière (Philippe) ; Mermet (Daniel) (1, 2, 3) ; Meyer (Philippe) (1, 2) ; Ono-dit-Biot (Christophe) (1, 2, 3) ; Poivre d’Arvor (Patrick) (1, 2) ; Pujadas (David) ; Ruquier (Laurent) ; Schneidermann (Daniel) ; Zemmour (Éric) (1, 2) ; Journalistes (Darmon Mickael, Leparmentier Arnaud et Elkabbach Jean-Pierre ; (44)

V. Hommes (« Modestes ») : Par ordre chronologique 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 , 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58, 59, 60, 61, 62, 63, 64, 65, 66, 67, 68, 69, 70, 71, 72, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84, 85, 86, 87, 88, 89, 90, 91, 92, 93, 94, 95, 96, 97, 98, 99, 100, 101, 102, 103, 104, 105, 106, 107, 108, 109, 110, 111, 112, 113, 114, 115, 116 , 117, 118, 119, 120, 121, 122, 123, 124, 125) (125)

VI. Hommes (Pères) : Cf. Patriarcat. Hommes. Pères

VII. Hommes (« Politiques ») : Hommes (« Politiques ») (1, 2) ; Par ordre alphabétique Abad (Damien) ; Abbé de Fleury ; Allègre (Claude) ; Badinter (Robert) ; Bayrou (François) ; Berger (Pierre) (1, 2, 3) ; Besancenot (Olivier) ; Bled (Bernard) ; Bourlanges (Jean-Louis) ; Brasillach (Robert) ; Castaner (Christophe) (1, 2, 3) ; Chateaubriand (François-René de) ; Chevènement (Jean-Pierre) ; (Chirac (Jacques) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5) ; Cohn-Bendit (Daniel) Par ordre chronologique (1, 2, 3) ; Courage ; Darmanin (Gérard) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6) ; Deferre (Gaston) ; De Gaulle (Charles) ; Delors (Jacques) ; De Villepin (Dominique) ; Dupond-Moretti (Éric) ; Eliot (George) ; Erdogan (Recep Tayyip) ; Fabius (Laurent) (1, 2) ; «; Ferrand (Richard) ; Fillon (François) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4) ; Foyer (Jean) ; Geismar (Alain) ; « Girouettes » ; Gorbatchev (Mikhaïl) ; Guaino (Henri) ; Guillaume (Marc) ; Hamon (Benoit) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6) ; Hollande (François) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6) ; Huissier ; Hulot (Nicolas) (1, 2) ; Jeanneney (Jean-Noël) ; Jobert (Michel) ; Jospin (Lionel) (1, 2) ; Joxe (Pierre) ; Juncker Jean-Claude) ; Lallement (Didier) ; Lamour (Jean-François) ; Landrieu (Bernard) ; Lanjuinais (Jean-Denis) ; Lassalle (Jean) ; Le Maire (Bruno) ; Le Pen (Jean-Marie) ; Louis (Joseph-Dominique) ; Macron (Emmanuel) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58, 59, 60, 61, 62, 63, 64, 65, 66, 67, 68, 69, 70, 71, 72, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84, 85, 86, 87, 88, 89, 90, 91, 92, 93, 94, 95, 96, 97, 98, 99, 100, 101, 102, 103, 104, 105, 106, 107, 108, 109, 110, 111, 112, 113, 114, 115, 116, 117, 118, 119, 120, 121, 122, 123, 124, 125, 126, 127, 128, 129, 130, 131, 132, 133, 134, 135, 136, 137, 138, 139, 140, 141, 142, 143, 144, 145, 146, 147, 148, 149, 150, 151, 152, 153, 154, 155, 156, 157, 158, 159, 160, 161, 162, 163, 164, 165, 166, 167, 168, 169, 170, 171, 172, 173, 174, 175, 176, 177, 178, 179, 180, 181, 182, 183, 184) ; Malraux (André) ; Martinon (David) ; Mélenchon (Jean Luc) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23) ; Mendès-France (Pierre) ; Mitterrand (François) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4) ; Montaigne ; Montebourg (Arnaud) ; Myard (Jacques) ; Nehru (Jawaharlal) ; O (Cédric) ; Osborne (George) ; Pasqua (Charles) ; Philippe (Edouard) (1, 2, 3) ; Plenel (Edwy) ; Retailleau (Bruno) ; Rocard (Michel) ; Sarraut (Albert) ; Sarkozy (Nicolas) (1, 2, 3) ; Smith (Adam) ; Soames (Christopher) ; Staël (Germaine de Staël) ; Strauss-Kahn (Dominique) ; Tolstoï (Léon) ; Toubon (Jacques) ; Tibéri (Jean) ; Valls (Manuel) Par ordre chronologique (1, 2, 3) ; « Vauriens » ; Védrine (Hubert) ; Vie-dite-privée (Cf. Êtres humains. Vie-dite-privée) ; Villepin (Dominique de) ; Weber (Henri) ; (343)

VIII. Hommes (Remarquables) : Par ordre alphabétique. Abbé Pierre ; Baldwin (James) ; Balzac (Honoré de) (1, 2) ; Barrault (Jean-Louis) ; Beaumarchais ; Boisset (Yves) ; Casanova (Giacomo) (1, 2, 3) ; Char (René) ; Cocteau (Jean) ; Daniélou (Jean) ; D’Annunzio (Gabriel) (1, 2) ; D’Ormesson (Wladimir) ; Doisneau (Robert) ; De Menthon (Pierre) ; Don Juan (1) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7) ; Dranem ; Dudevant (Casimir) ; Dumont (René) ; Charcot (Jean-Martin) ; Eichmann (Adolf) ; Engels (Friedrich) ; Ferry (Jules) ; Feyerabend (Paul) ; Fouché (Joseph) (1, 2) ; Genet (Jean) (1, 2, 3, 4) ; Goncourt (Edmond de) ; Grégoire XVI (Pape) ; Hitler (Adolphe) ; Hugo (Victor) (Booz endormi) ; Jésus ; Kadhafi (Mouammar) (1, 2) ; Laclos (Choderlos de) ; La Boétie (Étienne de) (1) Par ordre chronologique (1, 2) ; Lacan (Jacques) ; Lafargue (Paul) ; La Rochefoucauld (François de) (1, 2) ; Latouche-Tréville (Amiral) ; Lawrence (D. H) ; Léautaud (Paul) (1, 2) ; Leboyer (Frédérick) ; Liszt (Franz) ; Louis XIV (1, 2) ; Louis XVI (1, 2) ; Machiavel ; Maire (Edmond) ; Manceau (Alexandre) ; Manouchian (Michel [Missiak]) ; Marker (Chris) ; Marx (Karl) (1, 2) ; Michaux (Henri) ; Mouloudji (Marcel) ; Napoléon (1) Par ordre chronologique (1) ; Navalny (Alexeï) ; Nerval (Gérard de) ; Obama (Barak) (1, 2, 3) ; Orwell (George) ; Picasso (Pablo) (1, 2) ; Prévert (Jacques) ; Radcliffe (Cyril) ; Rappoport (Charles) ; Rathenau (Walter) ; Rodin (Auguste) ; Rossellini (Roberto) ; Rousseau (Jean-Jacques) (1, 2, 3) ; Saint François d’Assises ; Sainte-Beuve (Charles-Augustin) (1, 2) ; Schopenhauer (Arthur) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4) ; Scribe (Eugène) ; Semmelweis (Ignace Philippe) ; Simon (Michel) ; Staline (Joseph) ; Stendhal ; Talleyrand (Charles-Maurice de) ; Teilhard de Chardin (Pierre) (1, 2, 3) ; Tocqueville (Alexis de) (1, 2) ; Zweig (Stefan) ; (115)

IX. Hommes (« Grands ») : Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53) (53)

X. Hommes (« Grossiers » : (1, 2, 3, 4, 5) Par ordre alphabétique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52) Voltaire (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21) ; (70)

XI. Hommes : Hommes (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8) ; Hommes (Adultère) (1) Par ordre chronologique (1, 2) ; Hommes («-à-femmes ») (1) Par ordre chronologique (1, 2) ; Hommes (Accouchements) (1, 2) ; Hommes (Âgés) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11) ; Hommes (Amants) (1) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4) ; Hommes (Ambitieux) (1, 2) ; Hommes (Audacieux) ; Hommes (Autoritaires) (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8) ; Hommes (Avortements) (1, 2) ; Hommes (Avortements. Contraception) ; Hommes (Ayant perdu leurs pouvoirs sur une ou des femmes) ; Hommes (Ayant peur des femmes) (1, 2) ; Hommes (Balzac Honoré de) ; Hommes (Bander) (1, 2) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4) ; Hommes (« Battus ») ; Hommes (« Beaux-Parleurs ») (1) Par ordre chronologique (1) ; Hommes (« Bestiaux ») ; Hommes (Blessants) ; Hommes (Bons) Par ordre chronologique (1, 2) ; Hommes (« Bourreaux des cœurs ») ; Hommes (Caméléons) ; Hommes (« Cannibalisme ») (1, 2) ; Hommes (Carrière) ; Hommes (« Castrés ») (1, 2) ; Hommes (Chefs) (1, 2) ; Hommes (« Cœurs purs Les ») ; Hommes (Comparaison entre hommes) (1, 2, 3) ; Hommes (Compétence) (1, 2) ; Hommes (« Cochons ») ; Hommes (Concurrence entre hommes) (1, 2, 3, 4) ; Hommes (Connivence entre hommes) (1, 2, 3) ; Hommes (Conservateurs) (1, 2) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4) ; Hommes (Copains) ; Hommes (Courage) (1, 2) ; Courageux (1, 2, 3) ; Hommes (Courtois) ; Hommes (Cruels) (1, 2, 3) ; Hommes (Cumulards) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4) ; Hommes (« Déshonorés ») ; Hommes (Désirs) (1) Par ordre chronologique (1, 2, 3) ; Hommes (« Durs ») Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7) ; Hommes (Écrivains) (1, 2, 3, 4) ; Hommes (Enchaînés) (1, 2, 3) ; Hommes (Époux) (1) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9) ; Hommes (Entendement) ; Hommes (« Héros ») (1) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13) ; Hommes (Estime de soi) (1, 2) ; Hommes (Étudiants) ; Hommes (Excuses aux) ; Hommes (Faibles) (1) Par ordre chronologique (1, 2) ; Hommes (Ferrante Elena) ; Hommes (Force physique) (1, 2) ; Hommes (Forts) (1, 2) ; Hommes (Français) ; Hommes (« Galants ») (1, 2, 3, 4, 5, 6) ; Hommes (« Gentleman ») Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5) ; Hommes (« Héros ») Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13) ; Hommes (Homosexuels) (1) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6) ; Hommes (Honnêtes) (1, 2) ; Hommes (« Honneur ») (1) Par ordre chronologique (1, 2) ; Hommes (Hugo Victor) ; Hommes (Humanistes) ; Hommes (« Impuissants ») (1) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15) ; Hommes (Indignes) ; Hommes (Infériorité. Sentiment d’) (1, 2) ; Hommes (Infidèles) (1, 2) Par ordre chronologique (1, 2) ; Hommes (Insensibles) ; Hommes (Inventeurs) (1, 2) ; Hommes (Irresponsables) (1, 2) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12) ; Hommes (Jaloux) (1, 2) Par ordre chronologique (1, 2) ; Hommes (Jouir) (1, 2) Par ordre chronologique (1, 2, 3) ; Hommes (Le Dœuff Michèle) ; Hommes (Le Monde) ; Hommes (« Libertins ») (1, 2, 3, 4) ; Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10) ; Hommes (Machines) (1, 2) ; Hommes (« Machos ») (1, 2, 3) Par ordre chronologique (1) ; Hommes (Marivaux) ; Hommes (Maquereaux) ; Hommes (Mercenaires) ; Hommes (Métiers d’hommes ») ; Hommes (Meute) ; Hommes (Militaires) ; Hommes (Mill John Stuart) ; Hommes (Misogynes) (1, 2, 3) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5) ; Hommes (Moines) ; Hommes (Moujiks) (1, 2, 3, 4, 5) ; Hommes (« Monstres ») ; Hommes (Musulmans) (1, 2, 3, 4) ; Hommes (Noms) ; Hommes (« Obsédés sexuels ») ; Hommes (Offres) ; Hommes (Opportunistes) ; Hommes (« Ordinaires ») ; Hommes (Orgueil) (1, 2, 3, 4) ; Hommes (Perfides) ; Hommes (« Personnalités qualifiées ») ; Hommes (Pleurs) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11) ; Hommes (Poètes) ; Hommes (« Porcs ») Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5) ; Hommes (« Prédateurs ») ; Hommes (« Préliminaires ») (1, 2, 3) ; Hommes (Présents des) (1, 2, 3) Par ordre chronologique (1, 2) ; Hommes (Prétentieux) ; Hommes (Prêtres) ; Hommes (Relations avec [des] les féministes) ; Hommes (Riches) ; Hommes (Rivaux) ; Hommes (Roth Joseph) ; Hommes (Rousseau Jean-Jacques) ; Hommes (Salauds) (1) Par ordre chronologique (1, 2, 3) ; Hommes (Sales) (1, 2) ; Hommes (Sand George) (1, 2) ; Hommes (Savants) (1, 2) ; Hommes (« Seconds ») ; Hommes (Séducteurs) (1, 2, 3) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12) ; Hommes (Séduisants) ; Hommes (« Sel de la terre ») ; Hommes (« Sens ») ; Hommes (Sensibles) ; Hommes (Serge Victor) ; Hommes (Seuls) (1, 2) ; Hommes (Silence) ; Hommes (Soldats) (1, 2) ; Hommes (Solidaires des femmes en lutte) (1, 2) ; Hommes (Solidaires des hommes) ; Hommes (Staël Germaine de) ; Hommes (Stérilisés) ; Hommes (Sympathiques) (1, 2) Par ordre chronologique (1) ; Hommes (Téméraires) ; Hommes (« Tous les mêmes ») (1, 2, 3, 4) ; Hommes (« Trompés ») (1, 2) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7) ; (« Trompeurs de femmes ») (1, 2) ; Hommes (Tyrans) (1, 2) ; Hommes (Vantards) (1, 2) ; Hommes (Veufs) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5) ; Hommes (Violents) (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10) Par ordre chronologique (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9) ; Hommes (« Virils ») ; Hommes (Z’hommes Les) ; Hommes (Zweig Stefan) ; (534)

11 juin 2024 : 1584 items

I. Homme

Homme :

Homme (1) : Le seul concept politique jamais interrogé. Sauf, beaucoup trop rarement, par les féministes. Celui auquel les hommes résistent avec le plus de force. (Cf. Patriarcat, Penser. Concept, Politique)

Homme (2) : Dans le patriarcat, l’homme ne sait que si rarement qu’il est homme dans le monde. Il est lui, un homme… ou aspire à l’être. Comme c’est difficile ! (Cf. Patriarcat)

Homme 3) : Quel homme s’est-il interrogé sur la question de savoir s’il n’était pas, dans ses relations aux femmes, un anachronisme ? (Cf. Féminisme, Patriarcat, Histoire. Anachronisme)

Homme (4) : On nait homme, mais on doit le prouver pour le devenir.

Par ordre chronologique. L’homme :

Homme (1) : 1899. Joseph Conrad [1857-1924], dans sa nouvelle : Au cœur des ténèbres concernant le colonialisme, auteur de :
« Après tout, moi aussi, je faisais partie de la grande cause d’où procédaient ces nobles et justes mesures ! » 1 (Poursuivre) (Cf. Politique. Colonialisme)

Homme (2) : 1978. Madeleine Chapsal [1925-2024], dans Une femme en exil, s’interroge :
« Cette idée superbe de l’homme, je me demande bien d’où je la tiens. » 2

Homme (L’) (3) : 1984. Jean-Paul Aron [1925-1988], dans Les modernes, auteur de :
« […] L’homme, cette parodie d’unité. » 3

Homme (L’) (4) : 1995. Jack Lang, alors nommé par Boutros Boutros-Ghali [1922-2016] secrétaire général de l’Organisation des Nations unies au « Conseil préparatoire de la Quatrième Conférence mondiale sur les Femmes » [du 4 au 15 septembre 1995] - intitulée : le sommet de Pékin - auteur de :
« Il est temps de donner à toutes les femmes de cette planète la place qui leur revient. [...] Je sais que l’injustice faite aux femmes est une injustice faite à l’humanité entière. […] On blesse l’homme quand on mutile les petites filles au nom de rituel archaïque. […] On tue l’homme quand on assassine les jeunes Algériennes sur le chemin du collège. […] On prostitue l’homme quand on vend des jeunes filles aux touristes. […] On bafoue l’homme quand on refuse aux femmes leurs droits civiques, sociaux et politique. […] »
- Et le livre se termine par :
« Dans une société - en Occident principalement - où les femmes commencent à conquérir leur dignité, il ne faudrait pas qu’elles oublient que les hommes ont eu aussi besoin de respect, d’attention et d’amour. [...]
Une autre tâche exaltante attend les femmes de ce temps : aider les hommes à renaître autrement. » 4 Terrible… (Cf. Droit. « Droits de l’homme », Femmes. Jeunes filles, Hommes. « Politiques ». Langage, Patriarcat. Domination masculine, Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Homme (5) : (10 avril) 2012. Entendu : « Un homme sans femme n’est pas un homme. » Profond.

Homme (L’) (6) : (21 février) 2014. Entendu ce jour :
« L’homme avec un grand H, c’est à dire l’homme et la femme. » (Cf. Femmes. Badinter Élisabeth)

Homme (L’) (7) : (12 février) 2022. Étienne Klein, « producteur de Sciences en Question sur France Culture, après l’émission de la semaine dernière : « Science et société aurait-il un problème ? » [7 février 2022], auteur de :
« L’homme - l’homme en tant qu’il embrasse la femme, comme on disait autrefois - … ».

Homme (L’) (8) : (9 juillet) 2022. Emmanuel de Waresquiel, sur Radio courtoisie (radio d’extrême-droite), concernant les débuts de la révolution française, citant « sa mère », auteur de :
« Là où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie. »
N.B. « Hommerie » : « ‘Substantif féminin’ : Bassesse, corruption de l’homme ; ses manifestations. »
* Ajout. 11 février 2024. Je lis que cet terme d’« hommerie » était « un mot du curé d’Ars [1786-1859] » 5

Homme (Un homme à Berlin) : 1945. Lu dans Une femme à Berlin, concernant les viols des femmes Allemandes par les soldats Russes, évoqués, rapportés par l’une d’entre elles :
:
« […] Le libraire, un petit bavarois, massif et trapu, a vraiment et carrément engueulé un Russe. Et cela s’est passé au moment où un Ivan [nom générique donné aux Russes] interceptait sa femme qui ramenait de l’eau de la pompe, juste à la porte de l’appartement.
Elle a poussé des cris perçants, son mari [qui était du parti nazi] est accouru en trombe, s’est précipité sur l’Ivan et a hurlé : ‘Espèce de fumier ! Sale bite’ !’
Et la saga précise comment le Russe s’est alors senti tout petit, s’est dégonflé, s’est ratatiné.
Donc, ça marche !
Grâce à son flair de brute et de barbare, le gaillard a bien compris que l’époux rouge de colère ne blaguait pas et que, dans la seconde, tout, mais alors tout et n’importe quoi pouvait arriver… et il lui a abandonné sa proie.
C’est la première fois que j’entendais parler d’une colère aussi forte de la part d’un de nos hommes. La plupart d’entre eux gardent leur sang-froid et s’efforcent de sauver leur peau, et leurs femmes les soutiennent dans cette attitude.
Aucun homme ne perd la face quand il abandonne une femme aux vainqueurs, qu’il s’agisse de la sienne ou de celle du voisin. Au contraire, on lui en voudrait d’exciter ces messieurs en leur résistant. Mais avec ça, tout n’est pas dit.
Je suis persuadé que la libraire n’oubliera jamais cet excès de courage, d’amour si l’on veut, dont son mari a fait preuve.
Même les autres hommes, qui clament l’histoire à la cantonade, ne peuvent dissimuler un certain sentiment de respect. » 6
- Le « petit libraire » nazi a-t-il sauvé l’honneur des autres hommes, ou leur a-t-il fait honte ? Et de quoi le dit « respect », « la honte » étaient-ils le signifiant ? Pour eux, pour elles, hier ? Et, pour nous, aujourd’hui ? (Cf. Patriarcat, Politique. Guerre. Histoire, Violences. Viol)
À propos : comment les soldats français, anglais, américains et autres se sont-ils comportés, à Berlin, à l’égard des femmes allemandes ? Seuls les Russes auraient-ils violé les femmes allemandes ? (Cf. Hommes. Courageux, Violences. Viol. Violeur. Violences à l’encontre des femmes. Négation / Négationnisme. Soldats Russes en Allemagne)
* Ajout. 27 avril 2016. 1990. Je découvre, avec horreur, le déni de ces viols par Alexandre Zinoviev [1922-2006], dans Les confessions d’un homme en trop, ainsi que la présentation qu’il en fait. (Cf. Violences. Violences à l’encontre des femmes. Négation. Négationnisme, Histoire)
* Ajout. 28 juillet 2016. 1945. Concernant les viols des femmes en Allemagne, à la fin de la deuxième guerre mondiale, lire Du sang, du sperme et des larmes, texte critique de Gertrud Koch du film documentaire de Helke Sanders BeFrier une BeFreite (1992) ainsi que les Réponses aux critiques de Helke Sanders faites à son film (articles traduits de l’allemand). 7 (Cf. Histoire, Violences. Violences à l’encontre des femmes)
* Ajout. 5 septembre 2022. 1975. Dominique Desanti [1914-2011], dans Les Staliniens. Une expérience politique. 1944-1956, participante au procès du camp Bergen-Belsen [17 septembre- 17 novembre 1945] à Lüneburg, écrit :
« J’étais désolée quand les rafles au marché noir du Tiergarten prenaient dans leur filet des petits Mongols et Tatars en uniforme soviétique. Désolée des histoires de viols, de vol, de pillage. » 8 (Cf. Violences. Viols)

Homme (Assis) : (avril) 2021. Charles Michel, président du Conseil européen, reçu par le président Turc Erdogan, qui avait ‘oublié’ de prévoir un fauteuil pour Ursula Von der Leyen, présidente de la commission européenne, est resté assis sur son siège, la laissant debout.
Deux hommes grossiers. (Cf. Hommes. Grossiers)

Homme (Athé) : 1970. Mouloudji [1922-1994] chante Athée, oh, grâce à Dieu !
« Catholique par ma mère / Musulman par mon père / Un peu juif par mon fils / Bouddhiste par principe / Alcoolique par mon oncle / Dépravé par grand-père / Sans classe par vieille honte / Névrosé par grand-mère/ Royaliste par ma mère / Fataliste par mon frère / Communiste par mon père / Marxiste par mimétisme / Hépatique par la guerre / Ruiné par les sœurs-âmes / Vieilli par la bonne chère / Abruti par ces dames / Athée, oh, grâce à Dieu [x 4] […]. »

Homme (« Bien élevé ») : Un homme « bien élevé » :
Il s’attache à la forme, pour mieux éviter la question de sa pertinence.
Il manie avec aisance litotes, euphémismes, esquives.
Il évite les sujets scabreux et n’évoque incidemment que ceux qu’il ne peut exclure du débat.
Lorsqu’il a tort, il concède sa part de vérité à son interlocuteur.
Lorsque c’est son interlocuteur qui a tort, il le laisse juge de ses dires.
Lorsqu’un jugement lui déplait, il reprend la phrase gênante et la modifie légèrement, pour en reprendre le sens.
En cas de désaccords qui ne peuvent être laissés en l’état, au risque de soi-même sembler cautionner ce qui est dit, il reprend, quelques soient les sujets, les us et les coutumes des salons, avec d’autant plus de nuances, de subtilités, de tact, que les critiques qu’il doit contester peuvent être considérées comme plus critiquables. » (Poursuivre)

Homme (« Changeant ») : 1847. Charlotte Brontë [1816-1855], dans Jane Eyre, auteure de :
« - N’êtes-vous pas cependant changeant, monsieur ?
- Avec les femmes qui ne me plaisent que par leur visage, je suis le diable incarné quand je m’aperçois qu’elles n’ont ni âme ni cœur, quand elles me découvrent une perspective de platitude, de banalité, ou même de sottise, de grossièreté et de mauvais caractère ; mais envers l’œil clair et la langue éloquente, envers l’âme de feu et le caractère qui plie mais ne romps pas, le caractère à la fois souple et ferme, docile et cohérent, je suis à tout jamais tendre et fidèle. » 9

Homme (« Chaud lapin ») : (8 juin) 2019. Patrick Dandrey, « professeur émérite » à la Sorbonne, sur France Culture, qualifie Jean de la Fontaine [1621-1695] de « chaud lapin ». 10 (Cf. Culture. Patriarcale, Êtres humains. Animalisation)

Homme (« Civilisé ») : (10 janvier) 1924. Marcel Mauss [1872-1950], auteur de :
« […] C’est, en effet, seul l’homme civilisé des hautes castes de nos civilisations et d’un petit nombre d’autres, des précédentes et des orientales et des arriérées, qui sait contrôler les différentes sphères de sa conscience. Il diffère des autres hommes. […] » Et ce, suivi de :
« […] L’homme moyen de nos jours - et ceci est surtout vrai des femmes […] ». J’arrête là tant tout ce ceci est inacceptable, incohérent, absurde. 11 (Cf. Êtres humains. Conscience, Patriarcat, Politique, « Sciences » sociales. Sociologie. Mauss Marcel)

Homme (« Cohérent ») : 1850. François-René de Chateaubriand [1768-1848], dans les Mémoires d’Outre-tombe, auteur de :
« [Gentilhomme et écrivain], j’ai été royaliste par raison, bourboniste par honneur et républicain par goût. » [manuscrit de 1826, formule souvent répétée.] 12
* Ajout. 2 septembre 2022. François-René de Chateaubriand [1768-1848], dans les Mémoires d’Outre-tombe, auteur de :
« Je resterai fidèle au compagnon de mes mauvais jours ; toutes les opinions politiques de la terre seraient trop payées par le sacrifice d’une heure d’une sincère amitié ; il suffit que je reste invariable dans mes opinions, comme je reste attaché à mes souvenirs. » 13 (Cf. Êtres humains. Cohérents, Relations entre êtres humains. Amitié)

Homme (Comblé) : Le cardinal de Retz [1613-1679], dans ses Mémoires, après qu’il eut été nommé cardinal, auteur de :
« La conduite que je suivis après application, sur ces différents chefs [principes, modalités] que je viens de vous marquer, convenait, en plus d’une manière, à la résolution que j’avais faite de rentrer, autant qu’il serait en mon pouvoir, dans le repos que les grandes dignités que la fortune avait assemblées sur ma personne, pouvaient, ce me semblait, même assez naturellement, me procurer. » 14
Il n’en fut pas moins, après nombre de péripéties, arrêté, emprisonné, exilé…

Homme (Commensal) : (6 janvier) 1795. Isabelle de Charrière [1740-1805] écrit à Benjamin Constant [1867-1830] :
« (lors de leur rupture) [...] Mais vous vous étiez déjà fait le commensal d’une autre [Germaine de Staël] ; je vous avais déjà entendu dire nous d’une autre family, je vous avais entendu dire : ‘la société où je vis’ ; ‘la maison, où je passe onze heures des vingt-quatre’. »
- « Commensal » : ne serait-point une injure ? 15

Homme (« Couillon ») : 1782. Jean-Jacques Rousseau [1712-1778], dans Les confessions, invité à « faire connaissance avec la plus aimable des courtisanes Vénitiennes », auteur de :
« Je me mis à rire de cette offre obligeante, et le comte Piati, homme déjà vieux et vénérable, dit avec plus de franchise que je n’en aurais attendu d’un Italien qu’il me croyait trop sage pour me laisser mener chez les filles par mon ennemi. Je n’en avais en effet ni l’intention, ni la tentation, et malgré cela, par une de ces inconséquences que j’ai peine à comprendre moi-même je finis par me laisser entrainer contre mon goût, mon cœur, ma raison, ma volonté même, uniquement par faiblesse, par honte de marquer de la défiance, et comme on dit dans ce pays-là, per non parer troppo coglione. » 16 (Cf. Patriarcat, Proxénétisme)

Homme (Croix de guerre) : 1939-1945. Lu dans Mille visages, un seul combat, les femmes dans la résistance, évoquer « ce ménage des environs de Nancy qui ‘passait‘ les prisonniers évadés d’Allemagne, avec des risques tels qu’ils portent pour la vie la marque des doigts écrasés, du crâne défoncé par la torture. » Il est alors noté qu’« après la Libération, le mari n’accepta pas la croix de guerre parce qu’on la refusait à sa compagne, ’qui a fait plus que moi’, disait-il. » 17 Combien se sont-ils posés la question ?
- Me concernant, je n’oublierai jamais que ce fut mon père qui, en tant que Résistant, conféra, très tardivement, et tout à fait injustement, lors d’une réunion de famille, certes un peu solennelle, la médaille de la résistance à ma mère ; pas plus que mon malaise ressurgi des années plus tard : après sa mort, pour la rédaction de l’avis de décès, cette médaille, oubliée et sans doute considérée comme dérisoire, fut in fine rajoutée ; quant à la croix de guerre, elle fut tout simplement oubliée. À moins, ce ne fut l’inverse…
Et pourtant... (Cf. Femmes. Résistantes, Famille, Patriarcat. Pères, Politique. Torture)
* Ajout. 25 septembre 2018. Et je ne cesse de me gausser des médailles de toutes sortes…

Homme (« Homme-de-Culture ») : Il vous jetait sa « culture » à la figure avec un tel contentement, une telle suffisance, un tel égotisme, que vous n’en ressentiez plus que le mépris ; le terme ne serait-il pas trop ’fort’ ? : vous n’existiez tout simplement pas. Du déluge de références dont vous étiez inondé-e, surnageaient quelques fulgurances. Aussi vite oubliées…

Homme (Curieux) : 1874. Victor Hugo [1802-1885], dans Quatre-vingt-treize, rapporte cette parole du journaliste Jean-Louis Carra [1742-1793] « qui, au pied de l’échafaud, dit [aurait dit ?] au bourreau : ‘Ça m’ennuie de mourir ; j’aurais voulu voir la suite.’ » 18

Homme (Cynique) : 2003. Roland Dumas, dans L’épreuve, les preuves, auteur de :
« […] Chaque homme porte en lui, à son corps défendant (sic) une once (sic) de cynisme plus ou moins conscient (sic), dont l’existence lui fait adopter (sic) des comportements différents des sentiments qu’il affiche. Les séducteurs, ou simplement les hommes qui cherchent à plaire, sont tous passés par là ? (sic).
Mais n’en était-il pas de même pour Christine [Deviers-Joncour] dont il était l’amant ? N’était-ce pas le même cynisme qui la faisait jongler avec les sentiments des uns et des autres ? » 19
- Il est des comparaisons, censées laver la faute, pourtant déjà passablement quasi légitimée, de fait accablantes… (Cf. Hommes. Grossiers. « Politiques ». Séducteurs, Politique. Cynisme)

Homme (Dépravé) : 1795. Germaine de Staël [1766-1817], dans Histoire de Pauline, auteure de :
« C’était un homme de trente-six ans, aimable et spirituel, mais si dépravé, qu’aucun sentiment même de délicatesse ne remplaçait dans son âme l’absence totale des principes de la morale. » 20 (Cf. Hommes. Grossiers, Relations entre êtres humains, Penser. Morale, Politique. Morale)

Homme (« Dévorant ») : (fin janvier) 1868. Émile Zola [1840-1902] écrit à Louis Ulbach [1822-1889] :
« Vous êtes le chef des Dévorants, Monsieur, et vous m’avez dévoré en toute conscience. Je vous jure que j’aurais eu la bonté d’âme de me laisser manger sans me plaindre, si vous vous étiez contenté du misérable morceau que je pouvais offrir personnellement à votre furieux appétit. Mais vous attaquez toutes mes croyances […]. » 21 Cf. Êtres humains, Corps. Zola Émile, Relations entre êtres humains, Penser. Croyance)

Homme (Égoïste) : (13 juillet) 1894, (19 novembre, 18 mars) 1895, (22 août) 898. Lettres d’Émile Zola [1840-1902] :
- 13 juillet 1894. À Jeanne Rozerot [1867-1914] : « Je ne suis pas heureux. Ce partage, cette vie double que je suis forcé de vivre, finissent par me désespérer. Aussi, je te prie d’être bonne avec moi et de ne pas m’en vouloir, lorsque les choses ne marchent pas selon mes désirs. J’avais fait le rêve de rendre tout le monde heureux autour de moi, mais je vois bien que cela est impossible et je suis le premier frappé. » 22
- 19 novembre 1895. À Alexandrine Zola [1839-1925] : « Tes lettres ont été pour moi, chaque matin, un gros plaisir, et je suis heureux de penser que les miennes t’ont suivies partout (sic) en te rappelant que la maison (sic) t’attendait et que tu y avais un vieil et bon ami qui t’aime et qui songe, malgré tout (sic), à ton bonheur comme au sien propre. »
- Le 18 mars 1890, Alexandrine Zola [1839-1925], pour sa part, faisant référence à la « deuxième famille » qu’il a construite, évoque « le calvaire affreux » qu’elle vit depuis plusieurs années.
- Le 22 août 1898, Alexandrine Zola [1839-1925] lui écrit : « Je rentre dans ma coquille, comme ces dernières années, étant toute prête à faire ce que tu m’indiqueras […]. » 23
Enfin, je n’ai vu, par ailleurs, dans les photos de Jeanne Rozerot - qui, jamais, ne le regarde - aucune joie. (Cf. Femmes. Épouse de, Hommes. Autoritaires. Irresponsables, Famille. Bigamie, Patriarcat. Pères. Zola Émile)

Homme (« Élégant ») : 2001. Lu dans une note de la publication par la maison d’édition Les nuits rouges des textes de Mikhaïl-Michel Bakounine [1814-1876] présentés sous le titre Théorie générale de la révolution, que celui-ci « reconnut élégamment les trois enfants qu’après leur mariage, sa jeune épouse eut avec l’avocat italien Carlo Gabuzzi. » 24 (Cf. Patriarcat. Pères)
- « Élégant » : exclue toute conscience en matière de décision.

Homme (Eliot George) : 1871-1872. George Eliot [1819-1880], dans Middlemarch, auteure de :
« […] Le monde n’a jamais atteint à ce comble de l’absurdité qu’il faudrait pour imposer à un homme de s’interroger autant sur sa propre capacité de rendre heureuse une charmante jeune fille que sur celle de la jeune fille de faire son bonheur à lui. Comme si un homme pouvait choisir, non seulement son épouse, mais l’époux de son épouse ! Comme s’il était tenu de pourvoir sa postérité de charmes assurés par sa propre personne ! » 25 (Cf. Êtres humains, Femmes. Jeunes filles, Famille. Mariage. Patriarcat)

Homme (« Entortilleur de femmes ») : 1889. Edmond de Goncourt [1822-1896], dans Mademoiselle Clairon [1723-1803], auteur de :
« Marmontel [Jean-François. 1723-1799] avait 24 ans, avait la carrure d’un Limousin qui ne boude pas l’amour, et quoiqu’il fut lent, long, lourd, dans la conversation, il était flatteur, caressant, entortilleur de femmes. » 26

Homme (« Être supérieur ») : (26 avril) 1897. Stéphane Mallarmé [1842-1898] écrit à Émile Zola [1840-1902] qui a été victime le 23 avril 1897 d’un accident (renversé par une voiture à cheval) :
« Cela va si peu de pair, l’Accident et vous, à qui est due une continuation de jours introublés. Je souhaite que vous vous remettiez vite de l’ébranlement ; aussi de la secrète tristesse qu’a l’être supérieur laisse une rencontre avec un mauvais hasard malgré la conscience d’y avoir échappé. » 27 (Cf. Êtres humains. Hommes. « Intellectuels », Patriarcat, Politique. Domination)

Homme (Fasciste) : (17 février) 1958. Simone de Beauvoir [1908-1986] interrogée par Madeleine Chapsal [1925-2024] sur les réactions des hommes à la parution du Deuxième sexe [1949], répondit :
« J’ai été très étonnée par les fureurs que le Deuxième sexe a déchaînées. La plupart des hommes ont été furieux, même des hommes de gauche. […]
C’est la thèse même qui choquait. Le fasciste qui sommeille au cœur de beaucoup d’hommes de gauche s’est réveillée à ce propos. Je ne m’attendais absolument pas à une telle réaction. »
Après cet étonnant et inapproprié emploi du qualificatif de « fasciste », Madeline Chapsal poursuit, non moins curieusement, en en dédouanant « ses amis masculins, dénués de tout complexe de virilité, [qui] éprouvent pour les femmes un sentiment de fraternité. » 28
Une analyse féministe anti-patriarcale lui eut probablement évité ces deux incongruités.
- Les sociétés ne peuvent poser les problèmes qu’en leur temps. (Cf. Femmes. Remarquables. Beauvoir Simone de, Hommes. « Virils », Féminisme. Deuxième sexe (Le), Penser, Politique, Patriarcat, Histoire)

Homme (Ferme) : 1850. Charles Dickens [1812-1870], dans David Copperfield, auteur de :
« M. Murdstone était ferme : personne autour de lui ne devait être aussi ferme que M. Murdstone ; personne autour de lui ne devait être le moins du monde ferme, car tous devaient plier devant lui. Melle Murdstone [sa sœur] faisait exception. Il lui était permis d’être ferme, mais seulement par alliance, et à un degré inférieur et tributaire. Ma mère était une autre exception, cela lui était même recommandé ; mais seulement à condition d’obéir à leur fermeté, et de croire fermement qu’il n’y avait qu’eux sur terre qui eussent de la fermeté. » 29 (Cf. Frères / Sœurs, Patriarcat, Politique. Obéir, Violences. Violences)

Homme (Fernandez Dominique) : 1969. Dominique Fernandez, dans Mère Méditerranée, auteur de :
« L’homme, n’importe quel homme, n’acquiert de sentiment complet de sa personne qu’en s’opposant à une femme. […] » 30 (Cf. Relations entre êtres humains. Haïr, Patriarcat)

Homme (Flaubert Gustave) : 1861. Gustave Flaubert [1821-1880], dans une lettre à Edma Roger des Genettes [1817-1891], concernant « les Anciens », auteur de :
« Les Dieux n’étaient plus et le Christ n’était pas encore, il y eu, de Cicéron [106-43 avant J.C] à Marc Aurèle [21-180 après J-C], un moment unique où l’homme seul a été. » (Cf. Histoire)

Homme (Forçat) : 1835. Honoré de Balzac [1799-1850], dans Le père Goriot, concernant Vautrin, après avoir été dénoncé, dévoilé comme un forçat évadé, et pris par la police, auteur de :
« Êtes-vous bêtes vous autres ! N’avez-vous jamais vu de forçat ? Un forçat de la trempe de Collin, ici présent, est un homme moins lâche que les autres, et qui proteste contre les profondes déceptions du contrat social, comme dit Jean-Jacques [Rousseau. 1712-1778], dont je me glorifie d’être l’élève. Enfin, je suis seul contre le gouvernement avec son tas de tribunaux, de gendarmes, de budgets, et je les roule. » 31 (Cf. Êtres humains, Justice, Politique. Anarchisme. Contrat social. État. Répression)

Homme (Forteresse) : Slogan nazi :
« Chaque homme est une forteresse. » 32 (Cf. Langage. Nazi, Patriarcat, Violences)

Homme (Garde-chiourme) : 1880. Émile Zola [1840-1902], dans Nana, présente Bornave - celui qui insiste pour que son théâtre soit nommé « son [mon] bordel » - comme « un montreur de femmes qui les traitait en garde-chiourme. » 33 (Cf. Femmes. Enfermées, Langage. Possessif, Patriarcat, Politique. Prison, Proxénétisme. Bordels, Violences)

Homme. Goncourt Edmond et Jules de :

Homme (Goncourt Edmond et Jules de) (1) : (12 juillet) 1867. Edmond [1822-1896] et Jules [1830-1870] de Goncourt, dans leur Journal, auteurs de :
« […] Enfin tout homme pris par la femme et en faisant sa grande préoccupation me paraît avoir un fond d’âme petite, basse, domestique. Point de grand esprit qui soit d’homme amoureux : le grand esprit est toujours cynique, libertin ou violeur. » 34
Un homme amoureux s’abaisse au niveau des femmes ; un homme, pour devenir « grand », dès lors, doit les dominer. Mais devient-il alors « cynique, libertin ou violeur » ? (Cf. Hommes. « Grands »)

Homme (Goncourt Edmond et Jules de) (2) : (8 octobre) 1868. Edmond [1822-1896] et Jules [1830-1870] de Goncourt, dans leur Journal, après « Toute femme est de nature, secrète et ténébreuse », auteurs de :
« L’homme ne possède vraiment que dans l’état sauvage. Partout où il y a civilisation, gouvernement, administration, impôts, mitoyenneté, expropriation, l’homme n’est plus le plein maître de sa propriété. » 35 Ouvre à des analyses, mais je ne sais lesquelles…

Homme (Goujat) : (18 août) 2021. Joelle Losfeld, son éditrice, sur France Culture, concernant Albert Cossery [1913-2008], auteure de :
« Il était très goujat … avec certaines femmes… Pas toutes. » 36

Homme (Habile) : 1969. Je lis dans une note des éditions Garnier de la publication des Illusions perdues [1837-1843] d’Honoré de Balzac [1799-1850] l’emploi ce peu glorieux emploi de l’adjectif « habile » :
« Par une habileté qui annonce curieusement celle de Paul Claudel [1868-1955], il [Honoré de Balzac] avait adressé successivement les mêmes vers à Napoléon en 1804 et à Charles X pour son sacre. » 37 (Cf. Langage. Adjectif)

Homme (« Important ») : Il avait le léger rire condescendant - qui, distinction oblige, frôlait le ricanement sans y succomber - de celui qui consentait d’accepter de répondre à une question qui, selon lui, vu son importance, n’aurait jamais dû lui être posée.

Homme (Indécis) : (5-7 avril) 1794. Benjamin Constant [1767-1830] dans une lettre à Isabelle de Charrière [1740-1805], auteur de :
« Je suis las de vouloir aujourd’hui une chose parce que hier j’ai voulu le contraire. Je suis las de cette étranger manie qui me fait voir successivement les côtés opposés d’un objet, et me fait oublier l’un dès que je vois l’autre. »
Et, le 7 avril 1794 :
« Je trouve toujours que je fais une grande sottise de partir d’où je pars et d’aller où je vais, mais puisqu’elle est commencée, il faut l’achever. » 38

Homme (Indomptable) : 1839. Dans La Russie en 1839, Astolphe de Custine [1790-1857] rapporte l’histoire suivante, laquelle lui fut, en aparté, racontée, par le Prince K** [Petr Borisovitch Kozlovski. 1783-1840] :
Le tsar Pierre le Grand [1672-1725] fait demander, par son premier ministre, au prince Romodanowski, « le plus grand seigneur de Moscou » de marcher lors d’une procession à ses côtés : ‘
C’est bien’, répondit-il, ‘mais de quel côté le Tsar veut-il que je me place ? ‘
La réponse ayant été que celle de droite ne pouvait être dévolue qu’au « beau-frère de sa Majesté », le prince refuse. Le tsar, informé, lui fait dire :
- ‘Tu marcheras, ou je te fais pendre. !’
- ‘Dites au tsar’, réplique l’indomptable Moscovite, ‘que je le prie de commencer par mon fils unique, qui n’a que quinze ans ; il se pourrait que cet enfant, après m’avoir vu périr, consentit par peur à marcher à la gauche du souverain, tandis que je suis assez sûr de moi pour ne jamais faire honte au sang des Romodanowski, ni avant, ni après l’exécution de mon enfant. »
Le tsar céda. 39 (Cf. Dialogues, Patriarcat. Pères, Politique. Autorité. Obéir)

Hommes (« Intéressé ») : Même l’amant de son épouse lui fut une plus-value personnelle.

Homme (Jésus) : (22 février) 1862. Ernest Renan [1823-1892], nommé le 11 janvier 1862, professeur d’Hébreu au Collège de France, définit, dans son premier cours Jésus comme « un homme incomparable, si grand que je ne voudrais pas contredire ceux qui, frappés du caractère exceptionnel de son oeuvre, l’appelèrent Dieu […].
Un arrêté suspend le cours d’Ernest Renan le 26 février 1862. » 40 (Cf. Culture. Censure, Hommes. Remarquables. Jésus)

Homme (« Jouisseur ») : (25 décembre) 2023. Éric-Emmanuel Schmitt, sur Public Sénat, auteur de :
« Je suis un jouisseur ». (Cf. Êtres humains. Soi, Hommes. Jouir)

Homme (Lâche) : 1984. Lu dans « La bonne guerre ». Histoires orales de la seconde guerre mondiale de Studs Terkel [1912-2008] :
« Sous Hitler, j’ai été lâche. La lâcheté se justifie sous une dictature. On ne peut pas être brave tous les jours. J’ai essayé d’être courageux, mais quelle épreuve que le courage solitaire du matin au soir ! » […]
À la maison, nous vivions constamment dans la peur. Je craignais en permanence qu’ils ne découvrent mes opinions. Un de mes frères était déjà en camp de concentration. Il était libraire. Vous savez qu’avant qu’ils envoient des millions de Juifs dans les camps, ils avaient envoyé des centaines de milliers d’Allemands, des démocrates, des poètes, des pasteurs, des étudiants, des ouvriers. J’étais fiché et ça me suivait partout. […]
Je me suis essayé à l’auto-éducation. Voyez-vous, j’appartiens à une nation qui a toujours eu de nombreux héros militaires mais où le courage civil a toujours été insignifiant. » 41 (Cf. Culture, Hommes. « Héros », Politique. État. Guerre. Répression)

Homme (Laid) : 1695. Charles Perrault [1628-1703], dans La barbe bleue, auteur de :
« […] Par malheur, cet homme avait la barbe bleue : cela le rendait si laid et si terrible, qu’il n’était ni femme, ni fille qui ne s’enfuit devant lui. » 42

Homme (« Lascif ») : (8 mai) 2021. Jean-Noël Jeanneney, dans l’émission Concordance des temps de France Culture, concernant les relations de Jules César [100-44 avant J-C] avec les femmes, dont Cléopâtre, évoque « les aspects un peu lascifs de sa personnalité. » 43 (Cf. Relations entre êtres humains, Langage. Adverbe. Euphémisme, Patriarcat, Violences)
N.B. « Lascif » : « Fortement enclin aux plaisirs amoureux ; très sensuel ».

Homme (« Les femms’ y m’en faut, comme à tout l’monde» ) : 1936. Maurice Chevallier [1892-1972] chante Ma pomme, dans lequel se trouve ce couplet :
« Les femm's y m'en faut comme à tout l'monde / Mais j'm'embarass' pas. / Quand j'désire un' brune ou une blonde, / Je choisis dans l'tas. : / Comm' j'ai pas d'pèz' je m'sens à l'aise / Pour leur promettr' tout c'qui leur plaît... / Mais quand j'en pinc' je suis bon prince, / En partant, j'leur laiss'... mon portrait. »

Homme (« Machine à tuer ») : 1995. Jean Tulard écrit dans son Guide des films. 1895-1995. L-Z, concernant Platoon [1986. Oliver Stone] :
« 1967. Au Vietnam. Une opération (sic) américaine. Le sergent Barnes est devenu une machine à tuer, alors que le sergent Elias reste modéré. (sic) » 44 (Cf. Êtres humains, Langage. Adjectif, Hommes. Machines, Politique. Guerre, Violences)

Homme (« Comment se mettre en valeur ? ») : Il souhaitait, sans trop y croire, à se mettre en valeur devant sa voisine, si hautaine, si intellectuelle, si bourgeoise. Que lui vint-il d’abord en tête lorsque, pour la première fois, une discussion fut possible : ce qui, pour lui, avait plus de valeur, et qui devait sans doute l’intéresser, à savoir que la masseuse, près de chez eux lui avait proposé « un massage complet ».

Homme (« Meuble ») : (18 novembre) 1752. Voltaire [1694-1778], dans une lettre adressée à Georg Conrad Walter [1710-1778], lui écrit :
« Je vous félicite d’avoir un correcteur habile à présent. C’est un meuble indispensable. » 45 (Cf. Droit. Droits-de l’homme, Êtres humains)

Homme (Militaire) : (26 août) 1900. Léon Tolstoï [1828-1910] écrit dans son Journal :
« Apostrophe à un militaire : Quand vous rencontrez un voleur notoire, non seulement vous ne cherchez pas à vous rapprocher de lui, mais au contraire à vous en éloigner. Qu’est ce qui est pire ? - le meurtre ou le vol ? Le meurtre bien entendu. Votre occupation, c’est d’enseigner, d’ordonner le meurtre ; vous portez sur vous l’instrument du meurtre. Comment voulez-vous que les gens ne s’écartent pas de vous ? » 46 (Cf. Politique. Guerre)

Homme (« Normal ») : 1948. Entendu dans Honni soit qui mal y pense [Henry Koster] :
« - Ce n’est pas normal.
- Personne ne s’attend à ce qu’il soit normal ; c’est un évêque. » (Cf Culture. Cinéma, Dialogues, Politique. Morale)

Homme (Pantalon) : « Vous voulez que je baisse mon pantalon ? » Dernier ‘argument’ d’un imbécile, surtout lorsque, non content de le penser, il l’exprime en l’état. (Cf. Êtres humains. Vêtements, Patriarcat)
* Ajout. 14 février 2014. Le même, quelques années après, dans un autre contexte (selon ses propres critères), assure à la destinataire de la précédente question « sa très sincère admiration ». (Cf. Relations entre êtres humains. Admiration)

Homme (« Papillonnant ») : L’une des petites filles de la comtesse de Ségur [1799-1874] qualifiait de « papillonnant » l’époux de sa grand-mère, Eugène de Ségur [1798-1863].
Je lis sur Wikipédia qu’il « la trompe même avec sa bonne. » 47 (Cf. Violences. Violences à l’encontre des femmes. « Droit de cuissage »)

Homme (Parvenu) : Souvenir d’enfance : pendant une dizaine d’années, mes parents, qui avaient beaucoup aimé son premier roman, lui prêtèrent une maison, pendant des années, sans contrepartie. Lorsqu’il eut le prix Renaudot, il leur téléphona et leur dit dans quel café parisien - chez Lipp - où mon père et ma mère pouvaient le rencontrer. Il ne fut simplement plus question de lui.

Homme (Patient) : (6 mars) 2024. Jean Oury [1924-2014], psychiatre, psychanalyste, fondateur de la clinique de La Borde, sur France Culture [1ère diffusion. 25 octobre 1990], auteur de :
« Des fois, j’attends dix ans. »

Homme (« Petit ») : 1727. Marivaux [1688-1763], dans La vie de Marianne, auteur de :
« Et il lui montra M. Villot, qui, quoique assez bien fait, avait alors, autant que l’on peut avoir, l’air d’un pauvre petit homme sans conséquence, dont le métier était de ramper et d’obéir, à qui même il n’appartenait pas d’avoir du coeur, et à qui on pouvait dire : retirez-vous, sans lui faire d’injure.
Voilà à quoi il ressemblait à cet instant, avec sa figure qui n’était qu’humble et point honteuse. » 48

Homme (« Plaisir ») : 1959. Je lis une note de La Pléiade des Œuvres complètes de Jean-Jacques Rousseau [1712-1778], concernant Auguste-Henri de Friesen [1728-1755] :
« […] Officier aimable, spirituel et débauché nous dit Cazes [Monsieur de Cazes. ministre de la police générale. 1780-1860], il devait mourir à 27 ans, usé par les plaisirs. » 49

Homme (« Plein ») : Il était si ‘plein’ de lui que, quoiqu’il lise, quoi qu’il écrive, quoi qu’il dise, c’était toujours lui qu’il remplissait.

Homme (Possessif) : 1847. Charlotte Brontë [1816-1855], dans Jane Eyre, auteur de :
« Mais écoutez-moi… parlons bas. Vous en faites à votre tête pour le moment, petit tyran, mais mon tour viendra bientôt ; et une fois que je me serai vraiment emparé de vous, une fois que je vois tiendrai pour de bon, vous verrez si, pour parler au figuré, je ne vous attacherai pas au bout d’une chaîne comme celle-ci (il toucha sa montre). Oui, ma jolie petite, je vous porterai contre mon coeur, de peur de laisser échapper mon joyau. » 50

Homme (Public) : Il avait décliné ses diplômes, ses fonctions, ses titres, sa carrière. Il avait tout dit. Que savait-on de lui ? Rien.
Valide aussi, rarement, pour les femmes. Et pour cause.

Homme (« Respectueux ») : Entendu : « Il ne m’a pas imposé la souffrance que je lui avais infligé. »

Homme (« Sans regret ») : 2014. Un homme que vous ne connaissez pas - sans que vous lui ayez demandé quoi que ce soit - vous adresse, à vous comme à d’autres sans doute, quasi quotidiennement ses réflexions politiques. Un jour il évoque : « les associations pseudo-féministes qui en réalité quand elles ne s'affichent pas chrétiennes ou musulmanes sont suffisamment impactées par les moralismes ou idéologies monothéistes pour perdre de vue le droit pour les femmes de disposer librement de leurs corps. »
Sans comprendre ce que cette phrase peut signifier, vous en comprenez assez pour saisir que vous n’acceptez pas ses analyses. Vous lui écrivez (Taille de police : 12) : « Pouvez-vous me retirer de votre liste d’envoi. Merci » et vous signez. Il vous répond : (Taille de police : 21, en gras, sans signature) : « C’est fait. Sans regret. » [6 juin 2014]. (Cf. Politique. Idéologie)

Homme (« Sauvage ») : 1754. Pour Jean-Jacques Rousseau [1712-1778], dans son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes :
« […] Les seuls biens qu’il [l’homme sauvage] connaisse dans l’Univers sont la nourriture, une femelle, et le repos. […] » 51
- Que cet ‘état de nature’ imaginé par Jean-Jacques Rousseau soit une fiction qui lui ait été nécessaire « pour bien juger de notre état présent » ne valide en rien ses analogies. Et le révèle à lui-même, obéré des présupposés patriarcaux. (Cf. Femmes. « Femelles », Langage. Zeugma, Penser. Pensées. Méthode. Analogie)

Homme (Simple) : 1941. Dialogue dans le film Remorques [Jean Grémillon], entre Jean Gabin et Michèle Morgan. Jean Gabin lui demande :
« Ça ne vous ennuie pas de vous promener avec un homme qui ne dit rien ? » lui dit-il. Ce à quoi Michèle Morgan lui répond :
« Quand on se tait, c’est qu’on a beaucoup de choses à dire. » L’échange se poursuit :
« Je suis un homme simple, moi ! ». Ce à quoi, elle répond fort justement :
« Non, ceux qui sont simples ne font pas tant de bruit pour cacher ce qu’ils pensent. Ils n’ont pas honte de leurs désirs, de leurs plaisirs. Vous n’êtes pas simple, vous êtes comme les autres, vous êtes plein de scrupules, de délicatesse, et vous n’arrêtez pas de réfléchir. Et, tenez en ce moment, vous pensez des choses que personne ne saura jamais… Et même si vous vouliez parler, si vous vouliez être sincère, vous pourriez-pas, vous parleriez tout de travers, sans le vouloir, pour tout cacher. » 52 (Cf. Culture. Cinéma, Dialogues)

Homme (Sot) : 1782. Jean-Jacques Rousseau [1712-1778], dans Les confessions, auteur de :
« [Mademoiselle Liard] s’occupait trop de moi pour que je ne m’occupasse pas d’elle. Ses attentions me touchaient beaucoup ; j’en parlais à maman [madame de Warrens] comme d’une chose sans mystère. […] Elle ne prit pas tout à fait la chose avec la même simplicité que moi. Elle vit des avances où je n’avais vu que des amitiés ; elle jugea que mademoiselle Liard se faisant un point d’honneur de me laisser moins sot qu’elle ne m’avait trouvé, parviendrait de manière ou d’autre à se faire entendre. […] » 53
Pour Jean-Jacques Rousseau, un homme « sot » est un homme ‘vierge’ de toute relation sexuelle avec une femme, qui ne ‘connait’ pas les femmes.

Homme (Suicide) : (2 mai) 1962. Michel Leiris [1901-1990] écrit dans son Journal :
« Histoire espagnole. […] Il y a deux ou trois jours à peine, la presse française a annoncé que Juan Belmonte [matador. 1892-1962], âgé de plus de soixante-dix ans, s’était tué d’un coup de révolver pour l’amour d’une rejoneaodora [cavalière combattant le taureau] colombienne. Je parle de cet évènement comme d’un évènement espagnol dont il y a lieu d’être ému. À ma surprise, mes trois interlocuteurs se montrent très critiques : il semblerait, à les entendre, que Belmonte, en se suicidant, se soit purement et simplement couvert de ridicule. Il va de soi qu’un matador ne se tue pas ; s’il le fait pour une femme, c’est encore pire […]. » 54 (Cf. Patriarcat)

Homme (Talmont Virginie) : 2004. Virginie Talmont, dans Inceste. Récit, auteure de :
« […] Je suis seule […] et incapable d’avoir une belle relation avec un garçon ; j’ai vingt-deux ans, je pourrais dire ‘homme‘ plutôt que garçon, mais non, j’en suis incapable, le mot ‘homme’ me fait peur, le mot ‘garçon’, passe encore. 55 (Cf. Femmes. Peur, Langage. Mots, Patriarcat, Violences)

Homme (« Tendre ») : 1850. François-René de Chateaubriand [1768-1848], dans les Mémoires d’Outre-tombe, concernant un échange d’août 1829, auteur de :
« M. de Polignac [Jules. 1780-1847] me jurait qu’il aimait la charte [1814] autant que moi ; mais il l’aimait à sa manière, il l’aimait de trop près. Malheureusement la tendresse que l’on montre à une fille que l’on a déshonorée lui sert peu. » 56

Homme (Vasectomie) : (12 mai) 2014. Une femme refusant une éventuelle vasectomie de son mari], auteure de :
« J’aurais l’impression de ne plus avoir de mec à la maison. » 57 (Cf. Corps, Patriarcat, Sexes)

Homme (Vengeance) : (17 juin) 1847. La duchesse de Choiseul-Praslin [1807-1847], après que son mari ait cessé ses relations avec sa maîtresse, Henriette Deluzy, la gouvernante de leurs enfants, confie à son Journal (Mes impressions) :
« Il était las de cette femme depuis longtemps. […]
Mais, jamais il ne me pardonnera, il se vengera sur moi, jour par jour, heure par heure, minute par minute de lui avoir rendu ce service d’avoir eu raison quand il avait tort.… L’avenir m’effraie, je tremble en y songeant, je me sens bien faible… » 58
Deux mois après, le 17 août 1847, il l’assassinait. (Cf. Femmes. Comment meurent les femmes, Hommes. Jaloux. Relations entre êtres humains. Pardon, Justice. Procès, Patriarcat. Avoir raison, Penser. Avoir raison, Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Homme (Veule) : Un homme veule est un - notamment - homme qui s’adapte aux supposés ‘désirs’ des femmes, tels que, lui, par ailleurs, les interprète.

Homme (Vicieux) : (18 janvier) 1935. Louise Weiss [1893-1983], dans Combats pour les femmes, auteure de :
« Le vote des femmes, moi, je n’en veux pas, un point c’est tout, proclamait [au sénat] Lucien Hébart, sénateur des Ardennes, en caressant sa barbe de bouc. Je suis vicieux, c’est entendu, mais pas au point de m’en remettre, pour mon élection, à un scrutin auquel des prostituées auraient pris part. » 59 (Cf. Hommes. « Politiques », Politique. Démocratie. Vote des femmes. Sénat. Sénateurs, Proxénétisme)

Homme (Volage) : 1727. Marivaux [1688-1763], dans La vie de Marianne, auteur de :
« Un volage est un homme qui croit vous laisser comme solitaire : se voit-il ensuite remplacé par d’autres, ce n’est plus là son compte ; il ne l’entendait pas ainsi, c’est un accident qu’il n’avait pas prévu : il dirait volontiers : est-ce bien elle ? Il ne savait pas que vous aviez tant de charmes. » 60

Homme (Zemmour Éric) : 2006. Éric Zemmour, dans Le premier sexe, auteur de :
« Pour plaire aux femmes, l’homme doit se comporter comme un homosexuel. » 61 (Hommes. Homosexuels)

II. Hommes (Féminisme) :

Hommes. Féminisme :

Hommes (Féminisme) (1) : Quel est l’homme qui, dans l’histoire, s’est - concernant la domination patriarcale - opposé frontalement à ses pairs ? L’emploi de termes tels que : patriarcat, domination masculine, violences à l’encontre des femmes, n’étant pas en soi - faut-il le rappeler ? - une garantie de quoi que ce soit, pour qui que ce soit, en la matière. Valable aussi concernant les femmes féministes (moi incluse, bien sûr). (Cf. Hommes. Courage, Langage, Patriarcat. Domination masculine)

Hommes (Féminisme) (2) : Comprendre pourquoi les femmes féministes (moi incluse, bien sûr) ne se sont que si peu interrogées sur le besoin qu’elles ont éprouvé de considérer certains hommes, souvent sans autre garantie que leurs affirmations, à peu de frais donc, comme des alliés dans leur combat féministe ? Aisé à qualifier : l’aliénation patriarcale -, moins aisé d’en comprendre les mécanismes. (Cf. Hommes. Solidaires des femmes en lutte)

Hommes (Féminisme) (3) : Ce dont les femmes, les féministes ont besoin, ce sont sans doute moins d’hommes rejoignant les associations féministes (dans lesquelles ils risquent fort de ne pas trouver leur place) que d’hommes réfléchissant, seuls ou avec d’autres hommes, concernant leurs propres structures de pouvoir au sein des structures de pouvoirs en place et agissant, s’engageant personnellement et politiquement afin de les remettre en cause.
En tentant donc d’éviter de prendre leur vie pour référent ?

Hommes (Féminisme) (4) : Père d’une féministe qu’il soutenait et dont il était très fier, il s’affirmait « trop vieux » pour changer ses comportements avec son épouse.

Hommes (Féminisme) (5) : Avec le féminisme, les hommes ne sont plus arrimés à leur passé ; ils ont perdu leur ancrage, leur confiance, leur identité.

Hommes (Féminisme) (6) : (4 décembre) 2021. Quand les médias permettront-ils que les féministes puissent débattre avec des interlocuteurs de qualité ? Ainsi, sur France Culture, dans l’émission d’Alain Finkielkraut, Camille Froidevaux-Metterie, auteure de : Un corps à soi, était confrontée à Jean-Michel Delacomptée, auteur de Les hommes et les femmes, Notes sur l’esprit du temps. J’ai relevé certains de ses ‘arguments’ :
« Je suis très mal à l’aise avec ça […] Je ne m’y trouve pas du tout, pas du tout. […] Je ne trouve aucun sentiment pour tout ça. Je ne vois pas où est la littérature, la poésie, la vie toute simple, dans tout ça. […] Moi, en tant qu’homme et ça ne concerne pas que moi, je me sens continuellement agressé. […] Je me sens suspect. […] Le corps des hommes, existe, oh combien. […] Je voudrais savoir pourquoi les hommes n’ont pas de corps. […] Ce qui me frappe, c’est la méconnaissance entre les sexes. […] ‘Réinventer l’amour’, moi ça me rend dingue. […] La situation des hommes est vraiment méconnue’. Puis il évoque « les bourrins ». Mais tous les hommes ne sont pas comme ça. » […] On a l’impression, j’ai le sentiment de me retrouver devant un système de revendications incessantes, infinies. […] Je me demande : en quoi ce destin est-il si tragique ? […] Et le social là-dedans ? […] C’est un peu problématique. […] Et la mère, là-dedans ? […] Vous avez une perception des hommes qui me semble… et je suis certain que beaucoup d’homme, c’est le cas… On ne s’y retrouve pas. Je ne m’y retrouve absolument pas. Je ne sais pas de quoi vous parlez. Je ne sais pas de quoi vous parlez. […] Mais comment le désir vient aux hommes ? […] Vous croyez que l’érection vient comme une opération du saint-esprit ? […] Vous présentez la vie des femmes comme un enfer et la vie des hommes comme un paradis. […] Le tribunal médiatique on ne peut pas nier son existence ! […] Le hashtag à vomir de Sandra Muller. […] Tous les hommes ont quasiment des violeurs en personne. C’est insupportable. […] Vous semblez ignorer que la société est violente. » (Cf. Hommes. Bander, Féminisme. Antiféminisme, Penser)

Par ordre alphabétique. Hommes. Féminisme :

Hommes (Féminisme. Butler George) : George Butler [1819-1886], pasteur, époux de Joséphine Butler [1828-1906], auteur, concernant sa vision du mariage :
« Une union parfaitement égale, [fondée sur] une liberté absolue de deux côtés [aux fins de garantir] une initiative personnelle en pensée et en action. » 62 (Cf. Famille. Couple. Mariage, Proxénétisme. Abolitionnisme. Butler Joséphine)

Hommes (Féminisme. Candace Gratien) : 1980. Louise Weiss [1893-1983], dans Combats pour les femmes, rapporte les propos, le 21 février 1935 à l’assemblée nationale, de Gratien Candace, député de la Guadeloupe [1873-1953] qui protesta contre les innombrables manipulations de tous bords politiques, toutes aussi malhonnêtes les unes que les autres, pour s’opposer à l’adoption d’un vote des femmes aux élections municipales :
« En 1948, d’un seul geste, la France, brisant les chaînes de l’esclavage, a transformé les nègres en électeurs et en éligibles… Pouvons-nous nous laisser arrêter par des considérations de procédure quand il s’agit de donner aux femmes leurs droits politiques pour les conseils municipaux ? » 63 (Cf. Politique. Esclavage. Vote des femmes, Histoire)

Hommes. (Féminisme. Cohen Léonard) : 1988. Léonard Cohen [1934-2016], présente Intercourse [1987] d’Andrea Dworkin [1946-2005] ainsi :
« La gamme complète des arguments exposés dans ce livre est assez radicale, complexe et magnifique. Intercourse est le premier livre que j’ai lu par un auteur, masculin ou féminin, qui affiche une défiance qui soit profondément subversive au sens sacré - extraterrestre.
Elle dit que notre monde est entaché par des préjugés humains, que les hommes et les femmes ont des idées erronées - même si ces idées ont dix millions d’années et qu’elles viennent de la bouche de dieu, elles demeurent erronées !
La position qu’elle adopte dans ce livre est si provocante et passionnante qu’elle crée une autre réalité et pourrait arriver à l’actualiser. Dans la situation actuelle, c’est ce genre d’attitude qui crée de nouveaux mondes - j’ai une profonde admiration pour Andrea Dworkin. » 64 (Cf. Relations entre êtres humains. Admiration, Penser. Pensées. Préjugés)

Hommes (Féminisme. Derogy Jacques) : 2001. Françoise Giroud [1916-2003], dans On ne peut pas être heureux tout le temps, évoque Jacques Derogy [1925-1987], auteur de Des enfants malgré nous [1956], qui « fut exclu du parti communiste par Maurice Thorez [1900-1964], parce qu’il avait défendu » ‘le droit à l’avortement’. Plus justement : le contrôle des naissances, le droit à la contraception…
Jacques Derogy estimait à 30.000, 35.000 le nombre de femmes décédées suite aux avortements clandestins. 65 (Cf. Femmes. Avortements. Comment meurent les femmes, Hommes. Avortements)

Hommes (Féminisme. D’Holbach Paul Thiry) : 1773. Paul-Thiry d’Holbach [1723-1789], dans Le système social, la politique naturelle et l’éthocratie, auteur de :
« Dans toutes les contrées de la terre, le sort des femmes est d’être tyrannisées. […]
L’Européen [comparé à « l’homme sauvage », à « l’Asiatique », « dans tout l’Orient »] au fond, malgré la déférence apparente qu’il affecte pour les femmes les traite-t-il d’une façon plus honorable ?
En leur refusant une éducation plus sensée, en ne les repaissant que de fadeurs et de bagatelles, en ne leur permettant que de s’occuper que de jouets, de modes, de parures, en ne leur inspirant que le goût des talents frivoles, ne leur montrons-nous pas un mépris très réel, masqué sous les apparences de la déférence et du respect. » 66
Une fois encore, que de trésors d’analyses nous a-t-on cachées… (Cf. Relations entre êtres humains. Déférence, Patriarcat, Penser. Vérité)

Hommes (Féminisme. Dupeyroux Jean-Jacques) : 2020. Le souvenir que j’ai gardé de Jean-Jacques Dupeyroux [1929-2020], directeur de la revue Droit Social, fut celui d’un homme qui a aidé, tant et comme il a pu, les féministes. Si, à l’exception de la sympathie qu’il exprimait, je ne connaissais rien de lui, je souhaite néanmoins ici lui rendre hommage.

Hommes (Féminisme. Fellag) : 1999. Fellag, dans son livre Djurassique Bled, auteur de :
- Concernant le code de la famille algérien :
« Le code de la famille a été institué par la mafia politico-machiste. Ses membres ont commis un des plus grands détournements des libertés publiques du siècle. »
- Concernant les relations entre hommes et femmes en Algérie :
« La grande malédiction de l’Algérie, c’est la séparation des hommes et des femmes. Dans un sketch, j’avais évoqué l’apparition d’un nouveau parti qui se donne pour programme la reconstruction d’un mur de Berlin pour séparer les hommes des femmes. Il y parvient si bien que, d’un côté du mur, les hommes sombrent lentement dans la folie, tandis que de l’autre côté, les femmes créent un cadre de vie agréable. » […] Et aussi :
« Je me bats pour la beauté et la liberté des femmes. Ma liberté passe par la leur. »
- Enfin, concernant la séparation des hommes et des femmes qu’il qualifie justement de « malédiction première de nos sociétés musulmanes », il conclut :
« C’est le manque d’amour qui provoque l’érection des Kalachnikovs. » 67 (Cf. Êtres humains. Érection, Hommes. Bander, Famille. Code de la famille, Relations entre êtres humains. Aimer, Patriarcat, Politique. « Terrorisme », Sexes)
* Ajout. 24 août 2021. Lu ce - grand - livre de l’écrivain Fellag, L’Allumeur de rêves berbères. [J.C Lattes. 2007. 303p.]

Hommes (Féminisme. Fourrier Charles) : 1841. Charles Fourrier [1772-1837], dans Théories des quatre mouvements (p.195, 22, 221), auteur de :
- « En règle générale, les progrès sociaux et changements de période s’opèrent en raison du progrès des femmes vers la liberté, et les décadences de l’ordre social s’opèrent en raison du décroissement de la liberté des femmes. » ;
- « C’est sur les femmes que pèse la civilisation. C’était aux femmes à elle (vérifier) de l’attaquer. » ;
- « L’esclavage n’est jamais plus méprisable que par une aveugle soumission qui persuade l’oppresseur que sa victime est née pour l’esclavage. » 68 (Cf. Famille. Fourier Charles, Politique. Esclavage)

Hommes (Féminisme. Frapié Léon) : 1991. Je lis : « Léon Frapié [1863-1949], fils d’un graveur sur cuivre du faubourg Saint-Antoine, entra à l’âge de 20 ans à la Préfecture de la seine où il fut employé à la caisse municipale. En 1888, il épousa une institutrice Léonie Mouillefert, qui devint directrice d’école à Villennes, près de Médan, et qui eut une grande influence sur sa carrière d’écrivain. Son premier roman, L’institutrice de province, parut en 1897, et en 1904, il reçut le prix Goncourt pour La maternelle ; par la suite, il écrivit une série de romans féministes, dont La proscrite [1907], La liseuse [1911], La divinisée [1927] […]. » 69
N.B. La vie de l’institutrice de L’institutrice de province est la vie de Léonie Mouillefert [1859-1927].

Hommes (Féminisme. Goldoni Carlo) : 1752. Carlo Goldoni [1707-1793] clôt La serva amorosa (La servante aimante [ou] amoureuse) ainsi :
« Coraline : […] Qu’ils viennent à présent ces prétendus sages qui disent du mal des femmes ; qu’ils viennent ces messieurs les poètes qui croient ne pouvoir être applaudis que s’ils nous cassent du sucre sur le dos. Je les ferai rougir de honte, et tant d’autres le feront mieux que moi : toutes les femmes nobles et vertueuses qui surpassent les hommes en vertu et n’arrivent jamais à leur cheville par le vice. Vive notre sexe, et que crèvent sur l’heure ceux qui osent en dire du mal ! » 70 (Cf. Femmes. Servantes, Hommes. Amants. Poètes, Patriarcat. Penser le patriarcat, Sexes)

Hommes (Féminisme. Ho Chi Minh) : Ho Chi Minh [1890-1969], auteur de :
« L’émancipation de la femme doit aller de pair avec l’abandon par l’homme de la pensée féodale et bourgeoise. Quant aux femmes, elles auraient tort d’attendre que les directives du gouvernement et du parti leur apportent la liberté ; mieux vaut qu’elles ne comptent que sur elles-mêmes et qu’elles luttent. » 71

Hommes (Féminisme. Ibsen Henrik) : 1879. Henrik Ibsen [1828-1906] écrit à Camilla Collett [1813-1895] écrivaine et féministe Danoise :
« Il s’est passé de nombreuses années depuis le jour où vous et votre itinéraire intellectuel, sous une forme ou sous une autre, avez commencé à jouer un rôle dans mon œuvre. » 72
Et si chaque écrivain redevable à une ou plusieurs femmes explicitait leurs dettes à leur égard ? Valable aussi pour les femmes, mais en prenant garde de ne pas s’auto-dévaluer. (Cf. Hommes. Remarquables. La Rochefoucauld)

Hommes (Féminisme. Jablonka Ivan) : (3 juin) 2023. Dans l’émission de France Culture, Être un homme aujourd’hui, Ivan Jablonka, auteur de :
« Un homme féministe, pourquoi pas ? » Je me suis interrogée : cette interrogation ne relève-t-elle pas de l’évidence ?

Hommes (Féminisme. Khleifi Michaël) : 1990. Michaël ou Michel Khleifi (réalisateur Palestinien), auteur de :
« J’ai voulu réaliser un film sur l’oppression et aller au-delà de l’image abstraite : Moi, Palestinien, je suis victime de l’oppression sioniste, mais je suis aussi un bourreau par rapport à la femme et à l’enfant qui occupent, dans notre hiérarchie sociale, le bas de l’échelle. » 73 (Cf. Patriarcat, Politique. Hiérarchie)

Hommes (Féminisme. Kinugasa Teinosuke) : Teinosuke Kinugasa [1896-1982], acteur « oyoma » de 1914 à 1922 et réalisateur Japonais « a organisé une grève de ces spécialistes des rôles féminins pour exiger qu’on remplace les travestis par des actrices. » 74 (Préciser, lever l’ambiguïté) (Cf. Femmes. « Féminin »)

Hommes (Féminisme. Laclos Choderlos de) : 1783. Pierre Choderlos de Laclos [1741-1803], est l’auteur d’un passionnant Discours intitulé Des femmes et de leur l’éducation [un an après Les liaisons dangereuses] dont voici le passage le plus radical, le plus féministe :
« Ô femmes ! approchez et venez m’entendre. Que votre curiosité, dirigée une fois sur des objets utiles, contemplent les avantages que vous avaient donnés la nature et que la société vous a ravis. Venez apprendre comment, nées compagnes de l’homme, vous êtes devenues son esclave ; comment tombées dans cet état abject, vous êtes parvenues à vous y plaire, à le regarder comme votre état naturel ; comment enfin, dégradées de plus en plus par une longue habitude de l’esclavage, vous en avez préféré les vices avilissants mais commodes aux vertus plus pénibles d’un être libre et respectable.
Si ce tableau fidèlement tracé vous laisse de sang-froid, si vous pouvez le considérer sans émotion, retournez à vos occupations futiles. Le mal est sans remède, les vices se sont changés en mœurs.
Mais si au récit de vos malheurs et de vos pertes, vous rougissez de honte et de colère, si des larmes d’indignation s’échappent de vos yeux, si vous brûlez du noble désir de ressaisir vos avantages, n’attendez point les secours des hommes auteurs de vos maux : ils n’ont ni la volonté, ni la puissance de les finir, et comment pourraient-ils vouloir former des femmes devant lesquelles ils seraient forcés de rougir.
Apprenez qu’on ne sort de l’esclavage que par une grande révolution. Cette révolution est-elle possible ? C’est à vous seules à le dire puisqu’elle dépend de votre courage. Est-elle vraisemblable ? Je me tais sur cette question ; mais jusqu’à ce qu’elle soit arrivée, et tant que les hommes règleront votre sort, je serai autorisé à dire, et il me sera facile de prouver, qu’il n’est aucun moyen de perfectionner l’éducation des femmes. Partout où il y a esclavage, il ne peut y avoir éducation ; dans toute société, les femmes sont esclaves ; donc la femme sociale n’est pas susceptible d’éducation […]. » 75 (Lire tout le texte) (Cf. Femmes, Hommes. Remarquables. Laclos Choderlos de, Patriarcat, Politique. Esclavage. Révolution)
* Ajout. 14 juin 2022. J’entends - avec colère - Tiphaine de Rocquigny sur France Culture, dans l’émission Entendez-vous l’éco ? intitulée Les libertins ou le calcul des plaisirs, présenter d’emblée à l’appui de ses ‘analyses’ « Crébillon, Sade et Choderlos de Laclos », comme incarnant « les libertins ». (Cf. Hommes. « Libertins », Économie. « Entendez-vous l’éco ? », Violences. Sade)

Hommes (Féminisme. Lempert Bernard) : (14 janvier) 1995. Avoir entendu l’exposé de Bernard Lempert [1951-2010] « La thérapie au regard de la loi. Prise en compte et prise en charge de la violence objective », sans avoir jamais entendu, au préalable, parler de lui, lors du Colloque : « Le viol : Un crime, vivre après », organisé par le Collectif féministe contre le viol à l’École nationale de la Magistrature fut l’un des chocs intellectuels de ma vie.
La rupture qu’il exposait dans les pratiques, les analyses, les postulats de la psychanalyse ; sa calme et si forte assurance, en rien démontée par une salle qui lui était (du moins concernant les personnes, « psy » essentiellement, qui prirent la parole) quasi totalement hostile, me restent clairement en mémoire.
Tout était, pour moi, radical, neuf, brillant, limpide et, assurément le fruit d’une longue réflexion, d’une profonde maturation.
Et je me pris brutalement à considérer que ce qu’il affirmait comme « évident », nécessaire, exigé même, non seulement, pour moi, le devenait aussi, mais en outre relevait, le matin même encore de l’impensable.
Les accusations dont il fut si longtemps l’objet, auxquelles il fit face avec courage, dignité et une ténacité jamais démentie furent indignes. Un grand monsieur auxquelles les femmes, les féministes, toutes les personnes victimes de violences doivent beaucoup.
J’avais souhaité reprendre ici certaines des principales affirmations de ce petit texte cité en note (9 pages) : c’est impossible. Tout est à publier. 76 (Cf. Penser. Postulat, Psychanalyse, Violences)

Hommes (Féminisme. Margueritte Victor) : 1932. Victor Margueritte [1866-1942], après La Garçonne. 1922, et après avoir été, commandeur, radié de la Légion d’honneur en 1923, dans l’Avant-propos de son livre, intitulé : Non ! Roman d’une conscience (dans lequel il évoque le mariage d’amour entre une Française et un allemand), auteur de :
« […] Ici se conjugue le double élan qui a poussé mon œuvre entière. Vers l’émancipation féminine et la libération humaine…But si lointain qu’il semble utopie aux regards qui n’aperçoivent dans le présent que la pétrification du passé. Mais je sais bien, aux voix de tous ceux qui souffrent et réfléchissent, aux ardents encouragements qu’ils me prodiguent, que nombre de jeunes cœurs me suivent. C’est à eux que je dédie ce conte véridique. Puissent-ils, en soutenant leur foi, guider leur espérance. Il faut que les nationalistes égoïstes cessent d’être pour que l’humanité soit. »
Et le livre se termine par : « On ne tuera la guerre qu’en tuant le militarisme. » 77 (Cf. Femmes. « Féminin », Politique. Nationalisme. Guerre)

Hommes. Féminisme. Marivaux :

Hommes (Féminisme. Marivaux) (1) : 1749. Dans La vie de Marianne de Marivaux [1688-1763], j’ai pu lire d’innombrable références, analyses, critiques des agissements des hommes, notamment dans leurs relations aux femmes, lesquelles en sont, dès lors, si souvent, si justement comprises. Exemples :
- « Les bienfaits des hommes sont accompagnés d’une maladresse si humiliante pour les personnes qui les reçoivent. »
- « Les vertus des hommes ne remplissent que bien précisément leur devoir, elles seraient plus volontiers mesquines que prodigues dans ce qu’elles font de bien [dans les manifestations de leur générosité] ; il n’y a que les vices qui n’ont point de ménage [épargne, économie, conduite que l’on tient dans l’administration de son bien]. » (Cf. Êtres humains. Amour-propre. Marivaux, Femmes. Jeunes filles)
- « Mademoiselle vous a dit vrai dans le récit qu’elle vous a fait sans doute de mon procédé avec elle ; je ne l’ai secourue en effet, que pour tâcher de la séduire ; j’ai cru que son infortune lui ôterait le courage de rester vertueuse, et j’offris de lui assurer de quoi vivre, à condition qu’elle devint méprisable. » 78

Hommes (Féminisme. Marivaux) (2) : 1750. Marivaux [1688-1763], auteur, dans La Colonie, de cet échange :
[...] Arthénice : « L’oppression dans laquelle nous vivons sous nos tyrans, pour être si ancienne, n’en est pas devenue plus raisonnable : n’attendons donc pas que les hommes se corrigent d’eux-mêmes ; l’insuffisance de leurs lois a beau les punir de les avoir faites à leur tête et sans nous, rien ne les ramène à la justice qu’ils nous doivent, ils ont oublié qu’ils nous la refusent. » […]
Une des femmes : « Eh ! que voulez-vous ? On nous crie dès le berceau : Vous n’êtes capables de rien, ne vous mêlez de rien, vous n’êtes bonnes qu’à être sages. On l’a dit à nos mères qui l’ont cru, qui nous le répètent ; on a les oreilles rabattues de ces mauvais propos ; nous sommes douces, la paresse s’en mêle, on nous mène comme des moutons. » […]
Arthénice : « Venons-en à l’esprit et voyez combien le nôtre a paru redoutable à nos tyrans ; jugez-en pas les précautions qu’ils ont prises pour l’étouffer, pour nous empêcher d’en faire usage ; c’est à filer, c’est à la quenouille, c’est à l’économie de leur maison, c’est au misérable travail d’un ménage, enfin, c’est à faire des nœuds que ces messieurs nous condamnent. » […]
Arthénice : « Ou bien, c’est à savoir se prononcer sur des ajustements, c’est à dire à les réjouir dans leurs soupers, c’est à leur inspirer d’agréables passions, c’est à régner dans la bagatelle, c’est à n’être nous-mêmes que la première de toutes les bagatelles ; voilà toutes les fonctions qu’ils nous laissent ici-bas ; à nous qui les avons polis, qui leur avons donné des mœurs, qui avons corrigé la férocité de leur âme ; à nous sans qui la terre ne serait qu’un séjour de sauvages, qui ne mériteraient pas le nom d’homme. » […]
Lire toute la pièce : La colonie, sans se focaliser sur sa stupide conclusion. 79 Lire aussi : La Nouvelle Colonie, ou la Ligue des femmes [1729], toute les deux passionnantes dans le cadre de lectures féministes.

Hommes (Féminisme. Martin George) : 1885. George Martin [1904-1916], sénateur, auteur de :
« Je n’ai jamais compris pourquoi ma mère, à qui je dois d’exister, qui m’a élevé, qui a fait mon éducation, à qui je dois d’être ce que je suis, qui avait à l’époque de ma majorité civile et politique, 21 années d’expérience de plus que moi, était mineure, alors que j’étais majeur, simplement parce que j’étais un homme.
Ma mère, mise au fait, par la loi au même rang que les enfants ou que les hommes qui ont perdu leurs droits à la suite de condamnations infâmantes, a toujours été pour moi une raison de révolte contre cette infamie de la loi et d’antipathie pour ceux des autres hommes qui, à mon encontre, trouvent cela tout naturel.
Ce que ma raison réprouve, lorsqu’il s’agit de ma mère, elle le réprouve non moins quand il s’agit de ma femme, de celle que j’ai choisi comme compagne de vie, qui partage mes joies, mais aussi mes peines ; elle [le] réprouve enfin, qu’il s’agisse de ma sœur ou de n’importe quelle femme. » 80
Et pourtant, il fut et resta sénateur… (Cf. Droit, Justice, Patriarcat, Politique. État. Sénateur)

Hommes (Féminisme. Michel Louise) : Louise Michel [1830-1905], dans ses Mémoires, auteure de :
« Au Droit des femmes, comme partout où les plus avancés d’entre les hommes applaudissent aux idées d’égalité des sexes, je pus remarquer, comme je l’avais toujours vu avant et comme je le vis toujours après, que, malgré eux et par la force de la coutume et des vieux préjugés, les hommes auraient l’air de nous aider, mais se contenteraient toujours de l’air. Prenons donc notre place sans la mendier. » 81
À rapprocher des analyses / jugements de Madeleine Pelletier [1874-1939] concernant le parti socialiste. 82 (Cf. Droit, Penser. Pensées. Préjugés)

Hommes (Féminisme. Michelet Jules) : 1858. Jules Michelet [1798-1874], dans De l’amour, [Livre IV. Ch.5. p.227-228 de l’édition originale] prend la défense George Sand [1804-1876] « contre certaines accusations qui font d’elle une corruptrice des femmes » :
« […] Une femme, née pour le grand, et très justement exigeante, a cherché où étaient les [hommes] forts et ne les a pas rencontrés. Elle a dit haut que ce que toutes pensent. C’est que l’homme a baissé (maris, amants, n’importe), qu’un tel homme ne leur suffit pas. » 83 (Cf. Féminisme, Patriarcat. Penser le patriarcat)
N.B. Si George Sand disait en 1858 ‘tout haut’ des hommes ce que ‘toutes [les femmes] pensent’ - de fait, pas grand bien - pourquoi ne l’a-t-on pas su ? (Cf. Hommes. Sand George, Patriarcat, Histoire. Patriarcale)

Hommes (Féminisme. Milliez Paul) : 1972. 1979. Le professeur Paul Milliez [1912-1994], en liens avec de nombreux et constants engagements politiques, déclara :
- En 1972, lors du procès de Bobigny, concernant l’avortement :
« Je suis militant d'action catholique, mais j'ai considéré que mon devoir était d'aider cette femme, dans la situation difficile où elle se trouvait. » 84
- En 1979, lors du colloque organisé par Choisir, il clôt son intervention intitulée : Un fléau : l’avortement clandestin ainsi :
« Voilà ce que je voulais vous raconter. C’est le passé. Maintenant des méthodes existent et vous avez gagné, Mesdames, vous avez gagné grâce à votre courage, grâce à votre énergie, grâce à votre effort : les hommes que nous sommes n’ont fait que vous aider transitoirement. À vous la place, maintenant et agissez ! » (Ovation) 85 (Cf. Femmes. Avortements, Hommes. Avortements)

Hommes (Féminisme. Montéhus Gaston) : 1905. Gaston Montéhus [1872-1952], auteur de nombreuses chansons révolutionnaires, dont La grève des Mères, interdite par décision de justice en octobre 1905, tandis qu’il fut condamné pour « incitation à l’avortement ». En voici le refrain :
« Refuse de peupler la terre / Arrête ta fécondité / Déclare la grève des mères / Aux bourreaux crie ta volonté ! / Défends ta chair / Défends ton sang / À bas la guerre et les tyrans ! » (Cf. (Cf. Femmes. Avortements, Hommes. Avortements, Politique. Démocratie. Peuple, Guerre, Démographie)

Hommes (Féminisme. Montesquieu) : 1721. Dans Les Lettres Persanes de Montesquieu [1689-1755], Roxane, dans sa dernière lettre à Uzbek lui écrit (notamment) :
« […] Comment as-tu pu penser que je fusse assez crédule pour imaginer que je ne fusse dans le monde que pour adorer tes caprices ? Que, pendant que tu te permets tout, tu eusses le droit d’affliger tous mes désirs ? » 86 (Cf. Femme. Orgueil, Patriarcat. Montesquieu)

Hommes (Féminisme. Neill. A. S) : 1915. A. S. Neill [1883-1976], dans le Journal d’un instituteur de campagne [Écosse. 1915)], auteur de :
« Aujourd’hui avec ma classe, nous avons parlé du Mouvement des femmes. Ils étaient tous d’accord que les femmes ne devraient pas voter. Je leur ai demandé pour quelles raisons.
‘Elles ne peuvent pas de battre comme les hommes’ dit un garçon. Je lui fit remarquer qu’elles risquaient leur vie plus que les hommes. Une femme risque sa vie pour que la vie vienne au monde, alors qu’un soldat risque sa vie pour que la mort vienne au monde.
‘Les femmes parlent trop’ dit Margaret Steel. ‘Lis donc le compte rendu des débats du Parlement’ lui rétorquai-je.
‘Les femmes n’ont pas de tête’, dit un garçon. À cela, je n’ai rien répondu, mais j’ai lu à la classe sa dernière rédaction à laquelle j’ai donné un 5, puis celle de Violet Brown, à laquelle j’ai donné un 9. J’ai pris soin d’ajouter toutefois que l’illustration n’était pas concluante. J’ai continué sur ce sujet en faisant remarquer à ma classe que le vote était sans valeur pour les hommes et que je ne considérais pas qu’il vaille un effort de ma part.
Mais j’ai essayé de leur montrer que le Mouvement des femmes était beaucoup plus important qu’un combat pour un pouvoir politique.
Je leur ai expliqué que c’était une protestation contre un système qui faisait de ses garçons des médecins et des pasteurs, et de ses filles, des dactylos et des vendeuses ; un système qui fait cirer aux filles les bottes de leurs paresseux de frères ; un système qui offre soixante livres à une enseignante aussi capable que son confrère masculin dans la salle à côté et qui, lui en gagne cent trente. Je ne les ai pas entraînés sur les sujets plus compliqués du mariage, des héritages et de la dépendance économique des femmes que les hommes épousent la plupart du temps pour avoir un intérieur.
Mais j’ai essayé de leur montrer qu’à cause de l’absence de vote des femmes, les lois sont du côté des hommes. Je leur ai donné comme exemple les bains publics du voisinage auxquels les femmes n’ont droit qu’une fois par semaine. » 87
Que dire de plus ? Un pionnier. (Cf. Politique. Vote des femmes)

Hommes. Féminisme. François Poullain de la Barre :

Hommes (Féminisme. Poullain de la Barre François) (1) : 1673. François Poullain de la Barre [1647-1723], dans De l’égalité des deux sexes, auteur de :
« Les femmes sont aussi nobles, aussi parfaites et aussi capables que les hommes. Mais cela ne peut être établi qu’en refusant deux sortes d’adversaires : le premier est la pensée vulgaire, le second est l’ensemble de presque tous les savants. » (Cf. Hommes. « Intellectuels ». Savants, Penser, « Sciences » sociales) 88

Hommes (Féminisme. Poullain de la Barre François) (2) : 2000. Lire la critique très pertinente de l’ouvrage De l’égalité des deux sexes de François Poullain de la Barre [1647-1723] publiée dans Le sexe du savoir de Michèle Le Dœuff. 89

Hommes (Féminisme. Rimbaud (Arthur) : (15 mai) 1871. Arthur Rimbaud [1854-1891] écrit à Paul Demeny [1844-1918] :
« Quand sera brisé l’infini servage de la femme, quand elle vivra pour elle et par elle, l’homme, jusqu’ici abominable, lui ayant donné son renvoi, elle sera poète, elle aussi. » (Cf. Hommes. L’homme)

Hommes. Féminisme. Jean-Jacques Rousseau :

Hommes (Féminisme. Rousseau Jean-Jacques) (1) : 1753. Il est rare de voir un tel qualificatif adjoint à Jean-Jacques Rousseau [1712-1778], mais un argumentaire écrit par lui dans une lettre rédigée [« fin 1753 »] « ni envoyée, ni imprimée » à M. Elie Fréron [1718-1776] mérite d’être cité. Jean-Jacques Rousseau, à la suite d’une attaque d’Elie Fréron le concernant dont j’ignore la teneur, écrit :
« La comparaison de J. J Rousseau avec une jolie femme me parait tout à fait plaisante : elle m’a mis de si bonne humeur que je veux prendre, pour une fois, le parti des Dames, et je vous demanderai d’abord de quel droit vous concluez contre celle-ci que se laisser voir à la promenade soit une preuve qu’elle a envie de plaire, si elle ne donne d’ailleurs aucune marque de ce désir. La jolie femme serait-elle encore bien mieux justifiée, si, dans le goût supposé de se plaire à elle-même, il lui était impossible de se voir sans se montrer, et que l’unique miroir fut, par exemple, dans a place publique ; car alors il est évident que, pour satisfaire sa propre curiosité, il faudrait bien qu’elle livrât son visage à celle des autres, sans qu’on put l’accuser d’avoir cherché à leur plaire, à moins qu’un air de coquetterie et toutes les minauderies des femmes à prétention n’en montrassent le dessein. » 90 (Cf. Femmes. Coquettes)
- Ne trouve-t-on, pas, dans ce texte, au-delà du (ou grâce au) sophisme, des arguments que les féministes emploieront longtemps, jusqu’à aujourd’hui, y compris cependant concernant les dames jugées - par qui d’ailleurs ? - non « jolies » ?
Celui-ci par ailleurs révèle que des Dames au XVIIIème siècle se défendaient déjà des attaques injustes les concernant. (Cf. Relations entre êtres humains. Comparaison, Patriarcat. Rousseau Jean-Jacques)

Hommes (Féminisme. Rousseau Jean-Jacques) (2) : 1762. Jean-Jacques Rousseau [1712-1778], dans Émile ou de l’éducation, auteur de :
« Les femmes, de leur côté, ne cessent de crier que nous les élevons pour être vaines et coquettes, que nous les amusons sans cesse à des puérilités pour rester plus facilement les maîtres ; elles s’en prennent à nous des défauts que nous leur reprochons. » 91
Que Jean-Jacques Rousseau tente - mal - de récuser cette réalité peut être noté ; mais qu’il en fasse état est plus important. (Cf. Femmes. Coquettes)

Hommes (Féminisme. Rousseau Jean-Jacques) (3) : 2000. Michèle Le Dœuff, dans Le sexe du savoir, cite et analyse un autre texte féministe (pas encore lu) de 1735 de Jean-Jacques Rousseau [1712-1778] qui débute par :
« Considérons d’abord les femmes privées de leur liberté par la tyrannie des hommes […]. » [In : Jean-Jacques Rousseau. Œuvres complètes. La Pléiade. II. 1995. p.1954] 92

Hommes. Féminisme. Louis-Antoine de Saint-Just :

Hommes (Féminisme. Saint-Just Louis-Antoine de) (1) : Louis-Antoine de Saint-Just [1767-1794], concernant « les femmes », auteur de : - « Laissez-leur toujours leurs désirs » ;
- « Ceux qui s’aiment sont époux » ;
- « Celui qui trompera une fille sera banni » ;
- « Celui qui frappe une femme est banni. » … (Cf. Famille. Mariage, Histoire. Révolution française. Robespierre) 93

Hommes (Féminisme. Saint-Just Louis-Antoine de) (2) : 1794. Entendu sur France Culture :
« Sur un petit carnet trouvé sur Saint-Just [1767-1794] le 9 thermidor, on peut déchiffrer, tracé d’une écriture minuscule, le fragment d’un récit romanesque précédée de quelques notes sur l’amour :
‘Pour être heureux avec les femmes, il faut les rendre heureuses, sans leur faire sentir. Les laisser absolument libres. Celui qui veut rendre une femme heureuse, doit l’abandonner à elle-même. […] » 94

Hommes (Féminisme. Sankara Thomas) : Thomas Sankara [1949-1987] assassiné, sans trop de doutes, sinon par, du moins avec le soutien de l’État français, le 15 octobre 1987 : un homme, Burkinabé, chef d’État, militaire, marxiste, chrétien, anti-impérialiste, panafricaniste, tiers-mondiste, et féministe, et ce dans de nombreux domaines : Prostitution, partage des tâches, travail des femmes, violences des hommes, excision, alphabétisation, etc.
Je dois préciser que mes sources sont limitées aux deux émissions de Valérie Nivelon [R.F.I] qui lui ont été consacrées : Sankara, Président des femmes (19 et 26 septembre 2015). On découvre aussi, dans ces films, Germaine Petroïpa (haut-commissaire de la province du Kouritenga), Adele Ouedraogo (ministre du budget), Véronique Kando (secrétaire générale de l’UFB. Union des femmes Burkinabé). (Cf. Culture. Sankara Thomas, Histoire. Archives)

Hommes (Féminisme. Sfar Joann) : (6 janvier) 2016. Joann Sfar explicitant son retrait de la liste des trente hommes nominés pour le grand prix du festival de BD d’Angoulême :
« Bien entendu, je soutiens à mille pour cent la démarche de Riad (Satouff, le premier à dénoncer ce jury). Aucun auteur ne peut souhaiter figurer sur une liste entièrement masculine. Cela enverrait un message désastreux à une profession qui de toutes parts se féminise. Bien entendu, je demande que mon nom soit retiré de la liste des nommés. » 95 (Cf. Féminisme. Féministe. Revendication)
Une nuance : que la profession « se féminise » - ou non - n’est pas un argument en l’occurrence, valable…

Hommes (Féminisme. Stansfeld James) : 1875. James Stansfeld [1820-1898], homme politique anglais, ministre du premier gouvernement Gladstone [1868-1874]. Après la chute de ce gouvernement, il s’engagea dans le combat contre les maladies sexuelles contagieuses (syphilis) et la lutte abolitionniste, menée par Joséphine Butler [1828-1906], qui aurait expliqué sa mise à l’écart du second gouvernement Gladstone de 1880. Auteur de :
« […] Les femmes des classes moyennes et supérires devraient rester à l’abri dans leur foyer, protégées par la mise à l’écart de sœurs transformées en parias, spécifiquement formées pour assouvir la luxure des hommes. Des femmes pures dans nos foyers ; des prostituées garanties saines à nos portes. Telle était la teneur de ces lois qu’il nous été demandé d’approuver et détendre.
Ceux qui ont élaboré cette législation ont jeté la honte sur un Parlement et un peuple inconscient, et ils voudraient maintenant étouffer toute discussion en arguant du fait qu’il n’est pas convenable de discuter d’un tel sujet sur la place publique.
Ils ont jeté la honte sur ces femmes qui ont eu le courage de protester, mais j’affirme que la honte ne devrait même pas effleurer ces dernières. Elle terrasse en revanche ceux qui ont osé jeter l’opprobre sur ces femmes. Je vous promets que cette question de la pureté et de l’égalité de la loi restera une affaire de femmes. […]
Les femmes sont les chefs tout désignés de ce mouvement. Je ne sais combien de temps durera notre lutte et je ne m’en soucie guère. Plus long sera le combat, plus éclatante sera la victoire morale, qui, j’en suis sûr, ne manquera pas de se produire.
En revanche, voilà ce que j’affirme : en ce qui me concerne, je m’engage toujours à défendre le parti que les femmes ont décidé de prendre ; je m’engage à considérer cette question avant tout comme la leur, à prouver que ce sujet leur doit plus qu’il ne le devra jamais aux hommes, à tout faire pour qu’elles restent en première ligne, avec tout le respect qui leur est dû et, le jour de la victoire, je m’engage à proclamer celle-ci comme la leur. » 96 Si rare… (Cf. Proxénétisme. Abolitionnisme, Histoire, Sexes. Syphilis)

Hommes (Féminisme. Stendhal) : 1803. 1805. 1806. 1807. Stendhal [1783-1842], écrit à sa sœur Pauline [Beyle. 1786-1857], à laquelle il ne cesse par ailleurs (notamment) de suggérer des lectures, lui écrit :
- 1803 (sans date) : « […] C’est que la plupart des hommes aiment mieux une femme bête et bonne qu’un femme spirituelle et mielleuse ; la reconnaissance pèse moins. »
- 1er octobre 1805 : « À propos de Berlin, je t’invite à suivre les mouvements de la guerre sur la carte d’Allemagne et pour cela lire les journaux ; tu verras l’histoire se passer sous tes yeux. Calque la carte d’Allemagne et marques-y les premières positions des troupes. Cela est bien loin du genre d’une femme, te dirons les nigauds. C’est pour cela qu’il faut t’y fortifier. »
- 24 janvier 1806 : « […] Songe à acquérir de l’influence sur ceux qui t’entourent. Voilà le seul but raisonnable que puisse avoir une femme, car elle ne peut rien faire directement dans nos mœurs. Pour te montrer où une femme peut parvenir quand elle secoue son apathie honteuse de l’ennui, lis De la littérature [1800], etc… par Mme de Staël [1766-1817] […]. »
- 30 avril 1807 : « Regarde les bassesses et les bêtises de celui qui blâme ou loue ; ses propos te seront bientôt indifférents ; mais ne montre pas un caractère élevé ; les hommes diraient : ‘quoi, voilà un être qui échappe à notre domination ? Dans le fond de son cœur, il peut, avec raison, se préférer à nous ?’ Et alors, comme mon ami d’ici, ils ne haïront. »
Sans doute, Stendhal parlait aussi ici beaucoup de lui-même. 97

Hommes (Féminisme. Stuart Mill John) : 1859. Voici la dédicace de John Stuart Mill [1806-1873] à Harriet Taylor [1807-1858] dans De la liberté :
« Je dédie ce volume à la mémoire chérie et regrettée de celle qui fut l’inspiratrice et en partie l’auteur du meilleur de mes écrits (De l’assujettissement des femmes) ; l’amie et la femme dont le sens élevé de la vérité et de l’honnêteté fut mon stimulant le plus fort et dont l’approbation fut ma principale récompense.
Comme tout ce que j’ai écrit depuis de nombreuses années, il lui appartient autant qu’à moi. Mais l’ouvrage tel qu’il se présente a eu, à un degré insuffisant, l’avantage inestimable de sa révision, quelques-unes des parties les plus importantes ayant été mises de côté en vue d’un examen plus approfondi dont elles ne bénéficieront maintenant plus jamais.
Si seulement j’étais capable d’interpréter pour le monde ne serait-ce que la moitié de ses grandes pensées et des nobles sentiments qu’elle a emporté dans sa tombe, je lui apporterais bien plus de bien qu’il ne pourra jamais en résulter de toute ce que je pourrais écrire sans l’émulation et l’assistance de sa sagesse incomparable. » 98 (Cf. Droit. Mill Stuart John, Femmes. Intelligence, Relations entre êtres humains. Récompense)
* Ajout. 2 janvier 2018. Certain-es ont considéré que Harriet Taylor pouvait être considérée comme co-auteure des écrits de John Stuart Mill, ceux écrits après leur rencontre. 99
* Ajout. 6 décembre 2019. Lire l’analyse précise de Michèle Le Dœuff, dans les paragraphes intitulés : Une femme et un homme en philosophie et L’admirable essai dans Le sexe du savoir. 100

Hommes (Féminisme. Tagore Rabindranath) : 1916. Rabindranath Tagore [1861-1941], dans La maison et le monde, auteur de :
« […] Ta femme ! Qu’est-ce qu’une femme ? Une bulle d’air que tu as enflée de ton propre souffle ; une pauvre bulle si soigneusement gardée nuit et jour, et pourtant prête à éclater au moindre choc !
Ma femme, ah ! combien mienne ! Et si elle dit : Non, je suis moi-même ! dois-je répondre : C’est impossible puisque tu es à moi !
Ma femme ! Est-ce là un argument ? Est-ce là une vérité ? Peut-on emprisonner une personnalité entière dans un nom ? » 101 (Cf. Femmes. Épouses)

Hommes (Féminisme. Talleyrand-Charles Maurice de) : (10 septembre) 1791. Charles-Maurice Talleyrand [1754-1838], à l’assemblée constituante, dans son Rapport sur l’Instruction publique, auteur de :
« […] L’instruction doit exister pour l’un et l’autre sexe ; cela est trop évident : car, puisqu’elle est un bien, commun, sur quel principe l’un des deux pourrait-il en être déshérité par la société productrice des droits de tous ? Principe d’égalité vite remis en cause : […]
Puisque l’instruction doit exister pour chaque sexe, il faut donc créer promptement des écoles, et pour l’un et pour l’autre sexe ; mais il faut aussi créer pour elles des principes d’instruction ; car ce ne sont pas les écoles, mais les principes qui les dirigent, qu’il faut regarder comme les véritables propagateurs de l’instruction. » 102 (Cf. Patriarcat, Politique. Égalité)

Hommes (Féminisme. Tesson Sylvain) : 2005. Sylvain Tesson dans son Petit traité sur l’immensité du monde, auteur de :
« Je suis sorti des chemins humanistes à la faveur des rencontres qui me dessillèrent les yeux et me désoperculèrent les oreilles. Lors de mes premiers voyages, je partais admirer le spectacle du monde et le rideau s’éleva sur l’universelle oppression de la moitié de l’humanité par l’autre.
Le wandereur
(vagabond) que je suis redeviendra humaniste lorsque cessera la suprématie du Mâle. Il souffre à chaque instant de se heurter où il porte ses pas (aux rares exceptions des pays scandinaves, de certaines vallées himalayennes et des jungles primaires) à la toute-puissance de la testostérone.
Il lui semble que l’humanité a érigé en divinité le mauvais chromosome.
Il entend les cris de joie dans les maisons berbères saluant la naissance des garçons et des lamentations si c’est une fille.
Il a traversé des villages dans les campagnes de Chine où les mères se pendent si elles enfantent une fille.
Il a vu en Inde, où il manque 50 millions de femmes, le visage des victimes qu’on a tenté de brûler. Il a lu dans le Coran - ce bégaiement paniqué du berger hagard - le mépris ruisselant de stupidité dans lequel est tenu la femme.
Il sait qu’en Europe, la situation n’est pas plus heureuse.
Dans les champs tropicaux qu’il a traversés, il n’a souvent vu que la silhouette des femmes
affairées aux moissons pendant que les hommes s’adonnaient à cette occupation qui tient en haleine chaque jour des milliards d’entre eux : suivre l’ombre d’un arbre au fur et à mesure que le soleil se déplace dans le ciel.
Dans les pays de sable et de soleil, il a partagé des dîners avec le maître de maison, pendant que la mère de famille se nourrissait par terre de ce qu’on lui lissait.
Il a rencontré des petits garçons gras comme des poussahs, entouré de fillettes aux côtes saillantes.
[…] » 103 Puissant. (Cf. Corps. Visage, Patriarcat. Proverbes)

Hommes (Féminisme. Tiller George) : 2015. Je lis dans Ma vie sur la route, Mémoires d’une icône féministe de Gloria Steinem, ces informations concernant le docteur George Tiller [1941-2009]. Il était « l’un des rares médecins à pratiquer des avortements tardifs - qui représentaient seulement 1% des interventions mais qui se révélaient cruciaux quand, par exemple, un fœtus de développe sans cerveau -. » Il a été blessé par deux balles par une femme « activiste ». Gloria Steinem le rencontre en 2008 et lui demande s’il a déjà pratiqué des IVG sur des femmes qui militaient contre l’IVG. Il lui répondit :
« Bien sûr. Je suis là pour les aider, pas pour ajouter à leurs problèmes. Elles doivent se sentir assez coupables comme ça. » Le 31 mai 2009, il fut assassiné d’une balle dans le crâne. 104 (Cf. Femmes. Avortements, Hommes. Avortements)

Hommes (Féminisme. Vian Boris) : 1958. Boris Vian [1920-1959], auteur de la chanson :
« Ne vous mariez-pas les filles ! »

Hommes (Féminisme. Voltaire) : 1768. Voltaire [1694-1778], dans un texte, de quatre pages, intitulé : Femmes soyez soumises à vos maris, transmet la réaction de colère fort circonstanciée de la Maréchale de Grancey, après avoir lu les paroles de saint Paul (telle qu’exprimée à l’Abbé de Châteauneuf). En voici un passage :
« N’est-ce pas assez qu’un homme, après m’avoir épousée, ait le droit de me donner une maladie de neuf mois, qui quelques fois est mortelle ?
N’est-ce pas assez que je mette au jour avec de très grandes douleurs un enfant qui pourra me plaider (c.à.d. contre moi) quand il sera majeur ?
Ne suffit-il pas que je sois sujette tous les mois à des incommodités très désagréables pour une femme de qualité, et que pour comble, la suppression d’une de ces douze maladies par an soit capable de ma donner la mort, sans qu’on vienne me dire encore : ‘Obéissez ? »
- Tout lire, y compris la défense de Mahomet et de la Turquie (sans doute par anticléricalisme). 105 (Cf. Penser. Obéir)

Hommes (Féminisme. Winock Michel) : 2015. Michel Winock dans son Journal politique, écrit, alors qu’en 1963, il a 26 ans et est professeur :
« Dans une leçon d’histoire sur la société française, j’en arrive à avouer que faire la vaisselle n’est pas humiliant pour moi, et de rire de la virilidad des petits pachas domestiques. Qu’un élève risque une pointe de misogynie, je lui suggère d’en finir avec ‘l’esclavagisme’. Les trente-cinq autres approuvent en riant : j’espère qu’ils s’en souviendront. À propos de tout, parler de tout. Et faire parler : maïeutique. » 106 (Cf. Histoire. Historiographie. Patriarcale. Winock Michel)

III. Hommes (« Intellectuels ») :

Hommes. « Intellectuel » :

Hommes (« Intellectuels ») (1) : Qualifier un homme, une femme d’« intellectuel-le », c’est leur conférer une maitrise de la pensée non seulement spécifique, mais qui plus est supérieure aux autres ; dès lors déposséder peu ou prou tous les autres que leur qualité d’être humain pensant. (Cf. Êtres humains)

Hommes (« Intellectuels ») (2) : (16 octobre) 2015. Je lis le dossier du Monde : « Y a-t-il encore des intellectuels de gauche ? » Il ne peut y avoir de pensée sur les fondements d'une personnalisation de la pensée. Il ne peut y avoir de pensée dans le cadre de termes qui sont autant de carcans de la pensée. 107 (Cf. Penser)

Hommes (« Intellectuels ») (3) : Sur le fondement d’une prédiction qui n’en était pas une et qui plus est, n’était en rien fondée, il était pris dans les rets d’une réputation que les médias, le monde politique, le monde universitaire lui avait bâti et à laquelle il avait voulu d’autant plus croire qu’il avait contribué à la légitimer.
Puis, faute de s’en libérer - ce qui eut exigé de sa part une autocritique de ses travaux et donc de lui-même, ce dont, trop peu sûr de lui et trop sensible, il était peu capable - il prolongea des années son calvaire, sur un chemin pavé d’erreurs.
Puis, comme, une mouche prise dans une toile d’araignée, il s’épuisait à parler de ses recherches - que plus réellement personne ne prenait au sérieux - à, bien seul, les présenter, les valoriser, les légitimer, sans qu’il soit à même de réellement s’en rendre compte.
Mais, les médias, qui eux, voyaient plus clair, continuaient de l’inviter ; il était « un bon client » - il remplissait les béances - et permettait, en août le plus souvent, de l’inviter, à parler de tout, de n’importe quoi, et surtout de lui-même ; il était intarissable.
Mais ceux et celles qui l’écoutaient devenaient les voyeurs-euses, sans l’avoir voulu, d’un homme - triste petit garçon, jamais devenu grand - que cette mise à nu, dont il n’était qu’insuffisamment conscient, touchait, néanmoins : le prix apparaissait, le concernant, vraiment trop lourd. (Cf. « Sciences » sociales. Autocritique)

Hommes (« Intellectuels ») (4) : (18 mars) 2019. Accepter d’être invité-e - hommes et femmes - à l’Élysée, c’est accepter ce qualificatif d’« intellectue-le », c’est accepter qu’il vous soit conféré par l’Élysée, c’est accepter que d’autres ne soient pas invité-es.
Et tout ceci, sur quels fondements ? (Cf. Politique. Macron Emmanuel. Penser, « Sciences » sociales. France Culture)
N.B. Le terme d’« otage » [Libération. 19 mars 2019] n’est en rien approprié. Ce sont sur des bases claires qu’ils sont été invité-es et ont accepté l’invitation.

Hommes (« Intellectuels ») (5) : (1er avril) 2020. Entendu sur France Culture, dans le cadre d’une émission consacrée à Michel Foucault [1926-1984] définir - en toute naïveté ? - les intellectuels comme « les gens qui se chargent de façonner le discours. » 108 (Cf. Êtres Humains. Naïveté, Penser)

Hommes (« Intellectuels ») (6) : Il cite tellement d’auteurs, parties prenantes d’autant de livres, de revues, d’institutions, d’initiatives, de rencontres, de colloques… qu’à la fin, un seul nom surnage : le sien.

Hommes (« Intellectuels ») (7) : Le terme même et donc l’idée d’« intellectuel » implique l’existence d’un groupe de personnes spécifiques, non définissables par aucune autre caractéristique, mais dont le lien entre eux les prédisposeraient à avoir une analyse qui se situerait d’emblée, au-dessus, en surplomb... Pour ces trois raisons, ce terme n’est pas acceptable.

Hommes (« Intellectuels ») (8) : Il croyait - encore - qu’en parlant latin ; en citant des auteurs mal connus, inconnus - sauf de lui - ; en faisant état de ses relations ; en employant des mots compliqués - considérés comme de savants - ; en dispensant, ça et là, son mépris - ce qui valait rehaussement sa propre valeur - ; sans oublier de citer tous ses livres, il les, il se valorisait, il se valorisait.
Il pensait aussi que - ce qui n’était qu’impudence - était censé être atténué, sinon valorisé, par l’insistance qu’il mettait à affirmer la faible importance à accorder ses propres pensées. (Cf. Culture. Livres, Penser)

Hommes (« Intellectuels ») (9) : « On ne demande pas à un intellectuel de savoir manier des armes » Sur quels fondements ?

Hommes (« Intellectuels ») (10) : Après avoir écouté un intellectuel que je connais depuis longtemps, je me rends compte qu’il se référait déjà au début de sa carrière et se nourrissait des deux mêmes ‘grands’ auteurs. Mais combien d’intellectuels n’ont-ils pas sacrifié des années de leur vie à penser dans le cadre des systèmes de pensées extérieurs à eux-mêmes et à critiquer, à se mesurer, à se faire reconnaitre, à souhaiter dépasser, mais aussi à détruire, à la marge ou frontalement leurs prédécesseurs, leurs semblables, leurs pairs ? Combien de disciples, d’élèves, de successeurs, d’héritiers ? Combien de traîtres, de meurtriers ? Cette dépendance ne relève-t-elle pas de l’aliénation ? Et ces indentifications ne sont-elles possibles que dans une société - la société française - qui valorise tant ses « intellectuels »; et si aveugles à leurs limites, leurs manques, leurs contradictions…. (Poursuivre)
* Ajout. 29 août 2023. Bernard-Henri Lévy nomme [Jean-Paul. 1905-1980] Sartre « l’homme-siècle ». 109

Hommes (« Intellectuels ») (11) : Lorsqu’il se rendit compte que, sans conteste possible, ses arguments n’étaient plus valables, ni même récupérables - voire pire - et que les siens l’étaient, sans contestation possible, il cessa tout rapport avec elle.

Hommes (« Intellectuels ») (12) : Faut-il que tant d’« intellectuels » soient intelligents pour que tant de leurs écrits, dépourvus de sens, soient si peu - ou pas - critiqués.

Hommes (« Intellectuels ») (13) : Les intellectuels - ou du moins certains d’entre eux - n’auraient-ils pas peu ou prou succédé aux directeurs de conscience d’antan, transmutés en directeurs de pensée [politique] ?

Par ordre alphabétique. Hommes. « Intellectuels » :

Hommes. « Intellectuels ». Alain :

Hommes (« Intellectuels ». Alain) (1) : 1927. Alain [1868-1951] « philosophe, journaliste, essayiste et professeur de philosophie, rationaliste, individualiste et critique » [Wikipédia], auteur, dans Les Idées et les âges, de :
« Je crois à propos d’éclairer ce que cet auteur [Auguste Comte. 1798-1857] a dit du sexe actif et du sexe affectif, ainsi que des règles de leur société. Il n’est pas mauvais de suivre d’abord cette idée que l’homme est naturellement fait pour conquérir les choses, les transformer, et se les approprier. Il y a de la destruction dans ce travail, de l’invention aussi, toujours violence et soumission mêlées, sans égard ni respect ; ce qui paraît au coup de pioche et au coup de fouet. [Suivent un certain nombre d’assertions difficilement compréhensibles]
Ces remarques mises au jour, et illustrées par des milliers d’exemples que chacun trouvera aisément font déjà non ridicule l’idée que la femme pense naturellement plus que l’homme. J’accorde que les femmes tombent aisément dans un bavardage vide ou faible ; d’abord parce qu’elles vivent d’égards et de politesses, qui sont des formes sans contenu : aussi parce que le souci de l’inférieur, nourriture, propreté, repos qui sont leur lot, ramène souvent leur pensée au niveau de l’animal. Mais il faut comprendre aussi qu’un certain nombre de rêves ou de chimères accompagne naturellement le travail féminin, toujours recommençant et machinal. Je dois chimères en ce sens que ces pensées n’expriment point le monde en ses sévères exigences. Mais elles ne peuvent être étrangères à cette fonction féminine de conserver la forme humaine, de la protéger, comme aussi, ce qui en est la suite, de remettre toujours en forme cet intérieur de la maison, ce lieu des égards, de la sécurité, du sommeil. […]
Cette pratique du gouvernement domestique, toujours réglé d’après des maximes, dispose au jugement moral, et à la contemplation de ce qui devrait être. Il ne faut pas oublier non plus que le pouvoir moral, toujours respectueux de la forme humaine, suppose un art de persuader et de deviner, d’où un genre de pénétration et de ruse qui ne ressemble nullement aux précautions et à la dextérité de l’artisan. Couper un arbre, scier une branche, creuser la roche, sont de l’homme ; risquer la forme humaine à cela, c’est maxime de guerre, et c’est maxime d’homme. C’est pourquoi la guerre est tellement étrangère à la femme que peut être elle n’arrivera jamais à en rien penser […].
L’opposition qu’on trouve dans la femme, qui de toute façon garde enfance, vient de ce qu’elle repousse cet autre ordre, qui fait désordre en ses pensées. »
Confusions, incohérences, absurdités, inhumanité, ne sont pas seulement le fait d’un ou de plusieurs (ici, d’Alain) et ne doivent donc pas être critiqués sur ce seul fondement ; confusions, incohérences, absurdités, inhumanité sont intrinsèquement, nécessairement, partie prenante de la pensée dite « intellectuelle » patriarcale. 110 (Cf. Femmes. Animalisation des femmes. Infantilisation. « Féminin ». Travail. Domestique, Féminisme. Antiféminisme, Relations entre êtres humains. Politesse, Patriarcat, Politique. Ruse, Sexes, Philosophie. Sociologie. Comte Auguste)

Hommes (« Intellectuels ». Alain) (2) : 1981. Raymond Aron [1905-1983], dans Le spectateur engagé, en racontant ses années à l’École normale supérieure entre 1924 et 1928, évoque le « philosophe » Alain [1868-1952] :
« Il y avait Alain et la secte des aliniens. Ceux-là avaient un grand homme qu’ils admiraient passionnément : ils l’appelaient ‘l’homme’ ; c’était l’homme par excellence, à la fois le philosophe, le pacifiste et le combattant. Peut-être cette combinaison n’était pas rationnelle, mais elle était impressionnante. » 111
Le : « peut-être pas rationnelle » s’avère une terrible critique, à tant d’égards…
* Ajout. 24 avril 2022. 1987. Paul Vaillant-Couturier [1892-1937], dans Enfance, nomme l’École normale supérieure de la rue d’Ulm « la pépinière d’où sort l’élite des génies en série à l’usage de la démocratie. » 112 (Cf. Culture. Sciences-po, Relations entre êtres humains. Admiration, Hommes. « Grands », Penser, Politique. Démocratie. « Élites », Philosophie)

Par ordre chronologique. Hommes. « Intellectuels ». Louis Althusser. Assassin de son épouse :

Hommes (« Intellectuels ». Althusser Louis. Assassin de son épouse) (1) : (16 novembre) 1980. Althusser tué son épouse, Hélène [Rytmann. 1910-16 novembre 1980] Le non-lieu prononcé « en sa faveur », 113 et « dont [il a] bénéficié » 114 selon ses propres dires, l’a été en février 1981 sur le fondement de l’article 64 du code pénal le considérant donc comme irresponsable.
Après un séjour (fort bien aménagé) en hôpital psychiatrique, il a été « rendu à la vie publique » en 1983 sans avoir jamais été jugé. Il a alors publié un livre afin de « s’expliquer les raisons d’un drame dans lequel il a été littéralement jeté sous l’inconscience et le délire », 115 qui s’est avéré une justification - fort heureusement si aisément lisible - du crime qu’il a commis.
À ma connaissance, pas un questionnement des ‘intellectuels-de-gauche’ concernant cette injustice qui n’aurait pas été possible sans la caution politique de Mitterrand [1916-1996] et donc de son ministre de la justice, Robert Badinter : si exceptions, elles méritent d’être connues et sont les bienvenues. (Cf. Hommes. Irresponsables, Hommes. « Politiques ». Badinter Robert. Mitterrand François, Justice, Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (« Intellectuels ». Althusser Louis. Assassin de son épouse) (2) : 1982. Louis Althusser [1918-1990], dans L’avenir dure longtemps [excepté pour son épouse…], auteur de :
« […] Car j'ai étranglé ma femme, qui m'était tout au monde, au cours d’une crise aiguë et imprévisible de confusion mentale, en novembre 1980, elle qui m’aimait au point de ne vouloir que mourir faute de pouvoir vivre, et sans doute lui ai-je, dans ma confusion et mon inconscience, ‘rendu ce service’ dont elle ne s'est pas défendue mais dont elle est morte. » 116

Hommes (« Intellectuels ». Althusser Louis. Assassin de son épouse) (3) : (15 mai) 1982. Matthieu Galey [1934-1986], dans son Journal, écrit :
« Oui, l’intelligence. Si proche de la folie, quand elle s’embarque dans la création démente d’un système philosophique, œuvre insane, ou d’un roman, désespérante entreprise désespérée. Pas étonnant qu’Althusser ait tué sa femme ; le geste n’est pas plus fou que d’écrire. […] Du reste, qui n’est fou pour les autres ? […] » 117

Hommes (« Intellectuels ». Althusser Louis. Assassin de son épouse) (4) : 1992. Louis Althusser [1918-1990], dans L’avenir dure longtemps, auteur de :
« Jean Guitton [‘conseiller particulier’ de deux papes : Jean XXIII et de Paul VI. 1901-1999] nous tenait Hélène et moi pour des ‘saints’, et il l’a prouvé, après l’article de Jean Dutourd sur la mort d’Hélène, en interrompant une émission à la télévision pour proclamer qu’il me gardait en tout une confiance totale et serait toujours à mes côtés dans les pires épreuves. Je lui garde une infinie reconnaissance pour ce qui était alors tout simplement un acte de courage public. »
Faut-il rappeler que Louis Althusser se réclamait du marxisme, aspirait à le régénérer et a enflammé les esprits politiques de nombre de Normaliens qui se réclamaient de l’extrême gauche marxiste ? 118 (Cf. Philosophie)

Hommes (« Intellectuels ». Althusser Louis. Assassin de son épouse) (5) : 1996. Régis Debray, dans Loués soient nos seigneurs. Une éducation politique, auteur de :
« Louis [Althusser. 1918-1990], une bonté géniale, intuitive et affectueuse. […] Ses silences perçants, son humour suicidaire. […] Ce névrosé plein de tact qui devait, glissant à la psychose, étrangler sa femme, qu’il vénérait, avait l’intelligence du cœur. […]
Mon mentor s’est tué en 1980 par compagne interposée. » Horresco referens…. 119 (Cf. Femmes. Comment faire disparaître les femmes, Hommes. Irresponsables, Justice, Penser, Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (« Intellectuels ». Althusser Louis. Assassin de son épouse) (6) : 1996. Jean d’Ormesson, concernant Louis Althusser [1918-1990], qu’il a connu à l’École normale supérieure, auteur de :
« Quand il a eu ses grands malheurs […] » 120 (Cf. Êtres humains. Malheureux, Hommes. « Intellectuels ». D’Ormesson Jean, Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (« Intellectuels ». Althusser Louis. Assassin de son épouse) (7) : (10 janvier) 2006. Claude Rich, l’acteur jouant Althusser dans la pièce, le concernant, intitulée Caïman, auteur de :
« Je vais peut-être vous étonner, mais ce qui m'émeut le plus dans la pièce, malgré les déchirements du couple, c'est l'atroce beauté, l'absolue pureté de cet amour. » 121 (Cf. Relations entre êtres humains. Amour, Famille. Couple)

Hommes (« Intellectuels ». Althusser Louis. Assassin de son épouse) (8) : 2008. Virginie Linhart, dans Le jour où on père s’est tu, fille de Robert Linhart [auteur de L’Établi. 1978] écrit :
« Robert fera partie de ceux qui mettront tout en œuvre pour que la justice conclue à l’irresponsabilité pénale de Louis, reconnu dément au moment de l’action. Je crois qu’il s’épuisera dans ce combat, le dernier qu’il ait mené publiquement, et la gagnera au prix de sa propre santé mentale : c’est moins de trois mois après l’arrêt de non-lieu pour Louis Althusser que mon père tentera de se donner la mort. » 122 (Cf. Hommes. Irresponsables, Justice. Patriarcale)

Hommes (« Intellectuels ». Althusser Louis. Assassin de son épouse) (9) : 2010. Catherine Clément, dans son autobiographie, Mémoire, auteure de :
« Quand Althusser étrangla Hélène, son épouse, je ne le crus pas. […]
J’écrivis sur le champ un très bel article sur la déraison du philosophe marxiste, un esprit qui sombrait et s’accusait d’un meurtre. Je parlais d’un suicide social. Mon article parut. Il fallut rectifier. Je ne m’étais pas entièrement trompée.
[…]
Grâce à Alain Peyrefitte qui me le dit plus tard, le directeur de Normale [Jean Bousquet. 1912-1996] parvint à soustraire Althusser à la justice en l’internant tout de suite en psychiatrie. Le grand philosophe fut déclaré irresponsable. […]
Que sa folie put devenir criminelle ne brisait pas seulement la vie d’Althusser ; c’était un attentat contre la philosophie. » 123 (Cf. Femmes. Comment faire disparaître les femmes. Hommes. Irresponsables, Justice, « Sciences » sociales. Philosophie. Psychanalyse. Psychiatrie)
N.B. Je lis sur Wikipédia que Jean Bousquet « eut à faire face au meurtre d’Hélène Althusser par son mari » et, concernant Althusser : « En 1980, ayant sombré dans la folie, il tue sa compagne Hélène Rytmann ». Assassinée, elle n’est plus même épouse et en perd ce qui était devenu son nom. (Cf. Femmes. Épouse de, Famille)

Hommes (« Intellectuels ». Althusser Louis. Assassin de son épouse) (10) : 2010. Benoit Peeters, dans Derrida, écrit :
« En juillet 1983, Althusser a quitté discrètement la clinique de Soisy pour son appartement de la rue Lucien-Leuwen, dans le 20ème arrondissement. » 124
« Discrètement » : écrit aussi avec discrétion…

Hommes (« Intellectuels ». Althusser Louis. Assassin de son épouse) (11) : 2010. Benoit Peeters, dans Derrida, cite le passage à l’ambiguïté pour le moins dérangeante, difficilement acceptable, de la parole de Jacques Derrida [1930-2004] à l’enterrement de Louis Althusser dans lequel on peut lire :
« [Il] rayonnait de bonté, de demande et de don d’amour […] » 125

Hommes (« Intellectuels ». Althusser Louis. Assassin de son épouse) (12) : 2010. Benoit Peeters, dans Trois ans avec Derrida, rapportant une rencontre avec Dominique Lecourt, évoque allusivement « des liens avec Althusser, avant et après le drame. » 126

Hommes (« Intellectuels ». Althusser Louis. Assassin de son épouse) (13) : 2010. Benoit Peeters, dans Trois ans avec Derrida, note qu’Étienne Balibar, évoquant la mort d’Hélène Althusser parle de « la mort de Louis ». 127

Hommes (« Intellectuels ». Althusser Louis. Assassin de son épouse) (14) : (8 juin) 2016. Etienne Balibar, « philosophe », dans À voix-nue, sur France Culture, auteur de :
« Je n’ai pas pris mes distances à l’égard d’Althusser […], suivi de : « Il n’est pas vrai qu’il souhaitait la tuer - rire - Il l’a étranglé dans un état d’inconscience. […] »
Et je ne relève pas les présentations qui le déresponsabilise, accompagnées de mensonges.

Hommes (« Intellectuels ». Althusser Louis. Assassin de son épouse) (15) : 2016. Dans le film d’Arte, l’Aventure de Louis Althusser, j’entends :
« Il étrange et tue sa femme dans une crise de démence. » Pour remplacer le « crime passionnel » ? : le résultat est le même : il est déresponsabilisé…
J’entends aussi : « Il ne quittera ni le P.C., ni Hélène. »
Plus précisément, quels liens peuvent-ils exister entre ses échecs, ses blocages politiques, intellectuels, sa « folie » que certains, ponctuellement, lui reconnaissent et l’assassinat de son épouse, que d’autres ont pu nommer un « suicide altruiste » ? (Cf. Femmes. Comment meurent les femmes)

Hommes (« Intellectuels ». Althusser Louis. Assassin de son épouse) (16) : (20 avril) 2018. André Comte-Sponville, auteur, de :
« mon maître et ami, Althusser ». 128 (Cf. Langage. Possessif, Philosophie)
* Ajout. 23 octobre 2020. André Comte-Sponville, auteur de : « mon maître, Louis Althusser ». 129

Hommes. « Intellectuels ». Louis Aragon :

Hommes (« Intellectuels ». Aragon Louis) (1) : 1960. Louis Aragon [1897-1982], auteur (notamment) de :
« Elsa Triolet choisie par Aragon ». 130 Il faut oser…

Hommes (« Intellectuels ». Aragon Louis) (2) : 1928. Louis Aragon [1897-1982], dans le Con d’Irène, auteur de :
« Jeune bourgeois, ouvrier laborieux, et toi, haut fonctionnaire de cette République, je vous permets de jeter un regard sur le con d'Irène, ô délicat con d'Irène ! » 131
Pour ceux et celles qui l’ignoreraient - et j’en fis partie longtemps - traiter une femme (et un homme) de « con » serait équivalent à traiter un homme de « bite ».
- 2000. Je lis, dans l’une des présentations (Babelio) de ce livre, avec une préface de Philipe Sollers [1936-2023], Le con d’Irène, ceci :
« Quand, à la fin des années vingt, est publié anonymement ce petit ouvrage, les foudres de la censure se déchaînent. La société française n'est pas encore prête à reconnaître comme littérature une ode passionnée au sexe de la femme, ce lieu de délice et d'ombre, ce patio d'ardeur, dans ses limites nacrées, la belle image du pessimisme. Ô fente, fente humide et douce, cher abîme vertigineux. Qui se cache derrière ces pages sulfureuses, jouant de la critique bourgeoise et de la création surréaliste échevelée ? C'est, on l'apprend après quelques années et quelques procès évités, un jeune homme en guerre contre la morale et la bourgeoisie qui se fait appeler Aragon. Aujourd'hui que nous sommes revenus de la provocation, que reste-t-il du Con d'Irène ? Un mystère tout aussi grand et profond, c'est-à-dire une vraie réflexion et une religieuse fascination pour l'antre de la femme. ‘Si petit et si grand ! C'est ici que tu es à ton aise, homme enfin digne de ton nom.’ »
- Peut-on, à la lecture de ce texte aberrant, monstrueux, datant pourtant de l’année 2000, mesurer l’avancée des pensées féministes ? (Cf. Femmes. Échanges des, femmes. Hommes. Sollers Philippe, Patriarcat, Pornographie, Sexes. Femmes)
* Ajout. 31 octobre 2021. Le livre fut saisi le 5 janvier et le 6 mars 1968. (Cf. Culture. Censure)

Hommes (« Intellectuels ». Aragon Louis) (3) : Louis Aragon [1897-1982], auteur de :
« Je peux presque dire - pas entièrement - que je n’ai jamais aimé une femme qui fut française. » 132 (Cf. Femmes, Relations entre êtres humains. Aimer, Politique. Nationalisme)

Hommes (« Intellectuels ». Aron Raymond) : 1968. Raymond Aron [1905-1983], dans La révolution introuvable, nomme Alexis de Tocqueville [1805-1859] :
« mon maître ». 133
- Comment quiconque, a fortiori un-e « intellectuel-e », peut-il se targuer d’avoir « un maître » ?
* Ajout. 4 octobre 2019. 1985. Thierry de Montbrial, auteur de :
« Aron fut mon maître ».
* Ajout. 6 octobre 2019. 1985. Marc Fumaroli [1932-2020] évoque « l’admiration [qu’il] portait à Raymond Aron, qui n’a pas été de mes maîtres […]. » 134 (Cf. Relations entre êtres humains. Admiration, Langage. Possessif, Penser, Politique. Hiérarchie)

Hommes (« Intellectuels ». Attali Jacques) : (23 novembre) 2015. Jacques Attali, afin de donner au peuple français un exemple à ne pas suivre pour que « la France reste à la hauteur de l’admiration que nous suscitons » depuis les attentats de novembre 2015, a cru bon donner un exemple, afin d’expliciter sa pensée : « pas comme une jolie femme qui considère que les hommages lui sont dus, quoi qu’elle fasse. » 135 (Cf. Femmes. Protéger, Patriarcat, Politique. Démocratie. Attali Jacques. Nationalisme. Peuple)

Hommes (« Intellectuels ». Audiard Michel) : 1961. Michel Audiard [1920-1985], dans le film Un taxi pour Tobrouk de Denis de la Patellière [1921-2013] auteur - exprimé par Maurice Biraud [1922-1982] - de :
« Deux intellectuels assis vont moins loin qu’une brute qui marche ». (Cf. Culture. Cinéma)

Hommes. « Intellectuels ». Alain Badiou :

Hommes (« Intellectuels ». Badiou Alain) (1) : (28 octobre) 2013. Alain Badiou, qui fut, notamment, co-responsable de la collection, « L’ordre Philosophique », auteur de :
- « La femme est le processus de ne pas être » […]
- « La femme est la preuve terrestre que Dieu n’existe pas » [...]
- « La femme est dissoute dans les eaux glacées du calcul égoïste » […]
- « Il y a un défaut d’homme (s) et un excès de femme (s) » … 136
- Couramment invité dans les médias et sur les plateaux de télévision.
* Ajout. 7 juillet 2020. 1870. Edmond de Goncourt [1822-1896] répond à Émile Zola [1840-1902] qui lui avait adressé ses condoléances après la mort de son frère [Jules. 1830-1870]. Selon lui, il n’y avait d’autre cause à sa mort que « l’émotion morale », les « excès de la pensée », car il ne faisait ni « excès de femmes », ni « excès de boisson » […]. » 137 (Cf. Êtres humains, Femmes. Comment faire disparaître les femmes, Langage. Zeugma, Patriarcat, Politique. Abus, Économie. Calcul, Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (« Intellectuels ». Badiou Alain) (2) : (15 juillet) 2018. France Culture, grâce à ses si précieuses et si aisément accessibles archives nous permet d’accéder à des merveilles. Aujourd’hui, un interview d’Alain Badiou de 1970 à la Radio diffusion belge, retransmise en 2001 par France Culture lors d’une émission intitulée : À l’écoute de Jacques Lacan. On y lit :
« Je considère que Lacan [Jacques. 1901-1981] est un homme des Lumières, c’est ce qui l’a opposé à beaucoup de ses contemporains, c’est un rationaliste intégral. » Et ce, suivi de :
« Ce n’est pas parce qu’il a parlé du désir et de la jouissance féminine, qu’il a concédé quoi que ce soit à l’obscurantisme. » 138
- Les bras m’en tombent… (Cf. Femmes. « Féminin », Hommes. « Intellectuels », Psychanalyse. Lacan Jacques, Histoire. Archives)

Hommes (« Intellectuels ». Balandier Georges) : 2022. Sonia Dayan-Herzbrun, dans Rien qu’une vie, auteure de :
« Georges Balandier [1920-2016], partant à la retraite, j’avais participé à l’organisation d’un colloque en son honneur qui se tenait à Cerisy-la-Salle. J’avais fignolé ma propre intervention qui portait je crois sur le cinéma. Balandier avait alors pris la parole. Je l’entends alors : ‘Vous nous avez fait jaser, Sonia, et comme disaient les surréalistes, qui jase bande.’ Je fus pétrifiée, muette devant ce qui voulait passer pour un trait d’esprit mais qui avait la violence d’une paire de gifles. » 139 (Cf. Hommes. Grossiers. Anthropologie)

Hommes. « Intellectuels ». Étienne Balibar :

Hommes (« Intellectuels ». Balibar Étienne) (1) : (18 avril) 2016. Étienne Balibar, présenté comme « théoricien du marxisme » (« pas uniquement » rectifie-t-il), professeur de philosophie politique, fut le « confident et le proche collaborateur » de Louis Althusser [1918-1990] à l’École normale supérieure.
Interrogé sur ses relations avec lui, il dit qu’il « le suivait fidèlement dans tout ce qu’il faisait ». ;
Interrogé sur les raisons pour lesquelles il resta au parti communiste jusqu’en 1981, il dit qu’il « était dedans parce que Althusser y était et qu’il ne voulait pas le laisser seul » et, deuxième raison, parce qu’il avait « la conviction profonde qu’on ne fait pas de politique sans organisation. »
Interrogé sur la date tardive de son soutien au PC que, dit Laure Adler, « ses camarades avaient quitté depuis des décennies », il répondit simplement : « C’est tard » […] « C’est ce que m’a dit l’Ambassade des États-Unis ». En toute naïveté ? Ou en toute inconscience [politique] ? 140 (Cf. Êtres Humains. Naïveté, Hommes. « Intellectuels ». Althusser Louis)

Hommes (« Intellectuels ». Balibar Étienne) (2) : (11 février) 2017. Dans un interview (confus), intitulé Quand l’universel exclut, Étienne Balibar écrit :
« Mais ce qui est fondamental à mes yeux, c’est qu’un tel universalisme [celui « des révolutionnaires français et américains et des mouvements d’émancipation sociale du XIXème siècle »] autorise aussi la résistance. Au XVIIIème siècle, la française Olympe de Gouges [1748-1793] et la Britannique Mary Wollstonecraft [1759-1797] ont fondé le féminisme politique en proclamant que l’identification de l’universel avec une norme masculine contredit son postulat de l’égale liberté et de l’accès aux droits pour tous et toutes. »
- Outre que ce choix d’exclusivité demanderait à être explicité ; outre que considérer ces deux féministes comme ayant - à égalité ? - défendu les mêmes analyses est absurde ; outre que ni l’une ni l’autre ne pourrait se retrouver dans une telle présentation, considérer que deux femmes du XVIIIème siècle aient, à elles seules, « fondé le féminisme politique » - qui se serait arrêté à elles ? - est une négation de l’histoire, une négation du féminisme. Mais ce qui m’apparait comme le plus politiquement signifiant est que, là encore, une fois encore, la référence à des individues singulières, interdit toute pensée critique de « l’universalisme » en tant que pensée patriarcale. 141 (Cf. Féminisme. Négation. Patriarcat, Penser. Pensées. Postulat, Philosophie. Birnbaum Jean)

Hommes (« Intellectuels ». Bataille Georges) : 1962. Georges Bataille [1897-1962] auteur de :
« […] Jean de la Croix [1582-1591] […] est un enragé. Voilà le côté qu’il a de commun avec les surréalistes, et qui, à mon sens, est l’essentiel du surréalisme : une sorte de rage. Lorsque André Breton [1896-1966] écrivait : ‘Lâchez vos femmes, lâchez dada’, je pense qu’il avait à l’esprit cette rage. [Une rage] contre l’état de choses existant, une rage conte la vie telle qu’elle est. […] » 142 (Cf. Hommes. « Intellectuels ». France. Breton André, Patriarcat, Violences. Sade. Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (« Intellectuels ». Ben Djelloun Tahar) : (23 août) 2016. Tahar Ben Djelloun, après avoir cité Le harem et les cousins de Germaine Tillion [1966], auteur de :
« […] Le garçon reste privilégié encore aujourd’hui dans l’éducation maternelle. […] Les mères participent d’une certaine manière, inconsciemment, les pauvres…, elles ne savent pas ce qu’elles font… à faire des garçons des futures djihadistes. Mais elles ne savent pas. »
Quant au patriarcat, il est analysé par le journaliste et confirmé par lui comme « un problème de sexualité non résolu ». 143 (Cf. Femmes. Abêtissement. Mères, Famille, Patriarcat. Pères, Sexes. Sexualité)

Hommes. « Intellectuels ». Pierre Bourdieu :

Hommes (« Intellectuels ». Bourdieu Pierre) (1) : 1998. La domination masculine réhabilitée, en toute logique, par Pierre Bourdieu [1930-2002], le penseur de gauche du « social » … 144 (Cf. Patriarcat. Domination masculine, Sociologie, Violences. Symboliques)

Hommes (« Intellectuels ». Bourdieu Pierre) (2) : (21 mars) 2020. Alain Finkielkraut cite, (sans source, sans date, à vérifier, donc) cette analyse - ce jugement ? - de Pierre Bourdieu [1930-2002] de 1976 concernant L’Homme révolté [1951] d’Albert Camus [1913-1960] comme :
« un bréviaire de philosophie édifiante, sans autre unité que le vague à l'âme égotiste qui sied aux adolescentes hypo khâgneuses et qui assure à tout coup une réputation de belle âme. » (Cf. Êtres humains. Âmes, Hommes. Intellectuels. Camus Albert, Féminisme. Antiféminisme) 145

Hommes (« Intellectuels ». Breton André) : 1924. Voici le début du Manifeste du Surréalisme d’André Breton [1896-1966] :
« Tant va la croyance à ce que la vie a de plus précaire, la vie réelle s’entend, qu’à la fin, cette croyance se perd. L’homme, ce rêveur définitif, de jour en jour plus mécontent de son sort, fait avec peine le tour des objets dont il a été amené à faire usage, et que lui a livrés sa nonchalance, ou son effort, son effort presque toujours, car il a consenti à travailler, tout au moins il n’a pas répugné à jouer sa chance (ce qu’il appelle sa chance !). Une grande modestie est à présent son partage : il sait quelles femmes il a eues, dans quelles aventures risibles il a trempé. […] »
On sait l’importance du rôle et de l’influence que le surréalisme joua sur les intellectuels français. Quelques pages plus loin, Breton cite ses « amis » : Louis Aragon, Philippe Soupault, Paul Éluard, Robert Desnos, Roger Vitrac, Georges Auric, Jean Paulhan, Max Morise, Benjamin Péret, Joseph Delteil, Jean Carrive, Georges Limbourg et Georges Limbourg, Marcel Noll, T. Fraenkel, Georges Malkine, Antonin Artaud, Francis Gérard, Pierre Naville, J-A Boiffard, Jacques Baron et son frères, Francis Picabia, Marcel Duchamp, Picasso et poursuit :
« […] Du reste, la solitude est vaste, nous ne nous rencontrons pas souvent. Puis l’essentiel n’est-il pas que nous soyons nos maîtres, et les maîtres des femmes, de l’amour aussi ? »
Ces positions affirmées, sa finale définition du surréalisme :
« Automatisme psychique pur par lequel on se propose d’exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. […] » en apparaît fort détachée, et se révèle un efficace cache-sexe… 146 (Cf. Culture. Patriarcale, Langage. Verbe. Avoir, Patriarcat, Penser. Croyance)

Hommes (« Intellectuels ». Bruckner Pascal) : (6 septembre) 2019. Question de Pascal Bruckner posée à Roman Polanski, à l’occasion de la présentation de son dernier film au festival américain de Deauville :
« en tant que juif, pourchassé pendant la guerre, et en tant que cinéaste persécuté par les staliniens en Pologne, survivrez-vous au maccarthysme néo féministe aujourd’hui ? » 147 (Cf. Culture. Polanski Roman, Féminisme, Haine du féminisme, Violences. Violences à l’encontre des enfants, Violences à l’encontre des femmes. Polanski Roman)

Hommes. « Intellectuels ». Pascal Bruckner et Alain Finkielkraut :

Hommes (« Intellectuels ». Bruckner Pascal et Finkielkraut Alain) (1) : 1982. Pascal Bruckner et Alain Finkielkraut, dans Au coin de la rue, l’aventure, auteurs de :
« Nous avons conquis de haute lutte le droit de dire ‘je’ pour nous apercevoir que ce ‘je’ était vide, et que ce droit était celui de n’être rien, disponible à l’éventuel, ouvert à tous les vents de l’incertain. Individualisme petit-bourgeois ? Oui, au sens, où il n’y a plus de cause qui vaille qu’on lui sacrifie entièrement ses préoccupations individuelles, non, dans la mesure où les gens ne s’en remettent plus à leur richesse intérieure. […] » 148 (Cf. Hommes. « Intellectuels ». Finkielkraut Alain, Politique. « Occident », Violences. Violences à l’encontre des enfants Bruckner Pascal et Finkielkraut Alain)

Hommes (« Intellectuels ». Bruckner Pascal et Finkielkraut Alain) (2) : 1982. Pascal Bruckner et Alain Finkielkraut, dans Au coin de la rue, l’aventure, auteurs de :
« Il faut réhabiliter les majorités silencieuses car le silence dont on les accable n’est jamais que l’envers d’un bavardage inconséquent qui a d’abord pour prétention de leur couper la parole ». 149 (Cf. Culture. France Culture, Hommes. « Intellectuels ». Finkielkraut Alain Politique. Médias)

Hommes (« Intellectuels ». Butor Michel) : (21 septembre) 1985. Michel Butor [1926-201], auteur de :
« Je suis tout entouré de femmes, ici, dans cette maison, puisque j’ai quatre filles. Pendant très longtemps j’ai été le seul homme au milieu de toutes ces femmes. Et bien sûr, j’ai énormément besoin de ces femmes. Et le spectacle des femmes est évidement quelque chose de très, très important pour moi, le spectacle des femmes, avec le spectacle, la façon dont elles se présentent, c’est à dire la façon dont elles s’habillent… » J’arrête là, sur la jupe de sa femme ; après c’est trop. 150

Hommes (« Intellectuels ». Camus Albert) : 1951. Albert Camus [1913-1960], dans L’homme révolté, auteur de :
« Scheler lui-même [Max. 1874-1928] L’homme du ressentiment [1933] met l’accent sur l’aspect passif du ressentiment, en remarquant la grande place qu’il tient dans la psychologie des femmes, vouées au désir et à la possession. » 151 (Cf. Patriarcat)

Hommes (« Intellectuels ». Casanova Jean-Claude) : (17 mars) 1999. Pour justifier son refus de toute loi concernant la parité, Jean-Claude Casanova, chroniqueur, entre autres multiples fonctions, pendant des années à France Culture, ‘ponte’ de Sciences-po, auteur de :
« Le plus étonnant dans cette affaire est la méthode retenue pour promouvoir le sexe féminin dans la vie politique. S’il s’agissait de mesures incitatives, pour conduire les partis à présenter davantage de femmes, il n’y aurait rien à dire. On pourrait au contraire s’en féliciter. Les Français sont peut-être le peuple le plus spirituel de la terre, mais ils ne sont pas le plus libéral. On juge que les électeurs ne sont pas suffisamment éclairés pour élire librement des femmes. La loi doit donc les y contraindre. De même que l’avant-garde du prolétariat devait pouvoir contraindre les ouvriers français à marcher au pas, l’avant-garde féministe, seule consciente des droits des femmes, doit pouvoir contraindre les électeurs. » 152
Un vrai morceau d’anthologie - dont on appréciera la rigueur intellectuelle - de la part d’un homme, « économiste libéral », qui a, en sus de fonctions politiques et intellectuelles, notamment présidé, sans grande éthique, aux destinées de la Fondation nationale des Sciences politiques. (Cf. Femmes. « Féminin », Féminisme. Antiféminisme, Politique. Parité, Histoire. Casanova Jean-Claude)

Hommes. « Intellectuels ». Cornelius Castoriadis :

Hommes (« Intellectuels ». Castoriadis Cornelius) (1) : (mars) 1963. Cornelius Castoriadis [1922-1997], dans un article intitulé La jeunesse étudiante, paru dans Socialisme ou barbarie évoque « les filles [qui] ressemblent aux garçons mais ne savent pas si elles voudraient en être ou pas », puis « les filles à marier de la première année de droit », puis « l’importance numérique - qui va « croissant » - des fils et des filles de petits bourgeois, de fonctionnaires et d’employés », puis l’étudiant qui « a rarement une femme et des enfants à nourrir. » 153 (Cf. Penser, Patriarcat)

Hommes (« Intellectuels ». Castoriadis Cornelius) (2) : 1976. Cornelius Castoriadis [1922-1997], dans La psychanalyse, projet et élucidation, auteur de :
« […] En arrière même de Protagoras qui, tel du moins que le présente Platon était lui rigoureux et beaucoup plus subversif que les dames patronnesses de la ‘subversion’ du Vème arrondissement [de Paris]. » 154 (Cf. Psychanalyse. Castoriadis Cornelius)

Hommes (« Intellectuels ». Castoriadis Cornelius) (3) : 1994. Cornelius Castoriadis [1922-1997], dans Des guerres en Europe, auteur de :
« Disons en passant (sic) contre une certaine démagogie du féminisme contemporain, que nulle part cette ambivalence [des relations parents-enfants] n’est si grande qu’entre mère et fille, qu’aucune haine entre fils et père n’atteint l’intensité, la destructivité, la morbidité et la cruauté de la haine que la clinique (sic) nous montre si souvent entre mère et fille. » 155 (Cf. Femmes. Mères, Famille, Relations entre êtres humains. Haine. Castoriadis Cornelius, Féminisme. Antiféminisme, Patriarcat. Pères, Psychanalyse)

Hommes. « Intellectuels ». Maurice Clavel :

Hommes (« Intellectuels ». Clavel Maurice) (1) : 1975. Maurice Clavel [1920-1979], évoquant les rues du quartier de la Muette, à Paris, dans Ce que je crois, auteur de :
« Ce devait être un printemps, car je me souviens de jolies filles aux épaules nues, à la gorge découverte, par centaines. Leur beauté s’aiguisait de leur lustre bourgeois : ce poil poli jusqu’à secréter sa lumière, en vifs reflets ; cette mise à laquelle on ne peut refuser un je ne sais quoi ; ce teint dont ont pris soin les cimes en hiver, les plages en été, la pluie à la campagne en chaque fin de semaine, la toilette mettant discrètement en scène, sans plus, les attraits de belle nature et nourriture. Il faut des générations pour faire ces êtres là ; pour donner ce semblant d’idéalité charnelle, et son charme. […] » 156 La suite à l’avenant : en pire ? (Cf. Êtres humains, Corps, Femmes)

Hommes (« Intellectuels ». Clavel Maurice) (2) : (27 août) 2017. Maurice Clavel [I920-1979], auteur, sans excessive inquiétude, de : « Je lève les barrages idéologiques. »
Mais combien ne pensent-ils pas ce que, lui, ose dire ?
Il est vrai, le concernant, qu’il peut se targuer - ce qui aide, sans doute…- d’avoir « reçu la révélation de Dieu. » 157
- Cf. aussi pour une critique des « nouveaux philosophes », François Aubral et Xavier Delcourt, Contre la nouvelle philosophie. 158

Hommes (« Intellectuels ». Clavel Maurice) (3) : 2018. Lu sur Wikipédia :
Maurice Clavel :
« 1ère épouse : Sylvia Monfort, deuxième épouse : Nina Penado, troisième épouse : Elia Clermont- Clavel (née Loyer). » Sylvia Monfort (la plus connue ?), est, et elle seule, est citée dans le texte le concernant, mais dans une référence intitulée : « Article connexe ». (Cf. Famille. Polygamie, Histoire. Historiographie. Patriarcale. Wikipédia)

Hommes (« Intellectuels ». Clément Jérôme) : Jérôme Clément « personnalité française du monde des médias et de la culture » (Wikipédia) cite (sans source, ni date, à vérifier donc) une déclaration de Niki de Saint Phalle [1930-2002], qui a[urait], ce dont je doute, déclaré :
« Les hommes, dit cette féministe décidée, sont des pauvres types tout juste bons pour décorer mon lit, pour cirer mes bottes. Pour autre chose, je n’en ai pas besoin. »
Et cette déclaration est analysée par lui comme étant « des propos précurseurs, bien avant mai 68, du féminisme en France. » 159 (Cf. Culture, Femmes. Artistes. Saint Phalle Niki de, Féminisme. Antiféminisme, Langage. Genre)

Hommes (« Intellectuels ». Césaire Aimé) : (mars) 1944. Aimé Césaire [1913-2008], dans la revue Martinique, auteur de :
« […] « Le vrai idéal : la femme ‘possédée’ ».
Lire aussi son Discours de la distribution des prix du pensionnat colonial, « prononcé devant quelques jeunes filles d’une Ile petite et en marge du monde » à Fort de France, le 10 juillet 1945. 160 (Cf. Femmes. Jeunes filles)

Hommes (« Intellectuels ». Chaunu Pierre) : 1987. Pierre Chaunu [1923-2009], historien, auteur de :
« J’ai eu beaucoup de chances dans ma vie professionnelle. Celle d’une épouse qui a tout sacrifié, sans qui il n’y aurait eu ni Séville, ni le reste, ni rien qui vaille. » 161
En guise d’épitaphe : une épouse reconnue, sans gêne, « sacrifiée » …
- Quant à sa « chance » : il est rare que ce travail nié des femmes pour le plus grand profit des hommes, soit si clairement exprimé en ces termes …
- Pour sa part Wikipédia note qu’il est le « père de six enfants ». (Cf. Femmes. Épouse de, Patriarcat, Histoire, Violences. Violences à l’encontre des femmes. « Droit de cuissage »)

Hommes. « Intellectuels ». Léon Chestov :

Hommes (« Intellectuels ». Chestov Léon) (1) : Léon Chestov [1866-1938], dans La vie de Léon Chestov, écrit :
« En 1922, le gouvernement soviétique expulsa plus de cent-soixante représentants de l’Intelligentsia : savants, écrivains, journalistes, hommes politiques. […] » (Cf. Histoire)

Hommes (« Intellectuels ». Chestov Léon) (2) : 1903. Léon Chestov [1866-1938], dans La vie de Léon Chestov, concernant Julien Benda [1857-1866], écrit :
« Heureux Benda qui a accumulé déjà un si grand capital intellectuel qu’il peut vivre sur ses rentes », suivi de ce jugement concernant Soren Kierkegaard [1813-1855] :
« […] Son actif baisse terriblement. » 162 (Cf. Économie. Capital)

Hommes (« Intellectuels ». Chestov Léon) (3) : 1972. Simone de Beauvoir [1908-1986], dans Tout compte fait, décrivant ses voyages - fort intéressants - avec Jean-Paul Sartre en Russie, concernant l’année 1964, auteure de :
« Sartre avait l’impression qu’idéologiquement la jeunesse perdait pied. Des étudiants, de jeunes professeurs l’interrogeait sur Berdiaev [1874-1948], sur Chestov [1866-1938]: de manière plus ou moins déguisée, l’idée de Dieu semblait renaitre chez beaucoup d’entre eux. » 163 (Cf. Berdiaev [plusieurs références], Penser, Politique. Religion)

Hommes (« Intellectuels ». « Collaborateurs ») : (mars) 1942. Dans Les Nouveaux Temps, dirigé par Jean Luchaire [1901-1946] - qui fut fusillé à la Libération - est publié un Manifeste des intellectuels français contre les crimes anglais. 57 signataires (dont Robert Brasillach, Louis-Ferdinand Céline, Pierre Drieu la Rochelle, Philippe Henriot, Abel Hermant, Ramon Fernandez. Alphonse de Châteaubriant…).
56 hommes, une femme : Gabrielle Castelot (Pseudonyme : Guy Harveng) 164 (Cf. Langage. Académie française, Hermant Abel, Histoire)

Hommes (« Intellectuels ». Comte-Sponville André) : (17 mai) 2015. Entendu ce jour, André Comte-Sponville « philosophe » :
- « Être un avec son corps ».
- Du même (dans une émission consacrée notamment à son ‘sens du tragique’) :
- […] « Les femmes, pour ce qui me concerne, sont belles et extrêmement désirables. » ; […]
- « La sexualité, cet océan d’abime, de plaisir, de trouble qui est tellement délicieux » ;
- […] « Les plaisirs du corps, j’y suis très sensible […] mais il y a aussi les plaisirs de l’âme » ;
- […] « J’adore faire l’amour », pour, enfin, l’entendre employer l’expression d’« un peu […] de sexe » .165 (Cf. Culture, Êtres humains. Âmes, Corps, Relations entre êtres humains. Aimer. « Faire l’amour », Patriarcat, Sexes, Philosophie)

Hommes (« Intellectuels ». Constant Benjamin) : 1804. Benjamin Constant [1767-1830] écrit dans son Journal intime, à 37 ans :
« […] J‘ai toujours la mauvaise chance de trouver des impossibilités chez les femmes que je pense à épouser. Charlotte de Hardenberg ennuyeuse et romanesque ; Mme Lindsay avait 40 ans et deux bâtards ; Mme de Staël [1766-1817], qui me comprend mieux que personne, ne veut pas se borner à l’amitié quand je n’ai plus d’amour ; cette pauvre Amélie [Fabri], qui me désire, a 32 ans, point de fortune et des ridicules que l’âge a consolidé ; Antoinette, qui a 20 ans, de la fortune et point de ridicules est commune de figure et n’a rien de français. » 166 (Cf. Enfants. « Bâtards », Famille. Mariage, Hommes. Grossiers)

Hommes (« Intellectuels ». Cyrulnik Boris) : 2008. Que Boris Cyrulnik, l’homme en France de la « résilience » - présenté comme « neurologue et psychiatre » - ait pu être l’un des 42 « membres » de la Commission pour la croissance française, dite Commission Attali - dont le rapport final fut rendu à Nicolas Sarkozy le 23 janvier 2008 - au-delà de l’effet de sidération, ouvre de riches ouvertures de réflexions politiques, économiques. (Cf. Langage. Critique de mot : « Résilience », Psychanalyse, Économie)

Hommes. « Intellectuels ». Régis Debray :

Hommes (« Intellectuels ». Debray Régis) (1) : 1976. Régis Debray (s’adressant à lui-même), dans Journal d’un petit-bourgeois entre deux feux et quatre murs, auteur de :
« [...] Mais toi aussi tu as déposé des boutons de culottes dans la casquette des mendiants, ou à la quête du dimanche à l’Église, dans la sébile du Suisse, ni vu ni connu. Tu n’as pas liquidé les vieux bolchéviques, mais tu n’étais pas non plus à la place de Staline.
Tu as découvert à 15 ans que toutes les femmes en dessous d’un certain âge étaient des putes du seul fait qu’elles n’étaient pas des anges mais des femmes, ouvrant leurs cuisses avec ni plus ni moins de naturel que tu t’y laissais toi-même glisser. Si tu ne te résignes pas à ce genre de déceptions et de découvertes, tu ne pourras pas te supporter toi-même, tu devras immédiatement te suicider. » 167 Terrible…

Hommes (« Intellectuels ». Debray Régis) (2) : (25 janvier) 2020. Régis Debray, sur France Culture, dans une émission intitulée La conversation scientifique, auteur de :
« Une femme est toujours pour la nature. »
Réaction du responsable de l’émission : « Bien joué ! » 168

Hommes (« Intellectuels ». Debray Régis) (3) : (18 juillet) 2022. Régis Debray, sur France Culture, concernant l’homosexualité de J. M. Keynes [1883-1946], auteur de :
« […] Ce qui ne l’empêchait pas de goûter aux dames. »

Hommes. « Intellectuels ». Gilles Deleuze :

Hommes (« Intellectuels ». Deleuze Gilles) (1) : Gilles Deleuze [1925-1995], dans L’ile déserte, auteur de :
« Jamais de la femme, on ne fera une amie. Car l’amitié, c’est la réalisation du monde extérieur possible que vous offre un Autrui mâle et lui seul. Et il est utopique, voir affligeant, de voir la femme exprimer ce monde extérieur. » 169 Terrible, encore…

Hommes (« Intellectuels ». Deleuze Gilles) (2) : Gilles Deleuze [1925-1995], auteur de :
« Tristesses des générations sans « maîtres ». […] Qui alors sût dire quelque chose de nouveau, sinon Sartre ? […] C’est pourquoi Sartre [1905-1980] reste notre maître. […] »
Repose - et relativise - de la critique de l’aliénation des femmes à l’égard des hommes…
Fort inquiétant par ailleurs. 170 (Cf. Femmes « Aliénées », Hommes. « Intellectuels ». Aron Raymond, Patriarcat. Pères, Penser. Suivisme, Penser. Hiérarchie, Politique. Hiérarchie)

Par ordre chronologique. Hommes. « Intellectuels ». Jacques Derrida :

Hommes (« Intellectuels ». Derrida Jacques) (1) : (18-21 octobre) 1966. Au colloque de Baltimore : « The Langages of Criticism and the Sciences of Man » (sic), après l’intervention de Jacques Derrida [1930-2004], Jean Hyppolite [1907-1968] « s’avoue aussi désorienté qu’admiratif : ‘Je ne vois pas exactement où vous allez’, lui dit-il. ‘Je me demandais moi-même si je sais où je vais lui répond Derrida. Je vous répondrai donc en disant que j’essaie précisément d’atteindre ce point où je ne sais plus moi-même où je vais. » 171

Hommes (« Intellectuels ». Derrida Jacques) (2) : 1967. Jacques Derrida [1930-2004], dans L’écriture et la différence, auteur de :
« […] Notons au passage, à ce sujet, que Totalité et Infini. [1961. Emmanuel Levinas. 1906-1995] pousse le respect de la dissymétrie jusqu’au point où il nous parait impossible, absolument impossible qu’il ait été écrit par une femme.
Le sujet philosophique en est l’homme [vir]. (Cf. par exemple la Phénoménologie de l’Éros qui occupe une place si importante dans l’économie du livre.)
Cette impossibilité principielle pour un livre d’avoir été écrit par une femme n’est-elle pas unique dans l’histoire de l’écriture métaphysique ?
Levinas reconnait ailleurs que la féminité est une ‘catégorie ontologique’.
Faut-il mettre cette remarque en rapport avec la virilité essentielle du langage métaphysique ?
Mais peut être le désir métaphysique est-il essentiellement viril, même chez ce qu’on appelle la femme.
C’est, semble-t-il, ce que Freud (qui aurait méconnu la sexualité comme ‘rapport avec ce qui est absolument autre’) (TI), pensait non du désir certes, mais de la libido. » 172
N.B. C’est par la lecture du livre de Michèle Le Dœuff, Le sexe du savoir [p.288] que j’ai eu connaissance de ce texte que Jacques Derrida a jugé bon de placer une note.
Pour ma part, je ne sais si de l’incohérence de la pensée ou de ses fondements, ce qui me gêne le plus… (Cf. Patriarcat. « Féminité », Politique. Libido, Sexes, Philosophie. Métaphysique)

Hommes (« Intellectuels ». Derrida Jacques) (3) : 1972. Jacques Derrida [1930-2004], dans un colloque consacré à Nietzsche, auteur de :
« Le titre retenu (de ma communication) aura été la question du style. Mais - la femme sera mon sujet. Il resterait à se demander si cela revient au même - ou à l’autre ». La suite, à l’avenant : 51 pages, dont sept consacrées à la phrase fondamentale de Nietzsche : « J’ai oublié mon parapluie. » 173
Oui, vous avez bien lu…
* Ajout. 24 novembre 2019. 2010. Benoît Peeters, dans Trois ans avec Derrida. Les carnets d’un biographe écrit :
« Une coquetterie fréquente de Derrida est d’annoncer qu’il ne pourra pas traiter le sujet annoncé. Souvent, ce n’est qu’une feinte, une ruse : il veut l’aborder à sa manière, quitte à en faire tout autre chose, jouant avec la demande pour mieux la déjouer. » 174
* Ajout. 26 novembre 2019. 1982. Concernant notamment « le parapluie » sus-évoqué, voici ce que Jacques Derrida écrit dans un texte nommé « Chorégraphies » :
« […] Plus sommairement encore, on a parfois réagi, sans voir plus loin que le bout des formes phalliques qui font saillie dans le texte, à commencer par celles du style, de l’éperon ou du parapluie, sans tenir compte de ce qu’il est dit de la différence entre style et écriture ou de la complication bisexuelle de ces formes et d’autres.
D’une manière générale, c’est ne pas lire, et j’irai jusqu’à dire de ne pas lire la syntaxe et la ponctuation de telle ou telle phrase, que d’arrêter le texte sur une position, une thèse, un sens ou une vérité. Cette méprise herméneutique […] » 175 J’arrête-là… : c’est insupportable de non-sens. Il s’agit d’injures à l’idée même de pensée.
- Et quand je pense que cet homme a représenté et exporté pendant des dizaines d’années la « « french theory », le « french féminism » …, cela renouvelle mes idées sur les processus, les mécanismes, les acteurs / trices de l’aliénation. (Cf. Féminisme. « French feminism », Penser, Politique. Ruse, Philosophie)

Hommes (« Intellectuels ». Derrida Jacques) (4) : 1977. Dans une autre intervention, après l’avoir lue et relue, de Jacques Derrida [1930-2004], lors d’une Rencontre de Cerisy consacrée à Francis Ponge [1899-1899], j’ai relevé : des termes jamais définis, des aveuglantes incohérences, des assertions jamais démontrées, des confusions, des équivalences jamais explicitées, une absence de tout fondement, de tout référence théorique et plus largement de cohérence intellectuelle, comme de toute précision concernant le statut de la parole, une suffisance liée à un éternel retour à soi comme relevant de l’évidence et souvent même de la nécessité, des jeux de mots faciles, des amalgames injustifiés, avec comme conséquence un étouffement de toute idée sous le poids des mots. Absurde, incompréhensible, mais d’autant plus grave pour un-e intellectuel-le qui devient dès lors responsable de l’obscurcissement de la compréhension du monde par l’instauration d’un ordre du chaos. J’écris cela sans plaisir ni satisfaction, mais il importe de ne pas oublier que ce sont en sa faveur et celle de tant d’autres que, notamment, les analyses féministes furent bafouées pendant tant d’années.
Y penser lorsque l‘on évoque notamment « l’écriture féminine ». 176 (Cf. Femmes. « Féminin », Féminisme. « French feminism »)

Hommes (« Intellectuels ». Derrida Jacques) (5) : 1990. Je découvre ce jour [28 août 2017], par hasard ou presque, un troisième texte de Jacques Derrida [1930-2004], de 47 pages, intitulé Fourmis, publié à l’occasion d’un colloque intitulé : Lectures de la différence sexuelle. 177
Je pense pouvoir écrire sans trop d’inquiétudes, sans nuance, qu’il est incohérent.
Position qui renouvelle la question : Derrida est-il illisible ? [terme que je préfère à « compliqué » employé pas son biographe. Benoit Peeters] …
* Ajout. 25 novembre 2019. 1982. Jacques Derrida, dans Points de suspension. Entretiens, auteur de :
« Le plus simple est parfois le plus difficile. » 178

Hommes (« Intellectuels ». Derrida Jacques) (6) : 1997. Jacques Derrida [1930-2004], dans Il Gusto del Segreto, auteur de :
« Je n’ai pas dit non à 68. […] Ce qui me gênait […] ce n’était pas la spontanéité apparente à laquelle je ne crois pas, mais l’éloquence politique spontanéiste, l’appel à la transparence, à la communication sans relais, parti ou syndicat. […] » 179 (Cf. Politique. Transparence, Penser. Éloquence)

Hommes (« Intellectuels ». Derrida Jacques) (7) : 2004. Jacques Derrida [1930-2004], dans texte intitulé Le dialogue de Strasbourg, auteur de :
« Alors, moi, Spinoza - c’est quelqu’un à qui je n’ai rien compris. Je l’ai enseigné, je le connais un peu, je peux faire un cours sur Spinoza […]. » 180 (Cf. Philosophie. Spinoza Baruch)

Hommes (« Intellectuels ». Derrida Jacques) (8) : 2005. Jacques Derrida [1930-2004], lors d’un Entretien avec Jean Birnbaum, publié sous le titre, Apprendre à vivre enfin, auteur de :
« […] Voilà pourquoi il y a dans mon écriture une façon, je ne dirais pas perverse, mais un peu violente de traiter cette langue [française]. Par amour. L’amour en général passe par l’amour de la langue, qui n’est ni nationaliste ni conservateur, mais qui exige des preuves et des épreuves. On ne fait pas n’importe quoi avec la langue, elle nous préexiste, elle nous survit. Si l’on affecte la langue de quelque chose, il faut la faire de façon raffinée, en respectant dans l’irrespect sa loi secrète. C’est ça la fidélité infidèle : quand je violente la langue française, je le fais avec le respect raffiné de ce que je crois être une injonction de cette langue, dans sa vie et dans son évolution.
Je ne lis pas sans sourire, parfois avec mépris, ceux qui croient violer, sans amour justement, l’orthographe ou la syntaxe ‘classique’ d’une langue française, avec des airs de puceaux à éjaculation précoce, alors que la grande langue française, plus intouchable que jamais, les regarde faire en attendant le prochain. […]
Laisser des traces dans l’histoire de la langue française, voilà ce qui m’intéresse. […] »
Des traces de sperme, après viol, aimant, raffiné, puissant et dont - entouré d’« impuissants » - il aurait le monopole ? 181 (Cf. Culture, Langage. Langue. Française. Orthographe, Hommes. « Impuissants », Philosophie, Violences)
* Ajout. 24 novembre 2019. 2010. Je lis que dans le film nommé Derrida de Kirby et Amy Ziering Kofman, [2003] à la question :
« Qu’auriez-vous aimé voir dans un documentaire sur Hegel ou Heidegger ? », Jacques Derrida répondit :
« ‘Leur vie sexuelle’ […] » 182 (Cf. Dialogues, Sexes)

Hommes (« Intellectuels ». Derrida Jacques) (9) : (25 juillet) 2004. Dragan Kujundzic, enseignant à l’université d’Irving est accusé de harcèlement sexuel. Jacques Derrida [1930-2004] écrit au chancelier de l’université, Ralph J. Cicerone ceci :
« Je commencerai par préciser sans équivoque que j’approuve pleinement, dans leurs principes, toutes les règles destinées à empêcher, voire à réprimer les comportements définis par les États-Unis comme ‘sexual harassement’. Dans leur principe, ces lois me paraissent justes et utiles. Mais chacun le sait, elles peuvent donner lieu à des instrumentalisations abusives, capricieuses, voire perverses et vicieuses […].
Je peux d’abord, au titre de la probabilité, témoigner à partir de ce que m’ont confié de nombreux collègues en qui j’ai confiance (dont Dragan évidemment). Il semble bien que les allégations de la plaignante soient abusives et de mauvaise foi (pour ne pas dire perverses. Alors qu’il n’y a eu aucune contrainte ou violence exercées à son encontre, ni d’atteinte (si improbable au demeurant !) à l’’innocence’ présumée d’une femme de vingt-sept ou vingt-huit ans, où trouve-t-elle la ressource, comment peut-elle prétendre avoir le droit d’entamer une procédure aussi grave et de mettre en marche une bureaucratie juridico-académique aussi lourde contre un professeur respectable et respecté de tous ?
J’entends aussi dire que toutes les procédures légales n’ont pas été respectées dans le déroulement de l’enquête, notamment dans la façon dont l’administration a informé (en vérité a manqué d’informer) nos collègues de nouvelles dispositions de la loi. […]
Ce que je m’apprête à vous dire, je vous l’assure sous la foi du serment, ne constitue en rien, dans mon esprit, une pression exercée sur quiconque. Mais il est dans mon devoir de vous dire sans retard, et en toute rigueur. Cette vérité la voici : si la procédure scandaleuse engagée contre Dragan Kujundzic n’était pas interrompue ou annulée, pour toutes les raisons que je viens de rappeler, si une sanction, quelle qu’elle soit venait entacher et son honneur et l’honneur de l’université, j’aurais la tristesse de devoir mettre fin, immédiatement, à tous mes rapports avec UCI. […] »
Et le chantage se poursuit concernant ses archives. 183 (Cf. Justice. Procès, Patriarcat, Politique. Hiérarchie. Pouvoir, « Sciences » sociales, Violences. Violences à l’encontre des femmes. Harcèlement sexuel)

Hommes (« Intellectuels ». D’Ormesson Jean) : (sans date) 1996. Jean d’Ormesson [1925-2007] auteur de :
« J’ai toujours fui moi-même (contrairement à son père) les femmes supérieures. Je préfère les femmes inférieures. » Aucune réaction de Jean Daniel [1920-2020] avec lequel il échangeait sur leurs enfances respectives. 184 (Cf. Hommes. Grossiers)
* Ajout. 27 mars 2021. 1989. Michèle Le Dœuff, dans L’étude et le rouet, concernant la réponse du discours de réception de Marguerite Yourcenar [1903-1987] à l’académie française, auteure de :
« Le discours de réponse Jean D’ormesson fourmilla de drôleries involontaires et contint une phrase impardonnable. ‘Les traditions, comme les femmes, sont faites pour être à la fois respectées et bousculées.’ (Cf. Le Monde du 23 janvier 1981).
C’est de la pure et simple incitation à la violence […]. » 185 (Cf. Langage. Académie française, Politique. Lois, Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Hommes. « Intellectuels ». Pierre Drieu La Rochelle :

Hommes (« Intellectuels ». Drieu La Rochelle Pierre) (1) : Pierre Drieu La Rochelle [1893-1945] écrit dans son Journal :
« […] La seule façon de posséder une femme est de la faire souffrir. » 186 (Cf. Femme. Rocher, Langage. Verbe. Avoir, Patriarcat. Drieu La Rochelle Pierre, Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (« Intellectuels ». Drieu La Rochelle Pierre) (2) : (15 mars) 1926. Lu dans le Journal de l’Abbé Mugnier [1853-1944], concernant Pierre Drieu La Rochelle [1893-1945] :
« On a parlé de l’homme qui a créé la femme et qui est tout de même désolé de n’avoir dans ses bras que son œuvre. » 187 (Cf. Femme. Rocher, Homme, Patriarcat. Drieu La Rochelle Pierre)

Hommes (« Intellectuels ». Drieu La Rochelle Pierre) (3) : 1980. Louise Weiss [1893-1983], dans Combats pour les femmes, faisant campagne, en juin 1937, pour le vote de femmes à Saint-Denis dont Jacques Doriot [1898-1935], ex-communiste, déjà fasciste, chef du PPF [Parti Populaire Français], était le maire, auteure de :
« Dans les coulisses du théâtre, monopolisé par Jacques Doriot, trainaient les intellectuels sur lesquels les capitalistes comptaient, tel Dieu La Rochelle [1893-1945], par exemple. Doriot les attirait. Il sentait le mâle. » (Cf. Hommes. « Politiques », Politique. Médias, Patriarcat. Drieu La Rochelle Pierre. Fascisme)

Par ordre chronologique. Hommes. « Intellectuels ». Alain Finkielkraut :

Hommes (« Intellectuels ». Finkielkraut Alain) (1) : (13 novembre) 2019. Alain Finkielkraut, sur LCI, auteur de :
« Violez, violez, violez. Je dis aux hommes : violez les femmes. D’ailleurs je viole ma femme tous les soirs et elle en a marre. » 188
N.B. Pour rappel, membre de l’académie française, Alain Finkielkraut est, en sus des innombrables émissions de télévision auxquelles il participe (sans oublier livres et articles…), ‘titulaire’ d’une émission hebdomadaire d’une heure depuis des années, sur France Culture. (Cf. Hommes. « Intellectuels. Bruckner Pascal et Finkielkraut Alain, Politique. Médias, Violences. Viols)

Hommes (« Intellectuels ». Finkielkraut Alain) (2) : (21 septembre) 2019. Alain Finkielkraut, sur France Culture, auteur de :
« J’étais amoureux de Mathilde de la Mole [Le rouge et le noir]. Elle était tellement capricieuse que je l’aimais. » 189 (Culture, Hommes. « Intellectuels. Bruckner Pascal et Finkielkraut Alain, Féminisme. Antiféminisme, Patriarcat)

Hommes (« Intellectuels ». Finkielkraut Alain) (3) : (5 septembre) 2021. Alain Finkielkraut, sur France Inter, auteur de :
« J’ai un palmarès érotique à peu près correct. » (Cf. Langage. Verbe. Avoir)

Hommes (« Intellectuels ». Fraisse Geneviève) : (2 juin) 2011. Geneviève Fraisse, auteure de :
« J’ai navigué pendant sept ans dans le monde politique […]. Et je peux vous dire que si la grossièreté y est parfois importante, le machisme est bien supérieur encore dans le milieu intellectuel. Peut-être est-ce dû au fait que les hommes politiques gardent un pied dans le réel, tandis que les intellectuels sont dans la toute-puissance imaginaire. » 190
- Concernant la « toute puissance imaginaire » des « intellectuels », pour ma part, je l’ai, rarement, chez eux, rencontrée(Cf. Femmes. Intelligentes, Hommes. Grossiers. « Politique ». France. XXème siècle)

Hommes (« Intellectuels ». Gallo Max) : 2017. Max Gallo [1932-2017] est décédé. Il aura fallu attendre sa mort pour que j’apprenne par France Culture [dont il fut l’invité, l’analyste, le chroniqueur, l’historien, le politiste, le politique pendant des dizaines d’années] qu’il fut successivement communiste [jusqu’en 1956], puis socialiste [en 1981], puis Chevènementiste [1992], puis Sarkozyste [2007].
Il était déjà malade avant l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron.

Par ordre chronologique. Hommes. « Intellectuels ». André Gide :

Hommes (« Intellectuels ». Gide André) (1) : (21 novembre) 1928. André Gide [1869-1951], dans son Journal, se souvient :
« C’est un rêve qui remonte à plus de dix ans : il faut donc qu’il m’ait beaucoup frappé pour que je m’en souvienne. Je voyageais avec X (personnage féminin ; je ne sais plus qui, mais peu importe) et […]. » 191 (Cf. Femmes. « Féminin »)

Hommes (« Intellectuels ». Gide André) (2) : (14 octobre) 1940. André Gide [1869-1951] écrit dans son Journal :
« Il y a toujours certains points par où la plus intelligente des femmes reste, dans le raisonnement, au-dessous du moins intelligent des hommes.
Une sorte de convention s’établit, où entre beaucoup d’égards pour le sexe ‘à qui nous devons notre mère’ et pour quantités de raisonnements claudicants, lesquels nous ne supporterions pas s’ils venaient d’un homme.
Je sais bien que pourtant leur conseil peut être excellent, mais à condition de le rectifier sans cesse et de l’expurger de cette part de passion et d’émotivité qui, presque toujours chez la femme, vient sentimentaliser la pensée. » 192
Difficilement supportable à lire, comme tant d’autres références, ici reproduites, même écrites toutes ces années après…
Comment tout ceci fut non pas censuré par l’école, l’Université, « la culture » - car ce fut bien publié - mais caché, oublié, refoulé, dénié, c’est cela qu’il faut comprendre. (Cf. Culture, Femmes. Intelligentes, Féminisme. Antiféminisme, Patriarcat. Gide André)

Hommes (« Intellectuesl ». Gide André) (3) : (19 juillet) 1941. André Gide [1869-1951], dans son Journal, évoque « l’écriture toujours virile » des Cahiers de Montesquieu [1689-1755] et poursuit en citant ce que celui-ci écrivait concernant Mme de Maintenon [1635-1719] :
« Il est vrai que le roi [Louis XIV. 1638-1815] avait l’âme plus grande que la sienne, ce qui faisait qu’elle abaissait continuellement celles du roi », ce à quoi André Gide ajoute :
« Pourrait être dit de combien de femmes ! […] » 193 (Cf. Culture, Êtres humains. Âmes, Féminisme. Antiféminisme, Patriarcat. Gide André)

Hommes (« Intellectuels ». Gide André) (4) : (18 octobre) 1942. André Gide [1869-1951] écrit dans son Journal :
« Chacha [Madame de Gentile. ?- ?] me prépare de la verveine. Quand elle me l’apporte, je lui demande : ‘A-t-elle assez infusé ?’ Et Chacha de répondre : ‘Oui, parce que sur le gaz, ça va très vite’. Jamais un homme, n’aurait de ces réponses-là. Illogisme spécifiquement féminin. »
- Et André Gide poursuit le lendemain, 19 octobre 1942 :
« Et, ce matin, afin de comprendre s’il se peut le fonctionnement de cet esprit, je demande à Chacha de m’expliquer sa phrase d’hier soir ; ceci avec tout le respect que je dois à son grand âge. Il m’apparait nettement qu’une confusion s’est établie en son esprit : le peu de temps que l’eau a pris pour bouillir entraînant le reste, douant [ ? ] l’eau d’une sorte d’attribut de célérité. Tout cela, nullement raisonné, il va sans dire, à la sauvage. […] J’aurais dû dire d’abord qu’elle est de la Martinique. »
Odieux. 194 (Cf. Culture, Femmes. « Féminin », Féminisme. Antiféminisme, Patriarcat. Gide André, Penser. Expliquer)

Hommes (« Intellectuels ». Godelier Maurice) : 1978. Maurice Godelier, dans Les rapports hommes-femmes : le problème de la domination masculine, auteur de :
« Des deux composantes du pouvoir, la force la plus forte n’est pas la violence des dominants mais le consentement des dominés à leur domination.
Pour mettre et maintenir ‘au pouvoir’, c’est à dire au-dessus et au centre de la société, les hommes par rapport aux femmes, un ordre, une caste ou une classe par rapport à d’autres ordres, classes, castes, la répression fait moins que l’adhésion, la violence physique ou psychologique moins que la conviction de la pensée qui enchaine avec elle l’adhésion de la volonté, l’acceptation sinon la ‘coopération’ des dominés.
» Cette analyse mettant sur le même plan dominant-es et dominé-es, « deux composantes du pouvoir » cautionne tous les rapports de domination.
Il importe de rappeler que Maurice Godelier fut l’homme chargé de donner sa caution intellectuelle et scientifique, en l’occurrence institutionnelle, au colloque fondateur organisé par les féministes (au cours duquel les féministes militantes furent défaites) en décembre 1982 à Toulouse : « Femmes, féminisme et recherches ». (Cf. Penser. Consentement, « Sciences » sociales ». Ethnologie) 195
N.B. Ce texte a été critiqué par Nicole-Claude Mathieu, De la conscience dominée. Quand céder n’est pas consentir. Des déterminants matériels et psychiques de la conscience dominée de femmes, et de quelques-unes de leurs interprétations en ethnologique. 196

Hommes (« Intellectuels ». Gorz André) : 2006. André Gorz [1923-2007], auteur notamment de : Critique du capitalisme quotidien (1973), Fondements pour une morale (1977), Adieux au prolétariat (1980), Métamorphoses du travail, Quête du sens (1988), Misère du présent, richesse du possible (1997) et de [concernant son épouse et à elle adressée, en 2006] :
« […] Et comme dans tous les emplois que j’ai occupés par la suite, tu assumais ta part dans le travail que j’avais à faire. » 197 (Cf. Femmes. Travail des femmes, Famille. Couple, Patriarcat. Division sexuelle du travail, Économie)

Hommes (« Intellectuels ». Gramsci Antonio) : 1977. Un livre intitulé Gramsci dans le texte publie les principaux textes d’Antonio Gramsci [1891-1937] : il est clos par un « Index de noms cités » de 28 pages (2 colonnes).
Seules six femmes sont citées : George Eliot (p.665), Alice Killen (p.665), Rosa Luxemburg (p. 250, 255, 272, 529, 535), Anna Ward Radcliff (p.651, 657, 665, 666), George Sand (p.652), Tatiana Schurt (sa belle-sœur et principale correspondante pendant ses années de prison) (p.128). 198 (Cf. Penser. Gramsci Antonio)

Hommes (« Intellectuels ». Halimi Serge) : 1998. Serge Halimi, directeur du Monde Diplomatique, dans sa préface à la réédition du livre Les chiens de garde [1932] de Paul Nizan [1905-1940], auteur de :
« Qu’eût-il écrit sur nos intellectuels, sans œuvre, ceux qui, jouant aux philosophes, se sont installés dans le champ médiatique pour monnayer le crédit consenti à l’intelligence, raffermir la puissance des puissants et éterniser l’ordre des choses ? » 199 (Cf. Penser, Philosophie)

Hommes (« Intellectuels ». Hassner Pierre) : 2013. Pierre Hassner [1933-2019], dans son hommage à Gabrielle Rolin [1927-2013] publié dans la revue Commentaire - dont elle est présentée par lui comme « une amie » - écrit notamment :
« Comme Marcel Aymé […], elle était le plus à son aise avec les enfants et les animaux, qu’elle excellait à comprendre de l’intérieur et qui, eux aussi, l’aimaient et la comprenaient. Avec les adultes humains, c’était souvent plus difficile.
Elle était capable de la compassion et du dévouement les plus exceptionnels mais son sens de l’humour, son ironie mordante, son esprit de contradiction, son indépendance, sa timidité recouverte par un flot de paroles, lui jouèrent souvent de mauvais tours quand il s’agissait de s’intégrer à un groupe ou de se situer dans une hiérarchie.
Elle était parfois aussi agressive qu’éloquente : combien de discussions animées avec [Alan] Bloom ou avec moi (souvent arbitrées par son chien Jules) qui se terminèrent par cette botte imparable : ‘Tu as raison, mais tu n’as que raison !’ » 200
- Interroger le ‘groupe’, la ‘hiérarchie’, est hors sujet pour la revue Commentaire, quasi exclusivement mâle ; tandis que qualifier de ‘botte imparable’, la réaction de Gabrielle Rollin touchant au cœur la critique toute politique du rôle de la ‘raison’ serait légitime…
- Et c’est ainsi que les intellectuels patriarcaux gardent leur pouvoir… en se disqualifiant, peu ou prou, eux et leurs pensées… (Cf. Femme. « Esprit de contradiction », Patriarcat)

Hommes (« Intellectuels ». Gurvitch Georges) : 2022. Sonia Dayan-Herzbrun, dans Rien qu’une vie, auteure de :
« Alors que je venais d’intervenir dans le séminaire de Vincent de Gaulejac ’Histoire de vie et choix théoriques’, il [Pierre Ansart] la parole pour raconter que le sociologue Georges Gurvitch [1894-1965], dont il était alors l’assistant et dont je suivais les cours, lui avait dit un jour en me désignant : ‘Tu as vu cette belle blonde !’ J’étais suffisamment aguerrie pour répondre. Georges Gurvitch m’avait montré beaucoup de bienveillance, et Pierre Ansart plus tard, une véritable amitié. Mais j’ai eu mal pour la petite fille de dix-sept ans que j’étais à l’époque, obligée de composer entre son appétit de savoir et son besoin de plaire (c’est-à-dire selon les codes de l’époque beaucoup se taire et admirer), ainsi que d’être aimée et qui était jugée par ses enseignants sur ses formes et sa blondeur. » 201

Hommes (« Intellectuels ». Labrousse Ernest) : 1987. Michelle Perrot, dans Les essais d’ego-histoire, se souvient :
« Labrousse [Ernest. 1895-1988] me reçut chez lui, rue Claude Bernard, dans le bureau surchargé de livres ; je m’assis dans le fauteuil-club, où je devais si souvent prendre place, avec un trac fou. Il me demanda avec sa gentillesse coutumière sur quoi je voulais travailler. On était au printemps 1949 ; Le Deuxième sexe était paru depuis peu : je lui proposais un sujet [de thèse] sur le féminisme. Cette proposition le fait sourire : ‘Vous voulez un sujet très actuel’ me dit-il. Il me suggéra plutôt de travailler sur les coalitions ouvrières de la première moitié du XIXème siècle, sur lesquelles n’existaient que des études ponctuelles. » 202 (Cf. Femmes. Remarquables. Perrot Michelle, Féminisme. Deuxième sexe Le, Histoire. Historiographie. Ego-Histoire. Patriarcale)
* Ajout. 1er novembre 2016. 1987. À comparer avec les souvenirs de Maurice Agulhon [1926-2014] :
« Labrousse [en 1954] me proposa donc de rechercher un sujet de thèse autour de la géographie et de la sociologie électorale, dont je m’étais déjà un peu occupé dans mon diplôme d’études supérieures. Il me conduisit à prendre pour thème ‘les origines de la tradition républicaine’. » 203

Hommes (« Intellectuels ». Lacan Jacques) : 2010. Catherine Clément, dans son autobiographie, Mémoire, auteure de :
« Lacan [Jacques. 1901-1981] m’avait repérée. Oh ! pas pour m’inciter à parler. Nullement. Mais comme il le disait :’Vous, vous avez une bonne bouille.’ Pour Lacan, c’était très gentil. Il y avait chez lui une grande gentillesse, surtout avec les filles de l’âge de la sienne. […] » 204 (Cf. Femmes. Jeunes filles, Psychanalyse. Lacan Jacques)

Hommes (« Intellectuels ». Lanzmann Claude) : 2017. Claude Lanzmann [1925-2018] présenté notamment en tant que directeur des Temps Modernes, évoquant la relation, alors qu’il avait 33 ans - dénuée de « consommation » précise-t-il - entre lui, et une jeune infirmière Nord-Coréenne, affirme à 93 ans - mais il « ne se sent pas vieux » - :
« Elle était formidablement - excusez-moi - bandante, mais, moi, il ne faut pas tellement me pousser pour me faire bander. »
Et, à la fin de l’interview, il répond à la journaliste qui lui demandait « une faveur » :
« Ça dépend laquelle. Si c’est pour coucher avec moi. Oui. » 205 (Cf. Dialogues, Hommes. Bander. Grossiers, Pornographie. « Ce n’était pas une partouze », Sexes. Hommes, Économie. Consommation, Violences. Violences à l’encontre des femmes. Harcèlement sexuel. Lanzmann Claude)
* Ajout. 14 février 2018. Claude Lanzmann a décidé de vendre à l’Université américaine de Yale, sa correspondance amoureuse avec Simone de Beauvoir, 112 lettres au total, tout en diffusant certains passages sélectionnés afin de conforter sa conception de son égo.
Quel homme délicat… 206

Hommes. « Intellectuels ». Henri Lefebvre :

Hommes (« Intellectuels ». Lefebvre Henri) (1) : Après avoir lu la présentation d’Henri Lefebvre [1901-1991] - « le minotaure » - par Françoise d’Eaubonne [1920-2005], dans Mémoires irréductibles [2001], je ne peux plus rien croire à ce qu’il a pu écrire ; ou plus justement, je ne pourrais plus lire qu’ayant en tête ce que fut dans sa vie l’homme.
N.B. Découvrir que Wikipédia le présente comme « un ami » de Françoise d’Eaubonne [1920-2005] est pénible à lire. (Cf. Langage. Patriarcal. Gradvohl Paul)

Hommes (« Intellectuels ». Lefebvre Henri) (2) : 2022. Sonia Dayan-Herzbrun, dans Rien qu’une vie, auteure de :
« J’ai porté à Henri Lefebvre [1901-1991] les chapitres que j’avais rédigés là-dessus [concernant sa thèse sur la théorie marxiste de l’État]. Il ne m’en a pas dit grand-chose, mais je les ai retrouvés quelque temps après sous sa signature dans je ne sais plus lequel de ses livres, insérés bien sûr dans son analyse. En même temps, il me poursuivait de propositions amoureuses, m’invitant par exemple à l’accompagner à Singapour. […] Il était malheureusement évident qu’une relation sexuelle et peut-être amoureuse avec moi l’intéressait beaucoup plus que mon travail pour lequel il ne manifestait pas grand respect. […] » 207

Hommes (« Intellectuels ». Lefeuvre René) : (juin) 2023. Je lis dans la recension par Le Monde Diplomatique (p.24), du livre de Serge Quadruppani, Une histoire personnelle de l’ultragauche [Divergences. 2023. 200p.] :
« […] Il n’épargne pas non plus René Lefeuvre [1902-1988], qui abusa sexuellement de lui - à l’instar de certains militants qui suivaient leur désir au mépris du consentement. »
Que de cadavres - au nom du « socialisme et de la liberté » - dans les placards…

Hommes (« Intellectuels ». Leiris Michel) : 1987. Michel Leiris [1901-1990], dans L’âge d’homme (considéré par Wikipédia, comme « son œuvre majeure »), auteur, notamment, de :
« [...] Car une femme, pour moi, c’est toujours plus ou moins la Méduse, ou le radeau de la Méduse. J’entends par là, que si son regard ne me glace pas le sang, il faut alors que tout se passe comme si l’on y suppléait en s’entre-déchirant. » 208
- Comprenne qui pourra, mais l’image de la « méduse », elle, me reste en mémoire.
C’est cependant tout le livre, notamment le chapitre VI Lucrèce et Judith, qui doit être analysé… (Cf. Êtres humains, Relations entre êtres humains, Politique. Hiérarchie)

Hommes (« Intellectuels ». Lévy Bernard-Henri) : (13 février) 1999. Bernard-Henri Lévy, auteur, pour justifier son refus d’une loi sur la parité, de :
« […] La ‘parité’. Ce qui n’est pas acceptable, chez les partisans de la ‘parité‘, c’est évidemment leur dogmatisme. […] L’erreur serait, il me semble, de confier à la loi, ce qui revient au combat politique. L’erreur, la régression consisterait à inscrire dans les textes ce qu’il faut imposer dans les mœurs. Oui, à la lutte politique, non à la révision des articles 3 et 4 de la Constitution. La nuance peut paraître mince, elle est essentielle : c’est celle qui, selon Montesquieu, sépare l’état d’urgence de la dictature. » 209
À vous dissuader de toute analogie… (Cf. Langage. Possessif, Penser. Pensées. Méthode. Analogie, Politique. Parité)

Hommes (« Intellectuels ». Libera Alain de) : (1er mars) 2015. Alain de Libera, professeur au Collège de France et directeur d’études à l’École pratique des hautes études (Ve section : Sciences religieuses)], au terme d’une discussion (peu claire) sur France Culture, concernant « la notion de mystique féminine » […] qui attribuerait « aux hommes l’intellect et au femmes l’affect », auteur de :
« C’est comme si, comme dit Lacan, toutes les femmes sont folles. Ben, il m’arrive d’en douter. » (Rires, un peu gênés, dans le studio) 210 (Cf. Femmes. « Féminin », Hommes. « Intellectuels ». Lacan Jacques, Psychanalyse. Lacan Jacques)

Hommes (« Intellectuels ». Löwy Michael) : (janvier) 2023. Michael Löwy, dans sa courte présentation dans Le Monde Diplomatique [p.25] du livre de Sonia Dayan-Herzbrun [Rien qu’une vie. Maisonneuve & Larose. 2022. 267p.] qualifie - courageusement… - cette femme de « personnage inclassable », présente ses analyses comme un « document humain, intellectuel et politique » et débute sa présentation de son livre ainsi : « Elle raconte… ». Et, après avoir censuré ses passionnantes, neuves, radicales analyses et engagements féministes, il conclue ainsi :
« L’entrecroisement de tous les fils [!] de ses intérêts [!] militants et scientifiques laisse apparaître le dessin d’un tapis ». Michael Löwy est retombé sur ses pieds : on est content pour lui : il a efficacement prolongé la lignée patriarcale, si méprisante des femmes, des intellectuels français qui n’ont le plus souvent - en première et en dernière instance - que leur sexe pour s’affirmer. Ce temps est révolu.
Il faut lire le livre remarquable de cette femme remarquable : Sonia Dayan-Herzbrun.

Par ordre chronologique. Hommes. « Intellectuels ». Joseph de Maistre :

Hommes (« Intellectuels ». Maistre Joseph de) (1) : 1797. Joseph de Maistre [1753-1821], dans ses Considérations sur la France, auteur de :
« Ôtons les femmes » Citation intégrale :
« Tout bien considéré, on peut évaluer à 25.000 le nombre des chefs de familles nobles qui députèrent aux États généraux ; et en multipliant par 5, nombre commun attribué, comme ou sait, à chaque famille, nous aurons 125.000 têtes nobles. Prenons 130.000 pour caver au plus fort : ôtons les femmes ; restent 65.000. » 211 (Cf. Patriarcat)

Hommes (« Intellectuels ». Maistre Joseph de) (2) : 1810. Joseph de Maistre [1753-1821], dans Éclaircissements sur les sacrifices, concernant Voltaire [1694-1778], auteur de :
« Il n’y a pas dans les jardins de l’intelligence une seule fleur que cette chenille n’ait souillée. » 212 (Cf. Penser. Intelligence)

Hommes. « Intellectuels ». André Malraux :

Hommes (« Intellectuels ». Malraux André) (1) : 1986. Dans le livre accablant concernant l’homme Malraux [1901-1976], Clara Malraux [1897-1982] rapporte, dans Nos vingt ans, ce souvenir. Elle avait décidé, après « huit mois d’inquiétude » dans l’attente du procès, de faire la grève de la faim - de 12 jours - suite à l’échec de leur aventure aux fins de voler des statues Khmer. Épuisée, couchée sur son lit, pesant 36 kilos, « comprenant à peine ses paroles », elle se souvient l’avoir entendu dire :
« L’essentiel, n’est-ce pas, c’est de savoir comment l’Oriental s’accommodera de la nécessité de devenir un individu. » Et aussi :
« Il ne faut pas vous désespérer, je finirai bien par être Gabriel d’Annunzio. […] » 213 (Cf. Hommes. Remarquables. D’Annunzio Gabriel)

Hommes (« Intellectuels ». Malraux André) (2) : 1999. Sophie de Vilmorin [1931-2006], dans Aimer encore, concernant André Malraux [1901-1976] écrit :
« Il aimait la compagnie des femmes - de celles qui n’étaient pas en rivalité avec les hommes. Leur bavardage, leur légèreté l’amusait. Mais pas très longtemps. Il fallait aussi que, lacs de montagne dont il était le pic, elles soient réceptives aux flots de savoir, aux cascades de comparaisons, aux torrents d’idées qu’il déversait inlassablement. » 214 (Cf. Hommes. « Modestes »)

Hommes. « Intellectuels ». Thomas Mann :

Hommes (« Intellectuels ». Mann Thomas) (1) : 1933. Thomas Mann [1875-1955] fut accusé par les nazis de ses idées « cosmopolites » et « démocratiques », et de « snobisme esthétisant » et de « grandiloquence outrecuidante ». […] On lui refusait tout droit à « critiquer les génies éternels de l’Allemagne. » 215 (Cf. Politique. Nationalisme)

Hommes (« Intellectuels ». Mann Thomas) (2) : (21 septembre) 1944. Thomas Mann [1875-1955], dans une lettre à Bruno Walter [1876-1962], auteur de :
« […] Et cependant, pour l’homme, grâce à son talent, son œuvre, sa tâche, il est toujours plus facile de se réconcilier tant bien que mal avec la vie après une telle épreuve, que pour la femme à que ces liens objectifs de l’existence font défaut. »
- (27 novembre) 1945, auteur dans une lettre à Fritz Strich [1882-1963] :
« […] Nous sommes des femmes, ou à moitié des femmes, cher ami. Nous préférons toujours entendre vanter le charme de notre vie, plutôt que sa vertu. » (Cf. Femmes. Comparaisons Hommes / Femmes, Patriarcat) 216

Hommes. « Intellectuels ». François Mauriac :

Hommes (« Intellectuels ». Mauriac François) (1) : (8 mars) 1957. François Mauriac [1885-1970], en réponse à une question de Madeleine Chapsal [1925-2024] sur ses « lecteurs », auteur de :
« Ce qui me touche, c’est que ce livre [Mémoires intérieurs, pourtant publiés en 1959] où il est question de Benjamin Constant, de Racine et de Gide, soit lu par des lecteurs moyens, surtout par des femmes. Et les lettres qu’elles m’écrivent m’étonnent…
Ce sont des occasions où l’écrivain a vraiment le sentiment - je ne voudrais pas employer de trop grands mots - d’aider et d’éclairer. » 217 (Cf. Hommes. « Modestes », Patriarcat. Mauriac François)

Hommes (« Intellectuels ». Mauriac François) (2) : (15 janvier) 1959. François Mauriac [1885-1970], concernant le livre de Christiane Rochefort, Le repos du Guerrier [1958], auteur de :
« Enfin, un roman couronné par le jury de ‘la Nouvelle Vague’. Il me déplait de jouer les pères-la vertu et je m’en garderai. Mais je pose la question : en quoi l’histoire du sexe de cette dame intéresse-t-elle spécialement la nouvelle vague ? […] » 218 (Cf. Culture, Patriarcat. Mauriac François, Sexes)

Hommes (« Intellectuels ». Michelin François) : 1998. François Michelin [1926-2015], dans Et pourquoi pas ? auteur de :
« Les intellectuels s’expriment en écrivant des livres ; nous, en faisant des pneus. C’est tout. » 219 (Cf. Politique. Démocratie. Michelin François, Économie)

Hommes (« Intellectuels ». Morin Edgar) : 1959. Edgar Morin, auteur notamment de : « Penser Global » [2015], mais aussi de : « Mon Paris, ma mémoire » [2013], « Mes philosophes » [2011, 2013], « Ma gauche » [2010], « Mon chemin » [2008], « Mes démons » [1994] et de : « Autocritique » [1959]. (Cf. Êtres humains. Autocritique, Langage. Possessif, Penser, « Sciences » sociales. Autocritique, Histoire. Morin Edgar)

Hommes (« Intellectuels ». Mucchielli Laurent) : (16 mars) 2023. Laurent Mucchielli sociologue, sur Radio courtoisie (radio d’extrême-droite), auteur de :
« Je défends une posture d’intellectuel engagé… libre et désintéressé ». (Cf. « Sciences » sociales, Sociologie)
N.B. « Posture » : « […] Jeu de rôle qu’implique la vie publique et politique. »

Par ordre chronologique. Hommes. « Intellectuels ». Onfray Michel :

Hommes (« Intellectuels ». Onfray Michel) (1) : (10 août) 2012. Michel Onfray, auteur de :
« Le deuxième sexe : un grand livre libertaire », suivi de : « Le deuxième sexe : un exercice pratique de l’existentialisme. » 220
Un livre féministe ? Ah bon ? (Cf. Êtres humains. Relations entre êtres humains. Aimer. L’Art d’aimer. Ovide, Féminisme. Deuxième sexe (Le), Patriarcat. Protéger)

Hommes (« Intellectuels ». Onfray Michel) (2) : (13 juillet) 2013. Michel Onfray ayant été le premier et donc alors seul homme « intellectuel » classé par moi sous l’item : « Antiféminisme », voici comment j’avais alors justifié ce choix :
Certes, classer Michel Onfray seul sous cet intitulé est incontestablement une injustice, tant ils seraient nombreux à être cités sous cet item…
Ceci, d’importance, étant précisé, la multiplicité depuis dix ans de ses innombrables incidentes, ‘plaisanteries’ (pour moi, grossières, sur ‘les femmes’ et donc en elles-mêmes) lors de la retransmission de l’Université - dite - populaire de Caen sur France Culture en août pourrait partiellement justifier ce ‘choix’. J’avais un instant pensé les relever pour en montrer la signification politique, et puis j’ai pensé qu’il y avait d’autres choses plus utiles à dévoiler. Bien que… 221 (Cf. Féminisme. Antiféminisme)

Hommes (« Intellectuels ». Onfray Michel) (3) : (2 octobre) 2016. Suite à l’intervention de Michel Onfray sur BFM-TV, je m’interroge : quand il revendique d’être présenté comme « philosophe », le bon sens, la logique, la rigueur, la morale, l’intelligence peuvent-ils être compatibles avec le fait de s’engager derrière un homme ou une femme dite politique, d’en privilégier certain-es, voire de ne pas exclure l’hypothèse de se présenter à une élection ? Or…
De même, n’y a-t-il pas un problème de cohérence entre le fait de se présenter comme « libertaire » pour ensuite dire : « si j’avais le pouvoir », ou « j’irai (à ? ou ?) [sous certaines conditions qui actuellement n’existent pas] pour redonner le pouvoir au peuple » …etc., etc. 222
Enfin, les féministes savent à quoi s’en tenir : ses référents masculins positifs, entendus ce jour, sont notamment les Girondins, Jean-Pierre Chevènement, Robert Badinter… (Cf. Êtres humains, Relations entre êtres humains. Aimer. L’Art d’aimer. Ovide, Onfray Michel, Femmes / Hommes. Onfray Michel, Famille. Polygamie. Onfray Michel, Patriarcat. Protéger, Histoire)

Hommes (« Intellectuels ». Onfray Michel) (4) : (24 juillet) 2016. Dans le cadre de l’Université populaire de Caen, dans le cadre d’une séance publique consacrée au « temps » dans paragraphe consacré au « règne animal », concernant des « nymphes de cigales », Michel Onfray, auteur de :
« […] Le cycle a lieu. Elles s’accouplent, elles copulent, elles pondent, elles meurent, elles s’accouplent à nouveau, elles copulent, elles pondent, elles meurent. » Un temps de pause :
« Comme vous » …
Un second temps de pause : « Pas comme moi. » 223 (Cf. Êtres humains. Soi, Relations entre êtres humains. « Faire l’amour »)

Hommes (« Intellectuels ». Onfray Michel) (5) : (23 mai) 2017. Michel Onfray, auteur de :
« Il y a un moment où il faudra poser le problème de la phallocratie, de la misogynie. […] Moi je suis évidemment féministe mais je ne suis pas bien sûr que le féminisme soit dans le fait de dire auteure, professeure, ça, c'est du féminisme mondain, parisien, ça marche très bien. Mais un vrai féminisme qui fait que les femmes simples, modestes, des femmes sans visage ne peuvent pas faire ceci ou cela, parce qu'elles sont femmes, je dis, il y a un problème, là, véritablement. » 224 (Cf. Femmes. Modestes)
Heureusement que de tels hommes sont là pour nous révéler les problèmes devant être « posés », guider nos priorités, nous aider à penser… sans intellectuelles féministes, qui ne savent pas « le vrai », pour sûr… (Cf. Famille. Polygamie)

Hommes (« Intellectuels ». Onfray Michel) (6) : (17 août) 2017. Michel Onfray, après avoir cité Lénine et Hitler, auteur de :
« Hitler a fait 7 millions de morts, le marxisme léninisme a fait 100 millions de morts, 100 millions de morts ! Mais c’est moins grave, car quand c’est Lénine, c’est pour le bien du peuple !) » Suivi, avec une assurance peu inquiète, de :
« Je trouve qu’on est dans une inculture généralisée ce qui fait qu’on peut dire n’importe quoi, et ça ne gêne personne. »
Mais c’est toute son analyse de la Révolution, et notamment sa réhabilitation des Girondins [parmi lesquels il inclut généreusement Olympe de Gouges, Théroigne de Méricourt, Charlotte Corday et Jeanne-Marie Roland], de l’insurrection Vendéenne…- qui mérite la lecture critique… Si on a du temps… 225 (Cf. Langage. Verbe. Faire, Histoire)

Hommes (« Intellectuels ». Onfray Michel) (7) : (7 juillet) 2018. Michel Onfray, auteur de :
« Les féministes d’aujourd’hui… celles qui veulent changer la fin de Carmen. » 226 (Cf. Féminisme. Antiféminisme, Violences. Violences à l’encontre des femmes)
N.B. Le metteur en scène Léon Muscato, à l’Opéra de Florence, en janvier 2018, avait décidé de récrire le final de Carmen, « parce qu’on ne peut pas applaudir le meurtre d’une femme. » 227 (Cf. Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (« Intellectuels ». Onfray Michel) (8) : (5 janvier) 2018. Michel Onfray, à l’intelligente question suivante :
« Et les femmes aussi, ça donne envie de rester sur terre ? », répondit :
« On change d’époque quand on change de décennie (sic). Je vais avoir 60 ans. Le rapport aux femmes n’est plus du tout le même. Ça me parait évident que les collections que l’on pouvait faire à 30 ans, on ne les fait plus. Et, on n’est plus dans une logique de quantité mais dans une logique de qualité. On avait la quantité épicurienne quand on a 30 ans et a la qualité stoïcienne quand on a 60 ans. » 228
- « La quantité » salue le philosophe. (Cf. Êtres humains. Femmes, Famille. Polygamie. Onfray Michel)

Hommes (« Intellectuels ». Onfray Michel) (9) : (21 mai) 2020. Dans Les chiens de garde [1932] de Paul Nizan [1905-1940], je lis concernant M. Brunschvicg, sa tête de turc, ce passage qui me fait penser aux conférences de l’Université populaire de Caen de Michel Onfray :
« Il fit des conférences à l’Université populaire de Rouen - il faut bien éclairer le peuple. Il disait un jour : ‘Si tous les philosophes sont attirés par l’université populaire, c’est qu’ils y trouvent réalisé l’idéal de la vie spirituelle.’ » 229

Hommes (« Intellectuels ». Onfray Michel) (10) : (23 octobre) 2020. Michel Onfray, sur C. News, dans un débat avec Éric Zemmour, auteur de :
« Si vous éclairez l’intelligence des gens, ils sont intelligents. »
- Faute de quoi, faute de qui, nous resterons bêtes…

Hommes. « Intellectuels ». Jean Paulhan :

Hommes (« Intellectuels ». Paulhan Jean) (1) : 1953. Jean Paulhan [1884-1968], animateur de la NRF [Nouvelle Revue Française] de 1925 à 1940 (amant de Dominique Aury [1907-1998], auteure notamment d’Histoire d’O), auteur de :
« J’ai toujours eu l’impression, je crois, au fond, que les gens étaient assez dangereux. Quand j’ai lu le marquis de Sade, j’ai très bien compris de quoi il s’agissait ; c’est que c’est très agréable d’aimer quelqu’un, et c’est très agréable aussi, quoi qu’on ne le dise pas de le torturer et de lui faire du mal. Il y a ces deux côtés chez l’homme. » 230 (Cf. Pornographie. Histoire d’O, Politique. Torture, Violences. Sade. Violences à l’encontre des femmes. Paulhan Jean)

Hommes (« Intellectuel ». Paulhan Jean) (2) : 1952. L’interview de Jean Paulhan [1884-1968] par le si malin Robert Mallet [1915-2002] donne de lui une image qu’il est difficile de ne pas considérer comme honteuse pour l’homme qui a dominé pendant des dizaines d’années « Les Lettres françaises ». 231 (Droit. « Droits de l’homme », Femmes. Désirs, Pornographie. Sade, Violences. Violences à l’encontre des femmes. Paulhan Jean)

Hommes (« Intellectuels ». Renan Ernest) : Ernest Renan [1823-1892], auteur de :
« J’ai longtemps désespéré de trouver une femme qui puisse percer ce nuage d’abstraction où je vis. » 232 (Cf. Patriarcat, Penser. Pensées. Abstraction)

Hommes (« Intellectuels ». Revel Jean-François) : 2015. Concernant Jean François Revel [1924-2006], je lis dans le Journal politique 1958-1981 de Michel Winock :
« Pour l’Italie de Revel est un titre en forme d’antiphrase. La façon dont il descend en flammes tout ce qui est italien me laisse une lugubre impression de chauvinisme bien français : Revel nous dit que les Italiens sont sevrés de femmes, à cause des mœurs, de la religion, du conformisme, mais que, lui, Revel, de passage là-bas, ah ! on n’a pas résisté à ses charmes de Gaulois. » 233
Commentaire de Michel Winock, de seconde main, donc…

Hommes (« Intellectuels ». Rosanvallon Pierre) : (28 mars) 2002. Pierre Rosanvallon, dans sa leçon inaugurale au Collège de France, au sein duquel il est responsable de la Chaire : Histoire moderne et contemporaine du politique, a notamment pour projet de s’interroger sur les conditions de la création d’une « société d’hommes libres ».
Pour être juste, il a cependant évoqué, en une heure de temps très largement consacrée à « l’histoire » une fois : « Les hommes et les femmes qui nous ont précédés », puis fait référence à « des hommes et des femmes fort différents »...
Quant à l’exclusion des femmes (et des étrangers, hommes et femmes) du Politique, de la démocratie, de la république, sans doute n’entrait-elle pas dans « la profondeur indispensable à la réflexion du politique » à laquelle il se réfère, sans doute aucun « ouvrage fondateur », aucune « œuvre salutaire » n’ont-ils été jugés dignes d’être être cités par lui.
Et c’est ainsi qu’il a pu reprendre sans excès d’interrogation critique les termes tels que « le suffrage universel », « la souveraineté du peuple », « le gouvernement représentatif », ainsi que le terme d’« acteurs »… ; et ce, tout en évoquant la nécessité du « retour à la généalogie », tout en citant « la question du rapport du nombre et de la raison », tout en notant l’existence d’« angle mort de l’histoire », et de « l’image en creux de la démocratie », tout en critiquant fortement les « idéologies - qui ne semblent pas le concerner - qui s’affranchissent de la réalité », etc., etc., etc., … 234
In fine, moins de considérations abstraites sur sa critique tous azimuts des « méthodologies » [des autres…], moins de projets affirmés, et plus de présentation claire de l’affirmation de la singularité et de l’apport de sa propre pensée eut été nécessaire. Mais le pouvait-il en excluant la question majeure des liens entre le patriarcat et « le politique » ? Non.
À cet égard, le lieu au sein duquel il parlait ne relevait pas du hasard et aurait mérité, lui aussi, d’être historiquement interrogé : Pierre Rosanvallon affirme en effet effectivement s’inscrire « dans la lignée des savants (du Collège de France) qui furent d’infatigables citoyens. »
Enfin, je lis, dans la présentation qui est faite de cette Leçon par France Culture :
« L’historien n’a eu de cesse d’explorer les mutations de la démocratie et son image en creux que sont les ‘inaccomplissements, les fractures, ses limites’, d’interroger la défiance des citoyens. »
Il est des « inaccomplissements » plus durables que d’autres… (Cf. Hommes. Savants, Langage. Possessif, Politique. Idéologie. Démocratie, Histoire. Historiographie. Patriarcale, « Sciences » sociales. Sociologie. Rosanvallon Pierre)

Par ordre chronologique. Hommes. « Intellectuels ». Jean-Paul Sartre :

Hommes (« Intellectuels ». Sartre Jean-Paul) (1) : 2007. Lu dans Mémoires d’une jeune fille dérangée, de Bianca Lamblin [1921-2011] :
« Au bout d’une semaine au cours desquelles Sartre [1905-1980] me courtisa assidûment, la question de savoir si nous allions ‘consommer‘ physiquement notre relation amoureuse se posa, ou plutôt, ce fut lui qui la posa. […]
Nous avions décidé d’un certain jour, jour dont je me souviendrai toute ma vie. J’ai déjà dit que Sartre habitait le même hôtel de la rue Cels [14ème arrondissement] que le Castor [Simone de Beauvoir. 1908-1986]. Nous montions à pied l’avenue du Maine et nous approchions de la rue Froidevaux, lorsqu’il me dit d’un ton amusé et fat : ‘La femme de chambre de l’hôtel va être bien étonnée, car hier j’ai déjà pris la virginité d’une fille. […] »
Et elle évoque trois pages plus tard, son « mélange de brutalité, de muflerie, de froideur physique, de pédantisme et de cuistrerie qui a entravé pour longtemps toute possibilité de satisfaction sexuelle normale pour [elle]. » 235 (Cf. Femmes. Jeunes filles, Hommes. Grossiers, Langage. Patriarcal. Sartre Jean-Paul, Patriarcat. Hymen, Sexes)

Hommes (« Intellectuels ». Sartre Jean-Paul) (2) : 1975. Jean-Paul Sartre [1905-1980], interviewé (Il avait alors 70 ans) par Michel Contat.
Question : « Revenons aux femmes… ».
Réponse : « Mes rapports avec les femmes ont toujours été au mieux parce que le rapport sexuel proprement dit permet plus facilement que l’objectif et le subjectif soient ensemble donnés. Les relations avec une femme, même si d’ailleurs on ne couche pas avec elle - mais si on l’a fait ou qu’on aurait pu le faire -, sont plus riches. D’abord il y a un langage, qui n’est pas la parole, qui est le langage des mains, le langage des visages. Je ne parle pas du langage sexuel proprement dit. Quant au langage lui-même, il vient du sexe, quand il s’agit d’un rapport amoureux. Avec une femme, la totalité de ce que l’on est, est là. » 236
- Les femmes, non : « la femme ». Le langage, non : « le sexe ». L’autre, non : « moi ».
Et, lui, Sartre, n’est-il (vraiment) lui-même que dans le rapport sexuel, que dans ce seul moment, avec une femme, avec les femmes ? (Cf. Corps. Visage, Langage. Patriarcal, Sartre Jean-Paul, Sexes)

Hommes (« Intellectuels ». Sartre Jean-Paul) (3) : Jean-Paul Sartre [1905-1980], interviewé (sans référence de date dans l’émission), auteur de :
« […] Je suis entouré de gens qui sont des femmes. Je vis avec six femmes, Simone de Beauvoir [1908-1986] étant là, la principale, l’unique si l’on veut (inaudible). Il y en a d’autres […] Il n’y en a que six, parce que ça s’est trouvé comme ça, mais j’en mettrais bien 12. Je dis six, mais il faut compter sept, sept ou huit. » 237 (Hommes. Grossiers, Langage. Patriarcal. Sartre Jean-Paul)

Hommes (« Intellectuels ». Sartre Jean-Paul) (4) : 1989. Michèle Le Dœuff, dans L’étude et le rouet cite « le plus ancien billet de Sartre à Simone de Beauvoir qui ait été conservé », publié en 1983 dans Lettres au Castor et à quelques autres [Collection Blanche. Gallimard. 2 tomes] :
« Petit charmant Castor, voulez-vous être assez bonne pour donner mon linge (tiroir inférieur de l’armoire) à la blanchisseuse ce matin ? Je laisse la clé sur la porte. Je vous aime tendrement mon amour. » 238

Hommes (« Intellectuels ». Sollers Philippe) : Aussi mauvais clown, dérisoire, ridicule, soit-il, l’entendre parler des femmes m’est souffrance. 239
Philippe Sollers [1936-2023] salit, injurie, prostitue toutes celles qu’il évoque ; il me dégoûte. Il m’écœure. (Réaction de colère, après l’une de ses nièmes interventions médiatiques)
* Ajout. 10 septembre 2023. (27 juillet) 1995. Lire l’article de Pierre Bourdieu [1930-2002], paru dans Libération, intitulé Sollers tel que. 240

Hommes (« Intellectuels ». Sorel Georges) : 1910. Georges Sorel [1847-1922], dans ses Réflexions sur la violence, précise dans une note de bas de page ceci :
« Les Intellectuels ne sont pas, comme on le dit souvent, les hommes qui pensent : ce sont des gens qui font profession de penser et qui prélèvent un salaire aristocratique en raison de la noblesse de cette profession. » 241 (Cf. Penser, « Sciences » sociales)

Hommes (« Intellectuels ». Staël Germaine de) : 1818. Germaine de Staël [1776-1817], dans les Considérations sur la Révolution française [édition posthume], concernant Charles-François de Calonne [1734-1802], auteure de :
« On lui croyait des talents supérieurs, parce qu’il traitait légèrement les choses les plus sérieuses, y compris, la vertu. C’est une grande erreur que l’on commet en France, de se persuader que les hommes immoraux ont des ressources merveilleuses dans l’esprit. […] » 242 (Cf. Penser, Politique. Morale)

Hommes (« Intellectuels ». Thibon Gustave) : Gustave Thibon [1903-2001], « philosophe » catholique, ami de Simone Weil [1909-1943], « la grande rencontre de sa vie », juge « admirable » cet aphorisme :
« Les femmes nous aident délicieusement à ne pas exister. » 243

Hommes (« Intellectuels ». Tocqueville Alexis de) : 1850. Alexis de Tocqueville [1805-1869], dans ses Souvenirs, écrit :
« J’avais de grands préjugés contre Madame Sand [George. 1804-1876], car je déteste les femmes qui écrivent, surtout celles qui déguisent les faiblesses de leur sexe en système, au lieu nous intéresser en nous les faisant voir sous leur véritables traits (sic). Malgré cela, elle me plut. […] » 244 (Cf. Femmes. Faibles, Auteures. Hommes. Remarquables, Féminisme. Antiféminisme, Patriarcat, Penser. Pensées. Préjugés)

Hommes (« Intellectuels ». Todd Emmanuel) : (1er septembre) 2017. À la question posée à Emmanuel Todd « démographie, historien, politologue et essayiste » : « Pourquoi n’a-t-il pas fait école ? » il répondit, sans autre interrogation sur la pertinence de la question, ni sur celle de la valeur portée de ses écrits :
« Parce que les sociétés au final n’ont pas tellement envie de savoir la vérité sur elles-mêmes. » 245 (Cf. Hommes. « Modestes », Penser. Vérité, Démographie. Sociologie. Todd Emmanuel)

Hommes (« Intellectuels ». Tolstoï Léon) : (17 mars) 1910. Léon Tolstoï [1828-1910], auteur de :
« La vie pour le moujik, c’est avant tout le labeur, qui donne la possibilité de prolonger la vie non seulement pour lui-même, mais pour sa famille et d’autres gens (sic). La vie pour l’intellectuel, c’est l’acquisition des connaissances ou d’arts que l’on considère dans son milieu comme importants, et par le moyen de ces connaissances de profiter du labeur du moujik. Comment donc pourrait-elle être raisonnable, la conception de la vie et des problèmes qu’a le moujik, et comment pourrait-elle ne pas être insensée, la conception de la vie qu’à l’intellectuel ? » 246 (Cf. Êtres humains. Vies, Hommes. Moujiks, Penser)

Hommes. « Intellectuels ». Michel Tournier :

Hommes (« Intellectuels ». Tournier Michel) (1) : (25 juin) 1974. Lu dans le Journal de Matthieu Galey [1934-1986] concernant Michel Tournier [1924-2016] :
« Une dame, à l’issue d’une conférence, lui demande avec acidité pour quoi il y a si peu de femmes dans ses livres. ‘Mais, madame, il n’y a pas non plus de batraciens, ni de lépidoptères. »
Autrefois, sans doute, ‘on’ aurait ri de la répartie, qualifiée de ‘bon mot’.
Aujourd’hui, je trouve cela ignoble, ridicule et stupide. 247 (Cf. Culture, Prix Nobel de Littérature, Femmes. Animalisation des femmes, Hommes. Féminisme. Humour)

Hommes (« Intellectuels ». Tournier Michel) (2) : (9 janvier) 1983. Lu dans le Journal de Matthieu Galey [1934-1986] concernant Michel Tournier [1924-2016] :
« Il adapte ses Rois mages [1980] pour les enfants, mais on ne veut pas qu’il leur explique la sodomie. Il est indigné. ‘Tuer à la mitraillette, ça on peut. Mais ouvrir sa braguette, pas question ! »
‘Ouvrir sa braguette’ devant des enfants - ici assimilé à un viol - : où, diable ! est, pour eux, le problème ?
248 (Cf. Penser. Binaire, Sexe. Homme. Galey Matthieu, Violences. Violences à l’encontre des enfants)

Hommes (« Intellectuels ». Tournier Michel) (3) : 1993. Michel Tournier [1924-2016] préface la Correspondance de la comtesse de Ségur [1799-1874]. Évoquant le général Dourakine, il écrit :
« Personnage majeur de la Comédie humaine de Sophie Rostopchine, il illustre parfaitement le féminisme agressif que Marc Soriano y a décelé. Pour l’auteur (comprendre : la comtesse de Ségur), tous les hommes sont des imbéciles - quand ils ne sont pas franchement scélérats. L’intelligence et la sagesse sont des qualités exclusivement féminines. » 249
- Concernant ses appréciations des femmes : madame Fichini, la mère de Sophie, madame Mac’Miche d’Un bon petit diable, incluses ?
- Concernant ses appréciations des hommes : Le comte de Trénilly et Anfry, le père du Pauvre Blaise, inclus ?
- Quel manque de rigueur, quel manque de sérieux dans ses pseudo jugements… sans oublier « le féminisme agressif » (sic) attribué à la comtesse de Ségur. (Cf. Femmes. « Féminin », Famille. Mariage, Féminisme. Antiféminisme, Violences. Patriarcales. Ségur comtesse de)

Hommes (« Intellectuels ». Enseignants de l’Université de Vincennes) : 1970. Christiane Dufrancatel, alors seule femme au département de Sociologie de l’Université de Vincennes, se souvient :
« Avant le meeting de mai 1970, Antoinette [Fouque] et d’autres avaient demandé une salle. Beaucoup de groupes l’avait fait et l’avaient obtenue. Elles voulaient avoir un lieu de permanence, être dans l’université, mais cela leur avait été refusé, sous prétexte qu’il n’y en avait plus, que tout avait été distribué, qu’elles étaient un peu en retard…
Quand je l’ai su, j’ai senti la colère monter et je n’étais pas la seule. On a appris qu’il y avait une réunion du Conseil de direction et elles ont décidé d’y aller pour redemander cette salle. Elles étaient jolies, plutôt timides devant cet aéropage masculin de professeurs d’université.
Les collègues ont été d’une grossièreté invraisemblable ! Je n’avais jamais vu ça, et je ne m’en suis jamais remise. […]
Je me souviens avoir entendu le terme de ‘mal baisée’ dans la bouche d’un professeur d’Université très connu. Pas un petit enseignant de base.
Il y avait un décalage immense entre ces filles qui ne jouaient pas aux passionarias, qui demandaient gentiment leur droit - droit qui avait été reconnu à 36.000 autres groupes dans la Fac et les réactions de ces hommes face à ce qui leur apparaissait comme un Mouvement.
J’en ai reparlé ensuite avec Claude Frioux, qui était dans ce Comité à l’époque, et qui a été plus tard le président de la Faculté, car je l’avais repéré comme étant le seul à avoir blêmi devant les réactions de ses collègues.
Vis à vis de ces femmes, ils n’étaient pas forcément ‘machos’, ils pouvaient être très protecteurs dans le cadre d’une relation de supériorité. Mais face à ce qui leur est apparu comme une invasion de leur lieu de pouvoir par un groupe de femmes, ils ont eu peur.
[…] » 250 (Cf. Hommes. Machos, Patriarcat, Sociologie)

Hommes. « Intellectuels ». Paul Valéry :

Hommes (« Intellectuels ». Valéry Paul) (1) : (3 août) 1935. André Gide [1869-1951] écrit dans son Journal :
« Rien n’illustre mieux ma pensée [concernant l’homme « misérable »] - que ce mot, cynique et férocement admirable, de Valéry [1871-1945], et si éloquent par ‘l’absurde’. Il y a bien longtemps de cela. Nous étions jeunes ! Nous nous étions mêlées tous deux aux badauds qui faisaient cercle autour d’un groupe de malheureux bateleurs. C’était, il m’en souvient, sur le terre-plein du boulevard Saint-Germain. On admirait une pauvre femme, hâve et décharnée, en maillot rose malgré le froid. Son compère l’avait ligotée, enveloppée, savamment et de la tête aux pieds, d’un câble qui s’enroulait je ne sais combien de fois autour d’elle et dont, par une sorte de reptation, elle devait parvenir à se dégager.
Triste image du sort du peuple : mais l’on ne pensait point au symbole ; simplement le public contemplait quasi béatement, les efforts de la patiente.
Elle se tordait, se contorsionnait, lentement, délivrait un bras, puis l’autre, et lorsqu’enfin le dernier lien tombait, Valéry me prenait enfin le bras :
‘Allons-nous en ! Elle ne souffre plus’. »
Et ce, suivi du commentaire de Gide :
« Si l’on ne comprend pas l’ironique, la tragique beauté de ce mot, tant pis. » 251 (Cf. Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (« Intellectuels ». Valéry Paul) (2) : 1942. Paul Valéry [1871-1945], dans Mauvaises pensée et autres, auteur de :
- « La femme est ennemie de l’esprit, soit qu’elle donne, soit qu’elle refuse l’amour. Ennemie naturelle et nécessaire ; et même le meilleur ennemi de l’esprit. Le meilleur ennemi est celui qui fait créer les plus subtils et les plus sages moyens de défense ou d’attaque. »
- « L’âme est la femme du corps. Ils n’ont pas le même plaisir ou du moins, rarement, ils l’ont ensemble - C’est l’extrême de l’art que de leur donner. »
- « Tout est magie dans les rapports entre homme et femme. »
- « Ayez une femme qui ne croit pas à ce qu’elle voit. »
- « À chaque instant nous vient à l’esprit des idées de concierges et de femmes de ménage. S’il n’en fût pas ainsi, nous ne pourrions entendre ces personnes ni en être entendues. Cela est donc bénéfice. »
- « Femmes. - Les femmes sont mélange du désir d’une certaine brutalité et de l’exigence d’immenses égards. Elles adorent la force, mais une force qui parfois s’incline, et un tigre qui, tantôt dévore, et tantôt se fait descente de lit. » 252 (Cf. Êtres humains. Âmes)

Hommes (« Intellectuels ». Veyne Paul) : (8 novembre) 2014. Paul Veyne [1930-2022], auteur de :
« Je me suis marié trois fois, comme Cicéron, César et Ovide. » 253
Tout commentaire serait-il grossier ? (Cf. Hommes. « Modestes », Famille. Mariage, Politique. Hiérarchie)

Hommes [et femmes]. « Intellectuel-les » :

Hommes [et femmes] (« Intellectuel-les ») (1) : Un intellectuel (qui se respecte) : logiquement, il est l’injurié. Une intellectuelle féministe (qui se respecte) : logiquement, elle est niée….

Hommes [et femmes] (« Intellectuel-les ») (2) : (26 janvier) 1977. Pétition :
« Les 27, 28 et 29 janvier, devant la cour d'assises des Yvelines vont comparaître pour attentat à la pudeur sans violence sur des mineurs de quinze ans, Bernard Dejager, Jean-Claude Gallien et Jean Burckardt, qui, arrêtés à l'automne 1973 sont déjà restés plus de trois ans en détention provisoire. Seul Bernard Dejager a récemment bénéficié du principe de liberté des inculpés. Une si longue détention préventive pour instruire une simple affaire de ‘mœurs’ où les enfants n'ont pas été victimes de la moindre violence, mais, au contraire, ont précisé aux juges d'instruction qu'ils étaient consentants (quoique la justice leur dénie actuellement tout droit au consentement), une si longue détention préventive nous parait déjà scandaleuse.
Aujourd'hui, ils risquent d'être condamnés à une grave peine de réclusion criminelle soit pour avoir eu des relations sexuelles avec ces mineurs, garçons et filles, soit pour avoir favorisé et photographié leurs jeux sexuels.
Nous considérons qu'il y a une disproportion manifeste d'une part, entre la qualification de ‘crime’ qui justifie une telle sévérité, et la nature des faits reprochés ; d'autre part, entre le caractère désuet de la loi et la réalité quotidienne d'une société qui tend à reconnaître chez les enfants et les adolescents l'existence d'une vie sexuelle (si une fille de treize ans a droit à la pilule, c'est pour quoi faire ?)
La loi française se contredit lorsqu'elle reconnaît une capacité de discernement d'un mineur de treize ou quatorze ans qu'elle peut juger et condamner, alors qu'elle lui refuse cette capacité quand il s'agit de sa Vie affective et sexuelle.
Trois ans de prison pour des caresses et des baisers, cela suffit.
Nous ne comprendrions pas que le 29 janvier Dejager, Gallien et Burckhart ne retrouvent pas la liberté. » 254
- Ont signé ce communiqué : Louis Aragon, Francis Ponge, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Judith Belladona, docteur Michel Bon, psychosociologue, Bertrand Boulin, Jean-Louis Bory, François Chatelet, Patrice Chéreau, Jean-Pierre Colin, Copi, Michel Cressole, Gilles et Fanny Deleuze, Bernard Dort, Françoise d'Eaubonne, docteur Maurice Erne, psychiatre, Jean-Pierre Faye, docteur Pierrette Garrou, psychiatre, Philippe Gavi, docteur Pierre-Edmond Gay, psychanalyste, docteur Claire Gellman, psychologue, docteur Robert Gellman, psychiatre, André Glucksmann, Félix Guattari, Daniel Guérin, Pierre Guyotat, Pierre Hahn, Jean-Luc Henning, Christian Hennion, Jacques Henric, Guy Hocquenghem, docteur, Bernard Kouchner, Françoise Laborie, Madeleine Laïk, Jack Lang, Georges Lapassade, Raymond Lepoutre, Michel Leyris, Jean-François Lyotard, Dionys Mascolo, Gabriel Matzneff, Catherine Millet, Vincent Monteil, docteur Bernard, Muldworf, psychiatre Négrepont, Marc Pierret, Anne Querrien, Grisélidis Réal, François Régnault, Claude et Olivier Revault d'Allonnes, Christiane Rochefort, Gilles Sandier, Pierre Samuel, Jean-Paul Sartre, René Schérer, Philippe Sollers, Gérard Soulier, Victoria Therame, Marie Thonon, Catherine Valabrègue, docteur Gérard Vallès, psychiatre, Hélène Védrines, Jean-Marie Vincent, Jean-Michel Wilheim, Danielle Sallenave, Alain Cuny.
Et si ce qui liait le plus profondément les intellectuel-les entre eux était d’abord et avant tout leur partage des fondements patriarcaux et des [non] valeurs du patriarcat au sein desquelles ils / elles ont été formé-es, reconnu-es ? (Cf. Corps. Pudeur, Enfants, Hommes. « Intellectuels », Femmes. « Intellectuelles ». Pudeur, Féministes. « Intellectuelles », Relations entre êtres humains. Caresses, Justice. Détention préventive, Patriarcat, Penser. Consentement, Proxénétisme, Violences)

IV. Hommes (Journalistes. France. XXème et XXIème siècle) (en étant consciente de la confusion dont ce terme est porteur…) :

Hommes. Journalistes :

Hommes (Journalistes) (1) : Comment masquer et / ou résoudre les critiques à l’égard d’un journaliste-expert, par trop visiblement incompétent et / ou critiqué ? Élargir le domaine de sa sphère de compétences.

Hommes (Journalistes. Inconnus) : 2000. Un journaliste à Annie Ernaux après lecture de son livre L’évènement 255 [livre consacré à un avortement interdit avant la loi sur l’IVG], auteur de :
« Votre livre me donne la nausée. » 256 (Cf. Femmes. Avortements. Journalistes. Gesbert Olivia)

Par ordre alphabétique. Hommes. Journalistes :

Hommes (Journalistes. Auer Nicolas) : (1er mai) 2019. Lu dans Le Figaro :
« La journaliste Martine Laroche-Joubert qui a couvert toutes les guerres des années 1980 à aujourd’hui n’a aucune intention de raccrocher. Alors qu’elle s’apprête à repartir à Mossoul et à Raqqa, Martine Laroche-Joubert vient de publier ses Mémoires. Sa fine silhouette surgit de la pénombre du Buddha Bar, où elle fête la sortie de ses Mémoires. Entourée de baroudeurs, elle pose devant les photographes. ‘C’est émouvant pour nous tous’, glisse Alain de Chalvron, grand reporter et ancien directeur de la rédaction de France 2. Cette « famille » a couvert toutes les guerres des années 1980 à aujourd’hui. De Tripoli à Bagdad en passant par Kaboul, quarante ans de souvenirs fusent. Sur le front, où on dort à même le sol sans eau ni toilettes, Martine a toujours mis un point d’honneur à rester coquette, raconte le journaliste images Nicolas Auer. La voir se démaquiller et sentir les effluves de ses crèmes m’a beaucoup réconforté. C’était la seule chose qui rappelait l’Occident.’ » 257 (Cf. Femmes. Journalistes. Femmes. Coquettes)

Hommes. Journalistes. Olivier Bellamy :

Hommes (Journalistes. Bellamy Olivier) (1) : (15 septembre) 2017. Olivier Bellamy, responsable de l’émission quotidienne sur Radio Classique, interviewe Philippe Besson, auteur d’un livre consacré à Emmanuel Macron [Un personnage de roman. Julliard. 2017] et déclare à cette occasion qu’il « connaît beaucoup de jeunes filles qui aimeraient avoir les jambes de Brigitte Macron », après avoir affirmé qu’elle « avait une classe folle ! » 258 (Cf. Êtres humains, Corps. Jambes, Femmes. Jeunes filles)

Hommes (Journalistes. Bellamy Olivier) (2) : (26 octobre) 2017. Olivier Bellamy, dans le cadre de cette même émission, présentant une toccata de Maurice Ravel [1875-18937] la présente en ces termes :
« Maurice Ravel qui allait voir les… qui avait des amours tarifés, dit-on… Et quand même, sans ça, on n’aurait peut-être pas de si belles œuvres !... Il ne faut pas oublier ça, non plus ! » 259 (Cf. Culture, Musique, Proxénétisme)

Hommes (Journalistes. Chalandon Sorj) : (26 octobre) 2017. Sorj Chalandon, écrivain-journaliste au Canard enchaîné, au terme de sa présentation de l’émission intitulée : Harcèlement sexuel au travail, présentée sur France 2 le 11 octobre 2017, conclut :
« Sur trois millions de femmes harcelées, seules 5% osent déposer une plainte. »
« Oser », ose-t-il écrire, évacuant et donc légitimant de facto les souffrances endurées, les menaces, si souvent effectives de licenciement, les pressions de la hiérarchie, les difficultés de la plainte, les délais de la justice, les violences de la justice, les condamnations indignes, les siècles de domination masculine qui ont couvert ces injustices. Mr. Chalandon, honte à vous… 260
N.B. « Oser » : « Avoir la hardiesse, le courage, l’audace de faire quelque chose ; avoir le front, l’impudence de faire quelque chose ; tenter hardiment quelque chose. En Suisse : avoir la permission de. » (Cf. Justice. Langage, Patriarcat. Weinstein Harvey, Violences. Violences à l’encontre des femmes. Harcèlement sexuel)
* Ajout. 1er août 2018. Ne pas oser, ne pas savoir, ne pas avoir le langage, ne pas avoir accès à, ne pas pouvoir, être refusé-e, récusé-e, dissuadé-e…
* Ajout. 25 mars 2021. 1848. William Makepeace Thackeray [1811-1863], dans La foire aux vanités, auteur de :
« Prenez garde aux termes que vous employez, dit George ; votre mot d’oser sonne mal aux oreilles d’un capitaine de l’armée anglaise. » 261 (Cf. Langage. Mots)

Hommes. Journalistes. Brice Couturier :

Hommes (Journalistes. Couturier Brice) (1) : (27 octobre) 2017. Brice Couturier, l’un des piliers de France Culture, invité, on ne sait, ou plutôt, on ne comprend à quel titre, ni pourquoi, dans l’émission d’Hervé Gardette intitulée : Après l’affaire Weinstein, plus rien ne sera comme avant ? auteur, entre autres, de :
- « Aux États-Unis les rapports entre hommes et femmes sont terrifiants. […] »
Il emploie plus tard les termes d’« apartheid ».
- « Les rapports de séduction font partie de notre identité et, en aucun cas je ne serais pas prêt [?] à les sacrifier pour la lutte - qui est légitime et nécessaire - contre le harcèlement sexuel. » […]
- « Je ne voudrais pas qu’à partir de ce combat légitime, on détruise ce qui fait le charme et l’harmonie de la vie en société en France. […] »
Le nationalisme au secours de la domination masculine. 262 (Cf. Culture. Domination masculine. Patriarcat. Domination masculine. Weinstein Harvey, Politique. État. Couturier Brice, Violences. Violences à l’encontre des femmes. Harcèlement sexuel)

Hommes (Journalistes. Couturier Brice) (2) : (6 janvier) 2022. Brice Couturier, dans Le Figaro, concernant la phrase d’Emmanuel Macron qui veut « emmerder les non vaccinés » :
« C’est une expression sortie de son contexte. » (Cf. Penser)

Hommes. Journalistes. Alain Duhamel :

Hommes (Journalistes. Duhamel Alain) (1) : 2007. 2018. Ségolène Royal se souvient dans Ce que je voulais vous dire [Fayard. 2018], :
« À quelques mois de la présidentielle de 2007, Alain Duhamel publie Les Prétendants, un ouvrage sur les principaux candidats à la présidentielle. Un livre dans lequel il omet de parler de Ségolène Royal qui sera pourtant finaliste...
Il expliquera plus tard, raconte Ségolène Royal dans son livre, ‘qu'il n'avait pas vu venir ma candidature parce que, écrit-il, il 'ne s'intéressait guère à la politique des alcôves’. » 263 (Cf. Penser. Expliquer)

Hommes (Journalistes. Duhamel Alain) (2) : (15 décembre) 2021. Interrogé sur BFM-TV concernant les personnes à même chez les macronistes de critiquer Valérie Pécresse, Alain Duhamel a notamment nommé Roselyne Bachelot, ministre de la culture, parce que « c’est une femme » et qu’elle « a la langue bien pendue. »

Hommes (Journalistes. Duhamel Alain) (3) : (10 avril) 2022. Alain Duhamel, indestructible commentateur - dont je ne me souviens d’aucune de ses idées - a, subitement, définitivement, affirmé : « Rien n’a été reconstruit depuis 2017. » Un brutal changement de cap au vu des difficultés à venir ?
Je me suis alors demandée : ‘Mais de quoi donc a-t-il parlé pendant cinq ans ?’

Hommes (Journalistes. Gardette Hervé) : (26 juin) 2013. Hervé Gardette, responsable d’une émission quotidienne de débats (politiques) sur France Culture, dans le cadre d’une émission intitulée : Le féminisme a-t-il besoin d’une mise à jour ? auteur de :
« Excusez cette question naïve, mais à quoi ça sert le féminisme aujourd’hui ? ; à quoi ça sert d’être féministe aujourd’hui ? » 264 (Cf. Femmes, Féminisme, Penser. Pensées. Binaires, Pornographie. France Culture)

Hommes (Journalistes. Garrigou-Lagrange Mathieu) : Cf. Culture. Patriarcale

Par ordre chronologique. Hommes. Journalistes. Jean Garrigues :

Hommes (Journalistes. Garrigues Jean) (1) : (25 août) 2017. Ce jour, le premier titre lisible sur internet du Figaro s’intitule : « Macron : Les Français détestent les réformes. Il faut leur expliquer. »
Même jour, le matin, sur BFM-TV, Jean Garrigues, ici, journaliste commentateur de l’actualité, ici, propagandiste ‘macronien’, affirme : « Les Français ont besoin d’explications. » 265 Certes, il fut aussi professeur d’histoire… (Cf. Penser. Expliquer, Politique. Médias. Pédagogie. Réformes, Histoire)

Hommes (Journalistes. Garrigues Jean) (2) : (15 septembre) 2017. Présenté comme « historien », Jean Garrigues, invité sur France Culture, à commenter l’état de la situation sociale et politique, en d’autres termes, à réagir aux multiples analyses critiques de la politique d’Emmanuel Macron, affirme, après ¾ d’heures de reportages divers et variés :
« On pourrait lister l’ensemble des idées reçues et des mythologies qui ont émaillé les discours et les interventions de ceux qui ont parlé dans ce reportage, y compris de ceux qui, me semble-t-il, manipulent ce type de falsifications ou d’idées reçues […] ». Ce qui fut suivi de :
« Je pense évidemment tout le contraire de ce qui a été exprimé dit dans ce reportage » [!] et ce, pour soutenir « la modération et le dialogue », « sur le terrain de l’histoire ». Et celui-ci termine son analyse par cette phrase [par laquelle, sans récuser sa légitimité d’historien au nom de laquelle il est censé conférer une profondeur de vue à la parole des critiques de la politique ‘macronienne’] :
« C’est un point de vue historique… qui peut se justifier ou non. » 266
- Non, ce n’était pas un point de vue « historique », c’était celui d’un journaliste / commentateur, soutien politique de la politique actuelle. (Cf. Dialogues, Politique. Médias, Histoire)

Hommes (Journalistes. Garrigues Jean) (3) : (6 décembre) 2018. Jean Garrigues, journaliste-chroniqueur-historien évoque, dans C’dans l’air, le « vide assez criant » des revendications des « Gilets Jaunes ». J’avais cru comprendre que d’autres avaient plutôt constaté un « trop plein » 267 À quoi sert donc l’histoire ? (Cf. Politique. « Gilets jaunes ». Médias, Histoire)

Hommes (Journalistes. Garrigues Jean) (4) : (28 décembre) 2018. Jean Garrigues, présenté par Paris Match, comme « spécialiste de la vie politique en France », concernant les « Gilets jaunes », auteur de :
« […] Paradoxalement, cette crise ressemble davantage aux jacqueries du Moyen Age qu’aux mouvements de ces dernières années […]. » Suivi de :
« Cette crise s’inscrit dans la continuité du ‘non’ au référendum sur la Constitution européenne de 2005 et de Nuit debout […]. » 268 (Cf. Langage. Conjonction, Politique. « Gilets jaunes ». Médias, Histoire)

Hommes (Journalistes. Garrigues Jean) (5) : (9 février) 2019. Jean Garrigues, interrogé sur BFM-TV lors d’un « décryptage » concernant l’après « grand débat national », affirme notamment qu’il « faut donner du grain à moudre aux français. » 269
Lucidité, rigueur, engagement… (Cf. Politique. « Gilets jaunes ». « Grand débat national ». Médias)

Hommes (Journalistes. Garrigues Jean) (6) : (16 février) 2019. Concernant la demande du RIC [Référendum d’initiative citoyenne] par les « Gilets jaunes », Jean Garrigues, sur BFM-TV, auteur de :
« Si on réfléchit un tout petit peu, ça va poser d’énormes problèmes. » 270
Certes… (Cf. Penser, Politique. Référendum d’initiative citoyenne [RIC]. « Gilets jaunes ». Médias, Histoire)

Hommes (Journalistes. Garrigues Jean) (7) : (15 mars) 2019. Jean Garrigues, présenté seulement comme « historien », sur France Culture - après avoir comparé les « Gilets jaunes » aux « jacqueries de l’ancien régime », au « poujadisme » - l’affirme « totalement inédit sur un plan historique ».
Il considère le « grand débat » comme « un succès en soi » […], puis « plutôt un succès », puis « une vraie réussite ».
Concernant les méthodes employées (pourcentage, moyennes, big data) pour faire « remonter » les débats, il considère que l’on « fonctionne un peu à l’aveuglette, mais il faut avancer. »
Puis, j’entends, « à mon sens, là encore », et il croit bon préciser qu’il « analyse cette réussite non pas en termes de stratégie Macronienne… », tout en affirmant qu’il y aura « une ligne de crête extrêmement fragile à suivre », sans oublier de se référer à deux reprises au « livre qu’il vient de publier. » (Cf. Politique. État. « Gilets jaunes », « grand débat national ». Médias, Histoire) 271

Hommes (Journalistes. Garrigues Jean) (8) : (17 mars) 2019. Jean Garrigues au 18ème samedi de mobilisation des « Gilets jaunes », sur LCI, auteur, les concernant, de :
« Ils ont échoué manifestement. » 272 (Cf. Politique. État. « Gilets jaunes », « grand débat national ». Médias, Histoire)

Hommes (Journalistes. Garrigues Jean) (9) : (6 avril) 2019. Jean Garrigues, « historien », nomme, dans C’dans l’air, les revendications des « Gilets jaunes » : « confuses, disparates, irrationnelles ». 273 (Cf. Politique. État. « Gilets jaunes », « grand débat national ». Médias, Histoire)

Hommes (Journalistes. Garrigues Jean) (10) : (12 décembre) 2019. Jean Garrigues, « historien », concernant le discours d’Édouard Philippe, premier ministre, du 11 décembre 2019, sur les retraites, auteur de :
« Les sémiologues le disent : c’est un discours de gauche ». 274 Il n’est nul besoin d’être « sémiologue », ni « historien » pour savoir que citer le Conseil National de la Résistance, la CGT et le PCF, Pierre Mendès-France, Michel Rocard n’est en rien signifiant que l’on puisse être défini comme étant de « gauche ».
Et que faire alors de la référence au général de Gaulle et à Georges Pompidou ?
Et pourquoi considérer que « le discours » serait « de gauche » sinon pour ne pas révéler sa vraie nature, et pour ne pas avoir à se prononcer sur la nature même de la politique engagée ?
Le besoin de se « couvrir » recouvrirait alors un effet de cache et une manœuvre d’esquive. (Cf. Hommes. « Politiques. Philippe Édouard, Politique. Médias, Histoire)
* Ajout. 17 décembre 2019. Je découvre aujourd’hui sur Wikipédia que Jean Garrigues a appelé publiquement à voter Emmanuel Macron dès le premier tour. Comment peut-il accepter depuis des mois, de donner son analyse, « en tant qu’historien » ?
Je ne savais pas que ses engagements étaient depuis longtemps publics.
Je note aussi qu’il est désormais présenté comme « président du comité d’histoire », dont je ne vois en tant que tel - aujourd’hui - aucune réalité sur internet.
* Ajout. 19 décembre 2019. « Comité d’histoire parlementaire » - a été ajouté au bandeau le présentant à la télévision. Il s’agit du « comité d’histoire politique et parlementaire ».

Hommes (Journalistes. France. Halimi Serge) : (décembre) 2017. Dans l’éditorial du Monde Diplomatique, Serge Halimi, son directeur, prenant exemple du conflit entre Edwy Plenel, directeur de Médiapart et Riss, celui de Charlie Hebdo, critique, à juste titre, la transmutation de nombre d’analyses politiques actuelles en conflits religieux. Il écrit alors :
« […] Tous les sujets, même celui du harcèlement sexuel dont sont victimes des femmes américaines, débouchent plus ou moins vite sur la question des musulmans en République. » 275
Outre le fait qu’il aurait pu écrire « les femmes américaines », au lieu de « des femmes américaines », des « musulmans et des musulmanes », son analyse peut - après la déflagration mondiale des effets de ce qui est présenté comme « l’affaire Weinstein » - si l’on est peu sévère, être jugée, pour le moins maladroite.
Si l’on est plus sévère, on peut aussi la juger comme l’expression (nationaliste ?) sans doute inconsciente, d’un homme, français par ailleurs, se protégeant politiquement de la question de la responsabilité de tous les hommes, en matière de harcèlement sexuel, mais aussi, de viols, de violences, et de la perpétuation du patriarcat, en France.
Il y avait pourtant amplement, dans les médias, dans les réactions féministes, nombre de matière à réflexions… (Cf. Hommes. « Intellectuels », Patriarcat. Weinstein Harvey, Politique. Nationalisme)

Hommes (Journalistes. Joffrin Laurent) : 2018. 2007. Ségolène Royal, dans Ce que je peux vous dire [2018. Fayard], se souvient que Laurent Joffrin, ‘patron’ de Libération, à quelques jours de l’élection présidentielle de 2007 où elle était opposée à Nicolas Sarkozy, avait publié un livre intitulé La gauche Bécassine. [Robert Laffont. 8 mars 2007]

Hommes (Journalistes. Manière Philippe) : (27 octobre) 2017. Philippe Manière, sur France Culture, invité, on ne sait à quel titre, ni pourquoi, dans l’émission d’Hervé Gardette intitulée : Après l’affaire Weinstein, plus rien ne sera comme avant ? auteur, entre autres… de :
- « Ce sont d’abord des drames individuels » ;
- « En France, on est très embarrassé avec ce sujet ».
Le « on » qu’il emploie ne lui posant pas de problème interroge donc le point de vue à partir duquel il procède à ses ‘autres’ analyses. 276 (Cf. Hommes. Journalistes. Manière Philippe, Grossiers, Langage. Possessif, Penser. Manière Philippe, Patriarcat. Weinstein Harvey, Économie. Grèce. Manière Philippe, Violences. Violences à l’encontre des femmes. Harcèlement sexuel)

Hommes. Journalistes. Daniel Mermet :

Hommes (Journalistes. Mermet Daniel) (1) : Daniel Mermet, animateur et producteur de l’émission quotidienne Là-bas si j’y suis de France inter, crée en 1989]. A-t-il consacré une seule émission au féminisme ? Et combien aux multiples débats initiés par les féministes ? Je l’ignore, mais assurément, fort peu. Je sais, en revanche, que, pour lui, pour sa culture - « de gauche » - les féministes ne font pas partie des « révoltés et enthousiastes de la planète ». Et cette réalité ne le gêne pas ? Douloureuse caricature de la gauche patriarcale, souvent si grossière, si injurieuse, si violente

Hommes (Journalistes. Mermet Daniel) (2) : S’approprier, sous son seul nom, depuis des dizaines d’années, le travail de tant de personnes, se réserver - sans même jugement concernant les méthodes employées et publiquement dénoncées - le monopole de l’analyse, de la présentation d’une émission, des commentaires ajoutés aux données brutes fournies par les journalistes cantonné-es au terrain, du choix des messages, sans évoquer les apports financiers, symboliques, égotiques, narcissiques…en quoi est-ce se différencier de l’exploitation [capitaliste?] ?
- « Être » de gauche (comme « être » féministe, d’ailleurs…), comme tant encore le pensent, avec tant d’évidence et de bonne conscience, ne prémunit de rien (Cf. Langage. Verbe. Être)

Hommes (Journalistes. Mermet Daniel) (3) : (27 juin) 2014. À 71 ans, engagé urbi et orbi à l’extrême gauche, licencié de France Inter, il a pu déclarer, après des dizaines d’années de journalisme et donc de retraite y afférente, qu’il était « à la rue ».
Ceci étant dit, la décision de supprimer Là-bas s’y j’y suis est bien évidemment une censure politique contre une émission-de-gauche et, à ce seul titre, doit être dénoncée. 277 (Cf. Langage. Verbe. Être, Politique. Gauche)

Hommes. Journalistes. Philippe Meyer :

Hommes (Journalistes. Meyer Philippe) (1) : 1995. Philippe Meyer, animateur de l’émission politique hebdomadaire L’esprit public de France Culture, dans un livre de « Croquis politiques », clos ainsi le chapitre qu’il consacre à Ségolène Royal :
« Ne fait-elle pas irrésistiblement penser à Madame Flocon, épouse d’un député porté au Palais Bourbon par la révolution de 1848 et qui, contemplant avec appétit un palais national confiait à une commère : ‘Maintenant, c‘est nous qui sont les princesses.’ »
Délicat amalgame d’un fin politique …
- Dans le même livre, Philippe Meyer écrivait concernant Valéry Giscard d’Estaing :
« Sa vivacité d’esprit en fait alors un virtuose de l’humiliation, une sorte de bourreau chinois des amours propres, comme si jeter plus bas que terre lui permettait de se convaincre qu’il occupe toujours le haut du pavé. » 278 Un lien ? (Cf. Relations entre êtres humains. Humiliation)

Hommes (Journalistes. Meyer Philippe) (2) : 2017. Philippe Meyer, lors de la dernière émission politique hebdomadaire L’esprit public de France Culture, auteur de :
« La société française est une société de cour. » 279
Peut-être eut il été nécessaire d’expliciter de quelle « société » il parlait, sur quels fondements, avec quels arguments, il émettait ce jugement, et éventuellement, comment lui-même se situait à cet égard : acteur ? victime ? résistant ? complice ?
Enfin, il est difficile, même avec un minimum d’esprit critique, de ne pas constater que ce type de jugements à l’emporte-pièce furent le fait de toutes les émissions qu’il coordonnait et donc aussi des invité-es qu’il choisissait et récusait.
Quant aux « difficiles questions » qu’il reconnaît, lorsque l’émission est close, avoir dû affronter, il n’en a jamais été question. Les auditeurs, les auditrices n’avaient elles rien à en savoir, rien à en penser, rien à en dire ? (Cf. Politique. Médias)

Hommes. Journalistes. Christophe Ono-dit-Biot :

Hommes (Journalistes. Ono-dit-Biot Christophe) (1) : (17 janvier) 2015. Christophe Ono-Dit-Biot, ici responsable d’une émission culturelle sur France Culture, en présence de ses trois invitées : Christina Comencini, Justine Lévy et Blandine de Caunes, auteur, avec une satisfaction non dissimulée - au terme de je ne sais plus quel ‘constat’ - de :
« Mais finalement ! Vous avez échoué alors ! Vous les féministes, vous avez échoué ! On a la preuve ici ! » 280
Incontestable assurance, évidente inculture féministe, absence de rigueur conceptuelle, rires outrés et faux, impudeur, détournements et orientations de sens, et in fine référence déférente à « la liberté d’expression totale » : quand ce type de soi-disant débats va-t-il enfin cesser ? Pourquoi serions-nous contraint-es de supporter cela ? (Cf. Culture. Patriarcale, Langage. Genre. Mauvais)

Hommes (Journalistes. Ono-dit-Biot Christophe) (2) : (30 mai) 2016. Sur France Culture, Christophe Ono-dit-Biot, interroge Annie Ernaux :
« Vous le pensez vraiment ? La domination masculine est toujours là ? », suivi, plus tard de :
« Le milieu (social), c’est si important que cela ? » 281
Une caricature sur deux fronts… (Cf. Culture. Domination masculine, Patriarcat. Domination masculine)

Hommes (Journalistes. Ono-dit-Biot Christophe) (3) : (21 mars) 2020. Sur France Culture Christophe Ono-dit-Biot interroge l’écrivain Cubain Leonardo Padura concernant son futur livre dans lequel il est question d’« une vierge ». Et, manifestement intéressé par le sujet, à ce que l’auteur précise : « parce qu’il reste encore des vierges » Christophe Ono-dit-Biot renchérit : « C’est une bonne nouvelle », suivi de son rire, si complaisant. 282

Hommes (Journalistes. Pujadas David) : (29 mars) 2017. David Pujadas, présentateur depuis 2001 du Journal télévisé de France 2, auteur de :
« […] Un demi-siècle depuis les années 60 et la fin du patriarcat. […] » 283 (Cf. Féminisme. Antiféminisme, Patriarcat, Histoire)

Hommes (Journalistes. Poivre d’Arvor Patrick) (1) : 1988. Patrick Poivre d’Arvor (a présenté le journal télévisé de 20 h sur Antenne 2 de 1975 à 1983 et celui de TFI de 1987 à 2008, sans évoquer ses innombrables présences médiatiques), dans Les femmes de ma vie, auteur de :
« J’aime les femmes. J’ai toujours aimé les femmes, la compagnie des femmes, le parfum des femmes. Sans doute leur ai-je été fidèle, en dépit des toute apparence. J’aime la femme comme espèce, comme on le dit d’un minéral et d’un animal. Je l’aime comme curiosité, comme gouffre où noyer le savoir. J’aime ses sous-espèces et leurs souterraines ramifications. J’aime ma naïveté et mes incertitudes quand l’animal me frôle. […]
J’aime les femmes qui dérivent comme de longues algues. […]
J’aime la violence de leur innocence, la rudesse de leur attachement. Je les aime entières et successives, esthètes de la duplicité, inconscientes dans la rouerie. […] Femmes de ma vie, femmes de mes nuits, laissez-moi vous border de ces pages. » Fin de l’introduction. 284 (Cf. Êtres Humains. Naïveté, Femmes. « Espèces », Relations entre êtres humains. Attachement, Patriarcat. Pères, Violences. Violences à l’encontre des femmes)
(notamment Libération, 8 novembre 2021, C.Politique, 15 novembre 2021)

Hommes (Journalistes. Poivre d’Arvor Patrick) (2) : (25 juin) 2021. Lu dans Le Point, sous le titre Affaire PPDA [Patrick Poivre d’Arvor] classée sans suite :
« Les faits reprochés à l’ancien présentateur du 20 heures de TF1 sont prescrits ou insuffisamment démontrés pour justifier la poursuite de l’enquête. »
Le ‘ou‘ doit être apprécié à sa juste signification.
Pour rappel : 3 plaintes pour viols et quatre pour agressions sexuelles ou harcèlement sexuel. (Cf. Justice. Prescription, Langage. Critique. Mots. « Faits »)
* Ajout. novembre 2021. De nombreuses femmes - le chiffre de 26 est avancé le 15 décembre 2021 - ont déposé plainte contre lui, et / ou se sont exprimé personnellement et / ou à visage découvert pour viols et agressions sexuelles. Il était « nommé Louis XIV » dit l’une d’elles. (Cf. * Ajout. 29 septembre 2022. 90 femmes ont témoigné contre lui, 23 ont porté plainte, dont 8 pour viol. (Cf. Hommes. Journalistes. Poivre d’Arvor Patrick, Justice, Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (Journalistes. Ruquier Laurent) : (30 septembre) 2017. Laurent Ruquier, qui se nourrit d’antagonismes, qui les crée, les met en œuvre, afin d’y gagner l’audience qui le fait vivre, a présenté son analyse de ce qui s’est passé lors de l’émission : On n’est pas couchés :
« Dans les larmes de Sandrine Rousseau comme dans la colère de Christine Angot je n’ai vu que deux victimes exprimer leur douleur. »
Bref, les hommes n’étant en rien concernés, la violence que dut vivre Sandrine Rousseau, considérée comme apolitique, n’était qu’une simple histoire-de-bonnes-femmes ; et une caution politique conférée à la terrifiante injonction donnée par Christine Angot aux femmes violentées ne sachant comment réagir :
« On se débrouille ! ». (Cf. Êtres humains. Niés, Patriarcat. Weinstein Harvey, Violences. Victimes, Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (Journalistes. Schneidermann Daniel) : 1994. Daniel Schneidermann, alors responsable de la chronique quotidienne de la télévision du Monde, auteur d’un livre, Arrêts sur image dont l’ambition est, selon la quatrième de couverture, « à travers une cinquantaine d’exemples [vus à la télé] drôles ou pathétiques, [de nous] aide[r] à n’être dupes ni de notre époque, ni de nous-mêmes. »
Dans le chapitre consacré à l’émission Froufrous, il est question de « prêchi-prêcha féministe paléolithique » suivi, page suivante, - au cas où l’on n’aurait pas bien compris - de « la rengaine féministe paléolithique bien connue ». 285

Hommes. Journalistes. Éric Zemmour :

Hommes (Journalistes. Zemmour Éric) (1) : 2006. Éric Zemmour, notamment ‘grand reporter’ au Figaro, dans Le premier sexe, auteur de :
« On pourrait compter sur les doigts d’une main les femmes politiques, de stature nationale, qui ne soient pas passées dans les bras de l’un des trois monarques français de ces trente dernières années : Giscard, Mitterrand, Chirac. Et la loi sur la parité a décentralisé le droit de cuissage politique, surchargeant les élites pour les élections municipales et régionales d’épouses et de maîtresses. Mais il paraît que cela ne se dit pas. »
Sans omettre son antiféminisme, primaire, inculte et donc grossier, penser que tout n’est pas faux dans ce constat, lequel accable les hommes, pas les femmes. (Poursuivre) 286 (Cf. Femmes. « Politiques », Hommes. Grossiers, Politique. « Élites ». Ennemis. Nationalisme. Racisme. Parité, Patriarcat. Domination masculine, Penser, Pensée. Autoritaires, Violences. Violences à l’encontre des femmes. « Droit de cuissage »)

Hommes (Journalistes. Zemmour Éric) (2) : (21 juin) 2021. Éric Zemmour, sur C. News, évoquant le procès Mila, laquelle avait critiqué l’Islam et été la cible de nombreuses attaques sur internet, affirme : « Les féministes » ne s’y intéressent pas. En conséquence, elles sont donc - toutes donc - des « lâches ». Il croit bon ensuite asséner, preuve en sus de leurs absurdités, que le patriarcat n’existe plus. (Cf. Féminisme. Antiféminisme, Penser)

Hommes (Journalistes : Mickael Darmon, Arnaud Leparmentier, Jean-Pierre Elkabbach) : 2015. Lu : « Les faits remontent au dimanche 15 mars : la députée EELV de Paris était l'invitée de l’émission Le Grand Rendez-vous d'Europe 1. Selon le courrier envoyé par EELV au CSA, la députée a été coupée plus de 140 fois, ‘soit toutes les vingt secondes en moyenne’, au cours de ces 42 minutes où elle était interrogée par trois journalistes hommes : Mickael Darmon d’I-Télé, Arnaud Leparmentier du Monde et Jean-Pierre Elkabbach d’Europe 1 ». […]
- Entre autres réactions à cet interview, Politis dénonçait alors « un trio journalistique réac et misogyne d’un autre âge », soit « trois hommes face à une femme, affichant leur arrogance, un ton hautain, interrompant la députée EELV dans toutes ses réponses et ses démonstrations, réagissant à ses propositions par un flot de suffisance et de sourires méprisants. » 287 (Cf. Hommes. Machos. Misogynes)

V. Hommes (« Modestes ») :

Par ordre chronologique. Hommes. « Modestes » :

Par ordre chronologique. Hommes. « Modestes ». Voltaire :

Hommes (« Modestes ») (1) : (10 janvier) 1739. Voltaire [1694-1778], dans une lettre à Nicolas-Claude Thieriot [1697-1772], auteur de :
« Mme du Châtelet par parenthèse a un très grand tort de m’avoir caché tout cela pendant 8 jours. C’est retarder de 8 jours mon triomphe quoi que ce soit un triomphe bien triste qu’une victoire remportée sur la plus méprisable ennemi. » 288

Hommes (« Modestes ») (2) : (17 mars) 1754. Voltaire [1694-1778], dans une lettre à Jean-Antoine-Noé Polier de Bottens [1713-1783], auteur de :
« J’ai le malheur de ne pouvoir pas faire un pas sans que l’Europe le sache. Cette malheureuse célébrité [qu‘il ne cessé d’entretenir, de se vanter et de faire connaitre partout chez les puissant-es d’Europe] est un de mes plus grands chagrins. » 289

Hommes (« Modestes ») (3) : (novembre-décembre) 1755. Voltaire [1694-1778], dans une lettre à Gabriel Cramer [1723-1793], auteur de :
« Je vous prie d’envoyer à l’imprimeur des nouvelles littéraires cette copie de la lettre [la sienne] à l’Académie [qu’il cherche à instrumentaliser]. Rien ne me paraît plus propre à imposer le silence à la sottise et à la malignité [censées exercées à son encontre]. » 290

Hommes (« Modestes ») (4) : (27 mai) 1756. Voltaire [1694-1778], dans une lettre à Nicolas-Claude Thieriot [1697-1772], auteur de :
« Ce sont des gens [les Cramer] d’une très bonne famille de Genève qui ont de l’éducation et beaucoup d’esprit. Ils sont pénétrés de mes bienfaits, tout minces qu’ils sont […]. » 291 (Cf. Relations entre êtres humains. Bienfaits)

Hommes (« Modestes ») (5) : (3 décembre) 1757. Voltaire [1694-1778], dans une lettre au comte d’Argental [1700-1788], auteur de :
« Ma conduite est pure, vous la trouvez même assez noble. » 292

Hommes (« Modestes ») (6) : (10 décembre) 1758. Voltaire [1694-1778], dans une lettre à Charles de Brosses [1709-1717], auteur de :
« Je deviens patriarche. Si vous vous fiez à moi, vous y gagnerez ; si vous vous défiez, vous y perdrez. » (Cf. Penser. Pensées. Binaires) 293

Hommes (« Modestes ») (7) : (13 octobre) 1759. Voltaire [1694-1778], dans une lettre à madame du Deffand [1697-1780], auteur de :
« Ce qui fait le grand mérite de la France, son seul mérite, son unique supériorité, c’est un petit nombre de génies sublimes, ou aimables, qui font qu’on parle aujourd’hui français à Vienne, à Stockholm, à Moscou. Vos ministres et vos intendants, et vos premiers commis n’ont aucune part à cette gloire. » 294 (Cf. Culture, Êtres humains. Soi, Voltaire, Politique. Nationalisme)

Hommes (« Modestes ») (8) : (14 janvier) 1761. Voltaire [1694-1778], dans une lettre au comte [1700-1788] et à la comtesse d’Argental [1703-1774], auteur de :
« […] Je suis homme à avoir le pape dans ma manche quand je voudrai. Eh bien, cuistres, qu’avez-vous à dire ? » 295

Hommes (« Modestes ») (9) : (30 janvier) 1763. Voltaire [1694-1778], dans une lettre à Germain-Gilles-Richard de Ruffey [1706-1794], pas vraiment tolérant, auteur de :
« [Les jésuites] ont imprimé une grande déclaration, intitulée Apologie générale [1763], qui ne leur fera pas de nouveau amis ; ils y disent tant bien d’eux, et tant de mal de leurs adversaires, ils sont si fiers dans ce qu’ils appellent leur malheur, ils se regardent comme des gens si considérable et si nécessaires au monde, qu’on serait tenté de les humilier encore davantage. Ce n’est pas le tout d’être chassés, il faut encore être modeste. » 296
N.B. En 1763, les jésuites ont été expulsés de France. Le parlement déclara que leur ordre « nuit à l’ordre civil, viole la loi naturelle, détruit la religion et la moralité, corrompt la jeunesse. » [Wikipédia]

Hommes (« Modestes ») (10) : (15 janvier) 1766. Voltaire [1694-1778], dans une lettre à Étienne-Noël Damilaville [1723-1768], concernant « un acte authentique » le concernant qui lui fut « appor[té] », auteur de :
« Il est trop flatteur pour que je vous le communique ; mais enfin il est trop vrai pour que je n’en fasse pas usage, dans l’occasion […] »
- Suivi le 17 janvier 1766 de :
« En vérité, je fais trop de bien pour qu’on me fasse du mal. » 297

Hommes (« Modestes ») (11) : (5 février) 1774. Voltaire [1694-1778], dans une lettre à Joseph Vasselier [1735-1798], auteur de :
« À peine un ministre a-t-il des bontés pour moi qu’il est destitué. » 298

Hommes. « Modestes ». Jean-Jacques Rousseau :

Hommes (« Modestes ») (12) : (mars) 1763. Jean-Jacques Rousseau [1712-1778], dans la lettre à M. de Beaumont [archevêque de Paris. 1703-1781], auteur de :
« Oui, je ne crains point de le dire, s’il existait en Europe un seul gouvernement vraiment éclairé, un gouvernement dont les vues fussent vraiment utiles et saines, il eût rendu les honneurs publics à l’auteur d’Émile, il lui eut élevé des statues. » 299
N.B. On peut aussi penser notamment au début des Confessions. (Cf. Êtres humains. Soi. Rousseau Jean-Jacques)

Hommes (« Modestes ») (13) : 1771-1775. Jean-Jacques Rousseau [1712-1778], dans Rousseau juge Jean-Jacques, auteur de :
« Je vis que dans le siècle où la philosophie ne fait que détruire, cet auteur seul édifiait avec solidité. […] » 300 (Cf. Philosophie)

Hommes (« Modestes ») (14) : 1790. Edmund Burke [1729-1797], dans ses Réflexions sur la Révolution de France, auteur de :
« Je ne prétends pas avoir de la France une connaissance aussi exacte que certains autres ; mais j’ai travaillé toute ma vie à m’instruire sur la nature humaine ; sinon, je serais indigne même du modeste rôle qui m’incombe parmi ceux qui servent la cause de l’humanité. » Subtil ? Ambigu ? 301

Hommes (« Modestes ») (15) : 1793. Alors que la situation militaire sur le Mont-Blanc est dramatique - « Ce département est à la veille d’être envahi », « des armes et des hommes sont réclamés » - Marie-Jean Hérault de Seychelles [1759-1794], au nom du Comité de salut public « annonce l’envoi en mission de deux hommes énergiques (lui-même compris) » qui, dit-il, « par leur présence vaudront une seconde armée. » 302

Hommes (« Modestes ») (16) : Benjamin Constant [1760-1830] écrit à Isabelle de Charrière [1740-1805] :
- le 20 avril 1794. : « […] Je sens avec délices toutes les ressources que j’ai en moi. […]
- le (12 mai) 1794. : « […] Enfin grâce au ciel, l’ouvrage ne vaut pas le diable et ne peut se lire que par un homme infatigable, et ardent, comme moi, qui réunit à l’amour de la gloire la suite du caractère, et le courage de la patience. » 303

Hommes. « Modestes ». François-René de Chateaubriand :

Hommes (« Modestes ») (17) : (12 mai) 1809. François-René de Chateaubriand [1768-1848] écrit à François Guizot [1787-1874] :
« Mille remerciements, Monsieur, j’ai lu vos articles avec un immense plaisir. […] Je trouve vos critiques fort justes. […] Véritablement, Monsieur, je le dis très sincèrement, les critiques qui ont jusqu’à présent paru sur mon ouvrage [Les martyrs] me font une certaine honte pour les français […]. » 304

Hommes (« Modestes ») (18) : (31 mars) 1829. François-René de Chateaubriand [1768-1848], écrit à Juliette Récamier [1779-1849] :
« Victoire, enfin ! J’ai, après bien des combats, un des papes que j’avais sur ma liste. » 305

Hommes (« Modestes ») (19) : 1850. François-René de Chateaubriand [1768-1848], dans les Mémoires d’Outre-tombe, auteur de :
« […] Je ne pouvais plus dire un mot ; je sentais que j’avais quelque chose à cacher, et que ce quelque chose était une vertu ; je pris le parti de me cacher moi-même pour porter en paix mon innocence. » 306

Hommes (« Modestes ») (20) : 1850. François-René de Chateaubriand [1768-1848], dans les Mémoires d’Outre-tombe [écrit en juillet septembre 1831], auteur de :
« Ce fut en 1805 que je vis Genève pour la première fois. […] Genève appartenait à la France ; Bonaparte brillait dans toute sa gloire, madame de Staël dans toute le sienne ; il n’était pas plus question des Bourbons que s’ils n’eussent jamais existé. Et Bonaparte et madame de Staël et les Bourbons, que sont-ils devenus ? Et moi, je suis encore là ! » 307

Par ordre chronologique. Hommes. « Modestes ». Léon Tolstoï :

Hommes (« Modestes ») (21) : (8 juillet) 1853. Léon Tolstoï [1828-1910] écrit dans son Journal :
« Lu ‘Profession de foi d’un vicaire savoyard’ [1762] et, comme toujours, à cette lecture sont nées en moi une multitude de pensées réelles et nobles. Oui, mon principal malheur, c’est une grande intelligence. » 308

Hommes (« Modestes ») (22) : (21 août) 1900. Léon Tolstoï [1828-1910] écrit dans son Journal :
« Étrange ma position dans ma famille. Ils m’aiment peut-être bien, mais je ne leur suis pas nécessaire, plutôt ‘encombrant’ ; si nécessaire, alors nécessaire comme à tous les gens. Mais, eux, dans ma famille, voient moins que les autres, en quoi je suis nécessaire à tous. De là vient : ‘Il n’y a pas de prophète honoré dans sa patrie’. » 309
N.B. Cette analyse n’est pas représentative de ses jugements concernant sa famille.

Hommes (« Modestes ») (23) : (4 septembre) 1909. Léon Tolstoï [1828-1910] écrit dans son Journal :
« Si audacieux, si présomptueux que ce soit, je ne peux pas faire autrement que de penser et de noter pour moi qu’il faut me souvenir dans mes rapports avec les gens que pour une énorme majorité d’entre eux je suis à un point de conception du monde tel que je dois souvent et beaucoup en descendre pour qu’une quelconque communication soit possible entre nous. » Heureusement réécrit dans ses Carnets, même mois, ainsi :
« Si osé, outrecuidant que ce soit de ma part, je ne peux pas ne pas noter pour moi et me fixer pour règle de me souvenir, quand je m’adresse aux gens, que je me place à un point de vue qui est incompréhensible pour la majorité. » 310

Hommes. « Modestes ». Gustave Flaubert :

Hommes (« Modestes ») (24) : (24 avril) 1862. Gustave Flaubert [1821-1880] écrit à Mademoiselle Leroyer de Chantepie [1800-1888] :
« Petites œuvres, petites passions et petites gens : on n’a pas autre chose autour de soi. »
- Cf. aussi (29 mars) 1863. Gustave Flaubert [1821-1880] écrit à Jules Duplan [ ?- ? ] :
« […] Ainsi, l’Académie et le clergé m’exècrent. Ça me flatte, et ça m’excite. » 311

Hommes (« Modestes ») (25) : (18 avril) 1878. Gustave Flaubert [1821-1880] écrit à Edmond Laporte [1832-1906] :
« Marius Roux [1838-1905], un ami de Guy [de Maupassant. 1850-1893] m’a adressé une dédicace dont ma modestie rougit ». Une note de La Pléiade la reproduit :
« À l'artiste merveilleux, / au créateur savant et infaillible, / au maître / Gustave Flaubert, / je dédie ce livre, / en témoignage de ma profonde admiration / et de mon inaltérable amitié. […] » 312 (Cf. Relations entre êtres humains. Admiration. Flagornerie)

Hommes (« Modestes ») (26) : (27 août) 1868. Victor Hugo [1802-1885], le jour de la mort de son épouse, Adèle Hugo [1803-1868], écrit :
« Je lui ai fermé les yeux. Hélas !
Dieu recevra cette douce et grande âme, je la lui rends. Qu’elle soit bénie. » 313

Hommes (« Modestes ») (27) : Arthur Schopenhauer [1788-1860], auteur de :
« L’humanité a appris de moi des choses qu’elle n’oubliera jamais. » 314

Hommes (« Modestes ») (28) : (18 septembre) 1870. George Sand [1804-1876], dans une lettre à Jules Boucoiran [1808-1875], concernant son fils Maurice [1823-1889], auteure de :
« Maurice [1823-1889] n’a pu cru devoir s’éloigner du pays sans savoir s’il pourrait rendre quelques services à la défense du pays. ».
- Une note de Georges Lubin [1904-2000] nous apprend que le dit qui n’avait pas fait son service militaire et qui n’avait d’autre grade que celui de sous-lieutenant des pompiers, avait demandé au Préfet « un emploi de lieutenant-colonel d’une des Légions du département de l‘Indre. » 315 (Cf. Femmes. Mères)

Hommes (« Modestes ») (29) : (12 juin) 1900. Sigmund Freud [1856-1939] écrit à Wilhelm Fliess [1858-1928] :
« Crois-tu qu’il y aura écrit un jour sur cette maison une plaque de marbre où l’on pourra lire : ?
‘Ici se dévoila le 24 juillet 1885
au Dr Sigmund Feud
le mystère du rêve’

Les chances en sont jusqu’à présent bien minces. […] »
N.B. Une note précise qu’une plaque y fut effectivement apposée le 6 mai 1977 316

Hommes (« Modestes ») (30) : 1910. Charles Péguy [1873-1914], dans Notre jeunesse, auteur de :
« Nous fûmes des héros. Il faut le dire très simplement, car je crois bien qu’on ne le dira pas pour nous. » 317 (Cf. Hommes. « Héros »)

Hommes (« Modestes ») (31) : (5 avril) 1915. Guillaume Apollinaire [1880-1918], dans Poèmes à Lou, auteur de :
« […] Et quand tu seras vieille, ô ma jeune beauté / Lorsque l’hiver viendra après ton bel été, / Lorsque mon nom sera répandu sur la terre / En entendant nommer Guillaume Apollinaire / Tu diras ‘Il m’aimait’ et t’enorgueilliras. / Allons ! ouvre ton cœur. Tu m’as ouvert tes bras. »
N.B. À la lecture de Poèmes à Lou [Louise de Coligny-Chatillon. 1880-1963], il y a de quoi être, a minima, accablé-e.

Hommes (« Modestes ») (32) : (25 juillet) 1929. Lettre de Philippe Pétain [1856-1951] à Charles de Gaulle [1890-1970], à l’occasion de la rédaction de son discours de réception à l’académie française, dont le récipiendaire était Paul Valéry [1871-1945] :
« Je vais me remettre à écrire. Je n’y réussissais pas trop mal autrefois. Comme c’est Paul Valéry qui me répondra, je ne serai pas fâché de mettre mon style dépouillé à vif en opposition avec le sien où la pensée disparait sous l’amoncellement des fioritures. » 318 (Cf. Langage. Académie française. Style, Penser)

Hommes (« Modestes ») (33) : 1929. Léon Trotsky [1879-1940], dans Ma vie, écrit :
« Les évènements de 1905 ont révélé, me semble-t-il, en moi cette intuition révolutionnaire sur laquelle j’allais ainsi pouvoir m’appuyer dans la suite. Je noterai ici même que les fautes que j’ai commises, si graves qu’elles l’aient été - et il y en a eu d’une très grosse importance - se rapportaient toujours à des questions subsidiaires d’organisation ou de tactique, mais non pas aux problèmes essentiels, non pas à la stratégie. Dans l’appréciation d’une situation politique en son ensemble, et de ses perspectives révolutionnaires, je ne puis, en conscience, me reprocher aucune erreur sérieuse. » 319 (Cf. Penser. Intuitions, Politique. Histoire)

(Hommes. (« Modestes ») (34) : 1940. Henry Miller [189I-1980], dans Le monde du sexe, auteur de :
« Je savais que ma vie était intéressante et que d’autres accordaient de l’importance au récit que j’en ferais. » 320 (Cf. Sexes)

(Hommes. (« Modestes ») (35) : (8 décembre) 1949. Thomas Mann [1875-1955], dans une lettre à Otto Basler [1892-1975], accusé de s’être comparé à Goethe [1749-1832], auteur de :
« Grands dieux, j’ai toujours dit que nous autres modernes, ne sommes que de médiums conducteurs de chaleur, entre la grandeur et notre époque ; et je suis bien trop sain d’esprit pour ne pas être profondément modeste au fond l’âme. Seules les insultes de ceux-là qui n’auront jamais existé, risqueraient parfois de mettre en danger cette modestie. » 321 (Cf. Relations entre êtres humains. Mépris)

Hommes (« Modestes ») (36) : (13 mars) 1950. François Mauriac [1885-1970] écrit, dans Le Figaro, concernant l’évocation selon laquelle « la situation en France n’est pas le moins du monde révolutionnaire » :
« Je n’ai plus l’occasion de causer avec un communiste : cela me manque bien. […] La rédaction de L’Humanité, chaque matin s’époumone. En vain. Les grèves tournent court, la rue est tranquille. Il ne se passe rien. Je vous jure, Monsieur Casanova [Laurent. 1906-1972. Chargé au PCF des relations avec les intellectuels], que cela pose un problème.
Permettez à un bourgeois catholique d’essayer de le résoudre en partant de ce qu’il connait. […] » 322 (Cf. Hommes. « Intellectuels »)

Par ordre chronologique. Hommes. « Modestes ». Albert Camus :

Hommes (« Modestes ») (37) : (15 juin) 1954. Albert Camus [1913-1960], dans un texte intitulé La littérature et le travail (Lettre au rédacteur d’une revue ouvrière), auteur de :
« Si vous pensez que ma phraseCe n’est pas ainsi que j’imagine la littérature ouvrière »] mérite quelque développement, je vais les tenter ici. Mais il faut d’abord que je répète ce que je vous ai déjà dit : je ne suis pas sûr d’avoir raison, et de plus je me sens en infériorité dans votre entreprise. Quand des hommes qui passent leurs journées dans un atelier ou dans une usine prennent sur leurs loisirs pour tenter de s’exprimer dans une revue, ce n’est pas à celui qui jouit d’une large liberté, pour écrire et travailler, à venir faire la fine bouche et à donner des avis. Même s’il peut avoir par hasard raison, il ne paye pas de sa personne sur ce point et cela suffit à rendre suspects ses propos. […] » 323 (Lire la suite)

Hommes (« Modestes ») (38) : (5 novembre) 1955. Albert Camus [1913-1960], à propos d’un manifeste soumis à sa signature, écrit à René Char [1907-1988] :
« Le chemin de l’Histoire, pour nous, passe entre l’esprit d’injustice et l’esprit de démission. » 324 (Cf. Hommes. « Intellectuels », Penser, Pensée Binaire, Histoire)

Hommes (« Modestes ») (39) : (26 juin) 1958. Michel Leiris [1901-1990] écrit son Journal :
« Matinée à l’hôpital Claude Bernard. […] Rencontré divers infirmiers et infirmières, dont je dois me faire connaître car - oubli ou discrétion - ils ne viennent pas à moi. » 325

Hommes (« Modestes ») (40) : (22 mai) 1959. Maurice Merleau-Ponty [1908-1961], en réponse à la question :
« Comment êtes-vous devenu philosophe ? », répondit :
« Il me semble l’avoir toujours été. » 326 (Cf. Dialogues, Philosophie)

Hommes (« Modestes ») (41) : 1961. Issac Deutscher [1907-1967], dans Staline, reprenant le portrait de Staline [1987-1953] par Khrouchtchev [1894-1971]) auteur de :
« […] Insérant de sa propre main, dans sa biographie officielle adulatrice, et dans les manuels d’histoire, des passages à la louange de son propre ‘génie’ et de sa propre modestie. » 327

Hommes (« Modestes ») (42) : (21 juin) 1964. Jacques Lacan [1901-1981], fondateur de l’école de la cause Freudienne, auteur de :
« L’admission au départ [de l’École] sera décidée par moi-même sans que je tienne compte des positions prises par quiconque dans le passé à l’endroit de ma personne, sûr que je suis que ceux qui m’ont quitté, ce n’est pas moi qui leur en veux, c’est eux qui m’en voudront toujours plus à ne pouvoir en revenir. » 328

Par ordre chronologique. Hommes. « Modestes ». Matthieu Galey :

Hommes (« Modestes ») (43) : (13 octobre) 1965. Matthieu Galey [1934-1986], dans son Journal demande à Louis Aragon [1897-1982] dont Le paysan de Paris va paraître le livre de poche, s’il n’avait pas pensé à faire préfacer cette édition « par quelqu’un d’autre » [que lui].
Louis Aragon lui répondit :
« Une préface ! Ai-je une tête à supporter une préface ! Vous ne m’avez pas regardé ! » 329

Hommes (« Modestes ») (44) : (13 octobre) 1965. Matthieu Galey [1934-1986], dans son Journal, rapporte ce jugement de René-Victor Pilhes [1934-2021] :
« Il déclare : ‘J’ai eu les plus beaux articles.’ Un peu gêné, il ajoute gentiment : ‘Ce n’est pas de ma faute si j’ai écrit un bon livre.’ [La rhubarbe. 1965] » 330

Hommes (« Modestes ») (45) : (13 octobre) 1970. Matthieu Galey [1934-1986] écrit dans son Journal :
« Robbe-Grillet [Alain. 1922-2008] […] me parle des Éditions de Minuit, du ‘boom’ que fut le nouveau roman : ‘Vous savez quand ils ont eu tout d’un coup des auteurs célèbres, Simon [Claude. 1913-2005], Butor [Michel. 1926-2016], Robbe-Grillet…’.
En toute simplicité. » 331

Hommes (« Modestes ») (46) : (28 octobre) 1972. Matthieu Galey [1934-1986] écrit dans son Journal :
« Déjeuner d’ascenseur chez les Rheims. […] Pendant le diner, ce charmeur glorieux [Maurice Rheims. 1910-2003] déclare très calmement : ‘La France entière se demande pourquoi j’ai abandonné ma charge [de commissaire-priseur]’. » 332

Hommes (« Modestes ») (47) : 1966. Michel-Antoine Burnier [1942-2013], dans Les existentialistes et la politique, auteur de :
« Sartre [Jean-Paul. 1905-1980] disait un jour que le point de départ de beaucoup de jeunes gens étaient son point d’arrivée à lui. » 333 (Cf. Hommes. « Intellectuels ». Sartre Jean-Paul)

Hommes (« Modestes ») (48) : 1975. Henri de Montherlant [1895-1972] interviewé par Jacques Chancel [1928-2014] :
« Si on peut prononcer ce mot ’carrière’ que je n’aime pas beaucoup…
- Par quoi le remplacer ?
- Mon œuvre, ma vie. » 334 (Cf. Dialogues)

Hommes (« Modestes ») (49) : (7 décembre) 1976. Bernard Pottier, « linguiste », débattant avec Paul Robert [1910-1980], se présente ainsi :
« Je suis théoricien. » 335

Hommes (« Modestes ») (50) : (6 juillet) 1985. Francis Ponge [1899-1988], sur France Culture, auteur de :
« Comme je l’ai dit souvent, les psychanalystes se sont beaucoup occupés de moi. » 336

Hommes (« Modestes ») (51) : 1986. Sami Naïr, dans Le Caire, la Victorieuse, auteur de :
« (après quelques jours au Caire et quelques discussions avec des hommes, des intellectuels politiques égyptiens, dont plusieurs opposants ayant été incarcérés pendant des années) « Au contact des réalités existentielles, des pans entiers du modèle théorique s’effondrent : (‘dictature militaire’, ‘bourgeoisie d’état’, etc.…) s’effondrent. Mais ce qui toutefois distingue mon point d’approche de ceux, témoins et protagonistes, c’est que je vois des effets du système là où ils ne décèlent que des aspects positifs ou négatifs. […] » Les phrases suivantes à l’avenant337

Hommes (« Modestes ») (52) : (1er février) 1988. Pierre Bourdieu [1930-2002], dans l’émission À voix nue de France Culture, auteur de :
« […] On peut me réfuter mais avec des arguments scientifiques. Mais jusqu’à présent, c’est encore à faire. […] Jusqu’à présent, j’ai été l’objet d’attaques, mais jamais de réfutations, au sens rigoureux du terme. Une des raisons de ma tristesse, c’est que dans le champ intellectuel français, j’ai beaucoup d’ennemis, mais je n’ai pas d’adversaires, c’est à dire des gens qui feraient le travail nécessaire pour opposer une réfutation. […] Pour me réfuter, il faut se lever de bonne heure. Il faut travailler. C’est un peu arrogant, mais… » Pour le moins… (Cf. « Sciences » sociales. Sociologie. Bourdieu Pierre)

Hommes (« Modestes ») (53) : 1992. Daniel Toscan du Plantier [1941-2003], dans Bouleversifiant, évoquant une rupture avec une « petite stagiaire américaine » écrit :
« Quand il fallut se quitter, elle me sembla si désespérée que j’en nourris ma vanité masculine : ‘Est ce que je vais te manquer ?’ - ‘Non, pas toi… la culture ! » 338 (Cf. Culture. Hommes. Vanité, Dialogues, Patriarcat)

Hommes (« Modestes ») (54) : 1992. Louis Althusser [1918-1990], dans L’avenir dure longtemps, après avoir évoqué les réactions à son livre Lire le capital, écrit :
« Temps merveilleux ! J’avais enfin atteint au sommet de mon désir : avoir raison, seul contre tous ! » 339 Son épouse lui aurait-elle été un empêchement ? Sans doute. (Cf. Althusser Louis. Assassin de sa femme)

Hommes (« Modestes ») (55) : (12 janvier) 1994. George Kiejman [1932-2023], après avoir évoqué les « héros » des films de John Ford [1894-1973] et rappelé, qu’enfant, il avait fait de la boxe, auteur de :
« J’aime - c’est inconscient. Je ne dis pas que je le construit - donner le sentiment de ma force morale et intellectuelle. » 340 (Cf. Hommes. « Héros »)

Hommes (« Modestes ») (56) : (15 septembre) 2005. Jacques Vergès [1924-2013] écrit dans son Journal :
« Je discute aujourd’hui avec Brigitte des deux contrats que je dois signer avec Rita pour deux films qui me sont consacrés.
Le premier dont le réalisateur est un documentariste anglais très connu fera du procès Barbie [Klaus. 1913-1991] le miroir de ma personnalité. Je n’y vois aucun inconvénient. […]
Le second film confié à un réalisateur français de ma génération embrassera toute la vie. Je voudrais là aussi être un symbole de notre temps par la conception morale que j’ai de ma profession. […] » 341 (Cf. Culture, Cinéma, Femmes. Prénoms, Justice. Avocat)

Hommes (« Modestes ») (57) : 2008. Michel Houellebecq de souvient d’une « interview de Yasmina Reza où elle rapportait comment Nicolas Sarkozy avait accueilli le projet du livre qu’elle souhaitait lui consacrer. Notre président aurait, paraît-il, accepté en ces termes : ’Même si vous me démolissez, vous me grandirez’. » 342 (Cf. Hommes. « Politiques ». Sarkozy Nicolas)

Par ordre chronologique. Hommes. « Modestes ». Bruno Le Maire :

Hommes (« Modestes ») (58) : 2009. Bruno Le Maire, alors directeur de cabinet du premier ministre, Dominique de Villepin, dans Des hommes d’État, écrit, à Matignon à la date du 5 février 2007 :
« Dans ces dernières semaines, je m’efforce de tenir les affaires de l’État face à des cabinets qui, pour des raisons compréhensibles [élections présidentielles] ont la tête ailleurs et pensent à leur avenir. » 343
« Tenir les affaires de l’État » : disons plutôt : tenter de gérer les dossiers dont les cabinets ont à ‘traiter’. (Cf. Économie. Le Maire Bruno)

Hommes (« Modestes ») (59) : (25 février) 2016. Bruno Le Maire, candidat Les Républicains [Comment « la gauche » a-t-elle pu, si aisément, laisser un parti politique s’approprier, pour lui seul, ce terme ?] à la présidence de la République, auteur de :
« Mon intelligence est un obstacle. » 344
- Depuis, il a changé de camp et, dans un contexte politique confusionnel favorable à tous les manquements à un quelconque principe, a, en conséquence, été nommé ministre des finances d’Emmanuel Macron. (Cf. Femmes. Retraites, Famille. Le Maire Bruno, Penser. Intelligence, Économie. Le Maire Bruno)
* Ajout. 2 mars 2023. (8 juillet) 1853. Léon Tolstoï [1828-1910], dans son Journal écrit :
« Oui, mon principal malheur, c’est mon intelligence. » 345 (Cf. Hommes. « Modestes ». Tolstoï Léon)

Hommes (« Modestes ») (60) : (mai) 2022. Bruno Le Maire, auteur de L’Ange et la bête. Mémoires provisoires, auteur de :
- « Cette vérité était importante pour moi comme écrivain et comme homme politique. Est-ce que la politique n’était plus que cela ? […] Est-ce qu’il ne fallait pas prendre la parole, pour rendre aussi à la politique, sa noblesse, sa hauteur, sa complexité ? »
- « […] Partout, des patrons de café, des restaurateurs, des salariés, des indépendants se rapprochaient de moi, vérifiaient qui j’étais en me fixant d’un regard soupçonneux qui semblait dire : ‘Est-ce que c’est vraiment lui ?’, puis, un peu hésitants, m’accostaient en me demandant : ‘C’est bien vous ?’, question à laquelle j’aurais voulu répondre comme n’importe quel responsable politique divisé entre sa personne et son image : ‘ Moi ?, Qui ?’, puis encouragés par mon silence, me glissaient : ‘Merci pour ce que vous avez fait.’ […] » 346
* Ajout. 23 août 2023. Faut-il que l’assurance en soi soit bien faible, et bien peu solide la croyance dans le bien-fondé de la fonction politique, pour que les compliments de quidam, sans explications, ni justifications, apparaissent si gratifiants …

Hommes (« Modestes ») (61) : (1er juillet) 2022. Bruno Le Maire, devant la « presse ministérielle » [?], auteur de :
« J’ai l’impression que personne n’a compris que nous entrions dans un nouveau monde. Et donc, j’ai pensé que si je ne disais pas les choses haut et fort on ne les entendrait pas. » 347
* Ajout. 9 juillet 2022. Du même, deux jours avant, le 29 juin 2022, sur C. News :
« La croissance française résiste. Elle est solide. L’investissement et l’emploi se portent bien. » (Cf. Économie. Le Maire Bruno)

Hommes (« Modestes ») (62) : 2010. Emmanuel Pierrat, dans Maître de soi, auteur de :
« Le danger, à conseiller nombre d’éditeurs, de producteurs, à chroniquer dans Livres Hebdo - le journal des professionnels du livre ou dans Caractères - le mensuel des imprimeurs - à signer romans et essais, à être directeur littéraire d’une petite structure d’édition, à siéger au comité de lecture de quelques grandes, à occuper un poste d’élu à Saint-Germain-des-Prés, bref, à cumuler les mandats, c’est de voir déborder sa boîte à lettres de manuscrits et scénarios, envoyés comme des bouteilles à la mer. » 348

Hommes (« Modestes ») (63) : (9 janvier) 2015. Jean Tirole [prix Nobel d’économie. 2014], auteur, après les attentats de janvier 2015, de :
« Indigné et attristé comme nous tous, je marcherai demain à Toulouse à titre personnel et anonyme comme tout autre citoyen. » 349 (Cf. Femmes. Épouse de, Économie. Tirole Jean)

Hommes (« Modestes ») (64) : (29 septembre) 2016. Alain Delon, interviewé - et efficacement orienté en ce sens par Léa Salamé, journaliste, - auteur de :
« Je suis un mythe vivant. […] Ce n’est pas de ma faute si j’ai été aimé. […] J’ai su très, très jeune que j’étais bien fait de ma personne, que je plaisais aux femmes. […] » 350 (Cf. Patriarcat. Pères. Delon Alain)

Hommes (« Modestes ») (65) : (3 décembre) 2017. Jean-Claude Guillebaud, « moraliste », catholique affirmé, après une présentation pendant une heure de sa vie, termina l’émission qui lui était consacrée en reproduisant, le concernant, le jugement d’un de ses amis théologien, qui lui avait déclaré :
« Tu as la grâce ». Ce qui ne lui parut pas devoir être contesté… 351 (Cf. Penser. Morale. Théologie)

Hommes (« Modestes ») (66) : (13 février) 2019. François-Xavier Bellamy, tête de liste LR (Les Républicains) aux élections Européennes, dont le choix politique (conservateur, réactionnaire) auteur de :
« Ma candidature n’a pas été accueillie avec l’intelligence voulue. » 352 (Cf. Penser. Intelligence)

Hommes (« Modestes ») (67) : (22 mars) 2020. Marc Ferro [1924-2021], historien, concernant Fernand Braudel [1902-1985], historien, auteur de :
« J’étais devenu son guide moral. » 353 (Cf. Histoire. Braudel Fernand)

Par ordre chronologique. Hommes. « Modestes ». Bruno Latour :

Hommes (« Modestes ») (68) : (27 mars) 2020. Question posée à Bruno Latour [1947-2022] :
« Comment expliquez-vous que vous soyez cité, à deux reprises, par Le Monde et le New York Times comme étant le philosophe français le plus influent à l’étranger ? » Réponse (étonnée) : « Mais je suis le plus influent à l’étranger. C’est normal. C’est normal. […] » 354 (Cf. Dialogues, Philosophie)

Hommes (« Modestes ») (69) : (22 août) 2022. Bruno Latour [1947-2022], sur LCP [La Chaîne parlementaire], auteur de :
« Je n’ai jamais douté de moi. » 355 (Cf. Êtres Humains. Soi)

Hommes (« Modestes ») (70) : (23 mars) 2020. Didier Lallement, trois jours après avoir été nommé préfet de police de Paris, en charge de la gestion-répression notamment de l’« acte 19 » des « Gilets jaunes », auteur de :
« Moi, au fond, ce que j’amène, c’est le sens de la tactique. » 356 (Cf. Hommes. « Politiques ». Lallement Didier, Politique. État. Répression)

Hommes (« Modestes ») (71) : (13 août) 2020. Jean-Luc Hennig, auteur de :
« J’ai fait exister, j’ai donné une existence à Grisélidis Réal » [1925-2005]. Ce à quoi elle a vertement répondu. 357

Hommes (« Modestes ») (72) : (21 septembre) 2020. Christophe Castaner, confronté la crise de LaREM [La république en marche], auteur de :
« Et je suis triste parce que j’ai vu tous ces gens grandir grâce à moi. » 358 (Cf. Hommes. « Politiques ». Castaner Christophe, Politique. État. Répression)

Par ordre chronologique. Hommes. « Modestes ». Didier Raoult :

Hommes (« Modestes ») (73) : (9 octobre) 2020. Le professeur Didier Raoult, sur C. News, auteur de :
« Quand je viens à Paris, je suis obligé de déguiser parce que les gens veulent prendre des photos avec moi ou me demander des autographes. » 359

Hommes (« Modestes ») (74) : (19 octobre) 2021. Didier Raoult, sur TPMP [Touche pas à mon poste], auteur de :
« Ça fait longtemps que les gens sont jaloux de moi. » (Cf. Hommes. Jaloux)
* Ajout. 25 décembre 2022. Il a accepté, ai-je entendu de la part d’une personne qui l’avait contacté pour ce faire, d’être représenté parmi les santons de Noël.

Hommes. « Modestes ». Pierre de Villiers :

Hommes (« Modestes ») (75) : (15 octobre) 2020. Dans Paris Match, le général Pierre de Villiers, ex-chef des armées, un homme d’« ordre », auteur de :
« Je respecte les jeunes, je les aime. […] Ils sentent mon autorité et mon humanité. » 360 (Cf. Êtres humains. Soi, Langage. Possessif)

Hommes (« Modestes ») (76) : (23 décembre) 2020. Le général Pierre de Villiers, auteur de :
« Je suscite visiblement un certain nombre d’espérances. » 361

Hommes (« Modestes ») (77) : (23 octobre) 2020. Sur France Culture, André Comte-Sponville, « philosophe », auteur de :
« Je ne prétends pas être un saint. » 362 (Cf. Êtres humains. Soi, Philosophie)

Hommes (« Modestes ») (78) : (11 novembre) 2020. Alassane Ouattara, président de la république Ivoirienne :
« Je ne souhaitais pas faire un troisième mandat […] mais est-ce que j’avais le droit de mettre mon aura personnelle au-dessous de l’intérêt de mon parti et de mon pays ? » 363 (Cf. Langage. Possessif)

Hommes (« Modestes ») (79) : (14 novembre) 2020. Régis Debray, sur France Culture, dans le cadre de l’émission qu’Alain Finkielkraut lui a consacré - Un itinéraire avec Régis Debray - concernant notamment son dernier livre, auteur de :
« Dans ce livre, je ne m’attache pas tellement à ce que j’ai pu faire. Parce que, au fond, je n’ai pas fait grand-chose de très intéressant. Mais je m’attache à raccorder mon itinéraire personnel à une histoire collective. » 364 (Cf. Relations entre êtres humains. Flagornerie, Hommes. « Intellectuels »)
* Ajout. 15 décembre 2023. Régis Debray est aussi l’auteur d’un livre, entre autres innombrables, dont le titre est :
« Dieu, un itinéraire » [2001].

Hommes (« Modestes ») (80) : (29 novembre) 2020. Marc Lambron, auteur de :
« Je suis dans le malheur de la nuance. » 365

Hommes (« Modestes ») (81) : (6 janvier) 2021. Denis Podalydes, sur France Culture, auteur de :
« Moi, j’aspire à la grandeur. » 366

Hommes (« Modestes ») (82) : (13 janvier) 2021. Lu dans Le Canard enchaîné :
« Conviction du psychiatre Christophe André [le JDD. 3 janvier 2021] : ‘Pendant les crises, on n’écoute plus les gens qui ne pensent pas comme nous’ ». Parce que, en temps normal, si ? 367

Hommes. « Modestes ». Ivan Jablonka :

Hommes (« Modestes ») (83) : (18 janvier) 2021. Ivan Jablonka, sur France Culture, auteur de :
« […] Je ne me propose certainement pas comme modèle. […] Et je peux vous dire qu’il n’y a pas beaucoup d’hommes qui ont essayé de briser le silence épais dans lequel leurs congénères se sont retranchés après #Me too. Je n’en suis pas fier. Je ne mérite pas une médaille. Mais […] » 368 (Cf. Hommes. Féminisme)

Hommes (« Modestes ») (84) : (3 juin) 2023. Échange dans l’émission Être un homme aujourd’hui de France Culture entre Alain Finkielkraut et Ivan Jablonka :
- «
Vous avez un impératif néo-Kantien (dans votre livre)
-
Je vous remercie ; c’est parfaitement juste. » (Cf. Dialogues)

Hommes (« Modestes ») (85) : (10 mars) 2021. Éric Piolle, maire écologiste de Grenoble, auteur de :
« Tout ce que j’entreprends, je le réussis ; d’ailleurs mes frères et sœurs sont jaloux. » 369 (Cf. Hommes. Jaloux. « Politiques », Famille. Frères et sœurs)

Hommes (« Modestes ») (86) : (31 mars) 2021. Laurent Wauquiez, lequel selon Le Canard en chaîné, a « ressorti son arme préférée : la sulfateuse » auteur de :
« Retailleau [sénateur LR] confirme qu’il est bien une couille molle et Pécresse [présidente LR de la région Ile de France] qu’elle n’a aucun courage. Et pas question d’associer Barnier [négociateur du Brexit à l’Union européenne], je ne veux pas discuter avec ce crétin de Savoie. » Quant à Christian Jacob [président du groupe LR à l’assemblée nationale] « Il n’y a rien à attendre de lui. »
Encore un homme « politique » qui ira loin… ; ailleurs, sans lui, le désert des Tartares. 370 (Cf. Hommes. Grossiers. « Politiques »)

Hommes (« Modestes ») (87) : (29 avril) 2021. Éric de Montgolfier, procureur, auteur de :
« Il est bon d’écouter nos femmes (sic)… de temps en temps. » 371 (Cf. Justice. Juges)

Hommes (« Modestes ») (88) : (29 avril) 2021. Brice Couturier, sur France Culture, traite Jean-Jacques Rousseau de « maniaque de l’authenticité » et Jean-Paul Sartre d’« épigone littéraire » [d’Heidegger], aux fins notamment de dénoncer « le nouveau narcissisme ». (Cf. Hommes. Journalistes. Couturier Brice, Penser. Critique)

Hommes (« Modestes ») (89) : (11 juin) 2021. Michel Onfray, sur BFM-TV, auteur de :
« Je ne me présenterai pas à la présidentielle. » (Cf. Hommes. « Intellectuels ». Onfray Michel)

Hommes (« Modestes ») (90) : (2 juillet) 2021. Michel Barnier, homme « politique », ‘concernant les primaires [éventuelles] de la droite), auteur de :
« Je sortirai vainqueur. Les trois autres candidats ne peuvent pas s’entendre. Je suis le meilleur dénominateur commun. » 372
N.B. Il a perdu.

Hommes (« Modestes ») (91) : (11 juillet) 2021. Philippe de Villiers, sur C. News, auteur de :
« Je suis convaincu, avec mon expérience et ce que je suis dans la vie, … »

Par ordre chronologique. Hommes. « Modestes ». Éric Zemmour :

Hommes (« Modestes ») (92) : (9 juin) 2021. Éric Zemmour, sur C. News, auteur de :
« Je n’ai pas de mépris pour les Américains. »

Hommes (« Modestes ») (93) : (19 novembre) 2021. Éric Zemmour a affirmé que « personne, dans l'histoire, n'a réussi à faire » ce qu'il fait « ces derniers mois ».
Comment un homme qui se targue d’être historien, peut-il être aussi inepte ? Parce que l’histoire est réduite à l’ego. (Cf. Histoire. Ego-Histoire)

Hommes (« Modestes ») (94) : (9 décembre) 2021. Éric Zemmour, dans un débat sur France 2 avec Bruno Le Maire, auteur de :
« Il y a ceux qui ne veulent pas voir la réalité démographique comme vous et il y a ceux qui comme moi veulent sauver la France. » (Cf. Penser. Pensées. Binaires)
* Ajout. 11 janvier 2022. 1668. Jean de la Fontaine [1621-1696], auteur de :
« La grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf »

Hommes (« Modestes ») (95) : (22 février) 2022. Éric Zemmour, à la Maison de la radio, dans un débat avec ‘14 jeunes’, auteur de :
« Je veux refaire des Français ».
* Ajout. 5 septembre 2020. Éric Zemmour, sur BFM-TV explique le pourquoi de sa présentation aux élections :
« […] Je me suis jeté à l’eau pour tenter d’arrêter la disparition programmée de la France. »

Hommes (« Modestes ») (96) : (10 septembre) 2022. Éric Zemmour, sur C. News, à ses soutiens, auteur de :
« Ce n’est pas moi qui vous le demande, c’est la France qui vous supplie… »
* Ajout. 11 septembre 2022. 1814. Napoléon, cité par François-René de Chateaubriand [1768-1848], dans les Mémoires d’Outre-tombe, dit :
« Comme les Bourbons m’ont arrangé la France en quelques mois ! Il me faudra des années pour la refaire’. » 373

Hommes (« Modestes ») (97) : (28 février) 2022. Éric Zemmour, sur RTL, auteur de :
« Si Marine Le Pen appelle à voter pour moi au second tour, elle fera partie de ma majorité présidentielle. » La mégalomanie atteint-elle ses limites ? (Cf. Langage. Possessif. Zemmour Éric)

Hommes (« Modestes ») (98) : (23 mars) 2022. Éric Zemmour, dans Outre-mer la 1ère, auteur de :
« La France est venue à moi. La France m’a colonisé. » (Cf. Politique. Colonisation, Penser. Colonialisme)

Hommes (« Modestes ») (99) : (8 juin) 2022. Je lis sur le tract de Reconquête - le parti crée par Éric Zemmour - déposé dans ma boîte aux lettres, sous la présentation : L’espoir de la France, accompagné d’une photo d’Éric Zemmour :
« Soutenir les idées d’Éric Zemmour [...] le seul homme politique courageux, sincère et honnête […] » Peut-on faire mieux, c’est-à-dire pire ?
* Ajout. 13 juin 2018. Après ses échecs électoraux, un tweet du 5 avril 2022 d’Éric Zemmour refait surface :
« Je serai au second tour. Ensuite, je serai soit président de la république, soit leader de l’opposition. » (Cf. Hommes. Lucides)

Hommes (« Modestes ») (100) : (27 novembre) 2021. Jean-Louis Bourlanges, auteur de :
« Macron s’est aligné sur des gens comme moi. » 374

Hommes (« Modestes ») (101) : (26 décembre) 2021. Bernard Blinster, président du programme « Mondes nouveaux », auteur de :
« Courtois, j’aime à l’être ; c’est là un de mes défauts. » 375

Hommes (« Modestes ») (102) : (15 janvier) 2022. Marcel Gauchet, sur C. News, évoquant l’expérience de la revue Le Débat, à laquelle il s’identifie, évoque « l’intelligence à son plus haut niveau ».

Hommes (« Modestes ») (103) : (21 janvier) 2022. Plantu, sur France Culture, auteur de :
« […] Là, je parle pour tous les dessinateurs de presse du monde entier […]. » 376

Hommes (« Modestes ») (104) : (4 février) 2022. Bernard Cerquiglini, sur France Culture, dans Les chemins de la philosophie, auteur de :
« Le fil rouge de mon travail, c’est la perception du même et de l’autre. » (Cf. Langage. Académie française, Langue. Française)

Hommes (« Modestes ») (105) : (16 mars) 2022. Alexandre Pouget, sur France Culture, auteur de :
« Moi, je suis un théoricien ».

Hommes (« Modestes ») (106) : (20 juillet) 2022. Michel Barnier, dans Le Figaro, auteur de :
« Je suis prêt à participer à la reconstruction du parti [des Républicains]. Qu’on ne sous-estime pas ma capacité à relever ce défi. »

Hommes (« Modestes ») (107) : (8 août) 2022. Gus van Stan, sur France Culture, auteur de :
« Je n’ai pas peur de me répéter. » (Cf. Penser. Répéter)

Hommes (« Modestes ») (108) : (9 octobre) 2022. Gilles Kepel, sur France Culture, établit un lien entre « les quatorze stations du christ » et les « quatorze chapitres de [son livre] Passion arabe. [2013] »

Hommes (« Modestes ») (109) : (29 janvier) 2023. Bertrand Badie, sur France Culture, auteur de :
« Je sais que je vais faire l’unanimité contre moi. »

Hommes. « Modestes ». Michel Maffesoli.

Hommes (« Modestes ») (110) : (6 février) 2023. Michel Maffesoli, sur Radio Courtoisie, auteur de :
« Ce chapitre va me valoir encore beaucoup d’ennuis. »

Hommes (« Modestes ») (111) : (4 avril) 2023. Michel Maffesoli, sur Radio Courtoisie, auteur de :
« On a toujours tort d’avoir raison trop tôt. »
N.B. Michel Maffesoli se définit par ailleurs comme « réactionnaire ».

Hommes (« Modestes ») (112) : (26 avril) 2023. Lu dans Le Canard enchaîné (p.6), dans la présentation du livre de Bernard Guetta, La nation européenne, cette présentation de lui-même :
« Analyste politique, je n’avais pas à rougir de moi. »

Hommes (« Modestes ») (113) : (9 août) 2023. Lu dans Le Canard enchaîné (p.7), ce jugement porté par Geoffroy Lejeune, homme « politique », sur lui-même :
« On n’abdique pas l’honneur d’être une cible. »

Hommes (« Modestes ») (114) : (20 septembre) 2023. Nicolas Sarkozy, sur C. News, auteur de :
« La France, c’est ma vie ».

Hommes (« Modestes ») (115) : (5 septembre) 2023. Nicolas Dupont-Aignan, sur Radio courtoisie, auteur de :
« Moi, je crois qu’il faut dire la vérité aux Français » ; « Les gens ne comprennent souvent pas. »

Hommes (« Modestes ») (116) : (20 novembre) 2023. Lu dans Le Canard enchaîné (p.1) qu’Alain Alain Juppé écrit débute un paragraphe de ses mémoires - modestement intitulée - Une histoire française par :
« Plus modestement, j’en reviens à moi. » (p.392). Et Le Canard note que cette phrase est « précédée par un passage sur la vie, la mort et Dieu. »

Hommes (« Modestes ») (117) : (5 décembre) 2023. Renaud Camus, sur Radio courtoisie (radio d’extrême-droite), auteur de :
« […] Les évènements me donnent raison depuis 40 ans. […] » (Cf. Penser. Raison. Avoir)

Hommes (« Modestes ») (118) : (24 décembre) 2023. René Girard [1923-2015], sur France Culture, auteur de :
« La critique n’a pas compris », « Personne n’a vu ». [1ère diffusion, 26 janvier 2001]
Suivi, dans l’émission reproduite suivante :
«
Il n’y a plus de pensée à hauteur d’hommes. » [29 décembre 1978]

Hommes (« Modestes ») (119) : (16 janvier) 2024. Jacques Attali, sur Instagram, auteur de :
« Je vais commencer une série, plus ou moins longue, de vidéos brèves, moins de deux minutes… C’est dans l’air du temps… Ce n’est pas nouveau… Héraclite, Blaise Pascal, les haïku japonais l’ont fait avant moi. »

Hommes (« Modestes ») (120) : (14 février) 2024. Entendu, sur France Inter, concernant Robert Badinter [1928- 2024] que : « selon un proche, il n’était pas contre une entrée au Panthéon. »

Hommes (« Modestes ») (121) : (17 février) 2024. Question posée sur France Inter à Edgard Morin [102 ans], après qu’il ait cité Nelson Mandela [1918-2013] et Aimé Césaire [1913-2008] :
- « Et vous aussi, vous êtes une grande figure du siècle ? » Réponse :
- « Ce n’est pas à moi de le dire. » (Cf. Dialogues, Relations entre êtres humains. Flagornerie)

Hommes (« Modestes ») (122) : (23 février) 2024. Pierre-Jean Chalençon, sur Radio courtoisie (radio d’extrême-droite), auteur de :
« Je suis pétri d’histoire. C’est pourquoi je fais peur. »

Hommes (« Modestes ») (123) : (2 mai) 2024. Boualem Sansal, sur France Culture, auteur de :
«
J’ai clivé la société algérienne avec mes premiers livres. »

Hommes (« Modestes ») (124) : (6 mai) 2024. Éric Zemmour, auteur de :
«
Je suis comme les Corses, on ne m’intimide pas », suivi (ou précédé) de :
«
Moi, je sais que les Corses sont d’accord avec moi ». (Cf. Êtres Humains. Soi. Zemmour Éric)

Hommes (« Modestes ») (125) : (2 juin) 2024. Luc Ferry, sur C. News, auteur de :
«
Je suis comme Victor Hugo. »

VI. Hommes (Pères) : Cf. Patriarcat. Hommes. Pères

VII. Hommes (« Politiques ») :

Hommes. « Politiques » :

Hommes (« Politiques ») (1) : Juger des qualités - ou non - d’un homme « politique » dans ses fonctions politiques et /ou personnelle, c’est aussi rabattre le / la politique à hauteur d’être humain, un homme en l’occurrence.

Hommes (« Politiques ») (2) : Et si les hommes « politiques » - du moins certains d’entre eux - en tant qu’incarnations de la violence, de la grossièreté, de la bêtise, tout ceci justifié par leur pouvoir, pouvaient - tout à la fois reflets et miroirs inversés - libérer les citoyens de certains de leurs propres caractéristiques - celles dont ils sont les moins fiers - qu’ils cautionnent dès lors de par leurs fonctions prestigieuses.

Par ordre alphabétique. Hommes. « Politiques » :

Hommes (« Politiques ». Abad Damien) : (4 mai) 2022. Lu dans Le Canard enchaîné, concernant Damien Abad, député Les Républicains (p.7) :
« Début de carrière auprès de François Bayrou, qu’il quitte pour Hervé Morin, qu’il délaisse pour Sarkozy, qu’il lâche à son tour pour Bruno Le Maire, abandonné pour François Fillon, oublié pour Laurent Wauquiez, qu’il néglige pour Xavier Bertrand avant de rallier Valérie Pécresse, qu’il ne regarde plus depuis qu’il s’intéresse à Emmanuel Macron. »
Quelle constance dans le suivisme…
* Ajout. 21 mai 2022. Parcours réussi : le 20 mai 2022, il est nommé ministre… d’Emmanuel Macron. La félonie paie.
* Ajout. 22 mai 2022. Pas vraiment ! Médiapart révèle que deux femmes l’accusent de viols. LaREM [La république en marche] et les LR [Les républicains] - qui doivent être ravis - étaient informés, ainsi, est-il su plus tard, que le gouvernement.
* Ajout. 23 mai 2022. Damien Abad, auteur de :
« Un ministre innocent doit-il démissionner ? Je ne crois pas. » (Cf. Droit, Justice, Patriarcat, Violences. Violences à l’encontre des femmes)
* Ajout. 23 octobre 2022. Damien Abad [Les Républicains] siège toujours comme député ; à comparer avec Adrien Quatennens [La France Insoumise].

Hommes (« Politiques ». Abbé de Fleury) : 1878. L’abbé de Fleury [1653-1743] qui « avait la rage d’aller à la cour » [de Louis XIV. 1638-1715] reçut, de son mentor, « le conseil d’assotiser [son] esprit et d’endurcir [son] cœur. »
Il y fut reçu, devint « galant et intrigant », ministre et cardinal. 377
- Et tant d’autres suivirent ce « conseil ». (Cf. Hommes. « Galants », Relations entre êtres humains. Galanterie)

Hommes (« Politiques ». Allègre Claude) : 2018. 2000. Entendu concernant le livre de Ségolène Royal, Ce que je peux enfin vous dire [Fayard. 2018] :
« En 2000, Ségolène Royal est secrétaire d'état à l'enseignement scolaire, sous la tutelle du ministre de l'Éducation Claude Allègre. À la fin d'une réunion de recteurs, il dit, selon le récit de Mme Royal :
‘Je vous laisse avec la ministre déléguée, elle va vous parler des cantines, des enfants handicapés, des sorties scolaires et autres bricoles’...
À un autre moment, le même Claude Allègre lui aurait dit :
« L'enseignement supérieur, c'est moi, parce que je suis chercheur ; le lycée, c'est fondamental, c'est moi, et le collège aussi d'ailleurs. L'école primaire, c'est moi aussi car j'ai des idées. Tu t'occuperas de la maternelle. Ah non, se ravise-t-il, l'école maternelle, puisque ma mère a été directrice d'école maternelle, je connais. Je m'en occupe.’ ». 378 (Cf. Enfants, Femmes. « Politiques ». Royal Ségolène, Penser. Idées, Politique)

Hommes (« Politiques ». Badinter Robert) : 2014. Robert Badinter, auteur de :
« La question [de la pénalisation des « clients »] sur laquelle vous m’avez fait l’honneur de me demander de venir est une question qui est, chacun le sait, tout à fait importante, très complexe, mais que je n’aborderai pas du point de vue philosophique. Il y a un débat, chacun le sait, sur la prostitution, le régime, le rapport entre la prostitution et femmes et hommes. Non, dans ce domaine-là, je n’ai pas besoin d’intervenir.
J’utilise (je précise ?) simplement et très clairement dès le départ : mes positions sont exactement, le talent mis à part, celles d’Élisabeth [Badinter], qui par définition a raison et dont j’épouse, cela va de soi, les convictions.
Ce qui me permet d’ailleurs de marquer que nul ne saurait m'accuser de n'être pas féministe, parce que si je n'étais pas féministe, je n'aurais pas le privilège de célébrer bientôt notre cinquantième anniversaire de mariage. Elle ne l'aurait pas supporté. »
- Commentaire d’Isabelle Alonso (à lire dans la critique rigoureuse de son exposé) : Pénalisation des clients. Les belles histoires de Tonton Robert :
« Robert Badinter est féministe par capillarité conjugale. » 379
Quant à s’interroger sur le qualificatif de ‘féministe’ à accorder à son épouse, c’est un postulat qu’il ne croit pas bon expliciter.
- La suite de la ‘pensée’ de Robert Badinter, dont il a d’emblée démontré la rigueur : à l’avenant de la brillante assertion sus évoquée…
- En tout état de cause, sur le principe de cette « question très complexe » [qu’est censée être « la prostitution »] Robert Badinter s’avère sur cette question, cohérent… avec lui-même… et avec son épouse. 380 (Cf. Femmes. Badinter Élisabeth, Justice, Penser. Postulat. Principe, Proxénétisme)

Hommes (« Politiques ». Bayrou François) : 2012. François Bayrou, candidat MODEM (soutien d’Emmanuel Macron) à l’élection présidentielle de 2012, en réponse à une question sur l’inégalité hommes/femmes en matière d’« expertise » - la sienne relevant sans doute de l’évidence - auteur de :
« J'ai autour de moi autant d'expertes femmes que d'hommes. Elles ont des qualités de courage et d’analyse que j’apprécie. [...] » 381
Certains n’ont pas vu passer le siècle (le précédent…). (Cf. Penser. Expert-es, Politique. État. Expertise)

Hommes. « Politiques ». Pierre Bergé :

Hommes (« Politiques ». Bergé Pierre) (1) : 2009. Pierre Bergé [1930-2017], soutien (notamment) du parti socialiste, du moins de certain-es, changeant-es, de ses responsables, s’adressant à Yves Saint Laurent [1936-2008], son associé, amant, dans Lettre à Yves, auteur de :
« Si Chanel a donné, comme on dit, la liberté aux femmes, tu leur as donné le pouvoir. Tu avais bien compris que le pouvoir était détenu par les hommes et qu'en faisant passer leurs vêtements sur les épaules des femmes, tu leur donnais à elle le pouvoir. C'est ce que tu as fait : le smoking, la saharienne, le tailleur-pantalon, le caban, le trench-coat en témoignent. » 382 (Cf. Culture, Êtres Humains. Mode, Vêtements, Patriarcat, Politique)

Hommes (« Politiques ». Bergé Pierre) (2) : (16 décembre) 2012. Pierre Bergé [1930-2017], auteur de :
« Moi je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l'usine, quelle différence ? C’est faire un distinguo qui est choquant. » 383
Après cette déclaration, aux côtés de Jack Lang, il est au premier rang de la manifestation pour le « mariage pour tous » du 27 janvier 2013 et organise la soirée mondaine qui la poursuit. (Cf. Êtres humains. Comment faire disparaître les êtres humains, Corps. Marchandisation du Corps. G.P.A, Enfants, Famille. « Mariage pour tous », Proxénétisme)

Hommes (« Politiques ». Bergé Pierre) (3) : (31 décembre) 2014. Pierre Bergé [1930-2017], actionnaire avec Xavier Niel du Monde, est nommé grand officier de la légion d’honneur. (Cf. Êtres humains. Mode, Famille. « Mariage pour tous », Pornographie. Niel Xavier, Proxénétisme, Économie. Bergé Pierre)

Hommes (« Politiques ». Besancenot Olivier) : 2007. Dans un livre intitulé : Révolution, Olivier Besancenot, porte-parole de la LCR [Ligue Communiste révolutionnaire], consacre deux pages au « Féminisme ». Et ce, ni dans les rubriques : « La vie », « Notre histoire », « La lutte », « La politique », « L’économie », « Le monde », mais dans celle intitulé : « La société ». J’y lis :
- une inconsistance des revendications (un exemple : « Les organisations syndicales doivent obtenir le droit de vérifier les revenus de toutes les branches d’activité afin de faire respecter la parité salariale ») ;
- le refus d’une dénonciation des violences des homme sur les femmes : « […] (dans les faits, beaucoup de cliniques ne pratiquent pas ou plus l’avortement et la contraception n’est toujours pas gratuite. Pire (sic), les femmes sont victimes de violences, parfois au sein de la famille, mais surtout au sein d’une société qui leur renvoie sans cesse des images stéréotypées et ce qu’elles doivent être socialement, physiquement, voire sexuellement. » ;
- dans la permanence de la prégnance des ‘analyses’ Trotskystes dans les mouvances féministes d’extrême gauche française.
Enfin, affirmer dès lors que « la lutte conte le capitalisme et la lutte contre le patriarcat sont indissociables », c’est faire injure au « capitalisme » et au « patriarcat ».
Ou : comment une « avant-garde » marxiste - qui affirme que « Les collectifs et les associations féministes, notamment par le biais (sic) de la Marche mondiale des femmes, se trouvent actuellement aux avants postes de la résistance au libéralisme sauvage [!], - devient une « arrière-garde » féministe… » 384 (Cf. Féminisme, Politique. Parité. Révolution.)

Hommes (« Politiques ». Bled Bernard) : 2001. Bernard Bled, présenté par Wikipédia comme « proche collaborateur de Jacques Chirac, Jean Tiberi et Charles Pasqua » raconte ses Carnets de campagne (de droite), pour tenter, en vain, garder la mairie de Paris. On y voit notamment comment des hommes agissent en matière électorale : Ils jouent à des ‘jeux de dames’. Je note :
- 17 octobre 2000. « Je reçois Michel Junot qui veut me parler de sa femme et des ambitions de celle-ci dans le 16e (arrondissement). Elle souhaite mener une liste. » (p.76)
- 26 octobre 2000. « À 10 heures, Comiti vient me parler de tout et de rien. Surtout de sa femme et de ses inquiétudes. Sera-t-elle élue dans le 16e ? Ne va-t-on pas lui mettre quelqu’un dans les pattes au dernier moment ? Et lui que va-t-il devenir ? » (p.85)
- 30 octobre 2000. « Jean (Tiberi) insiste que son amie de jeunesse Michèle-Laure Rassat soit candidate. Elle se montre très intéressée pour croiser le fer avec Toubon dans le 13è. Pourquoi pas ? »
- 19 et 20 novembre 2001. « Michèle-Laure Rassat vient opportunément présenter son rapport sur la police municipale. » (p.112)
- 29 novembre 2000. « Dans la soirée Michel Junot vient me reparler de sa femme. Elle plus que jamais déterminée à être tête de liste Tiberi au nom du R. P.F.[...] Junot va aller voir Pasqua. [...] Gilles Benassaya vient me rencontrer […] Il est candidat à la tête de liste du 13e. C’est sans doute une bonne idée. Encore faudra-t-il la faire accepter par Jean Tiberi (qui veut placer Michèle-Laure Rassat) et les militants du secteur. » (p.128)
- 6 décembre 2000. « Je déjeune avec Denis Joyeux, ancien conseiller du 16eme, qui me dit que le Pr. Cabrol n’est peut-être pas le meilleur candidat tête de liste et que Marie-Thérèse Junot aurait sans doute un plus gros impact. » (p.135)
- 3 janvier 2001. « Je reçois Michèle-Laure Rassat. Elle accepte d’être tête de liste du 13ème. Il faudra l’aider et la faire épauler par une équipe performante. » (p.159)
- 5 janvier 2001. « Tiberi me rend compte de son entretien avec Pasqua. Il veut cinq têtes de liste, dont Marie-Thérèse Junot, Marie-Hélène Bry [...]. Tiberi refuse Junot en première place mais l’accepte en deuxième. » (p.164)
- 8 janvier 2001. « A midi, je reçois Michèle-Laure Rassat qui sera tête de liste dans le 13e. Tiberi a imposé sa candidature. » (p.169)
- 10 janvier 2001. « Le refus de Tiberi de remettre en cause la place de Michèle-Laure Rassat en tête de liste paraît grave pour eux. Pasqua viendra vendredi soir sceller (ou non) l’accord final. Je pense qu’il faut être ferme sur les prix et ne rien lâcher, sauf peut-être une tête de liste supplémentaire. […] Vers 15 heures 30, je reçois Laurence Bensimon à qui je pose la question : où veut-elle aller ? Elle propose de mener une tête de liste soit dans le 15e soit dans le 8e. Rien que ça ! Bien entendu, c’est hors de question. » (p.172)
- 11 janvier 2001. « Le maire (Jean Tiberi) a reçu confirmation que la communauté juive serait ‘attentive’ à la composition des listes et notamment à la place de Marie-Thérèse Junot dans le 16e. » (p.173)
- 12 janvier 2001. [Recherchant des femmes, le nom de Nicole Pompidou (épouse du fils Pompidou) est avancé] « Jean Tiberi accepte de recevoir Nicole Pompidou. J’assiste à l’entretien. Elle parle peu mais est apparemment flattée qu’on fasse appel à elle. Elle veut réfléchir. Elle me suit dans mon bureau où je lui précise un peu plus les choses. Ressent-elle une antipathie à l’égard des Dominati ? Non. A telle la certitude que Claude Pompidou, sa belle-mère, accepterait ? Oui. A-t-elle une exigence sur sa place ? Première ou deuxième ? Non. Bien entendu, elle exige la plus grande discrétion.
- Je me penche à nouveau sur le cas des Dominati. De toutes évidences, si Philippe n’est pas tête de liste, il partira en dissidence. Laurent attend et cherche une femme prête nom pour faire couple avec lui.
- Je rencontre Jean Philippe Hubin. Il accepte du bout des lèvres de devenir le leader Tiberiste dans le 7e. […] Il accepte cependant de prendre Catherine Ostin, du RPF, en deuxième place. […]» (p.176, 177)
- 13 janvier 2001. « Je n’ai toujours pas de solution pour Béatrice Boyer-Chamard. Je la reçois et lui lit le communiqué du RPF. […] La cause est entendue. DMC sort de l’accord avec nous. Je lui dis les paroles d’usage. Dommage pour Béatrice Boyer-Chamard, parce que c’était vraiment une excellente candidate. » […]
- […] « Je bavarde avec Tiberi de la journée. Je teste avec lui l’impact d’une idée un peu dingue : ma femme dans le 8e, en deuxième position ! Il est un peu surpris mais ne dit pas non. » etc., etc.… 385

Hommes (« Politiques ». Bourlanges Jean-Louis) : (19 octobre) 2014. Jean-Louis Bourlanges, homme « politique », « centriste » [UDF, MODEM, entre autres, puis en 2018, « pro-Macron viscéral »], puis aux dernières nouvelles, critique de Macron, 386, éditorialiste depuis des années de France Culture, auteur du définitif :
« Nous sommes du côté de la civilisation et pas du côté du terrorisme. » 387
Dans cette même émission, L’esprit public, on a pu aussi l’entendre affirmer doctement, concernant les conséquences politiques de la victoire de Siryza en Grèce :
« Notre devoir [le « nous » n’ayant pas jugé bon être spécifié] est de faire une politique raisonnable et rationnelle. » 388 (Cf. Langage. Possessif, Politique. « Terrorisme », Économie. Grèce. Monnaie)

Hommes (« Politiques ». Brasillach Robert) : 1941. Robert Brasillach [1909-1945], dans Notre avant-guerre, écrit concernant Léon Blum [1872-1950] et le Front Populaire en 1936 :
« […] Pour flatter le féminisme, Léon Blum avait pris dans son cabinet des femmes : une grosse juive autoritaire, Mme Brunschvicg, une petite institutrice maigre et chafouine. On les chansonna beaucoup. Avec un idiot à frange de cheveux, les photographies du ministère alignaient sur les marches d’escalier une série d’inoubliables bobines. » 389 (Cf. Relations entre êtres humains. Haine, Féminisme. Antiféminisme)

Hommes. « Politiques ». Christophe Castaner :

Hommes (« Politiques ». Castaner Christophe) (1) : (14 mars) 2019. En regardant l’image volée de Christophe Castaner, ministre de l’intérieur, dansant, embrassant dans le cou, ravi, une jeune femme, j’ai pensé à l’humiliation vécue par son épouse et ses filles, mais surtout au fait que cette seule représentation révélait les mensonges du visage qu’il nous imposait depuis des mois. Et que tous ses dires le devenaient encore plus clairement.
Cet homme est faux de pied en cap ; mais, tant le sont que ce jugement devient incontestablement injuste. … (Cf. Corps. Visage, Droit. Castaner Christophe, Politique. État. « Gilets jaunes », Répression)

Hommes (« Politiques ». Castaner Christophe) (2) : (15 mars) 2019. Moins Christophe Castaner maitrise la situation - dont, en termes de supposé maintien de l’« ordre public » - il a la charge, plus les termes dont il qualifie les manifestants sont violents, et de fait n’ont plus rapport avec la réalité et plus il remercie, louange, félicite, congratule, exalte, glorifie presque les forces de l’ordre, révélant par là même sa totale dépendance à leur égard. Et donc son impuissance. (Cf. Politique. État. « Gilets jaunes ». Macron Emmanuel)

Hommes (« Politiques ». Castaner Christophe) (3) : (31 mars) 2019. J’ai pensé à Christophe Castaner, et plus largement à la politique répressive d’Emmanuel Macron à l’encontre des « Gilets jaunes », en lisant cette analyse d’Edmund Burke [1729-1797], dans ses Réflexions sur la révolution de France [1790] :
« Un recours téméraire à la force ne peut être approuvé dans une situation de faiblesse réelle ; d’imprudents efforts produisent des disgrâces, et leur mauvais succès diminuent les moyens et le courage nécessaires pour de plus raisonnables entreprises. » 390 (Cf. Droit. Jurisprudence, Êtres humains. Soi. Burke Edmund, Hommes. « Politiques ». Macron Emmanuel, Politique. Répression, Histoire. Burke Edmund)

Hommes (« Politiques ». Chateaubriand François-René de) : 1850. François-René de Chateaubriand [1768-1848], alors diplomate, dans les Mémoires d’Outre-tombe, auteur de :
« Si l’on compare mes lettres officielles aux lettres officielles de mes prédécesseurs, on s’apercevra que dans les miennes les affaires générales sont traitées autant que les affaires privées ; que je suis entraîné par le caractère des idées de mon siècle dans une région plus élevée de l’esprit humain. » 391
Reste à clarifier ce que Chateaubriand entendait par ‘affaires privées’ ». (Cf. Êtres humains. Vie privée, Hommes. « Modestes »)

Hommes (« Politiques ». Chevènement Jean-Pierre) : (23 mars) 2020. Jean-Pierre Chevènement, évoquant ses difficultés pour s’intégrer à Sciences-po, auteur de :
« Je ne faisais pas du tout partie de ce monde. Il y avait un essaim de jolies filles sur la péniche [banc situé dans le hall d’entrée, présenté comme le lieu où « se lient les conversations »]. 392 (Cf. Femmes. Animalisation des femmes)

Par ordre chronologique. Hommes. « Politiques ». Jacques Chirac :

Hommes (« Politiques ». Chirac Jacques) (1) : 1997. Sylvie Pierre-Brossolette, journaliste, concernant Jacques Chirac [1932-2019], auteure de :
« Vous savez, Chirac, les femmes d’aujourd’hui, il n’y comprend pas grand’ chose… en dehors du salaire maternel ! » 393 (Cf. Femmes. Quantité)

Hommes (« Politiques ». Chirac Jacques) (2) : 2001. Il faut lire le livre du chauffeur de Jacques Chirac [1932-2019], Vingt-cinq ans avec lui et notamment le chapitre intitulé : Le repos du guerrier pour comprendre, comme si l’on était présent-e (ou presque), comment Chirac se comportait avec les femmes.
En sus du ‘vivier’ que semblait représenter militantes, secrétaires du RPR, actrices, groupies, ministres, journalistes, conseillère (s ?) de Paris, etc…vu le nombre de fois où il « passait cinq minutes affairées au sixième étage du 123 rue de Lille », nombreuses furent nécessairement en outre celles qui lui étaient ‘présentées’, ‘commandées’, ‘livrées’ contre monnaie sonnante et trébuchante. Qui fut l’intermédiaire, le proxénète ? Comment fut-il, par quelle promotion, récompensé ?
- Quant à celle, la seule évoquée dans ce livre, qui refusa, une « secrétaire qui trouva intelligent de rester fidèle à son mari », elle « fut harcelée, traitée de ‘dingue’, selon le mot de la maison et acculée à la démission. »
- Enfin, concernant la formule passée dans le langage commun :
« Chirac ? Trois minutes, douche comprise », me concernant, je ne peux vraiment pas la qualifier de « plaisanterie », ce qui est d’usage. 394 (Cf. Femmes. Secrétaires, Proxénétisme, Violences. Violences à l’encontre des femmes. « Droit de cuissage », Harcèlement sexuel)

Hommes (« Politiques ». Chirac Jacques) (3) : 2013. Bruno Le Maire, dans Jours de pouvoir, alors ministre de l’agriculture, accompagné de Camille Tubiana, raconte une rencontre, avec Jacques Chirac [1932-2019] :
« Il regarde Camille ; ‘Et elle ? C’est qui ?’ »
- ‘Ma conseillère parlementaire, Monsieur le Président’
- ‘Ta conseillère parlementaire ? Eh, bien, on peut dire que tu ne te mouches pas du coude ! ’. […]
Je continue mon exposé ; il continue de regarder Camille : ‘Eh donc ! vous êtes la conseillère parlementaire ?’

- ‘C'est une fille formidable. Elle est très compétente, monsieur le Président’
- ‘Oui, Oui, elle n’est pas que très compétente, hein ?’ Il me lance un sourire entendu, se tait. » 395 (Cf. Hommes. Grossiers, Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (« Politiques ». Chirac Jacques) (4) : 2016. Je découvre dans le livre de Charlotte Rotman, Retourne à la maison ! cette phrase « attribuée » à Jacques Chirac [1932-2019] :
« Allons boire à nos femmes, à nos chevaux, et à ceux qui les montent. » (sans date)
N.B. Dans ce livre, censé dénoncer « le sexisme ordinaire », le seul commentaire fut que son auteur était « alors très en verve ». 396 (Hommes. Grossiers, Langage. Zeugma, Sexes. Sexisme)

Hommes (« Politiques ». Chirac Jacques) (5) : (2 octobre) 2019. Lu dans Le Canard enchaîné, concernant Jacques Chirac [1932-2019] qui évoquait la nouvelle épouse d’un de ses anciens amis, auteur de :
« Celle-là, on voit tout de suite qu’elle a des frelons dans la culotte. » 397 (Hommes. Grossiers, Sexes)

Par ordre chronologique. Hommes. « Politiques ». Daniel Cohn-Bendit :

Hommes (« Politiques ». Cohn-Bendit Daniel) (1) : 1985. Lu dans Nous l’avons tant aimée, la révolution, un livre (et un film) dans lequel Daniel Cohn-Bendit rencontre, vingt ans après « sa famille politique », ceux et celles qu’il a connues et croisées au cours des années révolutionnaires.
Voici la présentation qu’il fait de son entretien avec Susan Brownmiller :
« ’Notre corps nous appartient !‘scandaient les femmes. Elles revendiquaient leur autonomie, et la virulence de leur contestation a fait voler en éclat nos structures mentales et nos schémas d’organisation politique. L’Homme, avec un grand H, le révolutionnaire, le Militant que je rêvais d’être se retrouvait soudain sur le banc des accusés. J’ai voulu rencontrer Susan Brownmiller, qui bouleversa les mœurs par son livre fondamental, Le Viol. »
N.B. Le titre originel de son livre paru en 1975, est Against Our Will : Men, Women, and Rape. Il fut traduit en français, en 1976, sous le titre : Le viol. 398 (Cf. Femmes. Remarquables, Hommes, Féminisme, Pornographie. Brownmiller Susan, Violences. Viols)

Hommes (« Politiques ». Cohn-Bendit Daniel) (2) : 2008. À la question posée en 2008 :
« Comment réagissez-vous aux ennuis (sic) de DSK au F.M.I ? », Daniel Cohn-Bendit répondit :
« Cela ne m’intéresse pas. Tout le monde sait que les Français aiment les femmes. Qu’est-ce que cela peut faire ? » 399 (Cf. Êtres Humains. Vie-dite-privée, Patriarcat, Strauss-Kahn Dominique, Proxénétisme. Vert-es, Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (« Politiques ». Cohn-Bendit Daniel) (3) : (10 janvier) 2014. À la question posée sur Europe 1 concernant la publication par le magazine Closer de la relation / liaison entre François Hollande et Julie Gayet, Daniel Cohn-Bendit répondit :
« C’est dégueulasse, tout simplement dégueulasse. » (Cf. Êtres Humains. Vie dite-privée)

Hommes (« Politiques ». Courage) : (22 novembre) 2016. Entendu dans un débat politique aux fins de tenter de les re-légitimer :
- concernant François Fillon : « Il a souffert » (en tant que premier ministre de Nicolas Sarkozy)
- concernant Alain Juppé : « Il a payé pour un autre » (en ‘acceptant’, en 2004, d’être seul condamné au lieu et place de Jacques Chirac) … 400 (Cf. Hommes. « Politiques ». Fillon François)

Par ordre chronologique. Hommes. « Politiques ». Gérald Darmanin :

Hommes (« Politiques ». Darmanin Gérald) (1) : (14 novembre) 2019. L’impunité prendrait-elle fin ? La justice ferait-elle enfin « son travail » ?
* 16 février 2018. L’enquête pour viol visant le ministre Gérald Darmanin est classée sans suite par le Parquet de Paris. 401
* 3 mars 2018. Gérald Darmanin dépose plainte pour dénonciation calomnieuse à l’encontre de la femme qui avait déposé plainte pour ‘abus de faiblesse’. 402
* 14 novembre 2019. La justice va réexaminer le non-lieu dont a « bénéficié » Gérald Darmanin. 403
N.B. Les guillemets ajoutés à : « bénéficié » sont miens. (Cf. Justice. Impunité, Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (« Politiques ». Darmanin Gérald) (2) : (18 juillet) 2020. Accusé de viol et de harcèlement sexuel, nommé ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, confronté aux manifestations féministes déclare :
« Je suis tranquille comme baptiste. »
Emmanuel Macron avait cédé à Nicolas Sarkozy pour qu’il le nomme ministre de l’intérieur, ce n’était pas quelques féministes qui allaient l’inquiéter, sans doute pensait-il.
Mais le plus signifiant ne serait-il pas que le « Je » puisse légitimement être exprimé en tant qu’un argument politique, censé se suffire à lui-même.
Mais, au-delà, y a-t-il une preuve suprême du pouvoir qu’il entendait incarner - celui de commander à ceux qui mettent en œuvre l’« ordre public » - que d’afficher qu’il se jouait de la loi ? Comme tant d’eux le revendiquaient pour eux-mêmes ? (Cf. Justice. Dupond-Moretti Éric, Langage. Possessif. Darmanin Gérald, Patriarcat. Permanence)

Hommes (« Politiques ». Darmanin Gérald) (3) : (22 juillet) 2020. Dessin de presse du Canard enchaîné (p.1) : Titre : Cathédrale de Nantes [après l’incendie] : Castex était accompagné de Bachelot et de Darmanin :
Des voix écoutées par Jean Castex :
- « Un violeur à l’Intérieur ! Darmanin Violeur ! Violeur ! ». Roselyne Bachelot répond :
- « Ah tiens, Darmanin arrive ». (Cf. Patriarcat. Permanence)

Hommes (« Politiques ». Darmanin Gérald) (4) : (5 août) 2020. Gérald Darmanin, dans Le Point, a estimé que c’était lui « la victime » de ce qu’il qualifie de « calomnie ». « C’est difficile à vivre, mais je n’ai pas le droit de me plaindre ».
« Je suis à la disposition de la justice » déclare-t-il. N’est-ce pas plutôt l’inverse ? (Cf. Justice)

Hommes (« Politiques ». Darmanin Gérald) (5) : (5 juillet) 2022. Gérald Darmanin, interrogé sur BFM-TV, concernant les violences à l’encontre des femmes et l’accusation de viol, répond : « Est-ce que je suis exemplaire ? Il faudrait demander à mon épouse. »
Serait-ce parce qu’il est ministre de l’Intérieur qu’il trouve normal de demander à l’État, à nous, hors champ judiciaire, d’être jugé selon des agissements ‘domestiques’ ? Non : en demandant à son épouse de prononcer - ou non - publiquement contre lui une condamnation des dits agissements qui [lui] vaudrait blanc-seing ? (Cf. Hommes. Vies-dites-privées, Justice, Politique. Répression, Violences à l’encontre des femmes)

Hommes « Politiques » (Darmanin Gérald) (6) : (22 janvier) 2023. Lu sur France 24 :
« La cour d'appel de Paris se prononce mardi - 24 janvier 2023- sur le recours de Sophie Patterson-Spatz contre le non-lieu rendu en juillet dernier en faveur du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qu'elle accuse de l'avoir violée en 2009. La chambre de l'instruction devrait se prononcer à 09h00 sur ce dossier très sensible pour celui qui, depuis son accession au ministère de l'Intérieur, est honni par de nombreuses voix féministes. Celles-ci considèrent anormale sa présence place Beauvau. Lors d'une audience à huis clos le 13 décembre, en l'absence des deux principaux protagonistes, le parquet général avait requis la confirmation du non-lieu.
Dans ses réquisitions écrites consultées par l'AFP, le ministère public écartait ‘l'hypothèse d'accusations mensongères ou malveillantes’ de Mme Patterson-Spatz, mais estimait qui ‘il ne peut être considéré qu'(elle) n'a pas consenti à l'acte sexuel’. L'avocate de la plaignante, Me Elodie Tuaillon-Hibon, évoquait au contraire un ‘viol par surprise’ et un rapport sexuel ‘extorqué’, ‘ni libre, ni consenti’. L'avocate avait dit son souhait d'avoir ‘enfin droit à un peu de justice’, car ‘les éléments à charge pour le viol sont présents dans le dossier’. Les avocats du ministre de l'Intérieur, Mes Pierre-Olivier Sur et Mathias Chichportich, n'avaient, eux, pas souhaité réagir. Mme Patterson-Spatz, 50 ans, a déposé une première plainte pour viol contre M. Darmanin au printemps 2017, pour des faits qui se seraient produits à Paris en 2009.
Elle s'était décidée à porter plainte après l'arrivée au gouvernement de celui-ci. Après des enquêtes classées à trois reprises et des démêlés procéduraux, Mme Patterson-Spatz avait obtenu à l'été 2020 la désignation d'une juge d'instruction pour examiner ses accusations.
En 2009, la plaignante s'était adressée à Gérald Darmanin, alors chargé de mission au service des affaires juridiques de l'UMP (devenu LR depuis), pour obtenir un appui alors qu'elle souhaitait faire réviser une condamnation de 2005 pour chantage et appels malveillants à l'égard d'un ex-compagnon. Selon elle, il lui avait fait miroiter lors d'une soirée son possible appui via une lettre qu'il s'engageait à rédiger auprès de la Chancellerie, et avait demandé en échange une relation sexuelle. La plaignante et le ministre reconnaissent tous les deux un rapport sexuel. Mais Sophie Patterson-Spatz estime avoir été contrainte de ‘passer à la casserole’ avec M. Darmanin quand celui-ci, alors âgé de 26 ans, lui aurait dit : ‘Vous aussi, il va falloir m'aider’. De son côté, le ministre de l'Intérieur affirme avoir ‘cédé aux charmes’ d'une plaignante ‘entreprenante’. Un échange de SMS entre eux neuf mois plus tard est au cœur du dossier. Mme Patterson-Spatz lui écrit : ‘Abuser de sa position. Pour ma part, c'est être un sale con (...) Quand on sait l'effort qu'il m'a fallu pour baiser avec toi. Pour t'occuper de mon dossier’. M. Darmanin répond : ‘Tu as raison, je suis sans doute un sale con. Comment me faire pardonner ?’La juge d'instruction avait placé M. Darmanin sous le statut de témoin assisté en décembre 2020 puis confronté le ministre et la plaignante pendant neuf heures en mars suivant, avant de rendre un non-lieu. Dans son ordonnance de juillet, elle relevait comme le parquet général que ‘la sincérité des déclarations’ de Sophie Patterson-Spatz quant à un viol ‘ne peut être remise en cause’. Mais elle ajoutait que la plaignante avait ‘délibérément choisi d'avoir une relation sexuelle avec lui dans le but de voir son affaire pénale rejugée’. Gérald Darmanin a ‘pu légitimement se méprendre sur les intentions’ de la plaignante même si dans le SMS, ‘il admet implicitement qu'il a pu profiter de la situation’, avançait la juge d'instruction. ‘Le droit ne se confond pas avec la morale’, avait-elle toutefois considéré, estimant que la plaignante était ‘consentante au regard de la loi’. En juillet 2020, Gérald Darmanin s'était dit ‘tranquille comme Baptiste’ concernant ces accusations, évoquant des faits remontant à sa ‘vie de jeune homme’. Une habitante de Tourcoing (Nord) avait aussi accusé M. Darmanin de l'avoir contrainte à des relations sexuelles en échange d'un logement et d'un emploi. L'enquête a été classée en 2018. » (Cf. Justice. Procès, Violences à l’encontre des femmes)
* Ajout. 24 janvier 2023. Non-lieu confirmé. Sophie Patterson-Spatz se pourvoit en cassation.

Hommes (« Politiques ». Deferre Gaston) : Gaston Deferre [1910-1990], alors ministre de l’intérieur répondit à Christine Ockrent, journaliste, qui lui avait posé la question :
« À l’Élysée, Mitterrand vous déçoit ? » :
« Mademoiselle - quand donc cesserez-vous de vouloir toujours être intelligente ? » 404 (Cf. Femmes. Journalistes. Ockrent Christine, Femmes. Remarquables. Charles-Roux Edmonde. Femmes. Intelligentes)

Hommes (« Politiques ». De Gaulle Charles) : 1989. Jules Roy [1907-2000], dans Mémoires barbares, au terme d’un déjeuner chez Lasserre avec André Malraux [1901-1976], concernant Charles de Gaulle [1890-1970], auteur de :
« Quant aux aventures intimes avec les femmes, Malraux eut seulement un mot (?) : Mme de Gaulle n’avait jamais été qu’un meuble, la comtesse polonaise une légende et ‘bitte de marbre’, son surnom londonien, une boutade. Le Général n’avait jamais aimé que sa fille. Mais sa fille était sa fille. Les seules femmes qui l’avaient troublé, troublé ? étaient la petite reine de Thaïlande et Jackie Kennedy. Là, il avait dû se dire : ‘Regarde-toi dans la glace…’ ». 405 (Cf. Hommes. « Politiques ». Malraux André)

Hommes (« Politiques ». Delors Jacques) : (5 janvier) 2024. Lors de l’hommage qui a été rendu à Jacques Delors [1925-2024] dans la cour des Invalides, j’ai vu, au début, un instant, l’image du cercueil de Jacques Delors posé quasiment à même le sol auquel faisais face debout Emmanuel macron.
J’ai eu froid pour Jacques Delors et honte pour Emmanuel Macron.
N.B. J’ai rencontré, connu, travaillé sous la direction Jacques Delors, sur une assez longue période - avec une coupure de mon départ, à mon retour d’Algérie - depuis 1968 et le ministère Chaban-Delmas jusqu’à sa nomination au poste de ministre des finances de François Mitterrand en 1981.
Je n’ai globalement gardé que de positifs, de bons souvenirs de lui. Mais, à considérer l’homme - je n’ai pas connu, ou si peu, l’homme politique - ceci, bien court, est bien peu satisfaisant.

Hommes (« Politiques ». De Villepin Dominique) : 1998. Dominique de Villepin, secrétaire général de l’Élysée, à Valérie Pécresse, nommée conseillère à l’Élysée sous Jacques Chirac, auteur de :
« Ne le prenez pas mal, mais, votre seul atout, c’est d’être une femme. Vous êtes normale et, en politique, il n’y a pas de femmes normales, il n’y a que des névrosées. » 406 (Cf. Homme « Normal »)

Hommes (« Politiques ». Dupond-Moretti Éric) : Cf. Justice. Dupond-Moretti Éric

Hommes (« Politiques ». Eliot George) : 1871-1872. George Eliot [1819-1880], dans Middlemarch, auteure de :
« Un homme qui a des chances d’être prochainement élu maire et qui est prêt, dans l’intérêt du commerce, à adopter une attitude générale de fermeté dans le domaine politique éprouve naturellement le sentiment de sa propre importance dans l’architecture du monde, et ce sentiment lui paraît reléguer à l’arrière-plan, les questions de conduite personnelle. » 407 (Cf. Droit, Êtres humains. Conscience, Justice, Patriarcat, Politique. Morale, Violences)

Hommes (« Politiques ». Erdogan. Recep Tayyip) : (7 mars) 2021. Recep Tayyip Erdogan, dans le film Turquie, le divorce ou la mort, auteur de :
Mes chères sœurs,
De quoi ont besoin les femmes ? Les hommes et les femmes ne peuvent être traités de la même façon. C’est contre la nature humaine. Notre religion a défini une mission pour les femmes. Quelle mission, Celle de devenir mère. Certaines l’ont compris, d’autre non ! Les féministes par exemple. (Applaudissements) Leur problème, c’est de ne pas accepter l’idée de la maternité. Une mère c’est une personne qui mérite qu’on lui embrasse les pieds (Longs applaudissements). 408 (Cf. Femmes. Remarquables. Barin Kobané. Mères, Famille, Féminisme. Antiféminisme, Langage. Possessif. Erdogan Recep Tayyip, Patriarcat, Politique. Religion, Démographie. Erdogan Recep Tayyip, Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Hommes. « Politiques ». Laurent Fabius :

Hommes (« Politiques ». Fabius Laurent) (1) : 2012. Laurent Fabius, auteur, concernant la candidature de Ségolène Royal à la présidence de la République, du célèbre :
« Mais, qui s’occupera des enfants ? », ce dont, à ma connaissance, il ne s’est jamais même publiquement excusé. Cette phrase aurait dû mettre fin à sa carrière politique ; elle n’est pourtant généralement perçue que comme une erreur de langage et/ou une regrettable maladresse.
Cet exemple, dont Fabius n’a malheureusement pas le monopole, permet, par ailleurs, de rappeler que les pensées, les agissements, les dires, les analyses des hommes concernant l’autre moitié de l’humanité n’entrent pas dans les catégories politiques censées distinguer les ‘conservateurs’ des ‘progressistes’.
Afin d’apprécier la vitesse de la progression de l’avancement de la pensée féministe de tant d’hommes (de gauche), on pouvait lire en 1927, dans le journal communiste L’Ouvrière :
« La question féminine a également donné lieu à une importante discussion, au cours de laquelle nos camarades (ouvriers) hommes ont exprimé le fond de leur pensée : ‘Qui élèvera les gosses si la femme est à l’atelier ?’ ». 409 (Cf. Enfants, Femmes. « Féminin ». « Politiques ». Royal Ségolène, Politique. Gauche, Histoire)

Hommes (« Politiques ». Fabius Laurent) (2) : 1994. Frédérique Bredin, ministre socialiste, auteure de :
« Pour Fabius, les femmes n’existent pas intellectuellement, au pire, il les barre, au mieux, il les tolère. » 410

Hommes (« Politiques ». Ferrand Richard) : (10 septembre) 2018. Richard Ferrand, le candidat d’Emmanuel Macron, a été élu par le groupe En marche, et sera donc le futur président de l’assemblée nationale, le 247ème homme à ce poste.
« Le choix s’est porté sur moi, vous me pardonnerez de ne pas être une dame », s’est-il contenté de déclarer. [J’ai eu le sentiment que le mot femme lui était un mort difficile à employer…]
- Il fut un temps ou certain-es se battaient sur le principe de la parité.
- Contre lui, Barbara Pompili, qui s’est affirmée comme « femme » qui serait, dès lors, porteuse d’un symbole de renouveau, a obtenu 85 voix sur 18. (Cf. Politique. Principe)
N.B. Écrire que Richard Ferrand fut « plébiscité » est faux ; une fraction importante de député-es du parti officiel ont voté contre le candidat officiel, soutenu par le président de la République.
Nombre de députés considéraient qu'un échec du chef de file du groupe pourrait être « perçu comme un affront à Emmanuel Macron », selon une source dans la majorité. Aussi, le porte-parole du gouvernement se croit obligé [fut contraint ?] d’affirmer, au risque du ridicule, qu’il « n’y a eu aucune contrainte, aucune consigne de vote. » 411 (Cf. Hommes. « Politiques ». Macron Emmanuel, Langage, Politique. Parité)

Par ordre chronologique. Hommes. « Politiques ». François Fillon :

Hommes (« Politiques ». Fillon François) (1) : (15 novembre) 2016. Je lis sur LCI :
« Pour essayer de séduire l'électorat féminin avant le vote de dimanche, il [François Fillon] a réuni ce mardi des membres des ‘Femmes avec Fillon’ pour parler de ses propositions en matière de violences, d'égalité salariale ou encore de protection des enfants. Cette conférence de presse, à laquelle il était absent, a été l’occasion de faire entrer en campagne sa femme Penelope. »
Bref, il veut ‘séduire’ les femmes et ne daigne pas même se déranger ; il envoie son épouse à sa place, en service commandé. À un tel degré de mépris, je reste bouché-bée, sans même évoquer son ‘programme’… (Cf. Femmes. « Féminin »)

Hommes (« Politiques ». Fillon François) (2) : (25 janvier) 2017. Le Canard enchaîné publie ses informations concernant l’emploi de Pénélope Fillon qui fut, pendant des années, la salariée de son mari à l’assemblée nationale, en tant qu’« attachée parlementaire », sans que personne ne soit semble-t-il au courant. Lui affirme vouloir défendre son « honneur » : il suffirait qu’il dise la vérité. Mais, cela, il ne le peut pas. Dilemme…
- Le 24, dans un article de Libération, il avait réagi en ces termes :
« Alors parce que c’est mon épouse, elle n’aurait pas le droit de travailler ? Imaginez un instant qu’un homme politique dise d’une femme - comme le fait cet article - qu’elle ne sait que faire des confitures. Toutes les féministes hurleraient. »
À ce niveau de mauvaise foi, et/ou de bêtise, on peut difficilement mieux faire… 412 (Cf. Relations entre êtres humains. Mauvaise foi)

Hommes (« Politiques ». Fillon François) (3) : (26 janvier) 2017. François Fillon a déclaré à TF1 concernant le travail effectué en tant, là encore, qu’« attachée parlementaire », par son épouse, pour lui :
« Elle faisait un travail pour moi qui était quotidien » Bref, Penelope Fillon faisait auprès de son mari ce que les épouses font quotidiennement depuis toujours.
Une nouvelle revendication féministe pour les femmes mariées : être salariées par son mari / patron ? Au tarif de l’épouse de François Fillion, bien sûr…
On peut aussi noter :
« En 1997, j’ai un collaborateur qui est parti. Je l’ai remplacé par Penelope. » [En réalité, elle était sa salariée depuis 1988, encore un mensonge...]
- Georges Marchais [1920-1997], en 1980, lui, demandait à son épouse de « faire les valises » … (Cf. Femmes. Travail, Penser. Vérité, Politique. Morale)

Hommes (« Politiques ». Fillon François) (4) : (8 février) 2017. Dans sa lettre publiée dans Ouest-France, François Fillon déclare :
« Au terme d'une campagne médiatique et politique d'une violence inouïe, j'ai choisi de m'adresser directement à vous pour vous dire ma vérité. »
- Le « ma » signe ses [innombrables] mensonges. (Cf. Langage. Mots, Penser. Vérité, Politique. Morale)

Hommes (« Politiques ». Foyer Jean) : 1973. 1975. Jean Foyer [1921-2008], avocat, professeur de droit, auteur d’un manuel de droit civil, député, président de la commission des lois de l’assemblée nationale durant 12 années, ministre de la justice de Georges Pompidou de 1962 à 1967, auteur, entre autres, de :
- « L'homme tire sa dignité et sa sécurité de son emploi, la femme doit l'une et l'autre au mariage. » 413 (février 1973)
- « Y’a pas le feu » (sans date, mais il était alors ministre) concernant ce qui deviendra l’IVG. 414 (Cf. Famille, Patriarcat)

Hommes (« Politiques ». Geismar Alain) : 2015. Ancien dirigeant de la Gauche prolétarienne (G.P) qui rejoint le PS en 1986, (concernant l’alliance des intellectuels et des ouvriers en 1968 « pour changer le société ») auteur de :
« Il faut quand même savoir que des centaines d’ouvriers s’étaient précipités au Quartier Latin en mai. Et qu’en septembre (1968), quand un jeune ouvrier draguait, il disait ‘Je suis un étudiant’. Il y avait une identification aux révoltés de mai qui était forte dans la mouvance ouvrière. [...] » 415
La lutte des classes ? l’ambition ouvrière ? : draguer comme les bourgeois ? Élargir leur accès aux femmes en s’identifiant à eux ? … Terrible, du fait de l’absence totale d’analyse critique. (Cf. Patriarcat, Histoire)

Hommes (« Politiques ». « Girouettes ») : 1815. Alexis Eymery [1774-1854], auteur d’un Dictionnaires des girouettes. Ou Nos contemporains peints d'après eux-mêmes ; ouvrage dans lequel sont rapportés les discours, proclamations, chansons, extraits d'ouvrages écrits sous les gouvernements qui ont eu lieu en France depuis vingt-cinq ans; et les places, faveurs et titres qu'ont obtenus dans les différentes circonstances les hommes d'état, gens de lettres, généraux, artistes, sénateurs, chansonniers, évêques, préfets, journalistes, ministres, etc. ... par une Société de girouettes. Seconde édition, revue, corrigée, et considérablement augmentée. »

Hommes (« Politiques ». URSS. XXème siècle. Gorbatchev Mikhaïl) : 1997. Mikhaïl Gorbatchev, dans ses Mémoires, auteur de :
« (Début 1986, à l’occasion de la préparation du XXVIIème congrès du parti communiste, au début de la « glasnost ») À la mi-janvier, lorsque je soumis le projet de rapport au Politburo, je sentis pour la première fois combien forte était l’emprise des schémas idéologiques sur ses membres. […] Après la réunion du Politburo, nous nous rendîmes, Raïssa Maximovna (son épouse) et moi à la résidence gouvernementale de Zavidovo. Medvedev, Iakovlev et Boldine m’y rejoignirent pour mettre la dernière main au rapport. Si les idées restaient les mêmes, la manière de les présenter subit de grands changements.
Ma femme participa à presque toutes les discussions. Son expérience de la recherche sociologique, son travail avec la jeunesse des universités et tout simplement sa connaissance de la vie et son intuition féminine firent merveille.
Elle n’hésita d’ailleurs pas à nous blâmer pour avoir oublié la situation de la famille et de la femme dans la société, en nous suggérant la manière de traiter ce thème avec toute l’ampleur nécessaire.
Pourquoi, ne pas l’avouer ? : nous n’avions cessé de proclamer le slogan de l’égalité des femmes et de leur participation à la direction du pays, mais dans la pratique, nous étions en retard non seulement sur les pays occidentaux, mais même sur ceux de l’Orient.
Aujourd’hui, je regrette qu’il n’y ait pas eu de femme dans mon équipe. On n’en voit pas non plus dans le gouvernement d’Eltsine. » 416 (Cf. Femmes. « Féminin ». Remarquables. Famille, Politique. « Occident »)

Hommes (« Politiques ». Guaino Henri) : (1er juin) 2011. Henri Guaino, conseiller spécial et ‘plume’ de Sarkozy, après avoir dénoncé le climat « détestable » causé par la dénonciation des violences à l’encontre des femmes de Dominique Strauss-Kahn, de Georges Tron et les propos de Luc Ferry, évoquant un ex-ministre « pédophile », redoutant, dès lors, un « grand déballage » concernant les agissements jusque-là cachés, légitimés des politiques, auteur de :
- « Le risque est quand même que de tout ça sorte un grand vent de puritanisme, une recherche de pureté absolue, que la morale, qui est nécessité absolue pour la République, finisse par sombrer dans l'ordre moral, ce qui serait la pire des choses. »
- « Il y a une vraie demande de morale et elle sera au cœur de tous les débats politiques, c'est absolument normal, c'est même très sain. Le problème est qu'il ne faut pas transformer cette demande de morale en exigence de moralisme qui devienne déraisonnable et qui finisse par détruire l'ordre social. » […]
- « S'il n'y a plus d'intimité, plus de vie privée, plus rien et que tout le monde est à la merci de dénonciation, de calomnies, de racontars, le remède va devenir pire que le mal. » 417
Doit-on en conclure que « l’ordre [im]moral » [des politiques] est et devrait être considéré comme fondateur de « l’ordre social » ? (Cf. Êtres Humains. Vie-dite-privée, Langage. Puritanisme, Politique. Morale, Histoire. Robespierre)

Hommes (« Politiques ». Guillaume Marc) : (12 août) 2020. Lu dans Le Canard enchaîné, concernant Marc Guillaume, secrétaire général du gouvernement, surnommé ‘le grand Chambellan‘ nommé le 15 juillet 2020 préfet d’Ile de France - pas vraiment une promotion… - la manière dont il traitait les femmes qui œuvraient dans le cabinet d’Emmanuel Macron :
« Vous allez faire carrière grâce à votre décolleté » ; « C’est rare une femme qui pense... et c’est beau, aussi, surtout quand ça porte une jupe » ; « Mais depuis quand laisse-t-on la parole aux femmes ? » ; « Achetez-vous un cerveau avant de parler, cela nous changera »… 418 (Cf. Êtres humains. Cerveaux, Corps. Femmes, Hommes. « Politiques ». Macron Emmanuel, Patriarcat, Penser, Économie)

Par ordre chronologique. Hommes. « Politiques ». Benoît Hamon :

Hommes (« Politiques ». Hamon Benoit) (1) : (12 avril) 2015. Entendu ce jour, Benoit Hamon, ancien ministre de l’éducation nationale, l’un des responsables contestataires [présenté comme] de-la-gauche-de-la-gauche au sein du PS déclarer : « On a besoin que la gauche s’intéresse aux gens […]. » 419
À ce niveau d’analyse, on voit mal comment une pensée féministe qui demande une certaine intelligence politique pourrait trouver une quelconque place. Et ce sont de type ‘d’analyses’ que l’on nous assène quotidiennement… (Cf. Politique. Démocratie. Peuple)

Hommes (« Politiques ». Hamon Benoit) (2) : (29 janvier) 2017. Hier, Benoit Hamon l’emporte dans la primaire-de-la-gauche (en vue de l’élection à la présidence de la république d’avril 2017) contre Manuel Valls. Un élément de leur projet les liait : l’inconsistance de ce qu’il avait introduit dans leur programme que l’on peut qualifier de ‘mesures en faveur des femmes’ : un agrégat de revendications non explicitées, dépourvues de toute réflexion féministe, d’immenses béances, un clair manque de courage, et aucune possibilité de projection positive d’un avenir souhaitable.
Je ne sais si le PS jette ses dernières forces avant une mort programmée, mais je sais qu’il n’aura jamais, depuis 1905, réussi aucune greffe entre le socialisme et le féminisme. (Cf. Hommes. « Politiques ». Valls Manuel)

Hommes (« Politiques ». Hamon Benoit) (3) : (5 février) 2017. Benoit Hamon, lors de son investiture par le PS à la candidature de la république de 2017, dans le bilan qu’il propose comme positif du quinquennat Hollande, et dont il estime qu’il faudrait être fier, évoque : « la façon dont nous avons lutté pour l'égalité femmes-hommes ». C’est tout. Au moins c’est d’emblée clair, et n’a donc pas besoin d’être clarifié…ce qui l’eut, probablement, mis en difficulté… (Cf. Politique. Égalité)
Quant au terme de « lutte » …

Hommes (« Politiques ». Hamon Benoit) (4) : (19 mars) 2017. Benoit Hamon, qui a, depuis les primaires, proposé son programme, à Bercy, devant plus de 15.000 personnes, auteur de :
« Je serai un président féministe (acclamations). » Avant d’ajouter :
« Je mettrai tout en œuvre pour que l’inégalité entre femmes et hommes, les stéréotypes et les violences ne soient pour les générations suivantes qu’une étrangère aberration dans les livres d’histoire. » 420 Un programme clair et étayé…

Hommes (« Politiques ». Hamon Benoit) (5) : (mars) 2017. Dans un interview à Elle, Benoit Hamon, interrogé sur ce qu’il entend par être un « président féministe », après trois banalités, termine ainsi :
« Et je serai un président féministe parce que je suis à gauche, et que c’est (sic) une inégalité fondamentale. » 421

Hommes (« Politiques ». Hamon Benoit) (6) : (3 décembre) 2017. Benoit Hamon, interrogé, après « l’affaire Harvey Weinstein » et ses conséquences mondiales, répond :
« C’est un sujet qui me concerne », puis présente son analyse :
« Je trouve que c’est une chance, pour nous, que la parole soit libérée. » Et il déclarera ensuite, concernant Marlène Schiappa, à laquelle il « a demandé un rendez-vous » :
« Je la félicite qu’elle ait obtenu cela de la part du Président de la République » [en référence au discours d’Emmanuel Macron, le 25 novembre 2017 à l'occasion de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes et du lancement de ‘la grande cause du quinquennat] : [!], (422 (Cf. Êtres humains. Soi, Femmes. « Politiques ». Schiappa Marlène, Politique. État)

Par ordre chronologique. Hommes. « Politiques ». François Hollande :

Hommes (« Politiques ». Hollande François) (1) : 2010. François Hollande, après s’être auto- qualifié de « pudique », avait déclaré concernant sa compagne, à l’époque Valérie Trierweiler, qu’elle était « la femme de sa vie ».
- Quelle distinction et quelle délicatesse concernant Ségolène Royal et leurs enfants, sans même évoquer la naïveté adolescente de ladite déclaration…
- Pourquoi devrions-nous accepter d’un-e politique ce que nous n’accepterions de quiconque ? La réponse est dans la question. (Cf. Êtres Humains. Naïveté, Hommes. « Politiques ». Macron Emmanuel)

Hommes (« Politiques ». Hollande François) (2) : (14 mars) 2012. François Hollande, auteur de (à propos de la difficulté, selon lui, à appliquer la parité) :
« Des femmes ? On en trouve. Mais ce qui n’est pas facile, c’est d’écarter des hommes compétents ».
- « Même au profit de femmes compétentes ? » interroge Le Canard enchaîné. 423 (Cf. Politique. Parité)

Hommes (« Politiques ». Hollande François) (3) : (7 avril) 2012.
- Commentaire de l’article de Libération intitulé : « En Banlieue, Hollande compte sur les femmes » :
« Les femmes n'oublieront sans doute pas la manière dont il a soutenu la candidature de son ex-épouse en 2007 à coups de lance-pierres. » 424
Puisse l’auteur-e de cette question dire vrai !
Le concernant, notamment, un retour sur l’histoire politique patriarcale des socialistes est nécessaire. 425 (Cf. Femmes. « Politiques ». France. XXIème siècle. Aubry Martine. Royal Ségolène, Femmes. et Libération, Politique. Ferry Jules, Démocratie, Politique. Gauche, Nationalisme, Mandat, Parité)

Hommes (« Politiques ». Hollande François) (4) : 2012. En une semaine [31/10/2012 - 6/11/2012] :
- Interview - dépourvu de toute hauteur, de toute analyse et de toute projection - concernant « la crise », dans Le Monde 426 ;
- Réception de Benjamin Netanyahou à Toulouse 427 et reconnaissance reconnue à Israël de son « droit à l'autodéfense » 428 ;
- Extradition d’Aurore Martin en Espagne ;
- Adoption de « la quasi-totalité » du libéral rapport Gallois en opposition formelle avec ses engagements antérieurs ;
- Expulsion violente [bulldozers détruisant tout sur leur passage, flashball, grenades à poivre, lacrymogènes] des occupant-es de la ZAD [zone d'aménagement différé, rebaptisée ‘zone à défendre’] et destruction des expériences collectives d’occupation des sols s’opposant à la construction de l’aéroport de Notre-Dame des Landes ;
- Et, enfin, François Hollande fut l’auteur de :
L’Arabie Saoudite est « le premier partenaire de la France dans le Golfe, notre premier fournisseur de pétrole, notre premier client dans de nombreux domaines. » 429
Puis de :
« Le roi et moi, nous avons les mêmes principes, qui sont ceux de la stabilité, de la sécurité, mais également, sur le plan économique, de la croissance. »
Et, en dernier lieu, de :
« S’agissant des droits de l’homme, des droits de la femme, nous en avons parlé avec le roi. Il m’a dit les réformes qu’il avait engagé. » 430 [7/11/2012]
Utile de commenter ? Non. (Cf. Culture. Accord Franco-Saoudien, Droit, Politique. Réformes, Économie. Règle d’or)

Hommes (« Politiques ». Hollande François) (5) : (7 juillet) 2016. De quel droit François Hollande s’est-il permis de porter et de laisser sa main sur l’épaule de la veuve de Michel Rocard, lors de la cérémonie d’« hommage national » dans la cour des Invalides ? Une prise de pouvoir, pour moi, impudente, inconvenante.

Hommes (« Politiques ». Hollande François) (6) : (12 octobre) 2016. De nombreuses réactions à la suite du livre de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, Un président ne devrait pas dire ça (Stock). Le monde officiel s’indigne des énormités qui apparaissent dans ce livre et critique l’homme-politique. Mais c’est l’homme-tout-court sur les fondements desquels l’homme-dit-politique se construit qu’il faut d’abord et avant tout critiquer. C’est accablant, mais ça l’était depuis toujours : un petit homme, un incontestable égotiste, ni « pudique », ni même un tant soit peu respectueux, assurément un goujat si l’on se réfère à ce qu’il a osé dire concernant ses relations avec Julie Gayet. (Ce que j’en ai grossièrement - c.à.d. avec grossièreté selon moi - perçu : elle veut le mariage, pas moi, et elle ne l’aura pas.)
- Mais ce qui est en cause, ce sont les mécanismes politiques qui ont permis qu’il soit placé là où il est. (Cf. Proxénétisme. Personnes-dites-prostituées. Hollande François, Violences à l’encontre des femmes. Hollande François)

Hommes (« Politiques ». Huissier) : L’angoisse de la venue d’huissiers est le quotidien de millions de français-es. Et de combien de « politiques » ?
- Même question concernant les expulsions locatives, les saisies sur salaires, les faillites, le licenciement, le chômage, l’expulsion des listes du Pôle Emploi, la recherche infructueuse d’un appartement, la fin des allocations chômage, l’absence de papiers d’identité, la suppression de l’APL, le refus d’un crédit, la pauvreté… (Cf. Économie)

Hommes. « Politiques ». Nicolas Hulot :

Hommes (« Politiques ». Hulot Nicolas) (1) : (8 février) 2018. Nicolas Hulot, dans l’interview donnée ce jour, dénonce les « rumeurs » (de violences à l’encontre de femmes) dont il est l’objet, évoque « deux affaires qui n’en sont pas ». Concernant la seconde, il affirme : « Il n’y a pas deux versions ». La femme concernée a, pour sa part, affirmé, dans une formulation qui laisse ouverte une autre version que la sienne :
« Je démens formellement les rumeurs me concernant. Je n'ai aucun commentaire à faire sur une affaire qui n'en est pas une », a-t-elle indiqué. Et d'insister :
« Je démens toutes les rumeurs. Du harcèlement sexuel au protocole d'accord. Je démens tout. Je ne sais rien de ce que l'article d'Ebdo contient. » 431
Suite : l’article - rédigé et publié sans son accord - ne la nommait pas ; son nom fut ultérieurement dévoilé publiquement par un autre journaliste. Après un véritable « tir de barrage » de l’article et de la revue, celle-ci a rapidement disparu, mais il ne faut pas oublier qu’il a permis que de nombreuses femmes aient ultérieurement publiquement dénoncé l’agresseur. (Cf. Femmes. « Politiques ». Schiappa Marlène, Justice. Rumeur, Langage. « Affaire ». Possessif, Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (« Politiques ». Hulot Nicolas) (2) : (25 novembre) 2021. Nicolas Hulot, un grand ami de Chirac, un grand ami de Nicolas Sarkozy, un grand ami d’Emmanuel Macron et un agresseur de femmes, qualifiées par lui, de « menteuses ». (Cf. Penser. Vérité)

Hommes (« Politiques ». Jeanneney Jean-Noël) : (octobre) 1977. Lu dans le Journal politique 1958-1981 de Michel Winock : Jean-Noël Jeanneney (alors radical de gauche), auteur de :
« J’aimerais être député, mais je ne voudrais pas avoir à faire une campagne électorale. » 432
Beaucoup l’ont pensé ; peu ont osé l’exprimer… (Cf. Histoire. Historiographe. Patriarcale. Jeanneney Jean-Noël)

Hommes (« Politiques ». Jobert Michel) : 1976. Michel Jobert [1921-2002], secrétaire général de la présidence de la république (de Georges Pompidou), puis ministre des affaires étrangères. 1973-1974], auteur, dans une « Lettre ouverte » adressée à Gisèle Halimi [1927-2020] et Delphine Seyrig [1932-1990], de :
« Vous vous battez pour les femmes, avec une détermination qui ne faiblit pas et qui marque d’ailleurs des points, ce qui est l’indice que tout n’était pas stupide, révoltant ou excessif dans vos prétentions. » (Cf. Féminisme. Antiféminisme)
On peut en sus noter l’exergue de son livre, sus évoqué, Lettre ouverte aux femmes politiques :
« Ce livre est d’abord dédié aux femmes politiques qui soutiennent mon action, en notre fraternelle résolution », mais aussi son souhait, lisible dans sa conclusion, que « les femmes se libèrent de l’esclavage du sac à mains, qui les transforment en manchotes. » 433 (Cf. Langage. Possessif)

Hommes. « Politiques ». Lionel Jospin :

Hommes (« Politiques ». Jospin Lionel) (1) : (30 octobre) 2018. Ségolène Royal, dans Ce que je peux enfin vous dire [Fayard. 2018], « raconte comment Lionel Jospin l’a nommée ministre déléguée à la famille [auprès de la ministre de l’emploi et de la solidarité, Martine Aubry. 27 mars 2000-27 mars 2001] :
‘J’ai pensé qu’avec tes quatre enfants, tu pourrais faire l’affaire.’ » 434 Suivi de :
« Ah, au fait, tu auras aussi les handicapés, on les a oubliés. » (Cf. Êtres humains. Handicapés, Femmes. « Politiques ». Royal Ségolène, Famille, Langage. Adverbe. Verbe, Patriarcat, Politique)

Hommes (« Politiques ». Jospin Lionel) (2) : (9 septembre) 2020. Lionel Jospin, sur France Culture, après avoir évoqué « les grands intellectuels », s’être qualifié d’« intellectuel d’occasion », auteur de :
« Il faut que les idées descendent ». 435 (Cf. Culture, Hommes. « Intellectuels ». « Grands », Penser. Idées, Politique. Démocratie. Hiérarchie. Peuple, Économie. « Ruissellement »)

Hommes (« Politiques ». Joxe Pierre) : (5 avril) 2016. Pierre Joxe, ancien ministre de l’intérieur de François Mitterrand [1916-1996], ancien président de la cour des comptes, après avoir rappelé le racisme de Jean-Marie Le Pen, évoque Marine Le Pen, présidente du front national en ces termes : « cette fille, qui est finalement une brave fille. » 436
Le mépris qui cible Marine Le Pen concerne toutes les femmes. Et juge l’homme.
* Ajout. 13 novembre 2019. Pierre Joxe est accusé « d’attouchements sexuels répétés » par l’assistante de vie de son épouse. Alexandra Bresson, poursuivie de dénonciation calomnieuse par lui, a pour sa part, dénoncé des attouchements de sa part à l’Opéra. Il a perdu, le 14 avril 2021, son procès en diffamation en appel.
* Ajout. 11 mai 2022. Lu dans Le Parisien [rubrique. Faits Divers] :
« La cour de cassation a donc finalement estimé que la cour d’appel avait eu raison de considérer que les propos des deux accusatrices reposaient ‘sur une base factuelle suffisante’ pour leur reconnaître ‘le bénéfice de la bonne foi’. Dans ses arrêts, la plus haute juridiction de l’ordre judiciaire ajoute que les propos incriminés contribuaient bien à ‘un débat d’intérêt général sur la dénonciation de comportements à connotation sexuelle non consentis de certains hommes vis-à-vis des femmes’ ». 437 (Cf. Féminisme, Justice, Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (« Politiques ». Juncker Jean-Claude) : (3 mai) 2021. En regardant en mai 2024 un film sur Public Sénat, consacré à Jean Monnet. [1888-1979] L’homme discret de l’Europe et le découvrant au début présenté par Jean-Claude Juncker, j’ai pensé qu’il y a des hommes politiques dont le seul nom contribue à dévaloriser - et à révéler - l’initiative à laquelle ils prennent part.

Hommes (« Politiques ». Lallement Didier) : (24 juillet) 2020. Le préfet Didier Lallement, préfet de police de Paris, le même qui, depuis mars 1919, avait été responsable des si violentes violences policières des manifestations des « Gilets jaunes » - et nommé pour ce fait - lors du Conseil municipal de Paris, a souhaité adresser « un salut républicain. Je veux saluer l’homme », précise-t-il même - à Christophe Girard, le même qui avait démissionné du fait de ses relations avec Gabriel Matzneff, le même qui sera, en août, accusé par un jeune garçon de 15 ans et poursuivi pour viol le 18 août 2020.
Et cela, suivi d’une standing ovation, soutenue par Anne Hidalgo.
Terrifiante séquence, assassine, obscène, à tant de titres… (Cf. Culture. Girard Christophe, Luxe, Hommes. Hommes. « Modestes », Patriarcat, Politique. République, « Gilets jaunes », Violences. Violences à l’encontre des enfants. Matzneff Gabriel)

Hommes (« Politiques ». Lamour Jean-François) : (1er février) 2020. Sarah Abitbol, patineuse sur glace, violée par son entraineur, rapporte :
« J’ai contacté le ministre des sports, il m’a rappelée deux jours après et m’a dit qu’il existait effectivement un dossier sur Gilles Beyer. Il m’a dit : 'on va fermer les yeux, mais si tu as besoin de moi pour tes spectacles, je peux toujours te donner un coup de main'. » 438
Jean-François Lamour affirme ne pas s’en souvenir.
N.B. Les raisons qui expliqueraient la décision de Jacques Chirac de nommer Jean-François Lamour ministre mériteraient d’être interrogées. (Cf. Penser. Expliquer, Violences. Violences à l’encontre des femmes. Abitbol Sarah)
* Ajout. 23 janvier 2024. Le rapport parlementaire consacré aux « défaillances de fonctionnement » dans le milieu du sport français révèle que Jean-François Lamour [soutien d’Emmanuel Macron en 2017] a été nommé par la ministre des sports, Amélie Oudéa-Castera, le 29 mars 20123, membre du comité national d’éthique [« pour renforcer l’éthique »] dans le sport, composé de 12 membres.
N.B. Ce comité est co-présidé par Marie-George Buffet, ancienne ministre communiste des Sports.
Que diable allait-elle faire dans cette galère ? Va-t-elle démissionner ? (Cf. Femmes. « Politiques »)

Hommes (« Politiques ». Landrieu Bernard) : (19 septembre) 1994. Bernard Landrieu, [préfet de la Savoie, de la Manche, du Limousin, de la Haute Vienne, directeur de cabinet de Jacques Chirac à l'Élysée, préfet de la région Ile de France, préfet de Paris, préfet hors cadre, commandeur de la légion d’honneur] auteur de :
« La France est un des pays d'Europe où les femmes travaillent le plus : elles y constituent une part importante des demandeurs d'emploi; elles présentent des handicaps sur le plan de la formation et de la mobilité; compte tenu de ces difficultés, faut-il admettre l'activité professionnelle des femmes comme un état de fait sur lequel il n'aurait pas lieu de revenir ? » 439

Hommes (« Politiques ». Lanjuinais Jean-Denis) : 1850. François-René de Chateaubriand [1768-1848], dans les Mémoires d’Outre-tombe, présente ainsi [Jean Denis] Lanjuinais [1753-1827, alors en 1814 président de la Chambre des représentants : « de citoyen devenu sénateur, de sénateur devenu pair, de pair redevenu citoyen, de citoyen allant redevenir pair. » 440

Hommes (« Politiques ». Lassalle Jean) : (23 mars) 2017. Jean Lassalle, candidat à l’élection présidentielle de 2017, est interrogé au salon de l’agriculture. Un journaliste lui demande :
« ‘C'est qui votre cochon préféré ?’ » Le député réfléchit quelques secondes :
« ‘Mon cochon préféré ? C'est une petite cochonne...‘ »
Nouvelle question :
« ‘C'est qui ?’ ». Réponse :
« ‘Ah, c'est mon épouse !’ ». 441
- Réaction alors du responsable de l’émission : « ‘Voilà, on ne s’en lasse pas’ ! ».
En 2017, sa réponse est qualifiée de : « casserole gênante ». (Cf. Dialogues, Femmes. Épouses, Femmes, Animalisation des femmes, Hommes. Grossiers, Politique. Animalisation du monde. Médias)

Hommes (« Politiques ». Le Maire Bruno) : (mai) 2022. Bruno Le Maire, dans L’Ange et la bête. Mémoires provisoires, après avoir évoqué Jenet Yelen, présidente de la FED, « une femme toute confite et repliée », qui [bien que] paraissait une petite chose menue, discrète et sans grande envergure était un oracle », poursuit :
« Moins connue que d’autres avant sa nomination comme secrétaire du Trésor américain, elle appartenait à ce cénacle de femmes qui ont changé la politique en lui apportant leur pragmatisme, leur écoute, leur modestie et leur efficacité : Christine Lagarde, Ursula von de Leyen, Margrethe Vestager ou Angela Merkel ». 442
Qui qu’elles soient, quelles que soient leurs fonctions, ces femmes politiques - toutes englobées, enfermées dans leur seule identité de « femme » - par Bruno Le Maire, sont ainsi qualifiées, comme le patriarcat a qualifié tant de femmes (pragmatiques, à l’écoute, modestes et efficaces) à travers les siècles. Il importe de comprendre que ces flagrantes absurdités sont la condition nécessaire pour que Bruno Le Maire soit à même de conforter son identité d’homme [politique], supérieur à elles toutes. (Cf. Hommes. « Modestes »)

Hommes. « Politiques ». Jean-Marie Le Pen :

Hommes (« Politiques ». Le Pen Jean-Marie) (1) : (19 mars) 2014. Jean-Marie Le Pen, concernant Vladimir Poutine (et sa politique en Ukraine, Crimée…), auteur de :
« Il a fait un sans-faute. On ne peut rien lui reprocher. »
Terrifiante légitimation de la force en elle-même, partagée par tant et tant, notamment à l’extrême-droite, toujours attirée par la force, l’autorité, la violence… (Cf. Politique. Extrême-droite. Font National. Guerre)

Hommes (« Politiques ». Le Pen Jean-Marie) (2) : (juin) 2017. Alors qu’une journaliste évoquait l’idée que sa petite fille, Marion Maréchal Le Pen, avait quitté la politique « pour mieux revenir plus tard », Jean-Marie Le Pen lui a coupé la parole en déclarant :
« Revenir d’où. Du Bois de Boulogne ? » 443 (Cf. Dialogues, Politique. Font National, Proxénétisme) Difficilement crédible… et pourtant…

Hommes (« Politiques ». Louis Joseph-Dominique) : 1850. François-René de Chateaubriand [1768-1848], dans les Mémoires d’Outre-tombe, présente ainsi Louis-Joseph Louis [1757-1837], alias l’abbé Louis, le baron Louis :
« La brutalité faisait le principal mérite de M. Louis ; son talent était un amour stupide des biens matériels. […] Dans l’argot du métier, on appelait M. Louis un homme spécial ; sa spécialité financière l’avait conduit à entasser l’argent des contribuables dans le trésor, pour le faire prendre par Bonaparte. Bon tout au plus pour le Directoire, Napoléon n’avait pas voulu de cet homme spécial, qui n’était pas du tout un homme unique. L’abbé Louis était venu jusqu’à Gand réclamer son ministère ; il était fort bien auprès de M. de Talleyrand [Charles-Maurice de. 1754-1838]. […] » 444
N.B. Il fut cinq fois ministre des finances sous les deux Restaurations et sous la monarchie de Juillet. (Cf. Langage. Argot, Économie)

Par ordre chronologique. Hommes. « Politiques ». Emmanuel Macron :

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (1) : (14 avril) 2016. Emmanuel Macron et son épouse sont visibles à la Une de Paris Match, suivie de plusieurs pages intérieures consacrées au couple. La suite :
« Devant la pluie de critiques, le fringant ministre des Finances expliquait avec une rare élégance sur BFM, dès le lendemain, qu’il s’agissait d’une ‘bêtise’ commise par son épouse. ‘Ma femme regrette l’interview accordée à Paris Match’, c’est une maladresse’ […] ‘Mon épouse ne connaît pas le système médiatique, elle le regrette d’ailleurs profondément.’ »
- Puis, quelque temps après : « L’ami de Jeanne d’Arc (il avait fait un discours le 8 mai 2016 à Orléans ‘en hommage à Jeanne d’Arc’ pour parler de lui-même) et son épouse viennent de faire la couv' de Closer (6 mai 2016) » sous la présentation suivante : « Exclusif : Emmanuel Macron, un week-end avec Brigitte pour tout oublier » ? Y compris de poursuivre la presse dite People ? 445
Ultérieurement, son épouse, interrogée (et vue) à la télévision sur cette publication de Paris Match assuma (en ne parlant que d’elle) sa seule responsabilité. (Cf. Famille. Couple)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (2) : 2016. Le seul intitulé du livre d’Emmanuel Macron : « Révolution » [XO. 2016] - dont le sous-titre est : « C’est notre combat pour la France » - me suffit pour invalider moralement, intellectuellement pourrais-je peut-être ajouter… et donc politiquement, la personne… et donc son projet. Et la seule présence de Jacques Attali à la soirée organisée à La Rotonde au premier tour des élections présidentielles m’apparaît plus signifiant politiquement que toutes ses déclarations.
* Ajout. 2 mai 2017. Lu, à toutes fins utiles : « Là, où Vichy fit le plus ‘révolutionnaire’, c’est bien entendu, dans ce qu’il eut plus réactionnaire. [...] » 446
* Ajout. 7 juillet 2019. 1978. Cornelius Castoriadis [1922-1997] évoque les « ‘révolutions’ périodiques proclamées par les imposteurs qui montent sur les tréteaux. » 447

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (3) : (5 janvier) 2017. Emmanuel Macron, auteur, en Guadeloupe, de :
« […] Je n’ai pas d’appareil. J’ai des gens volontaires, intelligents, courageux pour le pays. J’en ai dans tous les territoires de France. J’en ai ici en Guadeloupe. Et c’est cette aventure que je veux mener avec eux pour gagner et changer la France. » 448 (Cf. Langage. Verbe. Avoir. Possessif, Politique. Démocratie)
* Ajout. 18 février 2017. (15 février) 2017. Dans le même sens :
« Dans mes discours, j’essaie de convaincre en donnant à voir. Contrairement aux autres, je n’ai pas un parti de gens qui réagisse de manière Pavlovienne. Je leur ai interdit de siffler. Je leur donne quelque chose à voir d’autre. » 449
- Le « Je » d’Emmanuel Macron n’est-il pas politiquement plus signifiant que son absence de programme ? Et, en lui-même, n’est-il pas justement son programme ?
* Ajout. 30 avril 2017. (30 avril) 2017. Emmanuel Macron, auteur de :
« Je suis l’émergence d’une nouveauté profonde, radicale… » (après, énarque, avoir pantouflé à le banque Rothschild ?)
* Ajout. 7 mai 2017. 2017. Emmanuel Macron, élu par 66,1 % des voix exprimées, auteur, le soir de son élection de :
« Je protègerai la République ». (Cf. Êtres humains. Soi, Langage. Verbe. Protéger, Politique. Démocratie. Élections présidentielles. 7 mai 2017)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (4) : (2 mars) 2017. Concernant les violences à l'égard des femmes, Emmanuel Macron propose d'accélérer « la généralisation du téléphone d’alerte ». Peut-on imaginer une mesure plus faible ? Je ne le pense pas. (Cf. Femmes. « Politique ». Schiappa Marlène, Violences. Violences à l’encontre des femmes)
* Ajout. 8 février 2018. Voici son programme, tel que présenté le 2 mars 2017 :
« Nous lancerons dès la première année du quinquennat une campagne nationale de communication et de sensibilisation sur le sujet du harcèlement et des violences faites aux femmes. [...]
Nous protègerons et accompagnerons mieux les femmes victimes de violence ou de harcèlement. [...]
Nous accélérerons la généralisation du téléphone d'alerte pour secourir plus rapidement les victimes de violence. Ce dispositif, expérimenté dans plusieurs départements, a déjà sauvé des vies. Accordé par le procureur de la République après évaluation du danger encouru par la femme victime de violences, le téléphone d'alerte permet de garantir à la victime une intervention rapide des forces de sécurité, en cas de grave danger et donc avant la commission de nouveaux faits de violences. » (Cf. Femmes. « Politiques ». Schiappa Marlène, Violences. Violences à l’encontre des femmes. Politique)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (5) : (13 juillet) 2017. Emmanuel Macron, s’adressant à l’armée :
« Je suis votre chef » Et ce suivi de :
« Les engagements que je prends devant nos concitoyens et devant les armées, je sais les tenir et je n'ai à cet égard besoin de nulle pression et de nul commentaire. » 450 De « nul commentaire » ? Faut-il donc se taire ?

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (6) : (23 octobre) 2017. Le chien d’Emmanuel Macron, lors d’une réunion politique filmée avec trois membres du gouvernement, urine dans le salon de l’Élysée où cette rencontre se tient :
« Cela arrive souvent ? » interroge l’un d’entre eux. Emmanuel Macron répond :
« Vous avez déclenché chez mon chien un comportement totalement inhabituel. » 451
Certes, il n’est pas responsable de son chien - peut être cependant de l’avoir laissé occuper une pièce de l’Élysée - mais, de là, à en transférer la responsabilité à des ministres… (Cf. Dialogues, Hommes. Irresponsables)
* Ajout. 2 mai 2019. Lu : « ‘Ils nous a bien secoué la gueule’. Macron passe un savon au gouvernement » : « J'ai dit que rien ne serait comme avant donc je veux que rien ne soit comme avant » leur aurait-il dit. 452 Bis repetita.
- Faut-il rappeler qu’après, s’être - lors de la conférence de presse du 15 avril 2019 - déchargé sur le gouvernement et les ministres de la responsabilité d’une politique impossible à mettre en œuvre ? Pour mieux, croit-il, prendre de la hauteur…

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (7) : (25 novembre) 2017. Voir et entendre, à la télévision, sous les ors de l’Élysée, une salle, composée d’une majorité de femmes, se lever comme un seul homme pour applaudir, le 25 novembre 2017, le discours lamentable d’Emmanuel Macron est infâmant. D’abord pour lui.
* Ajout. 25 novembre 2017. Dans le Huffington Post, on peut lire :
« Et ce samedi 25 novembre, il sera difficile de trouver une voix pour ne pas saluer le choix d’Emmanuel Macron de prendre la parole depuis l'Élysée pour prononcer un long discours sur la lutte contre les violences faites aux femmes. » 453 (Cf. Êtres humains. « Comme un seul homme »)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (8) : (25 novembre) 2017.
Concernant le discours d’Emmanuel Macron « à l’occasion (sic) de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et du lancement de la grande cause du quinquennat », je n’accepte de personne, a fortiori d’un homme, qu’il s’estime en droit de qualifier la parole des femmes, la mienne donc - assimilée à quatre reprises à de la « délation » - et, qui, plus est de : « sans ordre, sans tactique, sans filtre ». Outre que ce jugement n’a aucun sens - ou qui plutôt révèle sa conception de « l’ordre », de « la tactique », du « filtre » - cette condescendance méprisante est d’un autre âge. 454 (Cf. Femmes. « Politiques ». Schiappa Marlène, Patriarcat. Condescendance, Violences, Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (9) : (28 novembre) 2017. Lors de son échange avec des étudiant-es de l’Université de Ouagadougou, l’une d’entre elle l’ayant interrogé sur la signification politique de la présence des militaires français [reprochant à Paris d'envoyer d'avantages de soldats que d'étudiants au Burkina Faso], Emmanuel Macron lui répondit - agressif, méprisant, paternaliste, l’accusant même de manquer de « psychologie » [lui, en étant sans doute d’emblée pourvu, en tant qu’homme ? que français ? que diplômé ?, que président de la république ?] en ces termes :
« Imaginez que vous êtes une jeune femme qui vit à Angoulême. Elle n'a jamais vu Ouagadougou, elle n'en a peut-être même pas entendu parler. Elle a son jeune frère qui se bat dans les troupes françaises et qui est peut-être mort ces derniers mois pour vous sauver. Et vous vous la remerciez en me disant ça ? Vous ne devez qu'une chose pour les soldats français : les applaudir ! »
Ainsi, le président de la République française demandait donc à une jeune femme Burkinabé de nier son identité africaine et nationale, [et au-delà d’elle-même, niait le Burkina Faso] et, sur les fondements d’une solidarité supposée avec une jeune femme française, d’applaudir la présence d’une armée étrangère dans son propre pays.
Et le même traitait de « stupide » les arguments des anticolonialistes africains !
Tout en affirmant qu’il « n’y avait plus de politique africaine de la France » !
* Ajout. 4 décembre 2017. (15 janvier) 1766. Cf. l’analyse que Voltaire [1694-1778] faisait des Suisses :
« Ce qui reste dans Genève de pédants et de cuistres du XVIème siècle perdra ses mœurs sauvages. Ils deviendront tous français. Ils ont déjà notre argent ; ils auront mos mœurs. Ils dépendront entièrement de la France, en conservant leur liberté. » 455
À toutes comparaisons utiles… (Cf. Relations entre êtres humains. Comparaison)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (10) : (février) 2018. Au vu des pratiques politiques [dont Emmanuel Macron n’a pas loin de là le monopole] voici ce que j’ai conclu des méthodes politiques mises en œuvre (par lui et ses ministres) depuis son élection : nier l’évidence, faire diversion, semer la confusion, détourner l’attention, éviter les questionnement qui pourrait remettre en cause les décisions prises ou à prendre, affirmer des positions, des analyses contradictoires et les modifier à la vitesse de l’éclair, aiguiser les tensions, employer des termes dépourvus de sens, transférer les responsabilités aux futur-es victimes des politiques mises en œuvre, évoquer des échéances irréalisables, affirmer sans justification, mépriser, mentir sans vergogne, (tenter de) se justifier (sans être crédible), ne jamais traiter de la finalité qui fondent les politiques décidées, noyer les décisions dans les constats, agir ‘en douce’, jouer sur les mots, mithridatiser le sentiment de manque, être sourd aux critiques, asséner des pseudo-évidences, retarder les échéances, mêler : consulter et négocier, laisser pourrir les situations, faire la politique de la chaise vide, faire croire qu’écouter c’est prendre en compte ce qui est dit, dissuader, menacer, réprimer, diviser, interdire, empêcher les rassemblements, faire des exemples, faire peur, faire agir la police, mettre en examen, condamner, criminaliser. Et, enfin, céder, en dernière instance, quand le statu quo est devenu impossible à maintenir.
- À ces manipulations qui insultent l’intelligence, il est peu probable qu’il restera longtemps à son poste.
- N’oublions pas que Jacques Attali, celui qui l’a introduit au groupe Bildenberg, celui qui déclare l’avoir « inventé » 456, a affirmé le 1er mai 2017 qu’il connaissait le nom de la personne - une femme - qui le remplacera… en 2022. (YouTube) (Cf. Hommes. « Politiques ». Macron Emmanuel, Politique. État)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (11) : (mars) 2018. Emmanuel Macron lors d’un voyage officiel en Inde prodiguant des conseils en anglais aux étudiant-es :
« Just do it » ; « Ne respectez jamais les règles ». 457 Et cet homme est chef d’État !

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (12) : (21 mars) 2018. Dans un article de L’Express, je lis :
« Deux à trois fois par mois, le lundi soir, se déroule le repas le plus secret de la République. Il ne figure sur aucun agenda officiel, n'obéit à aucun protocole. Autour du président, une quinzaine de convives, des ministres, des élus, des responsables de parti. Triés sur le volet par le maître des lieux. » […] Je lis aussi :
« La numéro deux du MODEM - Marielle de Sarnez [1951-2021] - est d'ailleurs l'unique femme. La Macronie est décidément une histoire de mecs. » (Cf. Femmes. « Politiques ». Schiappa Marlène) 458

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (13) : (28 mars) 2018. Emmanuel Macron concernant l’assassinat de Mireille Knoll [1932-2018], a déclaré :
« L’obscurantisme barbare [...] nie la valeur que nous donnons à la vie, valeur niée par le terroriste de Trèbes, valeur niée par le meurtrier de Mireille Knoll, qui a assassiné une femme innocente et vulnérable parce qu'elle était juive et qui ainsi a profané nos valeurs sacrées et notre mémoire. »
- Outre qu’il eut été, notamment, sans doute préférable d’écrire : « la vie » au lieu et place de : « que nous donnons à la vie », quel statut Emmanuel Macron accorde-t-il au fait que si Mireille Knoll, était - si tant est que l’adjectif signifie quoi que ce soit de rigoureux - « vulnérable », elle était aussi une « femme » ? Et pourquoi donc évoquer son innocence ? N’est-ce pas peu ou signifier qu’il faudrait préciser qu’une femme est « innocente » pour ne pas qu’elle puisse être soupçonnée d’être « coupable » ? (Cf. Langage. Adjectif, Patriarcat, Penser, Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (14) : (15 avril) 2018. Lors de l’interview d’Emmanuel Macron par Edwy Plenel et par Jean-Jacques Bourdin, ce dernier, après avoir employé fort justement le terme d’« illusionniste », a posé, selon moi, la principale question politique - en réalité, un constat - :
« Est-ce que vous n'êtes pas dans une illusion puérile de toute-puissance ? »
- Je me souviens à cet égard d’une de ses phrases (retrouver la source) dans laquelle il déclarait [de mémoire] : « Si je recule, je suis mort » : double expression de faiblesse personnelle et politique : de l’avoir pensé et de l’avoir exprimé publiquement. Un matamore aux fragiles assises ? (Cf. Politique. Autorité. Pouvoir)
* Ajout. 8 novembre 2019. Mais plus politiquement signifiant : cette petite phrase signifiait qu’il se situait d’emblée dans le cadre d’un rapport de forces contre ce qui ne pouvait être que le peuple et que l’un ou l’autre devrait céder, oubliant qu’il n’avait pas été élu pour ce faire.
Il pensait la politique, son rôle, sa fonction, dans le cadre politique de pensée - infantile par ailleurs - du « jeu du plus fort », et dont le résultat est soit celui d’un jeu à somme nulle, soit celui d’un jeu où tout le monde perd, soit enfin celui où le plus fort devient encore plus fort. (Cf. Politique)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (15) : (16 avril) 2018. AFP :
« Emmanuel Macron qui disait avoir ‘convaincu’ Donald Trump de rester en Syrie, la Maison-Blanche a apporté un démenti dimanche soir. »

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (16) : (25 mai) 2018. Emmanuel Macron, auteur de : « Nous avons mis fin à l’impuissance française. » :
Se rend -il compte de ce qu’il dit ? Quelle que soit la réponse, ce « nous », cette mégalomanie, ce déni de lien avec toute réalité est inquiétant.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (17) : (26 mai) 2018. Relevé de slogans concernant Emmanuel Macron, lors de la manifestation du 26 mai 2018 :
- « Macron ! On ne veut pas de ce monde-là
- Macron, un autre monde est possible
- Macron, Méprisant de la République
- Macron, fils de Rastignac et de Thatcher

- Macron : I want money back to rich people.
- Macron président Emmanuel Thatcher
- Macron, Voleur ! Rends-moi ma retraite
- Macron, Super menteur
- Macron ! On ne veut pas de ton état policier !
- Macron : La période d’essai est terminée. Et c’est tout, sauf concluant
- Roi Macron, Souviens - toi de 1793
- Jupiter, gaffe ! On va te faire descendre de ton Olympe

- Macron, On n’est pas de citrons !

- Stop Macron
- Macron, Mes ronds !
- Maquereau, Mes ronds !
- Macron : Riches, me voilà ! Arrière les pauvres !
- Macron, Président des riches, saigneurs des autres

- Macron : « À moi, la thune, à vous l’infortune »
- Macron Fourbe (sur une page du magazine Forbes)
- Macron, Nous en avons assez d’assister les riches

- Macron, aux lions !
- Non au terrorisme social de Macron

- Macron, On ne se l’est pas pris dans le Fillon, mais dans le Collomb)
- Macron : « T’as voté ? Ferme-là pour le reste !
»
- Ça suffit’, ces Macro-neries »
(Cf. Économie. « Fête à Macron La ». « Pauvres Les »)
* 8 novembre 2019. À la relecture, les « gilets jaunes », encore inconstitués, s’exprimaient déjà.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (18) : (24 juin) 2018. Que les propositions d’Emmanuel Macron concernant ce jour le futur « traitement » par l’Europe de l’arrivée de migrant-es soient d’emblée récusées est fort politiquement moral : c’est lui qui, parce qu’il n’est pas crédible [combien de milliers de personnes ayant passé la frontière, ont été renvoyées en Italie par la France ?], est devenu inaudible : on ne peut pas indéfiniment cacher des projets politiques derrière des discours censés les masquer. (Cf. Politique. Morale)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (19) : (26 juin) 2018. Emmanuel Macron tapote la joue du pape François. 459
Pour rappel, il avait repris vertement un jeune qui l’avait appelé « Manu ».

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (20) : 2018. Qu’Emmanuel Macron cesse de serrer des mains [le plus souvent à des membres d’En marche, ou des personnes étroitement sélectionnées, les autres étant sinon tabassés, du moins, tenus, par la police, souvent fort loin éloignées de lui].
Le temps des écrouelles est terminé depuis longtemps.
Ne se rend-il pas compte qu’il est [devenu] ridicule ?
J’ai remarqué qu’il ose souvent vraiment dire ce qu’il pense devant des personnes, désarmées, souvent impuissantes, ceux et celles pour lesquel-les il n’a aucune estime.
N.B. Je découvre que Louis XIV [1754-1793], selon les chiffres officiels de la Gazette de France du 19 juin 1775, a « touché à son sacre 2.400 malades d’écrouelles. » 460 (Cf. Politique. Religion)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (21) : (25 juillet) 2018. « Qu’ils viennent me chercher ! » a déclaré Emmanuel Macron devant ce que la presse nomme son « fan club » [au sein duquel j’ai pu voir le président de l’assemblée nationale]. Outre l’évident mépris des institutions, outre la bravade irresponsable, j’ai surtout vu un gamin immature, dans une cour de récré ; et / ou un chef de gang…

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (22) : (juillet) 2018. Au-delà, ou en deçà, de « l’affaire Benalla / Macron » ce sont toutes les pseudos dénonciations contre les violences à l’encontre des femmes qui ont volé en éclats, vu les cautions politiques qu’Emmanuel Macron a de facto donné à un homme - en qui il avait toute confiance - grossier, impudent, violent, qui tabasse de son propre chef des manifestant-es ? Et qui en nie la violence… (Cf. Femmes. « Politiques ». Schiappa Marlène)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (23) : (30 août) 2018. Emmanuel Macron, après avoir évoqué en Roumanie « les Français qui détestent les réformes », en Grèce, « les fainéants », nomme au Danemark : « les Gaulois réfractaires au changement. » 461 (Cf. Politique. Nationalisme)
Après, le lendemain, avoir affirmé « un trait d’humour », son jugement nous a permis d’entendre l’analyse d’un responsable de son parti qui, après avoir établi un lien - plus qu’hasardeux, sinon carrément ridicule entre Emmanuel Macron et Charles de Gaulle [1890-1970] - dût le justifier le président de la République ainsi :
« […] Il aime la France. Il aime les français. […] » 462 (Cf. Êtres humains. Mépris)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (24) : (17 septembre) 2018. À propos de l’annonce de la suppression ce jour par le ministre Jean-Michel Blanquer de 1.800 places dans l’Éducation nationale 463 : déshabiller Pierre (l’enseignement secondaire) pour habiller Paul (l’enseignement primaire).
Et profiter de l’occasion pour changer et Pierre et Paul, et ce, sans se soucier de leur descendance.
* Ajout. 25 septembre 2018. (18 juin) 1929. André Gide [1869-1951] écrit dans son Journal :
« N’était-ce pas l’archevêque de Rouen qui disait : ‘Il me manque 300 curés… mais j’en ai 500 de trop. » 464 (Cf. Économie. Statistiques)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (25) : (10 octobre) 2018. Emmanuel Macron, après avoir estimé que la constitution d’un nouveau gouvernement pouvait passer après un hommage rendu à Charles Aznavour [1924-2018] en Arménie, auteur de :
« Je continuerais à bousculer toutes les habitudes comme depuis le premier jour. » 465
Cet homme a manifestement un problème concernant le processus de constitution de sa personnalité. (Cf. Hommes. « Modestes »)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (26) : (21 novembre) 2018. Après qu’Emmanuel Macron ait refusé - par peur et alors qu’il l’avait promis en 2017 - de se rendre au Congrès des maires de France, le soir, le spectacle des maires invité-es / convoqué-es à l’Élysée attendant longtemps (selon moi) debout, serrés comme des sardines dans une boîte, certaines âgé-es, que celui-ci veuille bien leur parler était pénible à voir.
Mais se rendre compte que le premier rang de ces maires (et sans doute bien d’autres parmi les 2.000 sur les 36.000 invité-es) n’était composé que de ses soutiens politiques, avides de lui serrer la main, et que celui-ci, tel un boxeur shooté pénétrant dans l’arène - arrivait, semble-t-il ravi, alors que la France entière est en ébullition et que des millions de personnes dénoncent leurs souffrances du fait notamment de sa politique, était indécent. Absurde.

Politiques (« Politiques ». Macron Emmanuel) (27) : (30 novembre) 2018. Entendu sur France 2 : « Ce soir [vendredi 30 novembre], un proche nous assure qu'il [Emmanuel Macron] est sans état d'âme. » 466 Le lendemain, à nouveau, [notamment tels qu’exprimés par les journalistes] « des scènes de guérillas urbaines, de chaos, des dizaines de voitures brûlées, des tags partout, des incendies d’immeubles, dans tous les arrondissements de Paris », tandis le terme de révolution est de plus en plus souvent exprimé, et que nombre de manifestant-es refusent, là encore, de plus en plus aisément de condamner les violences.
- Cet homme est décidément immature, affectivement, intellectuellement, politiquement, dangereux.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (28) : (30 novembre) 2018. Je lis qu’Emmanuel Macron en Argentine, lors du sommet du G20, a notamment évoqué lors d’un aparté avec Mohammed Ben Salman d’Arabie Saoudite « la volonté des Européens sur l’affaire Khashoggi d'associer des experts internationaux à l'enquête en cours ». 467
Dans cette logique, il pourrait aussi demander à Benjamin Netanyahou de bien vouloir « associer des experts européens » concernant les assassinats de Palestinien-nes.
La structuration psychique est devenue clairement un problème politique.
N.B. À la relecture, un peu catégorique… La colère n’est pas toujours bonne conseillère…
* Ajout. 5 décembre 2021. Le 4 décembre 2021, Emmanuel Macron fut le premier chef d’État occidentale à rendre visite, après cet assassinat, chez lui, à Mohammed Ben Salman.
Fin du communiqué officiel [5 décembre 2021] :
« À l’issue de la visite, le Président français a exprimé ses remerciements et son appréciation au gouvernement et au peuple du Royaume d’Arabie saoudite pour l’accueil chaleureux qu’il a reçu avec sa délégation et pour leur hospitalité. » (Cf. Relations entre êtres humains. Remerciements, Politique. État)
* Ajout. mai. 2022. Bruno Le Maire, ‘son’ ministre de l’économie, dans son livre paru en 2022, le juge ainsi :
« Dans chacune de ses paroles, on entendait le souci de réconcilier les uns et les autres. […] Sa voix était douce, son regard vif, il choisissait chacun de ses mots et tout en lui dégageait la sérénité. […] ». La suite mérite la lecture… 468
N.B. Pour rappel : Mohammed Ben Salman est un assassin.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (29) : (11 décembre) 2018. Entendu concernant la critique de la réponse d’Emmanuel Macron exprimée dans son discours du 10 décembre, censé répondre notamment aux demandes des « Gilets jaunes » :
« Il n’a qu’un logiciel » [libéral]. (Cf. Politique. État. « Gilets jaunes », Économie. « Gilets jaunes »)
* Ajout. 5 février 2020. Or, c’est le logiciel qu’il faut changer.
- Non. C’est l’idée même de gouverner par « logiciel » qui est absurde.
* Ajout. 1er juillet 2020. À la suite de la défaite électorale subie par la LREM :
« Il s’agit d’inventer un nouveau logiciel » a plaidé Emmanuel Macron. 469
* Ajout. 5 juillet 2020. Autrement dit et mieux analysé :
« Toutes les choses sont contenues dans leur principe. » [selon, ai-je entendu, Aristote]

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (30) : (18 mars) 1958. Jean Guitton [1901-1999], dans le Journal de ma vie, écrit :
« On me raconte que le pape recevait l’autre jour quelqu’un qui lui disait tout ce qui n’allait pas dans l’Église. Alors Pie XII [1876-1958] prit sa tête dans ses mains : ‘Je sais, je sais. Mais que faire ?’ » 470
La seule question qu’Emmanuel Macron ne peut poser : ?

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (31) : (2 janvier) 2019. Selon Le Canard enchaîné, voici le « commentaire » d’Emmanuel Macron (sans date) concernant l’hypothèse d’un « changement d’équipe » :
« D’abord, un remaniement, ça ne s’annonce pas. Les gens qui m’entourent sont de qualité. Mais je constate qu’aucune crise [Benalla, CSG des retraités, gilets jaunes] n’a été correctement traitée. » 471
Sa capacité à se déresponsabiliser lorsqu’il doit être responsable et à se responsabiliser (« Venez me chercher »] de manière inappropriée et inopinée révèle d’évidentes failles de personnalité, comme le révèle tout le spectre d’expressions qu’il a présentées de lui dans ses innombrables prises de paroles. Et si cette analyse est au moins partiellement juste, elle a d’importantes conséquences politiques : si Emmanuel Macron était plus personnellement disons … structuré, il n’éprouverait pas tant le besoin de s’afficher en ‘homme fort’, il ne craindrait donc pas de s’adapter à la réalité de la société, et donc tout simplement de comprendre ce qui se passe.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (32) : (3 janvier) 2019. Emmanuel Macron, indépendamment de toute analyse strictement politique, ne peut être personnellement crédité de sa concession, le 12 novembre 2018, de 10 milliards (sur le budget 2019) car ce qu’il a parcimonieusement concédé aux « Gilets jaunes » ne lui appartient pas ; et seules ses paroles librement exprimées - et combien critiquées - restent à son débit. Et ceci est d’autant plus politiquement dommageable que ce n’est plus, depuis plusieurs mois, ce qu’il fait, mais ce qu’il est - lui, comme nombre d’« élites » - qui est critiqué.
- Comble de malheur : ce jour, Sylvain Fort, directeur de la communication et de la presse à l’Élysée, dont on ‘découvre’ que c’était lui qui lui rédigeait ses [« 300 » !] discours, démissionne.
Qui, en France, pense encore qu’Emmanuel Macron puisse peu ou prou être à l’origine de quoi que ce soit de positif en France ? De quels appuis - autres que ceux, non unanimes, des « forces de l’ordre » - dispose-t-il ? (Cf. Politique. « Élites ». « Gilets jaunes », Économie. Budget)

Hommes (« Politique ». Macron Emmanuel) (33) : (5 janvier) 2019. Après avoir dénoncé le 31 décembre 2018 concernant les « gilets jaunes » « des foules haineuses » et après les manifestations ce jour, Emmanuel Macron dans un tweet, écrit notamment :
« […] Chacun doit se ressaisir pour faire advenir le débat et le dialogue. […] ».
Comment peut-on être si égotisme, si peu politique ? Et donc si au-dessous de tout ce qui se passe… (Cf. Dialogues)
* Ajout. 24 février 2020.
Il est des personnes qui sous-estiment leurs adversaires ; lui, ne les a pas même pris en compte dans l’élaboration de sa stratégie politique. Et comme il avait considéré comme acquis les soutiens dont il disposait à ses débuts, il ne peut que s’isoler et donc s’affaiblir chaque jour un peu plus.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (34) : (11 janvier) 2019. Emmanuel Macron, auteur de :
« […] On n'a rien dans la vie s'il n'y a pas ces efforts. Beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu'on peut obtenir sans que cet effort soit apporté. […] Et s'il n'y a pas ce sens de l'effort, le fait que chaque citoyen apporte sa pierre à l'édifice par son engagement au travail, notre pays ne pourra jamais pleinement recouvrer sa force, sa cohésion, ce qui fait son histoire, son présent et son avenir. »
Cet homme est décidemment un imbécile. (Cf. Politique. État. « Gilets jaunes »)
Certes un jugement de valeur sans valeur explicative, mais je ne parviens pas à l’enlever.
* Ajout. 22 janvier 2019. Et, autre hypothèse, au lieu d’affirmer qu’Emmanuel Macron n’avait rien compris, on pouvait penser qu’il sait depuis longtemps, qu’il n’y a rien de commun et donc rien de négociable entre son programme et ce que demandent les « Gilets jaunes », et au-delà, ceux et celles qui les soutiennent ? Et, en toute cohérence avec les déclarations très politiquement inquiétantes, réitérées, de messieurs Christophe Castaner et Gérald Darmanin, sa seule réelle alternative soit le recours à la force, à la violence policière, judicaire, législative. Voire plus. (Cf. Homme. Politique. Castaner Christophe, Darmanin Gérald)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (35) : (22 janvier) 2019. Emmanuel Macron, le 22 janvier 2019 cite Germaine de Staël [1776-1817] à Aix la Chapelle ; même jour, ‘son’ ministre de l’intérieur donne son bilan (faux) des blessé-es par les armes de la police lors des manifestations, ‘sa’ ministre des transports explique aux automobilistes comment utiliser leurs voitures un jour de neige et ‘sa’ secrétaire d’état à l’égalité hommes / femmes occupe les plateaux de télé pour justifier sa décision de co-animer l’émission de Cyril Hanouna concernant le « grand débat national »
Quant à ‘son’ ministre de l’économie, Bruno Le Maire, il veut « réinventer le capitalisme ». (Cf. Femmes. « Politiques ». Schiappa Marlène, Hommes. « Politiques ». Le Maire Bruno, Politique. État. Répression, Économie. Capitalisme)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (36) : (7 février) 2019. Je viens d’écouter les « réponses » d’Emmanuel Macron aux maires réunis à la sous-préfecture d’Autun ; j’écoute ensuite certains passages de sa rencontre avec les jeunes, fort bien sélectionnés.
Ce déluge verbal est foncièrement, intellectuellement, politiquement malhonnête.
Chaque mot, chaque phrase, chaque raisonnement pose problème et mériterait d’être analysé, critiqué, dénoncé.
Tout est mêlé : le « je », le « nous », le « vous », le « on » ; le passé, le présent, l’avenir ; le constat, le wishful thinking, l’avenir ; le local, le national, l’international. J’entends des arguments d’autorité, des pseudo-évidences, des absurdités, ses positions politiques incidemment maintenues, des réflexions présentées comme des projets d’avenir quasiment faits, des assertions présentées comme évidentes pour quelques un-es dépourvu-es de conséquences crédibles pour l’immense majorité, des énormités, des mensonges, des accumulations d’abstractions, des termes incompréhensibles, des engagements personnels irréalisables, irresponsables.
Et tout ceci, en étant bien sûr, jamais critiqué : la structure même de ce qu’il dit ne peut en effet l’être.
Je pense aussi avoir entendu : « votre génération doit bannir les projets du passé. » (vérifier)
Et il m’a semblé que les seuls applaudissements des jeunes concernaient les questions de leurs camarades.
Une parole de maître d’école, celui qui parle bien, qui sait tout [ce qui l’aurait séduit chez Brigitte Macron ?] etc., etc., etc…
Ce qui est terrible, c’est qu’il montre à quel point il est content de lui.
Et lorsqu’il explique à ses interlocuteurs/trices muet-tes, ce qu’ils /elles vivent, c’est vraiment insupportable…
C’est aussi ce type de langage - qui fait abstraction des contraintes, des contradictions, des oppositions au sein de la société - qui n’est plus supportable, qui, en réalité, est déjà mort.
Enfin, alors qu’Emmanuel Macron parle tout seul, ‘son’ ministre, Sébastien Lecornu nomme ce monologue : « un exercice de démocratie directe. » 472
* Ajout. 7 février 2019. 1959. Je lis dans le Journal de Witold Gombrowicz [1904-1969], opposée à la « modestie » [du peuple Argentin], l’expression de « boursouflure presque infantile » [dans les couches supérieures] » et il me semble que cette dernière expression pourrait fort bien caractériser ce que j’ai entendu ce matin. 473

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (37) : (16 février) 2019. Une grande pancarte lue lors de la manifestation du 16 février 2019 :
« Macron : le degré zéro de la politique ».
* Ajout. 17 février 2019. Penser à Claude-Henry de Touvroy de Saint-Simon [1760-1825] :
« Remplacer le gouvernement des hommes par l’administration des choses. »

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (38) : (16 février) 2019. Tweets d’Emmanuel Macron concernant les « injures antisémites » [et antisionistes, oubliées] proférées samedi à l'encontre d’Alain Finkielkraut en marge de la manifestation parisienne des « gilets jaunes », qui « sont la négation absolue de ce que nous sommes et de ce qui fait de nous une grande nation ».
« Fils d'émigrés polonais devenu académicien français, Alain Finkielkraut n'est pas seulement un homme de lettres éminent mais le symbole de ce que la République permet à chacun ».
Dans le contexte, notamment celui de son silence sur toutes les autres violences, et de sa caution sur tant d’autres, sa réaction - à la relecture, curieuse conception du citoyen-symbole dans la république - est difficile à digérer.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (39) : (23 février) 2019. Emmanuel Macron, au salon de l’agriculture doit défendre sa personne, la politique de l’État, l’Europe, la mondialisation : c’est trop pour un seul homme. N’est-ce pas tout simplement absurde ?
Il en résultera sa prestation : une présence physique de 14 heures d’un homme auto-proclamé « patriote de l’agriculture » …
Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (40) :
(1er mars) 2019. Emmanuel Macron est d’abord le mandataire des intérêts des « très, très riches » [François Hollande] via un parti simulacre qu’il a lui-même crée. Il n’est devenu chef de l’État que par leur soutien (notamment médiatique) et par la vertu des institutions donnant le pourvoir depuis Charles de Gaulle [1890-1970] à quasiment un seul homme. Quoi qu’il fasse, il restera toujours illégitime. Trop, c’est trop.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (41) : (6 mars) 2019. Écouter l’interview de François Ruffin [LF1], sur Brut, notamment concernant Emmanuel Macron.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (42) : (7 mars) 2019. Emmanuel Macron, à Gréoux-les-Bains, auteur de :
« Ne parlez pas de répression, des violences policières. Ces mots sont inacceptables dans un état de droit. Ils ont détruit, ils ont frappé, ils ont menacé les forces de l’ordre qui vous défendent au quotidien. Un fasciste parlerait-il autrement ? (Cf. Droit. « État de droit », Politique. Répression. Violences)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (43) : (18 mars) 2019. Emmanuel Macron « recevant » 64 « intellectuel-les » à l’Élysée, dans sa présentation liminaire, déclare : « on [la France entière ?] attend des mesures » et, à la suite, répond par cette phrase pour le moins étonnante : « Ce n’est pas, moi, ce qui m’intéresse le plus. »
De deux choses l’une : ou les réponses politiques qu’il doit proposer à la fin de son « grand débat national » effectivement ne l’intéressent pas ; ou il informe d’emblée les « intellectuel-les » que le dit débat ne peut rien lui apporter en la matière, et donc que leurs analyses, critiques, apports sont hors sujet. Son mépris à leur égard, qu’il avait préalablement affirmé, ne fut pas caché. J’ai relevé en sus de ses non réponses systématiques : « ce n’est pas la bonne réponse » ; « la belle affaire ! »
Mais alors pourquoi les avaient il/elles invités ? J’ai relevé : « Ces médiations [perdues dans la société française] doivent se réinventer en fonction des débats que nous avons » […] « rétablir les bons corps intermédiaires en fonction de ces débats » 474
On ne peut pas lui reprocher des cacher ses projets, fussent-ils les moins avouables…
N.B. Selon le site officiel du « grand débat national », celui-ci était clos le 15 mars. Cette invitation le 18 mars rendait les « invité-es » complices de cette transgression. (Cf. Hommes « Intellectuels »)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (44) : (27 mars) 2019. Aujourd’hui, ma plus grande critique d’Emmanuel Macron, c’est que par sa répression sournoise, puis brutale, violente, systématique, émanant d’un homme qui y a révélé son insensibilité, il a mis un coup d’arrêt à la maturation intellectuelle, politique, humaniste qui avait si puissamment surgi dans la société française ; et qui, comme toutes les idées, en dépassaient les frontières.
Certes, celle-ci n’est pas morte, certes elle ressurgira, certes elle s’approfondira, mais il est entièrement responsable de l’avoir fait cesser, ne serait-ce qu’un temps.
Tout cela, pour nous faire replonger dans son marasme. (Cf. Politique. État. « Gilets jaunes »)
* Ajout. 3 mai 2019. Analyse erronée : Par son entêtement, par son impossibilité de se remettre en cause, Macron a accéléré le processus de maturation et donc de radicalisation de la société française.
* Ajout. 4 juillet 2019. 1997. Cornelius Castoriadis [1922-1997], dans Fait et à faire, auteur de :
« Une société autonome est une société qui s’auto-institue explicitement et lucidement. Cette auto-institution explicite et lucide ne saurait être totale et n’a pas besoin de l’être. Mais rien ne permet de fixer à priori, une fois pour toutes, théoriquement ou ‘rationnellement‘ les limites de cette activité explicite - en d’autres termes ce qui doit être objet de législation et ce qui ne doit pas l’être. L’idée d’autonomie qui se concrétise en cette autre idée : pas de société autonome sans individus autonomes, implique que l’ecclésia garantit et promeut la sphère la plus large possible d’activité réelle autonome des individus et des groupes que ceux-ci forment quelle que soit leur nature - donc la plus grande extension possible de la sphère privée et de la sphère privée-publique. » 475

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (45) : (29 mars) 2019. À une question d’un enfant concernant les « Gilets jaunes », Emmanuel Macron répond :
« En décembre [2018], c'était des gens qui se disaient : ‘Ce n'est pas juste, on travaille et on ne vit pas bien' [...] Des gens se sont mis en colère, ils ont occupé des ronds-points et ont demandé que les choses changent. Et puis après, il y a des gens qui se sont mis dans ce mouvement, qui ne veulent plus aucune règle et qui disent ‘ La République, ça ne nous intéresse plus.’ ». Et ce, suivi de :
« On a vu arriver des gens hyper violents. Il n'y a rien dans une République qui justifie de tout casser. On n'est pas dans une tyrannie [...] Quand on est minoritaire, on n'a pas le droit de dire qu'on peut tout casser parce qu'on n'est pas d'accord. Eux, ce sont les gilets jaunes que je n'aime pas [...] Il faut que ces gens comprennent que leur cause n'en est pas une. » 476
Oui, il a osé réunir des enfants pour leur présenter ce raisonnement, lui-même enfantin.
* Ajout. 29 janvier 2021. François Hollande, auteur de :
« Il a un côté enfant : ‘Mais, non, c’est pas moi, c’est ma femme, mais non c’est pas moi, c’est la presse qui a déformé mon propos… ‘ » 477 (Cf. Enfants, Hommes. « Politiques ». Macron Emmanuel, Politique. État. « Gilets jaunes », Économie. « Casse »)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (46) : (3 mai) 2019. Lu une pancarte des Gilets Jaunes :
« Macron impose. La France explose. » (Cf. Politique. État. « Gilets jaunes »)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (47) : (2 juin) 2019. Il n’est ni normal, ni acceptable que l’on ne connaisse rien de l’état de la fortune - grande ou petite, peu importe - d’Emmanuel Macron.
* Ajout. 26 décembre 2019. J’ai lu, sans source, qu’il aurait touché 2,4 millions en 18 mois à la Banque Rothschild.
* Ajout. 9 décembre 2021. Selon la déclaration de patrimoine d’Emmanuel Macron publiée au « Journal officiel », il a perçu 1,07 million d’euros de revenus entre le début de son mandat à l’Élysée et le 31 décembre 2021.
* 8 juin 2022. Lu sur Franceinfo, avec AFP, qu’Emmanuel Macron a déclaré, comme en 2017, un patrimoine de 555.000 euros et que la HATVP [Haute autorité pour la transparence de la vie publique] avait jugé que sa variation depuis son entrée à l'Élysée en 2017 ne présentait « pas de caractère anormal ».
* Ajout. 14 mars 2022. Lu dans Libération : « Déclaration de patrimoine : Emmanuel Macron dépense-t-il 15.000 euros d’’argent de poche’ chaque mois ? Le décalage entre les revenus perçus par le Président, notamment au titre de son mandat, et le patrimoine déclaré à la HATVP a fait réagir des internautes, qui ont multiplié les calculs pour estimer le train de vie présidentiel. » (Cf. État. Égalité. Lois)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (48) : (3 août) 2019. Alors que des millions de personnes s’interrogent - a minima - sur la responsabilité - évidente - de la police, concernant la mort par noyade, suite à une charge policière violente lors de la fête de la musique à Nantes de Steve Maia Caniço, Emmanuel Macron, isolé de tous, de son fort de Brégançon, suite au crash d’un bombardier d’homme, et à la mort de son pilote, salue « un héros français » qui a « donné sa vie pour sauver celles des autres. »
Il est là, lamentable et, ici, frise le ridicule.
Cet homme s’est-il rendu compte que des millions de personnes sont - a minima - aussi sinon plus intelligent-es que lui, du moins aussi intelligentes que lui, sans pour autant accorder plus de valeur que cela au terme d’intelligence ? Le drame pour lui est qu’il ne s’est probablement jamais posé la question en ces termes… ce qui explique nombre des questions : « Est-il …ou nous prend-il… pour des … ? » posées notamment par les « Gilets jaunes ». (Cf. Hommes. « Héros », Penser. Intelligence)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (49) : (30 septembre) 2019. Emmanuel Macron voulait « présider » le « service solennel en l’église Saint-Sulpice » et non la messe « d’enterrement » de Jacques Chirac. Refus (sans doute outré de l’impudence de la demande) de la famille ; malaise à l’Archevêché de Paris.
N.B. Il est vrai par ailleurs que recevoir les personnalités politiques pour l’enterrement d’un chef d’État français - laïc - dans une église n’est pas moins une contradiction politique.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (50) : (20 novembre) 2019. À l’approche des grèves du 5 décembre 2019 : un homme, seul - fut-il dynamique, jeune, « au contact » comme il se plait à s’en vanter - ne peut mener un pays là où il ne veut pas aller.
En faisant l’hypothèse que, lui sache où il veut aller, qu’il puisse le penser - fut-il soutenu par des « forces cachées » - reste pour moi, le plus mystérieux.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (51) : (5, 18 décembre) 2019. Le 5 décembre 2019, lors de la manifestation, un communiqué de l’Élysée nous informé-es qu’Emmanuel Macron était « calme et déterminé » ; un autre communiqué, lors de la manifestation, le 18 décembre 2019 nous apprend :
« Le président n’est pas en retrait, il est en surplomb. Il n’est pas silencieux. Il est à l’écoute. » 478 Un président de la République ou un adolescent, peu mature, qui croit nécessaire de se justifier, en pensant qu’on le croira sur parole ? Comme si, en sus, c’était le problème…

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (52) : (21 décembre) 2019. « La situation s’améliore » a déclaré de Côte d’Ivoire Emmanuel Macron : il a vraiment l’art de comprendre ce que vivent les personnes vivant en France et de trouver les mots justes.
Nous avons eu aussi l’occasion de connaître le menu des fêtes des militaires, repas préparé par «
le chef de l’Élysée » qu’il avait emmené dans son tour Africain, d’apprendre que c’est son anniversaire et qu’il avait renoncé au « régime spécial » de sa retraite, et de savoir que c’était lui qui avait obtenu de la SNCF que les trains pour les 5000 enfants voyageant seuls seraient opérationnels, avancée qu’il n’a pas omis de citer dans son discours concernant « la situation qui s’améliore ».
Il a aussi appelé les syndicats à une «
trêve » à Noël et à « la responsabilité ».
Il me fait penser à Louis XVI en 1789.
* Ajout. 24 janvier 2020. Une pancarte : « À bas le roi et sa cour ».
- D’autres slogans : «
Louis XV, on l’a décapité. Macron, On peut recommencer » ; « Mort au roi » ; « Derrière tes flics, tu flippes ».

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (53) : Quoi qu’il fasse, quoi qu’il dise, Emmanuel Macron ne peut faire croire à quiconque qu’il parle « au nom de la France », ni même, plus modestement, qu’il en défendrait les intérêts. Et si certes, sans doute la question n’a plus beaucoup, elle-même, de crédibilité, c’est alors toute la structure politique du système qu’il est censé incarner qui s’effondre.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (54) : Emmanuel Macron, « président des riches » voire même des « très riches » selon François Hollande. Pour ma part, il me laisse l’impression qu’il dégage la voie, qu’il aplanit le chemin, qu’il évacue - peu à peu - les difficultés afin que le capital puisse - au mieux - se loger en France…comme ailleurs….
- Nous sommes les rochers, les cailloux gênants et inutiles, repoussés sur les bas-côtés ; mais dès lors que ces abstractions se mettent à vivre, à parler, à faire grève, alors le déni n’est plus possible.
(Cf. Penser. Pensées. Abstraction)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (55) : (13 novembre) 2019. Lu dans Le Canard enchaîné :
« Dans l’entretien que Macron a accordé à ‘The Economist’ [7 novembre 2019] le quotidien ‘L’opinion a recensé 170 fois l’utilisation du ’je’ ou du ‘moi’, soit ‘10 fois de plus’ que ‘la France’. »
« Preuve que le Président est un gaulliste de pacotille. » fut le seul jugement du Canard enchaîné. 479

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (56) : (25 décembre) 2019. Je ressens de plus en plus - et je ne suis sûrement pas la seule - qu’Emmanuel Macron - qui n’a aucune idée, mise à part l’assurance que son statut de Président de la république lui confère, de ce qu’il doit faire - se planque derrière son premier ministre, en attendant de voir comment le vent tourne.
* Ajout. 26 février 2020. Lu dans Le Canard enchaîné concernant les grandes difficultés de faire voter la reforme sur les retraites au parlement cette réaction d’Emmanuel Macron :
« Si le gouvernement veut le 49-3 [article de la Constitution permettant un vote bloqué sur un texte, excluant donc le parlement], je ne m’y opposerai pas. Mais ce n’est pas mon affaire. Que le gouvernement gouverne ! ».
Commentaire du Canard : « Ce n’est plus Jupiter, c’est Ponce Pilate ». 480

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (57) : (1er janvier) 2020. Entendu exprimer cette analyse très sérieusement par un commentateur politique :
«
Macron n’a de problème qu’avec le peuple. » 481
Si ce n’est que cela…. (Cf. Politique. Peuple. Médias)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (58) : 2020. Emmanuel Macron, lorsqu’il parle, donne le sentiment non seulement qu’il s’étonne un peu lui-même d’être si ‘brillant’, mais en outre qu’il interroge les personnes qui l’écoutent pour savoir si, elles aussi, s’en rendent compte.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (59) : 2020. Je ne suis pas sûre qu’Emmanuel Macron ait bien compris - en en ait tiré les conclusions - que ses temporalités, ses échéances, ses priorités ne sont pas celles du peuple, qu’il n’est jugé selon ses critères ; plus encore, il me semble que plus les médias focalisent l’attention sur sa politique, plus - pour ceux et celles qu’elle intéresse - l’homme interfère entre sa fonction et le peuple.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (60) : 2020. Emmanuel Macron a toujours l’air si satisfait de lui-même que je me demande si le plaisir qu’il en éprouve n’a pas de commune mesure avec les résultats qu’il obtient - ou non - pour le pays.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (61) : Lorsque Emmanuel Macron s’adresse en public à une personne singulière, droit dans les yeux, il me donne toujours le sentiment d’attendre que son interlocuteur/trice lui manifeste, d’une manière ou d’une autre, la satisfaction qu’il veuille bien s’adresser à lui/elle. Peu importe, me semble-t-il encore, ce que cette personne pense de lui, l’important est que lui ressent de ce que cette personne ressente. Aussi, la contestation, la violence même à son encontre n’est alors qu’une satisfaction supplémentaire, car elle le contraint à plus et mieux s’exprimer - ou du moins à tenter de le faire - et, par là même, à augmenter son contentement de lui-même.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (62) : (16 mars) 2020. Emmanuel Macron, auteur de :
«
Nous sommes en guerre. En guerre sanitaire, certes… »
Le « certes », aurait dû plus nous inquiéter. (Cf. Droit, Politique. Coronavirus. Guerre)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (63) : (4 juillet) 2020. En se séparant de son premier ministre Édouard Philippe, Emmanuel Macron, croyant renforcer son autorité par l’affirmation, elle-même renforcée, de son pouvoir institutionnel, ne peut que s’affaiblir. Penser, en prenant un premier ministre inconnu et peu exigeant, que sa seule personne puisse s’avérer un point de repère politique positif, c’est faire preuve d’aveuglement, à laquelle - le concernant - il semble fort attaché.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (64) : (15 juillet) 2020. Emmanuel Macron, après avoir nommé Gérald Darmanin, accusé de viol et de harcèlement sexuel, ministre de l’intérieur, (sans oublier la nomination d’Éric Dupond-Moretti) a dû justifier sa décision. Après avoir présenté son analyse du dossier pénal, Emmanuel Macron peut affirmer concernant la reprise des investigations décidées par la Cour d’appel de Paris le 15 juin :
« Il ne m’appartient pas de juger. » (Cf. Hommes. « Politiques ». Darmanin Gérald, Justice. Darmanin Gérald, Dupond-Moretti Éric)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (65) : (15 juillet) 2020. Emmanuel Macron, après avoir récusé au conseil des ministres la proposition d’Emmanuelle Wargon d’une réforme d’action-logement :
« Il ne faut pas raconter des carabistouilles aux français et ne pas ouvrir la boîte en Andorre - boîte de Pandore qui est bien sûr restée fermée - comme dirait l’autre », a poursuivi en s’adressant aux ministres plus tard : « J’ai stérilisé vos envies de parole. » 482
Et sans doute était-il fier de l’exercice de son pouvoir.
* Ajout. 5 janvier 2022. 1668. Jean de La Fontaine [1621-1695], dans Simonide préservée par les dieux, auteur de :
« Les grands se font honneur dès lors qu'ils nous font grâce [honneur]. » (Cf. Hommes. « Grands »)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (66) : (9 septembre) 2020. Emmanuel Macron lors du séminaire gouvernemental, aux ministres, auteur de :
« Quand je parle, je ne veux pas d’autres expressions. […] Si je m’exprime et que des ministres font cinq annonces le même jour, ce n’est pas bon, les gens ne retiennent rien. » 483
Ceci, en lien avec sa déclaration du 15 juillet 2020, prend une signification plus inquiétante encore.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (67) : (14 septembre) 2020. Emmanuel Macron devant ses conseillers, concernant les maires écolos :
« Ils […] prennent les Français pour des cons. » 484

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (68) : (8 octobre) 2020. Emmanuel Macron, au cours d’un déjeuner de la majorité concernant la stratégie à adopter pour les élections régionales, auteur de :
« Il faut une majorité très unie. Et qu’il y ait à chaque fois des personnalités capables d’entraîner un mouvement. » 485
Son monde dépasse-t-il ses trois / quatre conseillers - nommément cités le 11 octobre 2020 par Jean-Pierre Jouyet - ? Il n’a décidément rien compris, à rien.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (69) : (14 octobre) 2020. Emmanuel Macron, très souvent en retard à ses rendez-vous - les étudiant-es d’Amiens ont dû, en novembre 2019, l’attendre deux heures dans leur amphi - « répète à tout-va ce mot d’excuses : Je ne suis jamais en retard… puisque rien ne doit commencer sans moi. » 486
S’il est vrai que l’exactitude est la politesse des rois - ce dont je doute - la grossièreté et le mépris est la marque d’Emmanuel Macron.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (70) : (28 octobre) 2020. Je lis dans Le Canard enchaîné que c’est à Marlène Schiappa qu’Emmanuel Macron a demandé de « travailler » à son idée d’« unités dites de contre-discours républicains ». 487 (Cf. Femmes. « Politiques ». Schiappa Marlène, Politique. République)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (71) : (11 novembre) 2020. Terrible métaphore de la France dirigée par Emmanuel Macron lors du transfert des cendres de Maurice Genevoix [1890-1980] au Panthéon : le vide. Un vide sidéral. Le vide partout : aux Champs Élysées, à l’Arc de triomphe, place du Panthéon, au Panthéon… (Cf. Culture, Histoire. Métaphore)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (72) : (30 décembre) 2020. Emmanuel Macron, concernant son interview dans L’Express [23 décembre 2920], auteur de :
« Si cela peut aider à sortir de cette mélasse intellectuelle dont nous souffrons, tant mieux. »
Le roi dit : « Je pense ». 488 Cela explique-t-il le ton de chanoine qu’il a de plus en plus souvent tendance à utiliser ? [Cf. notamment 14 avril 2020, 31 janvier 2021]

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (73) : (21 janvier) 2021. Emmanuel Macron, à qui fut reproché sa fine analyse :
« Nous sommes devenus une nation de 66 millions de procureurs », réagit non moins finement :
« Tout de même, on ne peut pas dire que j’engueule qui que ce soit (sic), puisque je me compte parmi tous ! »
Je doute de plus en plus qu’il ait vraiment compris - c’est-à-dire personnellement intégré en son for intérieur - qu’il était « président de la république ». 489 (Cf. Justice)
* Ajout. 31 janvier 2021. À comparer avec l’appréciation - concernant « l’ingratitude de sa [la] fonction » - de François Hollande, à la suite de « l’affaire Cahuzac », dont il estimait qu’il n’était pas responsable :
« C’est la règle sous la Vème république : je ne suis pas responsable de tout, je suis coupable de tout. Il y a un manquement, un défaut ? Celui qui incarne le système doit l’assumer. Cahuzac a fraudé, c’est comme si c’était moi. […] » 490 (Cf. Hommes. « Politiques ». Hollande François)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (74) : (18 avril) 2021. Emmanuel Macron, dans un entretien au Figaro, auteur de :
« Je n’ai pas en tête un quelconque agenda politique. » Un homme « honnête » ? …

Homme (« Politique ». Macron Emmanuel) (75) : (12 mai) 2021. Lu dans Le Canard enchaîné :
« En fait, Macron est convaincu que le résultat des élections sera fortement influencé par l’amplitude de la réussite du déconfinement. Il parie sur l’idée que plus l’euphorie gagnera les français ‘libérés’, plus ils se monteront reconnaissants envers le pouvoir en place. »
Lorsqu’un chef d’État juge un pays à sa propre aune, son avenir est limité.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (76) : (1er juin) 2021. Emmanuel Macron déclare avec autorité et suffisance :
« En 2021, les vacances, c’est en France ! »
Sa légitimité à parler en ces termes me laisse ébahie : il semble croire qu’il a le pouvoir de nous dire où passer nos vacances (pour ceux et celles qui prennent des vacances [plus nombreux que les autres ?]).

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (77) : (30 juin) 2021. Lu dans Le Canard enchaîné qu’Emmanuel Macron, après l’échec fort clair des élections départementales et régionales s’interroge concernant « l’état d’esprit des Français-es » :
« Sont-ils assez mûrs pour une réforme des retraites dans un esprit de rétablissement des comptes publics et de compétitivité ? » 491
Considérer qu’il méprise les millions de personnes qu’il est censé représenter serait supposer qu’il soit même à intellectuellement - psychiquement ? - de les prendre en compte.
* Ajout. 21 août 2021. Entendu sur BFM-TV la réaction d’un manifestant, reprise par une journaliste :
« Ils nous prennent pour des gueux. Leur erreur est d’avoir sous-estimé notre intelligence. » (Cf. Penser. Intelligence, Politique. Démocratie. « Gilets jaunes ». Peuple)
* Ajout. 16 février 2022. Germaine de Staël [1766-1817], dans les Considérations sur la révolution française [1818. édition posthume], auteure de :
« Les français ne se soumettaient pas alors [lors de l’ouverture des États généraux] à la singulière humilité qu’on prétend exiger d’eux maintenant, celle de se croire indignes d’influer, comme les Anglais, sur leur propre sort. » 492

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (78) : (12 août) 2021. En 1935, Staline affirmait : « La vie est devenue meilleure. La vie est devenue joyeuse ». En 2021, Emmanuel Macron affirme : la vie sera pire et je m’y emploie.
Mais tout n’est pas perdu : aujourd’hui Emmanuel Macron a décidé de suspendre la décision du contrôle technique tous les deux ans pour les deux-roues…

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (79) : (21 août) 2021. Emmanuel Macron a décidé que Joséphine Baker [1921-1975] sera inhumée au Panthéon.
* Ajout. 24 août 2021. Pour contexte, comparaison et rappel : le transfert d’Olympe de Gouges [1748-1793] au Panthéon avait été refusé en 2015. (Cf. Culture. Patriarcale, Femmes. Remarquables. Baker Joséphine, Histoire. Révolution française. Femmes. Gouges. Olympe de)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (80) : (14 septembre) 2021. À l’écouter parler, j’ai le sentiment qu’Emmanuel Macron jouit moins de son pouvoir que de l’écoute de sa propre parole.
* Ajout. 22 janvier 2022. Sylvain Faure, son conseiller Discours et mémoire - qui va quitter l’Élysée - lui a rédigé plus de 300 discours.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (81) : (14 septembre) 2021. Emmanuel Macron, recevant les athlètes paralympiques tous-tes handicapé-es donc, à l’Élysée, auteur de :
« Les résultats sont là, mais des progrès restent possibles. Le bilan global de ces jeux olympiques n’est pas tout à fait au niveau que nous attendions et on sait que sur certains sports il est même mitigé. Et on ne peut pas construire une réussite si on ne se dit pas les choses en vérité. » Quel sale type ! (Cf. Êtres humains. Handicapés)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (82) : (20 septembre) 2021. Lu sur le site de l’Élysée, Emmanuel Macron, lors de son discours « à la mémoire des harkis », auteur de :
« Je vous entends depuis tout à l'heure, Madame, parler à voix haute, y compris quand celles et ceux qui défendent vos causes sont là. Et c'est pour cela aussi… Je sais que les colères sont irréconciliables, mais si vous m’autorisez… Madame, ce que ce je veux vous dire… Mais vous êtes là. Mais je sais. Mais ce dont nous parlons aujourd'hui … Mais dans ce que vous exprimez, Madame, ce qu'exprime Monsieur. Oui, mais je ne fais pas de promesses en l’air, mais il y a quelque chose. Venez, venez. Non, asseyez-vous. Ce que je voudrais vous faire comprendre, c'est que, y compris entre vous, ce que vous avez… Mais je sais. Vous êtes là, Madame, et je suis là devant vous. Ce que je voudrais vous faire comprendre, à vous, parce que je vous entends depuis tout à l’heure, madame, vous vous exprimez à chaque fois que l’un de vos collègues s’expriment. Vous ne m’écoutez pas tellement et vous dites votre colère. Et je vous connais aussi. Mais oui, mais je peux. Je vais finir et je le fais avec beaucoup d’affection et beaucoup de respect. Mais ce que je voudrais vous dire … […] Chaque histoire est singulière. Ce que vous décrivez, madame, et qui est bouleversant est singulier. Mais est-ce plus respectable… Non, mais […] ».
Un chef d’État complètement déstabilisé par une femme qui parle « à voix haute », n’est pas vraiment la marque ni de quelqu’un sûr de lui, ni habitué aux discussions, pas plus qu’aux débats contradictoires. (Cf. Relations entre êtres humains. Promesse, Histoire)
* Ajout. 19 juin 2022. Lu sur Franceinfo :
« Alors qu'Emmanuel Macron devait répondre aux journalistes à Strasbourg après son discours devant le parlement, la conférence de presse a été transformée en déclaration sans question. En protestation, certains journalistes européens ont quitté la salle avant le début de l'intervention, selon les équipes de France télévisions sur place. »
N.B. Ce qui n’est pas écrit, c’est qu’après son discours, Emmanuel Macron avait été très durement critiqué sur sa politique française par trois député-es européen-nes : Yannick Jadot [et candidat] Jordan Bardella et Manon Aubry.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (83) : (29 septembre) 2021. Lu dans Le Canard enchaîné qu’Emmanuel Macron avait déclaré le 21 septembre à ses ministres :
« J’ai toujours été clair. […] » 493
Y aurait-il des clartés aveuglantes ?

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (84) : (18 octobre) 2021. Gérard Davet et Fabrice Lhomme publient Le traitre et le néant. Compte tenu de la gravité de l’accusation incluse dans le titre, je me demande - et ce depuis un certain temps - si une machine à le déboulonner, comme ce fut si aisément le cas pour François Hollande, pour François Fillon, n’est pas en marche, avant l’élection. Il suffit de quelques « scandales » si aisément trouvables. Il reste six mois.
N.B. En sens inverse, mais dans la même logique, il suffit de voir avec quelle aisance, quelle rapidité, Éric Zemmour fut, avant même toute déclaration officielle de candidature, quasiment propulsé au second tour de l’élection par les sondages bidonnés et les médias acteurs et complices : un vrai jeu d’enfants. (Cf. Politique. Sondages d’opinion, Médias)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (85) : (22 novembre) 2021. À entendre Emmanuel Macron concernant notamment mais pas uniquement tant s’en faut la situation insurrectionnelle eu Guadeloupe, en Martinique déclarer :
Il faut « expliquer, expliquer, expliquer. Convaincre, convaincre, convaincre. Parce qu’on ne joue pas avec la santé. », jamais je n’ai autant eu le sentiment qu’il était complètement ‘à côté de la plaque’ et / ou impuissant.
Quant à l’hypothèse qu’il ne puisse se trouver au premier tour de l’élection présidentielle, je ne l’ai entendue à ce jour par personne. (Cf. Penser. Expliquer, Politique. Médias)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (86) : (31 décembre) 2021. Emmanuel Macron, auteur de :
« Pour ma part, quelle que soit ma place et les circonstances, je continuerai à vous servir. Et de la France, notre patrie, nul ne saura déraciner mon cœur. »
Je ne veux pas être « servie », je n’entends pas qu’il le soit à l’égard de quiconque.
Quant à la « patrie », chère à « [son] cœur » - pour damer le pion à Éric Zemmour ? -, cette grossière déclaration est ridicule, et ce alors que le lendemain le seul drapeau européen a été installé sous l’arc de triomphe [et retiré le lendemain !]. Quel méli-mélo dans sa tête !

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (87) : (20 janvier) 2022. Lu sur Franceinfo :
« Emmanuel Macron ne veut pas participer aux débats du premier tour » : « […] Bien qu'il n'ait pas déclaré officiellement sa candidature à la présidentielle, l'entourage d'Emmanuel Macron a fait savoir aux responsables de chaines, aux journalistes, qu'à ce stade il ne souhaitait pas participer aux débats du 1er tour. »
- Commentaires suivis : « Un pleutre » ; « un lâche » ; « C’est cela un président : fuir son bilan ? »
* Ajout. 26 janvier 2022. Je me permets un diagnostic qui pourrait lui permettre de fonder sa campagne : « La jeunesse va mal ; l’école va mal ; l’université va mal ; la justice va mal ; la culture va mal ; l’hôpital va mal ; les Ehpad vont mal ; le ‘pouvoir d’achat’ va mal ; la démocratie va mal… » (Poursuivre)
- Jusqu’à quand ? Pourquoi ? Pour qui ? À quels prix, À quelles fins ? Comment arrêter tout cela ? Comment changer tout cela ?

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (88) : 1818. Germaine de Staël [1766-1817], dans les Considérations sur la révolution française [édition posthume], auteure de :
« Il ne faut combattre Bonaparte avec aucune de ses armes. » 494
- Ni Bonaparte, ni Emmanuel Macron, ni personne… (Cf. Relations entre êtres humains, Politique. Staël Germaine de)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (89) : Pourquoi Emmanuel Macron tarde-t-il tant à déclarer sa candidature ? Et si tout simplement, parce que après avoir présenté comme explication, au mépris de tout vraisemblance, la lutte contre coronavirus, puis la question de l’Ukraine, c’est parce qu’il a peur - il est incapable de réfuter un adversaire -, que son bilan est difficilement défendable - que peut-il présenter comme devant être clairement considéré comme au bénéfice de son action ? - et qu’il n’a rien à dire sur les cinq prochaines années - il s’adapte aux circonstances qui viennent, dans le cadre inchangé de son logiciel libéral ?
Des explications sûrement trop grossières…

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (90) : (22 février) 2022. J’ai entendu avec plaisir ce jour Jean Lassalle, sur LCI, affirmer tranquillement qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu, ce qui est par ailleurs mon hypothèse - indissociable de mon espoir - depuis très longtemps. Pourquoi ? En effet, considérer sa réélection comme une quasi-évidence - la norme dans les médias dominants - n’est-ce pas considérer que les Français-es seraient insensibles à toutes ses inconséquences, ses mépris, ses lois liberticides, ses mensonges, ses humiliations, dont la dernière en date, celle de considérer son rôle diplomatique sur l’Ukraine serait plus important que l’élection en France, n’est pas la moindre.
Sans évoquer l’énorme besoin - aux multiples et contradictoires expressions - de sortir de ce marasme étouffant, de cette sclérose paralysante, de cette expropriation de la parole commune au profit d’un seul homme, ce à quoi il est possible d’ajouter, chez beaucoup, un besoin de revanche, voire de vengeance.
Sans évoquer non plus la conscience grandissante des innombrables et injustifiables injustices régnantes, liées aux difficultés non moins grandissantes des conditions de vie de millions de personnes, dénommées pudiquement par la presse : « la question du pouvoir d’achat ».
S’il est réélu - ce que la honteuse, dramatique guerre de Vladimir Poutine en Ukraine rend malheureusement plus plausible - alors, je ne souhaite pas être à sa place - pas plus qu’à la place de la personne qui pourrait être élue - et encore moins à la nôtre… (Cf. Économie. « Pouvoir d’achat »)
* Ajout. 4 mars 2022. Sa déclaration de candidature : du vide. Les 5 ans passés : une caution. Les 5 ans à venir : un blanc-seing. Et la guerre en Ukraine : une aubaine.
N.B. Le mot « femme » n’est pas même écrit.
* Ajout. 20 avril 2022. Je lis dans Le Canard enchaîné que dans la synthèse du projet présidentiel de Marine Le Pen de 8 pages contenant ses « 22 mesures pour 2022 », il en est de même. (Cf. Politique, Patriarcat)
* Ajout. 11 avril 2022. Doutant fort que Marine Le Pen puisse, même en tenant compte de la profondeur du rejet et, pour beaucoup, de la haine, que suscite Emmanuel Macron, être élue le 17 avril 2022, je me suis trompée.
La leçon : il ne faut pas prendre ses désirs pour la réalité.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (91) : (24 février) 2022. Après l’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine, Emmanuel Macron auteur de :
« Leur liberté est la nôtre », puis : « Nous sommes prêts » ; « Nous serons sans faiblesse ». Et enfin, s’adressant aux Français-es :
« Nous saurons ensemble y répondre » ; suivi d’une phrase d’anthologie :
« Je veux vous dire ma détermination à vous protéger sans relâche » et, en conclusion :
« Ne cédons rien de notre unité. »

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (92) : (28 février) 2022. Est-il vraiment nécessaire d’apprendre concernant l’Ukraine par Franceinfo que le programme d’Emmanuel Macron est « chargé ». Sentiment que tout ce qui peut lui faire oublier, occulter l’élection présidentielle est bienvenu.
- Sentiment amplement confirmé : Emmanuel Macron annule le meeting prévu le 5 mars à Marseille.
* Ajout. 12 mars 2022. Lu sur Franceinfo :
« Ce devait être le premier meeting de campagne d'Emmanuel Macron. La réunion publique organisée cet après-midi à Marseille (Bouches-du-Rhône) se déroulera finalement sans le chef de l'État, remplacé sur scène par deux membres du gouvernement, Gérald Darmanin et Gabriel Attal. » Et ce suivi de :
« L'entourage du chef de l'État estime que la campagne ne se jouera pas sur le projet. ‘En 2017, le programme était un enjeu de crédibilité. Je pense que, cette année, il ne sera pas jugé là-dessus, mais davantage sur l'incarnation, sa personne’, assume un député LaREM [la république en marche]. » Et de :
« Il ne peut pas discuter avec Poutine, puis juste après avec Poutou », défend Renaud Muselier.
N.B. Pour rappel, le 8 février 2022, Emmanuel Macron avait nommé Philippe Poutou, comme celui avec lequel il ne voulait pas débattre ; - et donc, celui qu’il craignait le plus - : ?

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (93) : (1er mars) 2022. Toujours sans débat parlementaire, suprême injure, suprême humiliation, suprême mépris, Emmanuel Macron a fait recevoir par son premier ministre à Matignon les candidat-es à l’élection présidentielle à une réunion de seule « information » - à laquelle il leur était permis de s’exprimer… - concernant la situation en Ukraine.
Jean Lassalle a décliné l’invitation.
Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, interrogé sur la campagne présidentielle ‘bousculée’ par ce conflit, a affirmé que les candidats réunis se sont « tous accordés sur la responsabilité qui incombe aux formations politiques pour que ce débat puisse se tenir. »
Le « débat », ni dans son principe, ni dans ses modalités, n’est donc pas même garanti, est donc laissé au bon vouloir d’Emmanuel Macron. Et les candidat-es, en s’y rendant, sont devenu-es des cautions.
* Ajout. 2 mars 2022. Entendu qu’il cherchait « une fenêtre de tir » pour annoncer sa déclaration de candidature, qualifiée de « date administration butoir » par un « proche de Macron » [échéance légale. 4 mars]. Quand prendra-t-on les termes, les mots au sérieux ? (Cf. Langage, Penser, Politique. Médias)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (94) : Cherchant une analyse, une politique positive, intelligente, cohérente, simplement remarquable, que je pourrais mettre depuis cinq ans au crédit d’Emmanuel Macron, je n’en ai pas trouvé. Plus encore, l’idée dont je sais l’évident parti-pris qui limite considérablement la portée, la pertinence de ma réflexion - mais qui ne relève pas, je pense, de la mauvaise foi - qui ne cesse de revenir en tête et que j’ai besoin décrire pour mieux la dépasser est celle d’« étouffoir de la pensée ».

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (95) : (12 mars) 2022. Lu dans Le Monde [p.5], dans un article consacré au cinéaste Ukrainien Oleg Sentsov un échange rapporté par lui avec Emmanuel Macron en 2019 :
« Croyez-vous en Poutine ? », ai-je demandé à Emmanuel Macron.
« Il ne m’a jamais trompé » m’a-t-il répondu. […]. » Toujours, un fin psychologue, un limier perspicace, un politique avisé… (Cf. Histoire. Poutine Vladimir)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (96) : (15 mars) 2022. Pense-t-on à une critique plus rédhibitoire que celle selon laquelle plus aucune de ses paroles n’est pas seulement plus crédible, mais même entendable ? Serait-il le seul à ne pas s’en rendre compte ?
Cela ne me paraît pas, dans ce contexte, possible - et pour tant insupportable - qu’il puisse encore durer cinq ans…
- Hier, un meeting électoral de Jean-Michel Blanquer dans Le Val d’Oise : 125 gilets jaunes, organisés, qui l’ont dénoncé, hué et crié « Macron démission » : images diffusées par le collectif de profs Les stylos rouges.
Sur C. News, un policier déclare : en France « tous les signaux sont au rouge ».
+ Blocages de dépôts pétroliers…
En Corse : « Pas une manif, une insurrection : guérillas, chaos, bombonnes de gaz explosés, cocktails Molotov [650 lancés], boules de pétanques explosives, carabines à plomb, manifestations de haines : « État français assassin ». 70, selon la police, policiers blessés. + Incendie des Finances publiques + Palais de justice saccagé …

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (97) : (16 mars) 2022. Pour ébauche de bilan : personnes proches de lui, ayant eu affaire - ou ayant dû avoir affaire - à la justice, publiquement connues : Alexis Kholer, Alexandre Benalla, Sylvie Goulard, Éric Dupond-Moretti, Richard Ferrand, Véronique Malbec, Laura Foessel, Gérald Darmanin, Nathalie Élimas…
Sans oublier, la vente d’Alsthom à
General Electric décidée notamment en 2015 par Emmanuel Macron, ministre des Finances - il s’est présente comme « collaborateur » - de François Hollande. Et partiellement racheté par EDF quasiment au double de son prix de vente en 2022. 3 plaintes en cours. (à mettre à jour…)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (98) : (17 mars) 2022. Conférence de presse de présentation de son programme :
« Notre projet présidentiel pour la France ». Je relève :
« Pendant cinq ans, nous avons tenu » ; « nous avons tenu nos engagements » ; « la guerre que nous sommes en train de vivre » ; « les choses qu’on a vécu ensemble » ; « Les blocages qui nous ont paralysés », « notre nation » ; « notre europe », « nos sociétés » ; « nos vulnérabilités » ; « nos forces » ; « nos exploitants », « notre plan protéine » ; « nos entreprises » ; « nos créateurs », « nos auteurs », « notre indépendance » ; « nos systèmes de formation » ; « notre tissu » ; « nos enfants » (« investir beaucoup dans les ») ; « nos professionnels de santé » ; « notre agenda de transition climatique », « nous porterons ce projet », « nous mettons en place une stratégie », « nous allons renforcer les choses » ; « nous améliorer collectivement » … Puis vient le temps des questions.
J’ai relevé :
«
J’ai fait plus » ; « je veux à la fois » ; « je l’affecte » ; « je finance » ; « je veux être clair » ; « j’ai assumé clairement » ; « je défends mon bilan et mes résultats » ; « je décale de dix ans » ; « je lance le rapport » ; « j’ai besoin d’investir » ; « j’assume ma stratégie » ; « j’accélère la transition » ; « je pense que c’est » ; « ce que j’ai essayé de faire » ; « la réforme que je propose » ; « je n’ai pas eu la majorité politique » ; « je ne suis pas favorable » ; « j’ai plutôt par tempérament » ; « j’avais beaucoup de maires qui me disaient » ; « j’ai les épaule larges mais » ; « j’augmente l’abattement » ; « moi, je n’exclue rien » ; « ce que j’ai fait n’a jamais existé » ; « la réforme que je souhaite porter » ; « je défends résolument les choses » ; « je suis extrêmement attaché » ; « je n’aurais pas servi la démocratie si » ; « j’ai veillé à chaque fois » ; « je n'ai pas décidé seul » ; « je pense qu’on peut aller plus loin » ; « je suis prêt à mettre des moyens » ; « je veux continuer à réformer » ; « je veux continuer de faire » ; « j’assume totalement » ; « je continuerais à proscrire » ; « j’aime les Corses » ; « j’assume totalement » ; « j’ai lancé l’objectif stratégique » ; « j’irai me déployer »; « j’assume d’être » [« assez Gaulliste »] ; « je m’en fiche royalement », « je suis intrinsèquement »….
J’ai, je pense, mieux compris pourquoi certaines personnes qui votent pour lui : ceux et celles qui acceptent la société telle qu’elle est, ou plutôt, encore plus injuste, d’être et/ou que d’autres soient «
accompagné-es », « encadré-es », « pris-es en charge », « réformé-es », « protégé-es » [être protégé-es - un verbe fétiche - par Emmanuel Macron, comment ne pas en voir l’absolu ridicule ?], en sus soulagé-es et délesté-es de toute responsabilités, et que se satisfont d’être mené-es par la volonté d’un seul homme.
Enfin, au-delà de l’ennui mortel, je me suis sentie prise dans un carcan sans projet, sinon à droite toute, et j’ai surtout ressenti un immense étouffement de toute la société, prise entre «
la matière », les « forces vives » et « le terrain ». Il n’y a de place pour personne, absolument personne : toute intelligence, toute action, tout initiative personnelle et collective sont mises sous le boisseau, en réalité hors sujet.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (99) : Sentiment qu’Emmanuel Macron a certes besoin des autres pour exister, ne serait-ce que pour garder son poste, mais qu’il estime ne rien de voir à personne, et que c’est dans cette faille - une béance - qu’il estime qu’est sa force - en réalité sa faiblesse, laquelle s’exprime dans son impossibilité, au-delà de furtives réactions, de disponibilité personnelle aux autres, et de sa rigidité.
* Ajout. 18 mars 2022. Tweet de François Bayrou :
«
J’ai vu un homme avec des qualités humaines, proche des faibles et ému par les plus fragiles. » (Cf. Êtres Humains. « Fragiles »)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (100) : (27 mars) 2022. Entendu sur France Inter :
« Son équipe de campagne, c’est entre lui et lui. »

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (101) : (29 mars) 2022. À la suite de l’entretien d’une heure entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, selon l’Élysée :
« Les conditions pour une mission humanitaire dans la ville ukrainienne de Marioupol ne sont pour l'heure pas réunies ». Je lis aussi :
« Vladimir Poutine a écouté nos demandes. Il a dit qu'il allait réfléchir et qu'il reviendrait vers nous » a expliqué l'Élysée. Après avoir joué le petit télégraphiste de Vladimir Poutine, dont Emmanuel Macron nous donnait en pâture sa fierté, et dont Vladimir Poutine ne pouvait que constater et sans doute capitaliser l’enfantillage, comment est-il possible d’accepter tant d’humiliations ?
N.B. Pour rappel : Le jour même des négociations avaient lieu, sous l’égide du chef d’état Turc, en Turquie, sans représentant Français.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (102) : (31 mars) 2022. Emmanuel Macron, dans Le Parisien, auteur de :
« Dans ma tête, je suis un challenger. » Comment un homme qui juge une décision politique impliquant des dizaines de millions de personnes aux innombrables enjeux en fonction de lui peut-il être considéré comme légitimement responsable d’autres que lui ? - Un danger public.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (103) : (11 avril) 2002. Emmanuel Macron : 27,84 % des voix, Marine Le Pen : 23,15 %, Jean-Luc Mélenchon : 21,95 % des suffrages.
Une ponctuelle question subite : comment vais-je pouvoir suivre les débats politiques pendant 5 ans (si dieu lui prête une vie politique jusque-là), alors que dès aujourd’hui, j’ai tant de mal - presque physiquement - supporter de le voir, de l’écouter, ni lui, ni aucun de ses lugubres factotums ?

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (104) : Qu’Emmanuel Macron soit dépourvu de tout projet, de quel poids cela est-il comparé avec la prise en compte de ses rapports avec les principes, les valeurs, la morale, la pensée, l’honneur. Ou plutôt, n’en sont-ils pas les fondements ?

Hommes (« Politiques ») (105) : (15 avril) 2022. Voir, écouter Emmanuel Macron, si épanoui, si manifestement heureux dans ses ‘bains de foule’, me fait penser à un enfant auquel, dans une cour de récré, personne ne voulait jouer. Aujourd’hui, si aisément, attirer sur soi l’attention, l’intérêt, l’échange avec des quidam efface le petit garçon : Emmanuel Macron est personnellement reconnu dans des échanges singuliers. Et qu’il recherche les plus méchants, les plus critiques, les plus injurieux, est compréhensible ; ce sont eux les plus difficiles à atteindre ; ceux sont donc eux qui ont le plus de valeur. Mais comme ce dont il s’agit, c’est de sa propre reconnaissance, celle de l’homme, aucune critique n’est entendable, elle est en réalité, hors sujet. Plus encore, son ego en sort, conforté - il ne cesse de revenir à lui et de vanter de ses qualités personnelles ; eux, sont - politiquement - « fous ».
Entre le petit garçon et l’homme, une transition a manqué.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (106) : (15 avril) 2022. Appeler à voter contre l’extrême-droite, c’est appeler à voter Emmanuel Macron. C’est justifier la peste au nom du refus du choléra, ou l’inverse. Le seul souvenir de la répression des « Gilets jaunes » devrait rendre cette décision binaire odieuse. (Cf. Politique. « Gilets jaunes », État, Répression)
N.B. Concernant Marine Le Pen, se focaliser sur - et même le comparer avec celui d’Emmanuel Macron - son programme économique, son programme social, le qualifier de « social populiste », de « social national », de « populiste », de « national »…, c’est occulter l’essentiel, c’est considérer comme légitime qu’il ne concerne que les « Français-es », c’est en exclure tous-toutes les étranger-ères, c’est légitimer le nationalisme xénophobe, c’est dès lors s’interdire ultérieurement de dénoncer les violences ultérieures dont les étranger-ères seront nécessairement les premières victimes. Et l’on connait la suite. (Cf. Politique. Nationalisme, Histoire)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (107) : (16 avril) 2022. Emmanuel Macron, à Marseille, auteur de :
«
Je ne veux pas faire cinq ans de plus. Je veux un renouvellement complet. […] » Il semble n’avoir pas vraiment compris que le problème majeur, c’est lui.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (108) : (20 avril) 2022. Emmanuel Macron à Marine Le Pen, auteur de :
« Vous dites n’importe quoi ».

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (109) : (24 avril) 2022. Emmanuel Macron élu : 58,54 % ; Marine Le Pen : 41,46 %
- Emmanuel Macron, au Champs-de-mars, auteur de :
« Dès à présent, je ne suis plus le président d’un camp (sic). Je suis le président de tous ».
N.B. Le tract électoral que j’avais reçu à domicile s‘intitulait : « Nous tous. Emmanuel Macron avec vous. »
* Ajout. 25 avril 2022. 1759. Adam Smith [1723-1786], dans sa Théorie des sentiments moraux, auteur de :
« […] Cette prudence supérieure, lorsqu’elle est portée au plus haut degré de perfection, suppose nécessairement l’art, le talent et l’habitude ou la disposition d’agir avec la plus parfaite convenance dans toutes les circonstances et situations possibles. […] » 495

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (110) : (mai) 2022. Serge Halimi, dans Le Monde Diplomatique, décrit « le cynisme de M. Macron entre les deux tours de scrutin » :
« Pour éliminer la candidate de droite, il a plagié son programme radical [?] en matière de retraites. Une fois Mme Pécresse défaite, il s’est tourné vers la gauche en annonçant que le report de l’âge de la retraite serait négocié. Après avoir refusé le relèvement du smic pendant son premier mandat, il s’en prétend l’avocat, tout comme d’une hausse du salaire des enseignants, laquelle est promise deux jours avant le second tour. Largement indifférent aux questions de l’environnement pendant sa présidence, il annonce soudain une ‘fête de la nature’, semblable à la ‘fête de la musique’ et promet que ‘les grands patrons seront verts et écoresponsables’. Il se déclare ‘attaché au référendum’ alors qu’il n’en a engagé aucun et ‘pas opposé à la proportionnelle intégrale’ bien qu’il ait profité du scrutin majoritaire pour verrouiller sa pratique autoritaire du pouvoir. […] » 496 Un homme dénué de toute valeur.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (111) : (7 mai) 2022. Investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat : il affirme :
«
Un peuple nouveau, différent d’il y cinq ans, a confié à un président nouveau, un mandat nouveau. »
Une tautologie, un jeu de mots, un verbiage, une ellipse, un déni, un mensonge, une mystique ?
* Ajout. 26 juin 2022. (26 juin) 2022. Jean-Noël Jeanneney, sur France Culture, qualifie le programme d’Emmanuel Macron d’« un peu gazeux ». (Cf. Langage)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (112) : (18 mai) 2022. Lu dans Le Canard enchainé concernant les échanges téléphoniques entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron, dont, dans son seul principe, il se glorifiait comme un petit garçon reconnu par sa / son prof, sans même se soucier semble-t-il du résultat, nul en l’occurrence :
« Un membre de la délégation française à l’OTAN ironise : ‘On peut comparer les entretiens téléphoniques de Macron et Poutine à des séances de psychanalyse à distance, entre une oreille complaisante et un patient qui, dans son déni de tout ce qui se passe, chercherait à entraîner son interlocuteur dans son délire de désordre mondial. » 497
Leur publication future ne sera pas triste…

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (113) : (30 mai) 2022. Sentiment confus, à l’approche des élections, que personne ne semble penser qu’Emmanuel Macron qui a épuisé toutes ses ficelles dorénavant inopérantes, ses faux semblants qui éclatent à l’œil nu, puisse encore ‘durer’ cinq années. Sentiment confus que la fatigue d’attendre de la société a atteint ses points limite et qu’elle pourrait fort bien se lier avec toutes les colères partout accumulées.
Un homme seul peut-il continuer à diriger seul la France, qu’il méprise, avec si peu de précautions pour s’en cacher, avec tant de vergogne, par ailleurs ?
* Ajout. 1er juin 2022. Lu dans Le Canard enchaîné :
« Macron qui s’occupe de tout et le gouvernement du reste… » (p.1)
* Ajout. juillet 2022. Serge Halimi, dans Un président contraint paru dans Le Monde Diplomatique [p.1], auteur de :
« Le président de la république est désormais contraint de composer avec d’autres que son directeur de cabinet. »

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (114) : (14 juin) 2022. Emmanuel Macron, auteur de :
«
Nous avons besoin d’une majorité solide pour assurer l’ordre […]. »
Sentiment encore plus net de voir ‘le système Macron’ s’effondrer sous nos yeux : lui, quitte la France [un bandeau du 15 juin de BFM-TV : « Courage, fuyons »], les ministres se cachent, les élu-es toujours lamentables : ils / elles n’ont plus rien à dire sur rien et le peu qu’ils / elles disent n’est pas crédible, est usé jusqu’à la corde, et / ou n’a plus de prise sur le réel.
En attendant Jean-Luc Mélenchon - quoi qu’il arrive - afin qu’il se passe enfin quelque chose qui mérite d’être vécu, que se ré-ouvre le champ des possibles et que se dégonfle enfin ce ballon de baudruche que fut l’homme Emmanuel Macron.
* Ajout. 16 juin 2022. 1936. André Gide [1869-1951], dans sa préface à Retour de l’URSS, cite Alexis de Tocqueville [1805-1859. Préface à De la démocratie en Amérique] évoquant ceux pour qui « l’amour de l’ordre se confond avec le goût des tyrans. » 498
* Ajout. 20 juin 2022. Résultats des élections : un immense échec : enfin !
* Ajout. 8 septembre 2022. Depuis que j’ai employé ce qualificatif concernant Emmanuel Macron, je ne cesse de voir toutes les nombreuses et justes critiques dont il doit être l’objet ; et pourtant, je n’arrive pas à l’enlever.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (115) : (14 juin) 2022. Extraordinaire sourire de contentement, de satisfaction de soi d’Emmanuel Macron, déclarant, en guise d’analyse politique :
«
Il m’est arrivé qu’on me reproche d’avoir trop de pouvoir. Parce que j’avais une majorité trop claire. » Suivi de :
«
La situation est affreusement (sic) banale […] », pour évoquer concernant la politique française « des débats domestiques ».
L’homme est inquiétant et doit inquiéter.
* Ajout. 26 juin 2022. Mais si l’homme est - dans le cadre de structures dont sa fonction est de les gérer - à lui seul sa propre finalité, ce jugement ne doit-il pas être autrement pensé ?

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (116) : (12 juillet) 2022. La réaction de celui qui est nommé chef de l’État aux nombreux scandales qui le concerne au premier chef suite aux Uber files :
« […]
Ça m’en touche une sans bouger l’autre. Je vous le dis en toute franchise. » La confirmation d’une évidence : le retour à soi.
Et ce, suivi de son analyse contre la Nupes :
«
Ils ont perdu la boussole. »
- Avec cette phrase, Emmanuel Macron confirme la permanence de l’adage selon lequel un homme acculé peut toujours brandir son sexe en tant qu’argument de défense… et d’attaque.
(Cf. Hommes. Grossiers, Patriarcat. Permanence, Sexes. Hommes, Violences)
* Ajout. 12 juillet 2023. Lu sur Médiapart, même jour, dans une rubrique dénommée : Entreprises. Analyse sous le titre :
« Les ‘Uber Files’, symbole de l’action néolibérale d’Emmanuel Macron », début de l’article : « Le rapport d’enquête parlementaire sur les ‘Uber Files’ confirme qu’Emmanuel Macron a bien agi en coulisses en faveur d’Uber lorsqu’il était ministre de l’économie. Depuis 2017, le document pointe le laisser-faire de l’exécutif sur le marché des plateformes numériques. Un résumé du fonctionnement néolibéral de la Macronie. »
- Sentiment de plus en plus prégnant que le jour où, enfin, la parole, le concernant, sera libérée, on assistera à une avalanche de ‘découverte’ de dossiers, et personne ne le défendra vraiment.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (117) : (13 juillet) 2022. Jusqu’à quand cet homme pourra-t-il rester à son poste ? Tous les jours, les signes de l’effondrement du régime sont mis à jour. Dans la seule journée d’hier, en sus :
- la presse annonce que le lanceur d’alerte, lobbyiste d’Uber, a aidé Emmanuel Macron à financer LaREM [La république en marche] ;
- annonce d’un non-lieu du viol concernant Gérald Darmanin - le lendemain, la victime fait appel - ;
- déclarations aberrantes de la sous-ministre Elisabeth Cayeux ;
- pour la première fois, votes liés contre le gouvernement à l’assemblée de La France insoumise, de LR et du parti de Marine Le Pen - ce qui fut qualifié par lui le 14 juillet de « coup de chaud nocturne » et d’« attelage baroque » ;
- « L’heure est grave » estime la première ministre faisant appel à « l’esprit de responsabilité » du sénat, laquelle ne cesse d’accumuler les poncifs - « elle enfile les perles » ai-je entendu - ;
- demande par LFI d’une commission parlementaire sur les Uber files ;
- refus non justifié par le nouveau ministre de la santé - en cohérence avec la position d’Emmanuel Macron - de la réintégration des personnels soignants non vaccinés : « pas à l’ordre du jour » [position jugée d’actualité le lendemain]… Et ceci n’est que le visible… (Cf. Politique)
N.B. L’après-midi j’écoute les questions posées au gouvernement au Senat : sentiment que, là, tout continue comme à l’accoutumée.
* Ajout. 10 août 2022. Je suis consciente du wishful thinking ; j’écris mon espoir.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (118) : (10 août) 2022. Je lis dans Le Canard enchaîné :
«
D’ailleurs le cabinet de Macron l’a bien fait savoir avant son départ : pendant ses vacances forcément ‘studieuse’, le Président va ‘suivre les dossiers importants pour préparer la rentrée.’» (p.1)
Un comportement d’écolier qui ayant emporté ses devoirs de vacances espère ne pas être puni par la maîtresse, à la rentrée.
Par ailleurs, comment un homme qui suit « les dossiers [importants] » peut-il avoir une pensée politique [d’avenir] ? Assurément pas ce que l’on nommait autrefois un « hommes d’État ». À sa décharge, ils sont nombreux dans cette situation…

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (119) : (27 août) 2022. Furtive image aperçue à la télévision d’Emmanuel Macron à Oran - la suite ayant été coupée vu les conséquences de cette initiative - intempestive d’après ce que j’ai appris - debout dans sa voiture, sous les huées, et pourtant manifestement ravi de l’effet qu’il pense sans doute produire on ne sait sur qui et pourquoi.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (120) : (7 septembre) 2022. Le talon d’Achille d’Emmanuel Macron : Il a besoin de nous ; nous n’avons pas besoin de lui.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (121) : (6 septembre) 2022. Á l’occasion de la nomination d’un nouveau « conseiller spécial en communication et en stratégie », Frédéric Michel, je lis dans Le Monde :
«
Emmanuel Macron entend laisser une trace dans l’histoire », et dans Le Figaro :
«
Puisque Emmanuel Macron ne peut se présenter aux élections présidentielles de 2027, il va falloir commencer à sculpter la trace qu’il laissera dans l’histoire du pays. »
Je lis, au même moment, dans
Les Mémoires d’Outre-tombe d’Alphonse de Chateaubriand [1768-1848] :
«
Dans ce pays fatigué, les plus grands évènements ne sont plus que des drames joués pour notre divertissement ; ils occupent le spectateur tant que la toile est levée, et lorsque le rideau tombe, ils ne laissent qu’un vain souvenir. » 499

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (122) : (8 septembre) 2022. Je m’interroge depuis un certain temps : si Emmanuel Macron était menacé, sur qui pourrait-il compter ?
* Ajout. 9 septembre 2022. 1850. François-René de Chateaubriand [1768-1848], dans les Mémoires d’Outre-tombe, auteur de :
«
Tout ce que Bonaparte avait méprisé et insulté lui devient péril : l’intelligence descend dans la lice contre la force brutale. » 500
* Ajout. 10 septembre 2022. 1850. François-René de Chateaubriand [1768-1848], dans les Mémoires d’Outre-tombe, auteur de :
«
Quant à Bonaparte […], il a succombé non parce qu’il était vaincu, mais parce que la France n’en voulait plus. » 501

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (123) : (22 septembre) 2022. Pour mieux comprendre comment Emmanuel Macron décide de tout en France (pour cette semaine, concernant ce qui est connu) de l’éolien, du gaz, de Vladimir Poutine, des retraites, de Scheider électrique, de qui prend la parole au colloque de Renaissance [ex-La REM] … plutôt que de penser en termes de séparation des pouvoirs, ou d’opposer démocratie et totalitarisme, sans doute aurait-il fallu mieux expliquer qu’en élisant un président de la république, on élit un homme-disposant-du-pouvoir-sur-l’État. L’élu-e gagne le jack-pot, c’est-à-dire, sous certaines réserves, de plus en plus ténues, le contrôle de, sur l’État. (Poursuivre) (Cf. Politique. Démocratie)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (124) : (5 octobre) 2022. Lu dans Le Canard Enchaîné (p.2), la déclaration finale d’Emmanuel Macron lors du diner-dit-de-la-majorité, le 28 septembre :
«
D’accord pour une concertation, avait-il fini par lâcher, mais si dans deux ou trois semaines, on voit qu’elle ne fait pas bouger les lignes, on sera en droit, fin octobre, de faire la réforme par voie d’amendement dans le PLFSS [projet de loi de financement de la Sécu]. Un amendement c’est beaucoup moins conque de faire durer une négociation qui ira dans le mur. Ce qui se joue, c’est l’autorité de votre serviteur ; je ne vais pas lâcher au bout de six mois ! »

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (125) : (10 octobre) 2022. Emmanuel Macron, concernant la grève des salarié-es des raffineries, auteur de :
« Le blocage, ce n’est pas une façon de négocier. » Si la négociation devait être la norme, alors la grève ne serait pas non plus la bonne « façon ».
* Ajout. 11 octobre 2022. La première ministre décide la « réquisition ».
* Ajout. 12 octobre 2022. Emmanuel Macron, à la télévision, au lieu et place des syndicats dont la CGT, nomme « quelques hommes qui bloquent. »

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (126) : (20 octobre) 2022. On comprendrait peu l’insistance accordée par Emmanuel Macron à la réforme des retraites, si l’on ne pensait pas que ce vote pourrait être l’un des seuls qui crédibiliserait Emmanuel Macron comme « réformateur », « réforme » telle qu’il les conçoit, c’est-à-dire souhaitée par la commission européenne, exigée par les marchés, et ce en opposition à la majorité des Français-es.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (127) : (2 novembre) 2022. Lu sur Franceinfo :
« La peine de Damien Tarel, le Drômois qui a giflé Emmanuel Macron à Tain-l'Hermitage dans la Drôme, a été confirmée dans son intégralité par la cour d'appel de Grenoble, rapporte France Bleu Drome Ardèche En première instance, il avait été condamné à 18 mois d'emprisonnement, dont quatre fermes, à une privation de droit de vote pour 3 ans et à une interdiction à vie de travailler dans la fonction publique. » (Cf. Justice, Politique. Répression)
N.B. Pour rappel, si nécessaire : Emmanuel Macron est entouré d’hommes passibles de justice, mais lui ayant miraculeusement échappé.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (128) : (16 novembre) 2022. Lu sur Le Canard enchaîné : Le 14 octobre 2022, Emmanuel Macron sur France Inter :
« Là où je suis le plus utile, c’est de mener un travail diplomatique. […] » Un de ses proches conseillers :
« La politique intérieure n’intéresse plus vraiment Macron. La gestion de sa majorité relative l’a lassé très vite. Du coup il s’investit beaucoup plus dans la politique étrangère, car il s’est mis dans la tête de viser le prix Nobel de la paix […]. » 502

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (129) : (1er décembre) 2022. Emmanuel Macron, en visite d’État aux États-Unis, évoque concernant les États-Unis et la France, des « frères d’armes ». (Cf. Politique. Guerre. Culture de guerre)
- Tartarin de Tarascon…

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (130) : (5 décembre) 2022. Ce qui m’est odieux, le concernant, c’est qu’il transmet, en toute impunité, au somment de l’État, quotidiennement, la fausseté, le mensonge, l’esquive, les contradictions et qu’il contribue, par sa seule personne, à dévaluer logique, cohérence, morale, valeur des mots, des idées, des engagements. (Cf. Justice. Impunité)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (131) : (28 décembre) 2022. « Il faut montrer qu’on agit. » C’est ainsi qu’Emmanuel Macron a demandé, depuis Brégançon à Elisabeth Borne de prendre des mesures adaptées de protection, face à l’évolution du covid en Chine.
Mais cette curieuse injonction ne peut-elle aussi concerner la réforme des retraites et, sans doute, plus ?

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (132) : (31 décembre) 2022. Emmanuel Macron, lors de ses vœux, auteur de :
« Mais qui aurait pu prévoir la crise climatique ? »
Il est décidément une source inépuisable de colère ? tristesse ? ridicule… ? (Cf. Politique. Écologie)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (133) : (février) 2023. Titre de l’éditorial de Serge Halimi dans Le Monde Diplomatique :
«
Un homme contre un peuple ». (Cf. Économie. Retraites) C’est quand même plus clair que d’opposer, comme le fait Le Canard enchaîné, « l’Élysée et la rue ».

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (134) : (22 février) 2023. Lu dans Le Canard enchaîné qu’Emmanuel Macron considérait que : « l’opposition perd les pédales. »
- Pensé à Léon Tolstoï [1828-1910] qui écrit dans son Journal le 26 novembre 1909 :
« Et il n’y a pas d’hommes plus dénués d’espoir, plus perdus dans leur immoralité, que ceux qui ne veulent pas connaître leurs fautes, leurs vices, leurs crimes. » 503

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (135) : (13 mars) 2023. Emmanuel Macron n’a même pas autour de lui une personne « honnête et éclairée » [Léon Tolstoï] qui puisse lui conférer une autorité morale, politique, intellectuelle.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (136) : (16 mars) 2023. Lors du Conseil des ministres convoqué d'urgence, juste avant le vote prévu à l’Assemblée nationale sa décision d’utiliser le recours 49-3, lequel n’aura donc pas lieu, auteur de :
« Mon intérêt et ma volonté politique étaient d'aller au vote. Parmi vous tous, je ne suis pas celui qui risque sa place ou son siège. Mais je considère qu'en l'état les risques financiers, économiques sont trop grands. C'est la raison pour laquelle j'accepte votre demande d'engager votre responsabilité sur ce texte. »
Emmanuel Macron, tel qu’en lui-même, en quatre lignes et cinq constats :
1) Moi / Je d’abord
2) L’intérêt individuel : la norme de jugement
3) Les français-es pas même évoqués
4) Le ‘marché’ - tel qu’appréhendé par lui-même - seul pris en compte
5) Impossibilité d’assumer une responsabilité politique

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (137) : (19 mars) 2023. Emmanuel Macron a pensé qu’il pouvait diriger la France seul. Il est seul.
* Ajout. 2 août 2023. Lu dans Le Canard enchaîné (p.2), la déclaration de Gérald Darmanin, le 28 juillet 2023, devant des journalistes lors de sa visite au commissariat du XIXème arrondissement :
«
Je ne peux pas faire autrement que de soutenir les flics, il n’y a plus qu’eux qui tiennent. […] »

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (138) : (21 mars) 2022. Emmanuel Macron, après la décision de l’emploi de l’article 49-3 de la constitution, c’est à-dire de faire adopter la loi sur les retraites sans vote à l’assemblée nationale, a parlé de « victoire » et a considéré que :
« La foule n’a pas de légitimité […] »

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (140) : (22 mars) 2023. Cet homme, dangereux, est simplement lui-même, n’est que lui-même, incapable de se remettre en cause et, plus profondément, de s’interroger sur lui-même ; et en cela, il y a un problème psychique, d’aucuns parlent de « déni quasi pathologique ». Le seul problème, c’est qu’il est président de la république.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (141) : (22 mars) 2023. Emmanuel Macron est-il ‘fou’. Oui, si l’on considère qu’à lui seul, il estime qu’il est à même d’incarner une volonté politique valable pour un peuple et légitime à l’imposer.
- Lu : « Entendre signifie qu’on devient conscient de quelque chose qui dépasse la conscience du discours normal et qui doit en conséquence être expérimenté comme différent. » 504
- Se souvenir aussi de l’analyse / constat d’Alain [1868-1951], dans Propos de politique [1934] : « Tout pouvoir sans contrôle rend fou ».
* Ajout. 22 mars 2023. Un délégué Sud Rail à Toulouse sur BFM-TV parle, si j’ai bien entendu, du « forcené de l’Élysée »
* Ajout. 23 mars 2023. Je lis sur une pancarte :
« Je demande une expertise psychiatrique d’Emmanuel Macron ».
* Ajout. 29 mars 2023. Emmanuel Macron interviewé par Pif. Gadget (Pif. Le mag] ‘entretien’ réalisé en février). Il retombe dans l’enfance qu’il n’a pas eue ? Et, par là même, révèle la conception qu’il a du peuple : des enfants.
* Ajout. 30 mars 2023. Emmanuel Macron a estimé que concernant la manifestation à Sainte-Soline [25 mars 2023] « des milliers de gens étaient simplement venus pour faire la guerre ». (200 blessé-es, 2 personnes dans le coma, une personne éborgnée)
- Le 2 avril 2023, sur Europe n° 1, Gérald Darmanin, pour comparaison, affirme que « des armes de guerre ont été utilisées, oui, mais par les casseurs. »
* Ajout. 30 mars 2023. Lu dans Le Monde Diplomatique citant un article du Monde du 19-20 mars : « Selon plusieurs de ses proches, le président de la République n’a ‘aucun scrupule, aucun regret’. » 505
* Ajout. 7 avril 2023. Robert Linhart, sur France Culture, auteur de L’établi [1978] et de :
« Un type comme Macron, c’est vraiment une canaille ».
* Ajout. 9 avril 2013. Le terme de « forcené » a été repris par Boris Vallaud [PS].
* Ajout. 13 avril 2013. Le terme de « forcené » a été cautionné sur C. News par Michel Onfray, lequel le qualifie ensuite de « psychorigide », suivi de « psychopathe ».
* Ajout. 7 juin 2023. Lu dans Le Canard enchaîné (-p.2) concernant l’analyse par la presse de la critique d’Emmanuel Macron - qualifiée de « recadrage » - du jugement d’Élisabeth Borne concernant les liens entre la Rassemblement national et Pétain :
« Ce n’était pas du tout mon intention. Ça part dans tous les sens, on est chez les fous. Je parlais du résultat des élections locales en Espagne […]. »
Sans même évoquer la question de l’intentionnalité en politique, celle du mensonge, celle de la confusion des places, ni celle de la folie - c’est cependant beaucoup en trois petites phrases -, où est ici la cohérence, la plus élémentaire, intellectuelle d’Emmanuel Macron ?

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (142) : (29 mars) 2023. Je lis dans Le Canard enchaîné que le 23 mars 2023, Macron a accusé LFI et les Verts « qui veulent profiter du mouvement social pour faire de la politique […] », tandis que le 22 mars 2023, il avait déclaré :
« On (sic) a eu une montée de violence qui n’est pas liée à la réforme des retraites. C’est un projet politique qui est porté par La France insoumise pour délégitimer nos institutions. »
Outre la désignation de son ennemi, ce qu’il critique, n’est-ce pas que d’autres que lui [qui n’en a pas] ait un projet politique, ‘fasse de la politique.’ (p.2)
Tout le monde est visé, tout le monde est concerné. (Cf. Politique)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (143) : (30 mars) 2023. Me concernant, le mot d’ordre, simple, qui me paraît le plus approprié est : ‘Macron démission’.
* Ajout. 7 avril 2023. Mais, j’ai lu sur une pancarte, une revendication autrement plus radicale - et plus juste - : « Macron destitution ».
* Ajout. 19 décembre 2023. Si la demande de « destitution » des chefs d’État, au plan international, se banalise, se démocratise - aujourd’hui, aux États-Unis, après Donald Trump, Jo Biden - n’est-ce pas simplement la traduction, l’expression, l’évidence qu’une seule personne, fut-elle entourée de, limitée, contrôlée par des contre-pouvoirs, ne peut pas incarner, décider pour un État et pour la population de cet État ?

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (144) : (9 avril) 2023. Une analyse optimiste : Emmanuel Macron est si borné, outré, caricatural, si ‘fou’, qu’il est le plus efficace incubateur d’idées critiques. En effet, si le chef de l’État, en si peu de temps, a pu se mettre à nu, dévoiler si aisément sa petitesse, lui, dont les décisions, toutes personnelles, ne peuvent être que simplistes, qu’arbitraires, dès lors, à lui seul, il désacralise la Politique et délégitime les institutions - étant censées dépendre de lui qui est peu ou prou censé les incarner - et par là -même les hiérarchies qui leurs sont consubstantielles, à qui donc se fier ? : à soi. Une étape nécessaire, à l’émergence, à l’élargissement, à l’approfondissement, au mûrissement de prises de consciences politiques, mais, bien sûr, pas suffisantes. (Poursuivre) (Cf. Politique. Hiérarchie)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (145) : (8 mai) 2023. Les manifestations ayant été interdites, le défilé de la victoire [du 8 mai 1945] a lieu dans des Champs Élysées « bloqués par des cars de gendarmerie » totalement vides. J’entends - pour tenter de cacher ce vide abyssal de Paris - l’expression de « périmètre de sécurité ».
Et les mêmes journalistes qui commentent l’événement (justifient, historicisent, détournent l’attention, mentent, et pour les plus gênés, ‘rament’), fustigent les atteintes à la liberté de Vladimir Poutine et de quelques autres.
Emmanuel Macron - mauvais comédien, tant cela est visible - se compose juste le temps nécessaire, à chaque fois - le visage de circonstance, qu’il s’agisse de rendre hommage, devant sa statue, au général de Gaulle, puis lors de la sonnerie aux morts, et enfin, lors du chant des partisans.
Lorsqu’il marche, seul, place de l’étoile - elle aussi vide - sa démarche me fait penser à un pantin mécaniquement remonté.
Enfin plus il se veut, se croit - seul - grand, plus il est petit ; et en se rendant ridicule, il ridiculise tous ceux qui sont contraints de participer à cette comédie, ainsi, vidée de tout sens.
Mais, ce qui est sûr, c’est qu’il est très content de lui - la flagornerie lui va bien - et particulièrement heureux de ce que ce poste lui procure tant de satisfactions. Mais l’image est là tellement visible qu’il n’est nul besoin de se référer au symbole : cet homme a fait le vide autour de lui et ne peut plus vivre et concevoir sa politique qu’entouré de personnes-liges.
- À noter : ce jour même une manifestation autorisée de l’« ultra-droite » - pour employer une litote, des « néo-nazis » écrit Le Canard enchainé - a eu lieu dans les rues de Paris.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (146) : (25 mai) 2023. Discours, à Roubaix, d’Emmanuel Macron en hommage aux trois policiers tués dans un accident de la route. Quoi qu’il dise, le ton est tellement faux, tellement en contradiction avec lui-même et sa politique, que, non seulement rien n’est crédible, mais plus encore, il est inentendable. Et ses leçons qui pourraient être chargées de sens, les perdent du fait même que c’est lui qui les exprime.
N.B. « En hommage » : parce qu’ils sont policiers ? parce qu’ils ont été tués en service ?

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (147) : (27 juin) 2023. « En même temps » - expression considérée « comme représentative du positionnement politique » d’Emmanuel Macron - signifie aussi : dire une chose et son contraire.
Mais ce rappel ne relève-t-il pas d’une analyse naïve qui se réfèrerait à une cohérence supposée d’un chef de l’État alors que leur fonction est justement de [tenter de] gérer les incohérences, les contradictions, les oppositions internes aux sociétés - indissociables du monde, tel qu’il est, qui plus est - à la tête desquelles ils ont été positionnés.
* Ajout. 11 août 2023. On peut être « en même temps » d’une mauvaise foi insigne, d’une incompétence notoire, d’une malhonnêteté à toute épreuve…

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (148) : (28 juin) 2023. L’histoire retiendra sans doute que, ce jour, Emmanuel Macron, accompagné de son épouse qui, elle, allègrement dansait, était au concert d’Elton John [qu’il avait, le 24 juin 2019, décoré de la légion d’honneur] ; certain-es ont même noté qu’ils « se déhanchait ».
N.B. Pour rappel. Dans la nuit du 18 au 29 juin 2023 : 500 véhicules incendiés, 100 bâtiments dévastés [dont nombre de symboles de l’État : mairies, tribunaux, prisons et même écoles], 250 commissariats ou gendarmeries attaqués, des centaines des magasins pillés (Source : Le Canard enchaîné - 5 juillet 2023 - qui précise en outre que le ministère de l’intérieur « a même perdu pendant quelques heures le contrôle de la situation. ») (Cf. Justice. Éric Dupont-Moretti)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (149) : (29 juin) 2023. Alors qu’il était à Bruxelles, après la nuit d’émeutes dans toute la France qui a suivi la marche / manifestation qui a suivi la mort de Nahel Merzouk, 17 ans, tué par un policier, Emmanuel Macron annonce « des moyens supplémentaires ».
- Ce jour, les médias ne peuvent plus rien dire, ou plutôt ne savent plus quoi dire, ni qui inviter, car tout le monde le sait mais personne ne peut le dire publiquement : avec lui, rien n’est plus possible, et ce, depuis longtemps. (Cf. Justice. Dupont-Moretti Éric)
* Ajout. 30 juin 2023. Emmanuel Macron dénonce « l’instrumentalisation de la mort d’un adolescent […] pour essayer (sic) de créer le désordre et attaquer nos institutions » et a appelé les parents « à la responsabilité ».
Pas même effectué un début d’analyse, un tant soit peu - même très peu - intelligente.
* Ajout. 24 juillet 2023. Emmanuel Macron :
« La (première) leçon que j’en tire est l’ordre, l’ordre, l’ordre. […] ». Rectifié ultérieurement. Je renonce à citer : il dit n’importe quoi.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (150) : (19 juillet) 2023. Emmanuel Macron a-t-il jamais pensé que ces révoltes sont les expressions, les manifestations, claires, manifestes, évidentes, radicales adressées à l’État, à la société française ; que tout ce qu’il a peu ou prou fait, pensé, déclaré, depuis 2017 en est peu ou prou responsable ; et enfin, même s’il n’en était pas personnellement responsable, il l’est indubitablement politiquement. C’est son boulot…

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (151) : (23 août) 2023. Titre du Point dans lequel a été publié un long interview d’Emmanuel Macron - lequel avait en mai 2023 employé l’expression de « processus de décivilisation » - :
« Il faut s’atteler à reciviliser ». Pas moins…
* Ajout. 28 août 2023. Cinq jours plus tard, il affirme devant les ambassadeurs :
« Il faut réarmer la diplomatie ».

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (152) : (31 août) 2023. Lu sur un bandeau de BFM :
« Le président est satisfait de la nature et de la qualité des échanges - qualifiés de « grand moment politique » - durant les 12 heures. (Entourage du président) »
- En contrepoint, Manuel Bompard, [LFI], auteur de :
« Passer douze heures pour n’avoir aucune réponse sérieuse, aucune mesure, aucune annonce concrète, quand on sait les difficultés auxquelles est confronté le pays aujourd’hui, je trouve ça assez grotesque ».
- Emmanuel Macron est « satisfait », que voudrions-nous de plus ? Quand les médias, entre autres, verront-ils l’homme avant sa fonction ?
* Ajout. 1er septembre 2023. Lionel Jospin, sur France Inter, parle, pour sa part, de la « pratique la plus personnelle de la constitution » de la Vème république.
* Ajout. 6 septembre 2023. Je lis le commentaire d’Emmanuel Macron dans Le Canard enchaîné (p.2) concernant la réunion du 31 août :
« Je prends plein les chicots, mais c’est vraiment intéressant. » Moi, moi, moi…
Dans le même journal (p.1) un dessin montre trois ministres dépités lui demandant : « éduction, économie, défense, finalement, tu es ministre de tout ? » auxquels celui-ci répond, détendu :
« Oui ! Vous êtes tous mon domaine réservé ! » (Cf. Politique. Ministres)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (152) : (8 septembre) 2023. Emmanuel Macron est hué et sifflé au stade de France, lors de l’ouverture de la coupe du monde de rugby. Cela devient la norme. Dire qu’il n’est pas aimé est un euphémisme. Comment peut-il supporter cela ?
* Ajout. 1er décembre 2023. En quittant la France, en participant à n’importe quelle rencontre internationale à chaque fois qu’il le peut, et même lorsqu’il n’est pas invité.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (153) : (11 septembre) 2023. Alors qu’il clair à qui veut bien l’entendre, après le terrible tremblement de terre de la nuit du 8 septembre qui a touché la région de Marrakech que le roi du Maroc ne souhaite pas l’aide de la France - le 11 la France ne fait pas partie des quatre pays dont l’offre d’aide est accepté - j’entends régulièrement, systématiquement, lourdement, que la France « se tient prête », que « la France agira dès qu’elle sera autorisée », « se tient à la disposition du Maroc », etc… La ministre des Affaires étrangères s’est même sentie obligée de rappeler que le Maroc est « un État souverain » (sic) ! .
Emmanuel Macron, systématiquement, lourdement, réitère, quémande cette autorisation car cela relève de lui et c’est bien sa signature.
Sans aucune dignité.
Pour enfin céder - c’est-à-dire reconnaitre la réalité- quelque temps après, en rase campagne.
N.B. Il en sera de même concernant le retrait de la France - son ambassadeur, son armée - du Niger.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (154) : (24 septembre) 2023. Emmanuel Macron, auteur de :
« On ne peut pas accueillir toute la misère du monde. »
Ce qui fascine toujours, c’est qu’il apparaît toujours comme incapable d’établir entre cette phrase et le fait qu’il en cesse d’accueillir à l’Élysée, à Versailles, les plus riches du monde, et donc de faire un lien entre sa personne et ce qu’il dit, fait en tant que président de la république.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (155) : (7 octobre) 2023. Emmanuel Macron, auteur de :
« Je condamne les attaques menées depuis Gaza contre Israël, ses soldats et sa population. La France est solidaire d’Israël et des Israéliens, attachée à leur sécurité et à leur droit de se défendre. »
Emmanuel Macron parle en son nom propre. Pas au nom du mien. (Cf. Politique. État. Israël)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (156) : (24 octobre) 2023. Est-il vrai, comme je l’ai entendu sur France Culture, qu’Emmanuel Macron devait proposer l’ouverture d’un « couloir humanitaire pour Gaza » au premier ministre Israélien et qu’il était sorti « livide », ai-je entendu, de cette rencontre, proposant, à l’étonnement de tout le monde - l’Élysée inclus - la création absurde d’une « coalition anti-Hamas » ? Si tel fut le cas, cet ‘évènement’ donnerait, une fois de plus, une image terrible de sa structuration psychique ainsi que de l’état terrifiant de l’état de la démocratie en France, ou plutôt de ce qu’il en reste.
Ici, il est clair qu’Emmanuel Macron décide tout seul de la politique étrangère de la France ; les ambassadeurs-rices, notamment, sont jugés inutiles, sont priés de se taire, de cautionner et de faire le service après-vente de la parole irresponsable, inconséquente, d’Emmanuel Macron. (Cf. Politique. État. Israël)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (157) : Il est un certain sourire d’Emmanuel Macron qui me fait penser à un adolescent facétieux qui dirait à ses parents :
« Je vous ai bien eus, hein ! »

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (158) : Que serait, que resterait-il, d’Emmanuel Macron s’il était coupé de l’armada - j’imagine - des personnes qui lui rédigent ses discours et gèrent déplacements, ses voyages, colloques, tweets, initiatives, quasi quotidiennes, aussi diverses que variées [que tant intègrent si souvent sous la dénomination de « communication »] et dont, par moments, je me demande si elles ne sont si nombreuses que pour mieux le persuader de sa fonction ?
En entendant ce jugement concernant la politique chinoise : « La parole est performative », j’ai pensé que ce ne serait sans doute pas une qualité que l’histoire retiendra de lui.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (159) : (9 décembre) 2023. Marcon Emmanuel, auteur de :
« Le rôle que je me suis assigné, c’est de tenir l’unité du pays » […] « Entre le déni et l’hyperdramatisation, il y a une place pour une lucidité exigeante qui consiste à regarder les problèmes du pays mais aussi à ne pas le laisser se démantibuler. » […] « Le moment est venu d’un rendez-vous avec la nation. » […] « Il faut redonner une espérance, un goût de l’avenir », […] « rappeler la France à elle-même », […] « à ce qu’elle est », […] « ce qui nous constitue ». (Cf. Politique. Nationalisme)
* Ajout. 20 décembre 2023. 1929. Stefan Zweig [1881-1942], dans son Fouché [1759-1820], auteur de :
« Ainsi naît une opposition toujours plus acharnée entre celui que ne regarde que son étoile et les hommes clairvoyants qui constatent la fatigue et l’impatience de leur propre pays. » 506

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (160) : (19 décembre) 2023. Emmanuel Macron - fidèle à sa longue tradition de se décharger sur d’autres de ce qu’il ne sait régler seul - avait demandé à son gouvernement de trouver un texte sur l’émigration « intelligent », afin qu’il puisse être voté à l’Assemble nationale, et pour ce faire, devait être présenté à une « commission mixte paritaire ». Et l’on a assisté à une lamentable transaction - qui rappelle la IVème république - avec un seul parti [Les Républicains, qui avaient obtenus 4,8 % des votes à l’élection présidentielle de 2022] : après avoir avalé toutes les couleuvres [lettre d’engagement écrite de la première ministre au président LR du sénat] que ce parti avait exigé et à laquelle le gouvernement, faisant fi de toute dignité, s’est soumis. Mais ce matin, rien n’est réglé.
Cet après-midi, le gouvernement est dans les choux, le LR ont gagné et l’extrême-droite vante sa « victoire idéologique » - à ceci près que si le Front national a tactiquement contribué à piéger le gouvernement, il a cautionné le principe de la régularisation de sans-papiers (bien peu, et au cas par cas) - et en demande, comme LR, encore plus.
Ce soir, le vote est acquis, le gouvernement est en lambeaux, la « majorité » parlementaire est divisée - heureusement certains ont voté contre - et Emmanuel Macron, attaqué de toutes parts, emportant avec lui toute la classe politique, est encore un peu plus démonétisé.
Mais plus grave, les présidents d’université et les associations de défense et de soutien aux travailleur-euses émigré-es ont dénoncé les terribles conséquences qu’aura concrètement ce texte.
Il faut aussi noter, que ce texte a été présenté aux votes des Chambres, alors qu’Emmanuel Macron et le gouvernement savaient que nombre de ses articles étaient contraires à la constitution et seront donc invalidés par le conseil constitutionnel.
* Ajout. 20 décembre 2023. Emanuel Macron, sur La 5, après avoir présenté ce qui constitue, selon lui, le projet du Front national, lequel ne se retrouvant pas dans le texte voté, considère que ce dernier est « une défaite du Front National ». (Cf. Droit. Constitutionnel, Politique. État. Conseil constitutionnel)
* Ajout. 21 décembre 2023. Lu, sur Franceinfo, cette analyse fort pertinente de la valeur de la parole d’Emmanuel Macron :
« A force d'asséner en jouant la conviction des choses évidemment fausses, comme si le Pouvoir de la Parole suffisait à les rendre vraies. »

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (161) : (20 décembre) 2023. Deux plaintes de viol contre Gérard Depardieu, un reportage rapportant de sa part des propos ignominieux. Emmanuel Macron - sur La 5 - après avoir soutenu Nicolas Hulot, Gérald Darmanin - affirme que cet « immense acteur », « rend fier la France », et emploie l’expression de « chasse à l’homme ».
Emmanuel Macron, allié de Gérard Depardieu, soutenu avec force par Éric Zemmour, est, selon moi, pour moi - en sus des critiques déjà, ici, écrites - à ce degré de si grossier, si évident mépris des femmes, un homme méprisable qu’aucune fonction ne peut, ni ne doit protéger : plus encore, celle-ci rend ce jugement encore plus accablant.
* Ajout. 22 décembre 2023. Première page de Libération :
« Macron défend Depardieu. Sa préférence nationale. » (Cf. Culture. Cinéma. Les valseuses)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (162) : (29 décembre) 2023. [Publié au J.O. du 31 décembre 2023]
« Par décret du Président de la République en date du 29 décembre 2023 […] portant élévation aux dignités de grand’croix et de grand officier de l’ordre national de la Légion d’honneur
À la dignité de grand’croix :
- M. Arnault (Bernard, Jean, Etienne), président de sociétés. Grand officier du 20 octobre 2011.
À la dignité de grand officier :
- M. de Rothschild (David, René, James), président d’honneur d’un groupe bancaire. Commandeur du 3 mars 2009. »

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (163) : (31 décembre) 2023. Vœux d’Emmanuel Macron, écoutés pour la première fois : l’image qu’il donne de la France - et qui semble être effectivement la sienne - est à ce point sans aucune relation avec une quelconque réalité que nul, à part lui, ne peut y retrouver une quelconque part de ladite réalité. Et dans la mesure où il est incapable de se remettre en cause - son ‘moi’ est une construction tout aussi figurée - il ne peut dire, faire, penser autrement. Le résultat m’a fait penser à un exposé de l’E.N.A

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (164) : (3 janvier) 2024. Lu dans Le Canard enchaîné (p.2) :
« La liste (pour les élections européennes), annonce-t-il en privé, c’est moi qui vais la faire. »
* Ajout. 6 janvier 2024. Me reviens à l’esprit, à la mort de Jacques Delors [1925-2003] de nombreux souvenirs, dont celui-ci : alors que Jacques Delors devait être, était susceptible d’être, sur la liste socialiste - ce qu’il n’était pas - pour les élections européennes de 1974, François Mitterrand qui le faisait venir à l’Elyse (à l’époque, il était à l’université par Dauphine) et, selon ma mémoire que je crois juste, l’humiliait en lui faisant miroiter, c’est selon, la dernière et / ou l’avant dernière place éligible. Là encore, je crois ma mémoire juste, Jacques Delors en pleurait. (Cf. Hommes. « Politiques ». Mitterrand François)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (165) : (13 janvier) 2024. Henri Guaino, sur LCI présentant sa vision de la fonction politique d’un chef de l’État, auteur de :
« Il doit fondre son moi dans sa fonction. ». Je prolonge son analyse :
« Emmanuel Macron a réduit sa fonction à son moi » [hypothétique par ailleurs].

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (166) : (16 janvier) 2024. Emmanuel Macron débute sa conférence de presse ainsi :
« J’ai tenu à vous retrouver pour dire au pays d’où nous venons et où nous allons. »

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (167) : (14 février) 2024. Lu sur Valeurs actuelles, Emmanuel Macron, auteur de :
«’Je suis inapte, je ne sais pas bien dire les choses’ aurait ainsi confié le président de la République, selon les informations de l’Express :
Les gens, je les choque, je les attriste’, aurait-il ajouté. Une nuit, encore, le chef de l’État aurait fait ce triste constat : ‘
La mission qui est la mienne condamne à la solitude. »

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (168) : (20 février) 2024. En lisant dans Du contrat social [1762] de Jean-Jacques Rousseau [1712-1778], ce jugement concernant Pierre Ier de Russie [1672-1725], j’ai pensé que cette appréciation pouvait s’appliquer partiellement à Emmanuel Macron, sans qu’il ne soit seul à pouvoir être concerné :
« Il a empêché ses sujets de jamais devenir ce qu’ils pourraient être, en les persuadant qu’ils étaient ce qu’ils ne sont pas. » 507 Mais, autres temps, autres mœurs…

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (169) : (21 février) 2024. Le Monde révèle le 14 mars 2024 qu’Emmanuel Macron a déclaré, un verre de whisky à la main, le soir du 21 février à ses invités :
« De toute façon, dans l’année qui vient, je vais devoir envoyer des mecs à Odessa », la grande ville portuaire ukrainienne, face à la Crimée.
* Ajout. 14 mars 2024. Démenti par l’Élysée le 14 mars 2024.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (170) : (24 février) 2024. Voici des phrases commençant par « Je » relevées lors de l’échange inopiné entre Emmanuel Macron et certains représentants syndicaux agricoles. Il ne pouvait alors, du fait de l’hostilité des agriculteurs rejoindre le salon d’agriculture ; ce qu’il fit ensuite, lorsqu’il put, protégé toute la journée par toutes sortes de police - gendarmes mobiles, CRS, la compagnie de sécurité de l’Élysée [CSPR].
Au préalable, il avait, à la demande des syndicats, de « faire ressortir libérer les syndicalistes », - « que vos collègues - qui « s’étaient un peu énervés », mais après il déclare que « c’est le bordel » - puissent être relâchés ».
J’ai noté également qu’il avait à 7 reprises employé l’expression : « la ferme-France »
Il débute ainsi : « Est-ce que tout le monde est là ? » ; « Je suis à vous » ; « Il en manque … » Puis :
- « J’appelle au calme »
- « Je condamne toutes les violences » (Suivi de : « En république, il n’y a pas de violences »)
- « Je préfère le dialogue à la confrontation »
- « Je n’ai pas attendu la crise pour m’engager pour l’agriculture »
- « Je ne me suis jamais planqué »
- Avant d’entendre, dit-il « ce que vous avez à dire », et de donner la parole aux agriculteurs, choisis par les syndicats, il dit :
« Je vais noter tous les trucs. » Puis :
- « Je vais vous dire ce qu’on va faire pour l’Ukraine »
- « Je fais un point de méthode »
- « Je vais recadrer l’ensemble »
- « La filière bovine, ça fait cinq ans que je le dis »
- « Moi, je fais les choses que je dis »
- « Quand je mène un combat européen, ce n’est pas pour la perdre »
- « Je vais revenir sur l’Ukraine »
- « Je réponds point par point »
- « Je ne suis pas prêt de lâcher l’affaire »
- « Je ne vais pas refaire le match »
- « On est la France, moi, j’y crois »
- « Je continue le plan (le sien) »
- « Je fais du terrain tout le temps »
- « J’ai pris une loi »
- « Je réponds à toutes les questions, sinon, on ne va pas s’en sortir »
- « Je ne suis pas dupe »
- « C’est aussi pourquoi je suis là »
- « Je refais le film en deux secondes »
- « J’ai toujours la même parole à l‘Europe »
- « Suivez mon regard. Je vous le dis les yeux dans les yeux »
- « C’est ce que j’avais dit ; j’ai été très clair »
- « Je vais être très clair avec vous »
- « Je suis poli »
- « Je vais conclure : dès lundi, tout le monde, au boulot ! »
- « Moi, je ne fais pas de bonnes paroles »
- « Regardez-moi ! »
- « Je ne suis dupe de rien »
- « Je ne lâcherai rien »
- « J’ai fait mon job ! »
- « Je ne suis pas du genre à m’arrêter en chemin »
- « Moi, je veux le contact de toute le monde »
- « Le Conseil d’État m’a censuré (concernant l’interdiction des Soulèvement de la terre)
- « J’ai pris un texte »
- « Rendez-vous chez moi [à l’Élysée] dans trois semaines » (Répété)

Voici, en regard, le concernant, des réactions d’agriculteurs :
- « C’est lui qui nous envoie les CRS »
- « Il signe le libre-échange avec tout le monde »
- « Il attise les braises depuis 48 heures ; il récolte la tempête »
- « Que le président retourne l’Élysée »
- « Que le président reparte chez lui »
- « Macron démission »
- « Il essaye de nous ridiculiser en voulant montrer qu’il est plus fort que nous »
- « Il fait des discours »
- « Il faut qu’on ait des réponses concrètes »
- « Il nous faut un engagement, là »

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (171) : (29 février) 2024. Emmanuel Macron, auteur de :
« Chacun des mots que je prononce sur cette matière a été pensé, pesé, mesuré ».
Cette phrase fut la seule réaction politique de sa part à la suite de son discours évoquant, le 26 février 2024, l’éventualité de « l’envoi de troupes au sol en Ukraine » laquelle qui fut immédiatement dénoncée, démentie, désavouée par nombre de dirigeants européens, ainsi que par les États-Unis et le secrétaire général de l’Otan. Cette phrase fut ensuite la cause, l’occasion, le prétexte, utilisé par Vladimir Poutine le 29 février 2024 pour menacer de l’emploi de la bombe atomique.
* Ajout. 3 mars 2024. Cette phrase a été prononcé sans concertation avec les autres États Européens - « Nous en avons parlé » s’est-il justifié - sans en avoir informé aucun parti politique française ; et, en rappelant que le Parlement n’a jamais eu son mot à dire sur l’engagement militaire français en Ukraine.
Tandis que le 5 mars, il accusait ses « partenaires » d’être « lâches ».
* Ajout. 13 mars 2024. Cf. Article du Canard enchaîné (p.3) : Une mission de rétropédalage pour l’Élysée

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (172) : (14 mars) 2024. Juger, analyser, comprendre, justifier, accuser « les hommes politiques » selon le critère premier de la manière dont ils remplissent, ou non, bien ou mal, leurs fonctions politiques, est depuis des siècles, la norme. Emmanuel Macron, en l’occurrence, est un bon exemple de ce que juger, analyser, comprendre, justifier, accuser l’homme préalablement à l'homme « politique » permet de bien mieux comprendre sa politique.
Et, à cet égard - en me répétant me souvient-t-il - le fait qu’à 14 ans il ait eu cette relation avec une femme de 34 ans, toujours présente à ses côtés, est sans doute essentiel. (Cf. Politique) (Poursuivre)
* Ajout. Même jour. Lu sur Franceinfo :
« Emmanuel Macron doit donner ce soir une interview à 20 heures sur TF1 et France 2. Le président entend s'expliquer ‘les yeux dans les yeux’ sur les enjeux du soutien à l'Ukraine. »
- Regardez-moi ! Écoutez-moi ! Croyez-moi ! Moi !
* Ajout. 16 mars 2024. 1771-1775. Jean-Jacques Rousseau [1712-1780], dans Rousseau juge de Jean-Jacques [1er dialogue], auteur de :
« Ainsi, ce n’est pas sur ce sang-froid qu’il convient de juger l’homme ; mais c’est par l’homme au contraire, qu’il faut juger le sang-froid. » 508 [remplacer : « sang-froid » par « président de la république », le problème n’étant pas mineur est qu’Emmanuel Macron est bien président de la république]

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (173) : (15 mars) 2024. Extraits de l’interview du Président de la République au 20h de TF1 et France 2 sur le soutien de la France à l’Ukraine :
[Ce que je dis], je l’assume parce que c’est le rôle du président de la République dans nos institutions […] ; Et donc je décide […] ; Peut-être que j’ai raison de ne pas être précis. Et je vous le redis […] ; Ce que je veux dire par là […] ; Je voudrais juste clarifier un point. […] ; Je crois que je regarde avec lucidité la situation […] ; Et ça, je ne le veux pas […] ; J’étais à quelques jours après à Prague, à côté de moi, le président tchèque a dit exactement la même chose. […] Les choses bougent. Il faut simplement les mettre en mouvement par lucidité et parce que c’est ma responsabilité. […] ; Je souhaite de toutes mes forces […] ; Donc j’ai décalé le voyage que j’ai fait […] ; Et ensuite je lui ai dit, fort de la très longue discussion que nous avons eue et du constat lucide que je fais, que je viens de vous exposer […] À Berlin, où je verrai le chancelier Scholtz et le Premier ministre polonais [...] Je ne suis pas un commentateur. […] ; D’abord, je vais être très franc avec nos compatriotes et avec vous. […] Et donc je pense que ce que je veux vous faire toucher du doigt depuis le début de notre conversation et au fond depuis une dizaine de jours […] ; Je vous le dis en conscience comme président de la République […], Je pourrais vous dire ce soir […]
- Des ‘Je’, bien confus, peu rigoureux, peu à propos, mal assurés…

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (174) : (20 mars) 2024. Après la scène d’hier où Emmanuel Macron s’affichait à Marseille luttant contre le trafic de drogue, la photographe officielle de l’Élysée diffuse deux photos d’Emmanuel Macron s’acharnant seul - le visage féroce, les muscles saillants - boxant contre un punching ball :
La France dont le prince est un narcisse.
Et certains détournent la tête et continuent à « commenter » ses faits et gestes quotidiens - car il s’agit bien maintenant de quotidienneté - comme si cet affichage incessant de lui était normal…

* Ajout. 27 mars 2024. Les biceps d’Emmanuel Macron auraient été « retouchés ».

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (175) : Cette affichage perpétuel à l’occasion duquel il saute, quelques fois plusieurs fois par jour, comme un cabri, d’un sujet à l’autre, c’est comme s’il craignait lui, le premier, que l’on oublie qu’il était président de la république.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (176) : (17 avril) 2024. Emmanuel Macron, concernant le port de la Flamme olympique, auteur de :
« Je n’ai pas cette vocation. On verra si quelqu’un m’invite à la porter. Mais ce n’est pas prévu au programme. »
N.B. C’est interdit par le CIO.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (177) : (7 mai) 2024. Emmanuel Macron qui avait invité Vladimir Poutine à l’Élysée, invite Xi Jinping, président d’un pays de 1 milliard 412 millions de Chinois-es dans la petite station de ski pyrénéenne à la Mongie, qui est ‘directement lié à son histoire très personnelle’, explique son entourage. « Celui qui fêtera mardi les sept ans de sa première élection, a en effet passé de nombreuses vacances entre le bourg de Bagnères-de-Bigorre et La Mongie avec ses grands-parents maternels Germaine et Jean Noguès auxquels il était très attaché. C'est avec ‘Manette’ et ‘Koulou’, leurs petits surnoms, que le jeune Emmanuel descendait chaque année en train jusqu'à cette petite vallée, une semaine en hiver et un mois en été. ‘C'est grâce à elle qu'il est arrivé là où il est’, raconte Nicole Arnal, une cousine du président. Institutrice puis directrice d'école, Manette ‘le faisait travailler tous les jours’, même en vacances, se souvient-elle. En dépit de la mort de Jean en 2002 et celle, douloureuse, de Manette en 2013, Emmanuel Macron n'a jamais cessé de se rendre dans les Hautes-Pyrénées, notamment pour se recueillir sur la tombe de sa grand-mère à Montgaillard. ‘Il souffle quand il vient ici’, explique la fille de Nicole. »
- À ce degré de régression infantile, on ne peut être qu’un peu plus inquièt-e des conséquences politiques de l’évolution son psychisme.
« J’ai eu honte », affirma Pierre Servant, sur LCI, dont il est, avec TF1, l’expert-consultant régulier, expert en stratégie militaire.
* Ajout. 8 mai 2024. Et le 8 mai, il était, comme à son habitude, quasiment seul, recevant les ‘hommages’ de quelques anciens combattants, Place de l’Etoile, pour fêter le 79ème l’anniversaire de la capitulation de l’Allemagne et de la victoire, notamment française, de la seconde guerre mondiale.
- Pour rappel : le 8 mai 1945, le massacre de Sétif. (Cf. Politique. Colonialisme, Histoire)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (178) : (7 mai) 2024. Emmanuel Macron, pour son 7ème anniversaire de présence à l’Élysée, auteur de :
« Il y a sept ans, vous m’avez accordé votre confiance une première fois. Je mesure chaque jour l’honneur et la responsabilité que cela représente. [...] Si je reste lucide sur les défis à venir, je suis très fier du travail accompli. […] Il nous reste trois ans, alors je veux ce soir renouveler mon engagement : je continuerai à agir au service de tous les Français. Pour une France plus forte et plus juste. Avec ma confiance. Emmanuel Macron ».
Si l’on mesure la personnalisation de ce tweet, on peut - je peux - m’interroger : Est-ce à « la France » de faire confiance à Emmanuel Macron et - / ou est-ce Emmanuel Macron qui assure qu’il a confiance - qu’il doit avoir confiance - en « la France » ?
* Ajout. 10 juin 2024. Emmanuel Macron, le lendemain de sa décision de dissolution de l’assemblée, auteur de :
« J'ai confiance dans le peuple… » [qui, depuis longtemps, lui a retiré la sienne.]

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (179) : La pensée d’Emmanuel Macron me semble souvent suivre le cheminement de ce qu’il estime devoir être son pouvoir ; et /ou : il me semble que son pouvoir a beaucoup à voir avec l’extension de son moi.
Suite : Et si la recherche - et pour lui la réussite - du pouvoir avait beaucoup à voir avec la recherche d’exister pour soi-même ?
* Ajout. 28 mai 2024. Lu dans Du pouvoir - 1972 - de Bertrand de Jouvenel [1903-1987] :
« Dans toute condition, dans toute position sociale, l’homme se sent plus homme quand il s’impose, fait d’autres les instruments de sa volonté, les moyens de grandes fins dont la vision l’enivre. Diriger un peuple, quelle dilation du Moi ! » 509 (Cf. Êtres humains. Soi, Hommes. Homme. « Grands » hommes, Patriarcat, Politique)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (180) : Que l’homme Emmanuel Macron soit immature, égotiste, mégalomane, soit. Il n’est pas le seul. Mais que l’homme Emanuel macron, président de la république décide de la politique française en fonction de son immaturité, de son égotiste, de sa mégalomanie, cela est grave. Et ce qui l’est plus encore, c’est qu’au nom de « respect de sa fonction », et même pour certains, du « respect des institutions », cette critique - qui pourtant crève les yeux - ne soit que si peu politiquement analysée, prise en compte, dénoncée. Tout au plus l’est-elle que comme un trait dommageable de sa personnalité.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (181) : (22 mai) 2024. Lu dans l’article Macron se prend une calotte à Notre-Dame paru dans Le canard enchainé (p.5) :
« Le déroulement des cérémonies de réouverture de Notre-Dame prévues les 7 et 8 décembre prochain est en train de se régler à coups de crosse entre l’archevêché et l’Élysée. Principale pomme de discorde, la volonté de Macron de prononcer un sermon - pardon, un discours - le 7 décembre soir à l’intérieur de la cathédrale. […] Pour l’instant, Macron n’en démord pas. […]

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (182) : (28 mai) 2024. Plus Emmanuel Macron déclare s’opposer au Rassemblement national, plus il intègre nombre de ses affichages politiques, plus il s’en fait - de concert avec les médias dominants - le plus efficace propagandiste. Logique ? (Cf. Politique. Extrême droite)
N.B. Combien de fois ai-je entendu, en présentant les sondages autoréalisateurs ? - annoncer dans les médias - radios, télévisions - le succès du Rassemblement national aux élections européennes : 100 fois, 300 fois, 500 fois, 1000 fois ? Plus ? (Cf. Politique, Sondages. Médias)

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (183) : (5 juin) 2024. Emmanuel Macron traite de « capitulards » ceux qui critiquent sa politique à l’égard de la Russie et de l’Ukraine, qu’il décidé seul, faut-il le rappeler.

Hommes (« Politiques ». Macron Emmanuel) (184) : (9 juin) 2024. L’extrême droite : 40 % ; Emmanuel Macron - qui subit une défaite cuisante - dissout l’assemblée nationale :
« J’ai décidé de vous redonner le choix de notre avenir parlementaire par le vote » : « il est vexé, il cassé son jouet » ; « il est dingue » ; « il n’en fait qu’à son égo » ; « c’est effrayant » ; « il règle ses comptes » ; « il renverse la table tout en s’y maintenant seul assis autour d’elle » ; « il n’a aucun projet, sauf celui de se persuader qu’il existe » ; « il s’auto-dissout dans ses innombrables incohérences, ses contradictions dont il n’est même pas conscient » ; « en laissant l’extrême-droite gouverner, dont il a tant facilité la venue, il met la vie de millions de gens en danger » ; « il a donné un coup de pied sans la fourmilière, en considérant que l’important c’était la chaussure » ; « il joue le pays à la roulette russe » ; « il a fait le choix du chaos » ; « Le R. N demande, Macron, une heure après, dit : d’accord. » ; « il a changé son fusil d’épaule, mais il semblait être le seul à ne pas savoir qu’il ne pouvait rien y changer car le fusil était enrayé depuis longtemps » ; « par quel trou de souris Emmanuel Macon pense-t-il passer avec la dissolution ? » « il joue l’avenir de la France au poker » ; « mettre tout le monde dans l’embarras, c’est un vrai métier », « avant lui, c’était moi où le chaos, ave lui, c’est moi et le chaos », « le roi des coups fourrés » … Et enfin :
« Pour le capitalisme, l’extrême droite n’est pas un problème ». (Cf. Politique. Extrême-droite. Nationalisme. Racisme)
N.B. Au peuple, le parlement ; à Emmanuel Macron, la France qu’il « aime tant ».
Quant à l’État qu’il est censé incarner : un canard sans tête et sans jambes.

Hommes (« Politiques ». Malraux André) : 2011. Jacqueline Kennedy [1929-1994], auteure de :
« Il [André Malraux. 1901-1976] vénère de Gaulle [1890-1970] comme un cocker adore son maître. C’est un intellectuel extraordinaire, mais il y a des choses qui lui échappent. Il est très vieille France, la gloire, le drapeau… […].
De Gaulle lui parlait de haut, surtout quand je voulais lui parler, il vous entraînait toujours ailleurs. En public, il traite Malraux comme un serviteur, comme Nehru [Jawaharlal. 1889-27 mai 1964] traite l’homme qui dort devant sa porte. » 510 (Cf. Politique. Animalisation du monde. Hiérarchie)

Hommes (« Politiques ». Martinon David) : (5 février) 2008. David Martinon, porte-parole de l’Élysée, à propos de Cecilia Sarkozy, auteur de :
« Elle est une femme libre, elle fera ce qu'elle a envie de faire. » 511 Moi aussi ? (Cf. Femmes. Politique. Liberté)

Par ordre chronologique. Hommes. « Politiques ». Jean-Luc Mélenchon :

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (1) : (5 juin) 2005. Jean-Luc Mélenchon, concernant la candidature de Ségolène à la primaire socialiste [qu’elle emporta], auteur de :
« L'élection présidentielle n'est pas un concours de beauté. » Des excuses ? Vous n’y pensez pas ! 512 (Cf. Violences. Violences à l’encontre des femmes. Harcèlement sexuel)

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (2) : (16 mars) 2012. Jean-Luc Mélenchon, responsable du Front de gauche, candidat à l’élection présidentielle de 2012, puis en 2016, « féministe », selon lui, depuis sa rencontre avec Colette Audry [1906-1990] : de l’art de réécrire son histoire - et donc l’histoire - et de considérer (notamment) les femmes et les féministes comme incapables d’analyses et dépourvues de toute mémoire.
Ses déclarations présentées comme ‘féministes’ : du verbiage, du formalisme, une grossière inculture en la matière, du réchauffé, d’immenses béances… 513
Est-il nécessaire de préciser que je peux justifier chacune de ces critiques ? Mais sans doute est-il plus utile pour chacun-e de les analyser en fonction de ses propres valeurs … (Cf. Féminisme, Patriarcat)

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (3) : (7 février) 2017. Dans le programme de Jean Luc Mélenchon, je lis : « le droit de disposer de son corps » et : « accorder le droit à la procréation médicalement assistée, refuser la gestation pour autrui et la marchandisation du corps. » Quelles confusions, quelle méconnaissance de la réalité de la vie des femmes, ici réduites à leurs « corps » En laissant une fois encore, aux hommes, la pensée ? … (Cf. Êtres humains, Corps, Violences à l’encontre des femmes. France Insoumise. Programme. 2022)

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (4) : (26 mars) 2017. Jean-Luc Mélenchon, lors de son meeting (par ailleurs remarquable) à Rennes, a cité le président de l’Euro groupe, M. Dijsselbloem lequel, après avoir salué la solidarité des « pays du nord de la zone euro » avec les « pays en crise », a ajouté : « Mais celui qui la réclame a aussi des devoirs. Je ne peux pas dépenser tout mon argent pour le schnaps et les femmes et ensuite réclamer leur soutien. »
J’ai entendu une réaction de Jean-Luc Mélenchon concernant « le schnaps », je n’ai rien entendu concernant le lien entre « le schnaps et les femmes », rien concernant « les femmes », rien concernant la politique proxénète des Pays-Bas, rien concernant le proxénétisme, etc., etc.
Jean Luc Mélenchon, qui n’a décidemment aucune culture féministe devrait s’excuser de son mutisme et demander, lui aussi, la démission de M. Dijsselbloem. (Cf. Langage. Zeugma, Proxénétisme. Pays-Bas, Économie. Pays-Bas)

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (5) : (2 avril) 2017. Jean-Luc Mélenchon, lors de son meeting (par ailleurs remarquable) à Châteauroux, a affirmé :
« Comme les femmes sont moins autonomes, elles sont plus dociles… »

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (6) : (16 avril) 2017. Jean-Luc Mélenchon, lors de son meeting (par ailleurs remarquable) à Toulouse, a, au nom de la laïcité, affirmé :
« […] Et les États qui prétendraient imposer aux ministres femmes de nos gouvernements des accoutrements qui ne sont pas conformes avec leur libre volonté et les règles de la République française n'auront jamais notre visite. Enfin, la France s'honorera et mettre son point d'honorer à ce que, venant d'où que ce soit dans le monde, une femme persécutée parce qu'elle est une femme en raison des opinions dominantes de son pays, sera ici la bienvenue, comme française ou comme réfugiée. » Un début ?...
- À cette réserve près qu’« une femme persécutée en tant que femme » ne veux pas dire grand’ chose. Et qu’être persécutée « en raison des opinions dominantes de son pays », mêlant structures coutumières, nationales, religieuses, pas vraiment non plus. En tout état de cause, pour ne prendre qu’un seul exemple parmi cent, les femmes sexuellement mutilées (plus de cent millions ?) vivant dans des pays où ces tortures sont la norme dominante pourraient, sur ce fondement, revendiquer de venir en France… (Cf. Politique. Laïcité)

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (7) : (12 septembre) 2017. Lu dans Le Canard enchaîné : Interrogé en marge de la manifestation contre la loi Travail, le président de la France insoumise a lancé :
« Je ne fais pas ça pour ma gloire, elle est déjà assurée. » 514 (Cf. Hommes. « Modestes »)

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (8) : (17 octobre) 2018. Lors de la perquisition des locaux de La France insoumise on entend Muriel Ressiguier dire : « C'est des méthodes de voyou ». Jean-Luc Mélenchon répond à la députée de La France insoumise de l’Hérault :
« ‘Ça va toi, on t'a pas demandé ton avis !’ ». Elle répète : « méthodes de voyous », Jean-Luc Mélenchon réagit à nouveau :
« ‘Tu ne me coupes pas !’ » (Cf. Dialogues, Êtres humains. Autoritaires, Hommes. Grossiers)

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (9) : Jean-Luc Mélenchon est le seul homme « politique » que j’ai envie d’écouter. Et, à la télé, le voir, l’entende contrecarrer, reprendre, réduire à néant les pseudo-arguments qui sont censés lui être opposés, ridiculiser les pseudo-journalistes qui l’interrogent est un plaisir de gourmet. Je n’en suis jamais rassasiée. Et lorsqu’il tente de se modérer, il est tout autant intéressant : il y parvient si mal.
* Ajout. 10 décembre 2022. Après le coup de force honteux de Jean-Luc Mélenchon dans La France insoumise - « Manuel Bompard (son candidat) élu à l’unanimité d’une seule voix » [Le Canard enchaîné. 14 décembre 2022. p.1] - cette envie m’est passée. (Cf. Politique. Médias)

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (10) : (4 décembre) 2021. Jean-Luc Mélenchon sur twitter, concernant l’élection de Valérie Pécresse comme candidate LR à l’élection présidentielle, auteur de :
« Ma Dalton a eu le dernier mot, comme d’hab. » Quel mépris tout patriarcal que cette présentation, quel déni du politique que cette personnalisation, et quel égocentrisme concernent le possessif. (Cf. Femmes. « Politiques ». Pécresse Valérie)

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (11) : (21 mars) 2022. Lu sur la Newsletter l’Insoumission de La France Insoumise :
« Mélenchon s’offre avec plus de 100.000 personnes à Paris la plus grosse démonstration de force de la campagne. » (Cf. Langage. Sujet, Violences à l’encontre des femmes. France Insoumise. Programme. 2022)

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (12) : (11 avril) 2022. Il fut le seul homme politique - pour lequel j’ai voté - responsable, intelligent, novateur, créatif, porteur d’espoir de cette campagne. Je crédite la bêtise, l’enfermement, la méchanceté, l’inculture, l’incroyable suffisance, tant elle est infondée, des journalistes, leur volonté de détruire cet homme qui les méprisait, des quelques pourcentages de voix qui lui ont manquées.
- Il a superbement ouvert sa prise de parole après échec ainsi : « Une nouvelle page du combat s’ouvre », alors que lamentablement, incapables d’analyse politique autre que strictement électoralement, bêtement binaire, se succédèrent les uns après les autres les appels à voter Emmanuel Macron de Valérie Pécresse, Yannick Jadot, Anne Hidalgo, et de facto de Fabien Roussel. Quelle tristesse. Mais est-ce vraiment triste ?
* Ajout. 12 avril 2022. Sans oublier, pour comprendre la 3ème place de Jean-Luc Mélenchon, le rôle joué par les instituts de sondages [sans lesquels les journalistes seraient contraints de penser par eux / elles-mêmes] et leurs malhonnêtes quotidiennes manipulations dans l’élaboration d’un consentement au vote Macron, indissociable du duo Macron-Le Pen.
* Ajout. 10 décembre 2022. Après la découverte de son coup de force - un coup d’état, si La France insoumise était un gouvernement - mes illusions, ma naïveté, mon espérance sont, le concernant, mortes. (Cf. Êtres Humains. Naïveté, Politique)
* Ajout. 3 mars 2023. À la relecture de ma première phrase, n’est-ce pas avoir l’État dans la tête ? Si.

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (13) : (13 avril) 2022. J’avais trouvé bien faible - un euphémisme - la critique par Jean-Luc Mélenchon d’Emmanuel Macron au soir du premier tour. Ce que je lis dans Le Canard enchaîné est bien pire :
« Le chef des insoumis aurait fait passer, en substance, le message suivant à Macron : ‘J’ai clairement pris position contre Le Pen. À vous maintenant, de donner ses signes clairs à nos électeurs pour leur permettre de bouger.’ » Une grave et inutile compromission : Emmanuel Macron n’avait pas plus besoin de Jean-Luc Mélenchon que Vladimir Poutine d’Emmanuel Macron.
N.B. C’est à ce type d’échange - s’il est avéré vrai - que je peux mieux mesurer ce qui distingue un homme « politique » d’un-e citoyen-ne. (Cf. Politique. État, Violences. France insoumise La. Programme. 2022)
* Ajout. 21 avril 2022. Jean-Luc Mélenchon, sur BFM-TV, ne levant aucune ambiguïté, auteur de :
« Je ne négocie rien avec M. Macron » ; « Je ne veux pas de ces petits jeux-là » ; « Je dis à monsieur Macron qu’il vaut mieux éviter qu’on me torde le bras ; ça ne me plait pas du tout. », « La gauche, ce n’est pas Macron. » Et enfin, le bien faible :
« Je comprends que, quand on a été éborgné par monsieur Macron, on n'ait pas envie de voter pour lui. »

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (14) : (3 mai) 2022. À personnaliser les enjeux politique… Macron, Mélenchon, les questions politiques essentielles passent à l’arrière de la politique. Les succès engrangés dans ses alliances avec les Verts, le PS, le PC actuellement par Jean-Luc Mélenchon préparent une-gauche-de-gouvernement. Créera-t-elle les conditions pour le peuple de reprendre sa place ?

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (15) : (8 mai) 2022. Marine Le Pen, auteure : « La réalité, c’est que Jean-Luc Mélenchon a fait élire Emmanuel Macron ».
- Le 9 mai 2022, je lis sur L’insoumission : « Sondage : Mélenchon, premier opposant à Emmanuel Macron. »

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (16) : (11 mai) 2022. Tweet de Jean-Luc Mélenchon :
« J'apprends les accusations contre Taha Bouhafs. La parole des femmes doit être entendue sérieusement. Je compte sur la commission ad hoc de LFI pour établir la vérité. Cela n'exempte pas les racistes qui l'ont harcelé. »
Comment une telle évidence - celle concernant « la parole des femmes » - peut-elle ne pas être considérée comme une grave régression, encore accentuée par le lien établi avec la référence - qui n’aurait pas dû être effectuée dans ce tweet - avec les accusations racistes dont Taha Bouhafs a été l’objet et la victime. (Cf. Violences. Violences à l’encontre des femmes. France insoumise La. Programme. 2022)

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (17) : (29 août) 2022. À l’écoute de son discours ce jour, le seul homme politique en France actuellement qui mérite de qualificatif.
Sa culture féministe est toujours inconsistante.
* Ajout. 30 août 2022. Non, jugement de ma part totalement inapproprié. À la réécoute du dit-discours, j’entends cette phrase incroyable, hallucinante, scandaleuse : après avoir évoqué la plume de Christine de Pisan [1364-1430], Jean-Luc Mélenchon jugea qu’elle « a commencé cette révolution féministe qui doit aujourd’hui se terminer. » Comment les féministes de LFI, de la NUPES ne peuvent-elles pas le dénoncer ? Pour ma part, une rupture radicale, totale. (Cf. Féminisme. Antiféminisme, Histoire. Patriarcale)
* Ajout. 18 septembre 2022. À la relecture de ma dernière phrase, dans la mesure où je n’ai jamais eu aucun contact, ni direct, ni indirect, avec Jean-Luc Mélenchon, et que n’ai jamais eu l’hypothèse d’en avoir, que pouvait-elle signifier lorsque je l’ai écrite ? Je ne sais.
* Ajout. 10 décembre 2022. Jean-Luc Mélenchon : un homme politique, comme les autres : autoritaire, antidémocrate, égotiste-centrique, patriarcal. (Cf. Violences. France insoumise La. Programme. 2022)

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (18) : (18 septembre) 2022. Suite à la publication par Le Canard enchaîné de la violence exercée par Adrien Quatennens sur son épouse, le tweet de Jean-Luc Mélenchon, suivi le jour même de sa tentative ratée de rectification, suivi le 22 septembre par sa tape méprisante, humiliante sur la joue du journaliste démontre bien que Jean-Luc Mélenchon fait partie de l’ancien monde politique, celui d’avant le féminisme.
À l’annonce du retrait par Adrien Quatennens de certaines de ses fonctions au sein de La France Insoumise, tous les hommes politiques, sans exception, doivent - devraient ? - avoir peur, sans oublier les autres. La revanche des femmes… (Cf. Violences. France insoumise La. Programme. 2022)

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (19) : (16 octobre) 2022. Jean-Luc Mélenchon, auteur de :
« […] L’ordre, c’est nous […] » Oh, la, la… Et ce après son analyse de « la loi ». (Cf. Politique. État. Lois. Mélenchon Jean-Luc)
* Ajout. 27 octobre 2023. 1796. Denis Diderot [1713-1784], dans Supplément au voyage de Bougainville, auteur de :
« Méfiez-vous de celui qui veut mettre de l’ordre. Ordonner, c’est toujours se rendre maître des autres en les gênant. » 515 … A minima…

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (20) : (20 janvier) 2023. Jean-Luc Mélenchon, lors de la manifestation contre la réforme des retraites, concernant Emmanuel Macron, auteur de :
« Soyez maudit de vouloir transformer toute notre existence en marchandise [...] tout salir, tout gâcher, tout réduire, tout quantifier ». (Cf. Êtres humains. Marchandise, Hommes. « Politiques ». Macron Emmanuel, Économie. Marchandise)

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (21) : (22 décembre) 2023. Entendu, sur France Inter, une femme affirmer :
« Il n’est plus de gauche. Il est lui. » Profond. Comme les ouvertures d’esprits … (Cf. Êtres humains, Politique)

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (22) : (janvier) 2024. Les accusations d’antisémitisme de Jean-Luc Mélenchon, puis de LCI, C. NEWS, sont odieuses… Comment peuvent-elles être dites, répétées, publiées sans cesse, sans honte ? La raison est simple : il ne s’est pas aligné sur la politique Israélienne. (Cf. Politique. État, Israël)

Hommes (« Politiques ». Mélenchon Jean-Luc) (23) : (19 avril) 2024. Jean-Luc Mélenchon a qualifié C.News de « chaîne infâme ». Au début, j’ai été choquée, et puis j’ai pensé qu’il avait raison et ce, pas uniquement concernant les infâmies qu’elle énonce quotidiennement le concernant. (Cf. Politique. Extrême-droite. Médias)

Hommes (« Politiques ». Mendès-France Pierre) : 1974. Voici comment Pierre Mendès-France [1907-1982], dans un livre d’entretiens, Choisir, les seuls référents concernant « les femmes » :
- sa mère : « Elle était différente [de son père] et son horizon plus lointain. Plus ouverte sur le monde et sur ce qui nous dépassait, elle était peut-être mieux préparée [que son père] à la politique qu’elle a connue plus tard. […] Ma mère avait un caractère difficile, assez autoritaire, mais elle adorait son mari et ses enfants. »
- ses deux épouses : [Concernant une question, sur « l’art »] : « Ma première femme y trouvait un grand plaisir. Un peu aussi, ma seconde femme. Pas moi, au même degré. […] »
- [concernant les réactions des pieds noirs, en Algérie, contre Guy Mollet, le 6 février 1956] il évoque, parmi les coiffeurs, les garçons de café, les retraités, les traminots, les gens modestes « les petites vieilles »
- [parmi les problèmes non résolus] « le statut de la femme», « le travail féminin […] »
C’est à ce type de constat que je me rend mieux compte de l’importance de la révolution conceptuelle que les féministes ont, en moins d’un demi-siècle, apporté à la pensée politique. 516 (Cf. Femmes. Journalistes. Giroud Françoise, Féminisme. Patriarcat, Politique. Prison)

Par ordre chronologique. Hommes. « Politiques ». François Mitterrand :

Hommes (« Politiques ». Mitterrand François) (1) : 2003. Françoise Giroud [1916-2003], dans Arthur ou le bonheur de vivre, écrit :
« Vint 1965 et l’élection présidentielle […] où François Mitterrand [1916-1996] fit preuve d’un authentique génie politique en réunissant, envers et contre tous, les forces de gauche, et en mettant ainsi le général de Gaulle [1890-1970] en ballotage. Le jeune homme de Villennes [résidence de Pierre et Hélène Lazareff où elle l’avait rencontré et l’avait qualifié d’« oiseau de feu »] avait fait un fameux chemin. Il était devenu un quinquagénaire un peu épais, moins beau, mais toujours intense, séduisant encore les femmes, derrière lesquelles il courait inlassablement. » 517

Hommes (« Politiques ». Mitterrand François) (2) : 2001. Le chauffeur de François Mitterrand [1916-1996] rapporte la réaction de ce dernier lorsqu’il lui a annoncé son prochain mariage. Celui-ci lui demande : « Avec qui ? » Le chauffeur lui répond que sa future femme travaille, comme lui, à l’Élysée (service de l’intendance). Réaction de Mitterrand :
« Alors, vous tapez dans mon cheptel ! » 518
Qu’en pensent les femmes qui ont - inadéquate, grossière expression - « couché » avec lui, l’une d’entre elles m’ayant, par ailleurs dit, qu’il s’était agi, la concernant, d’un ‘service minimum’, pour ne pas dire le fait d’un grossier, d’un vulgaire personnage… ?
Et c’est le même homme qui jouait les jolis cœurs avec une jeune femme qui aurait pu être sa fille. (Cf. Femmes. Remarquables. Pingeot Anne. Femmes. Animalisation des femmes, Hommes. Grossiers, Politique. Animalisation du monde, Violences. Violences à l’encontre des femmes. « Droit de cuissage »)

Hommes (« Politiques ». Mitterrand François) (3) : (4 mai) 2016. Jacques Attali raconte - après la mort de Mitterrand, sans risque donc d’être démenti - que lorsqu’il fut nommé « conseiller personnel » de François Mitterrand [1916-1996], après son élection à la présidence de la république, en 1981, il entendit celui-ci lui dire : « Méfiez-vous d’une chose ». « De quoi ? » interroge Jacques Attali, nouvellement marié par ailleurs. Réponse de François Mitterrand :
« Méfiez-vous des femmes ». 519 Pour conserver, seul, son « cheptel » ? (Cf. Dialogues, Patriarcat)

Hommes (« Politiques ». Mitterrand François) (4) : 2003. Roland Dumas raconte que s’étant procuré le manuscrit de Jean-Edern Hallier [1936-1997] [qui révélait la liaison tenue secrète de François Mitterrand avec la mère de Mazarine Pingeot, elles deux tenues cachées] il est allé le faire lire à François Mitterrand. Et il poursuit :
« Il me remercia pour ce geste de confiance et de solidarité. Notre amitié s’en trouva renforcée. À la fin de notre entretien, il appela Danièle [Mitterrand] qui se trouvait dans une pièce voisine et lui dit simplement :
‘Roland m’apporte un document. Nous allons devoir faire face. Je suis visé. Toi aussi.’ […] »
Ainsi un mari quasi bigame - honteux - transférait à son épouse qui n’était en rien responsable de cette situation’ - qui, en réalité, en était l’une des victimes - la co-responsabilté de sa ‘faute’, en réalité, de sa trahison à son égard. Sans même lui laisser l’hypothèse d’une critique, d’un abandon… (Cf. Droit, Femmes. Épouse de, Justice, Politique)
N.B. Le même Roland Dumas pouvait, 42 pages plus loin, concernant celle qui fut sa maîtresse, Christine Devier-Joncour émettre le jugement suivant :
« Elle savait escamoter les difficultés auxquelles elle se trouvait souvent confrontée, en projetant sur l’autre, soit l’interlocuteur, soit l’ami proche la responsabilité de la situation dans laquelle elle s’était elle-même placée. […] » 520 (Cf. Famille. Polygamie)

Hommes (« Politiques ». Montaigne) : (25 octobre) 1859. Lu dans le Journal d’Eugène Delacroix [1798-1863] :
« Montaigne [1533-1592] ayant été élu maire de Bordeaux, pendant qu’il était à Rouergue, dignité qu’il n’avait pas briguée et qu’une lettre de Henri III [1551-1589] lui enjoignait, en termes flatteurs, d’accepter, tint de langage à ses collègues les jurats et dès le premier jour :’Ne comptez ni sur ma mémoire, ni sur ma vigilance, ni sur mon expérience, ni sur ma vigueur. En revanche vous n’avez à redouter de moi ni animosité, ni ambition, ni avanie, ni violence’. Aucun de ses actes ne vit démentir ce langage. » (Augerville, Revue britannique [?]). 521

Hommes (« Politiques ». Montebourg Arnaud) : (24 mars) 2019. Arnaud Montebourg, ministre de l’économie de François Hollande, évoquant Dominique Strauss-Kahn, « un illustre ministre de l’économie », auteur de :
« […] On pense ce qu’on veut de Dominique Strauss-Kahn. J’ai beaucoup d’estime pour lui, malgré ce qui lui est arrivé, malheureusement. […] » 522 (Cf. Hommes. Irresponsables. « Politiques ». Strauss-Kahn Dominique, Patriarcat, Violences, Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (« Politiques ». Myard Jacques) : (27 janvier) 2011. Jacques Myard, député Les Républicains, membre de « la droite populaire » - traduire : proche de l’extrême-droite - auteur de :
« Il est sûr en tous cas que la civilisation s’est développée sur l’hétérosexualité », 523 et de : « Je ne serre pas la main aux connes, ça pourrait les instruire » [à une femme de l’association La Barbe qui lui tendait la main]. 524
* Ajout. 21 janvier 2017. Sur Wikipédia, il n’est pas question de ses attaques contre les femmes, tandis qu’un paragraphe est curieusement intitulé : « Droits des couples L.G.B.T » (Cf. Culture. Industrie, Êtres humains. « L.G.B.T. », Famille. Couple, Féminisme. Antiféminisme, Sexes. « L.G.B.T »)

* Ajout. 1er novembre 2013. Jacques Myard - ex-député -, sur Radio courtoisie (radio d’extrême-droite), pensant peut-être effacer la citation antérieure sur « les connes », auteur de :
« J’adore les femmes ».

Hommes (« Politiques ». Nehru Jawaharlal) : 2011. Jacqueline Kennedy [1929-1994], dans Conversations inédites avec Arthur. M. Schlesinger, auteure de :
« Nehru [Jawaharlal. 1889-27 mai 1964] aime assez les jolies femmes, en tout bien tout honneur. […] Il me prenait toujours par le bras, on le voit sur une photo. […] Je l’ai trouvé aimable et détendu, j’ai toujours senti que je lui plaisais. […] Et je pense que Nehru était jaloux de Jack. » 525 (Cf. Hommes. Jaloux)

Hommes (« Politiques ». O Cédric) : (21 septembre) 2020. Cédric O, secrétaire d’état chargé du numérique, lors d’une crise politique à LaREM [La république en marche], auteur de :
« Le seul sujet qui doit nous préoccuper, c’est qui gagne la campagne présidentielle. Le reste on s’en fiche. » 526 À une telle hauteur de vue, on ne peut que s’incliner…

Hommes (« Politiques ». Osborne George) : 2017. George Osborne, ancien ministre des finances de David Cameron, actuel rédacteur en chef de l’Evening Standard, auteur, concernant Theresa May, première ministre, de :
« Je ne serai tranquille que lorsqu’elle sera dans mon congélateur, découpée en morceaux dans des sachets. »
Et Le Canard enchaîné qui reproduit cette citation, après avoir écrit qu’il « la flinguait à bout portant plusieurs fois par semaine », le juge « très cash ». 527
N.B. « Cash » : Familier. Sincère. Franc. (Cf. Femmes. « Politiques », Relations entre êtres humains. Haine, Langage, Violences. Violences à l’encontre des femmes)

Hommes (« Politiques ». Pasqua Charles) : (29 juin) 2015. Charles Pasqua [1927-2015], ancien ministre de l’intérieur, auteur de :
« La politique, ça se fait à coups de pied dans les couilles [...]. » 528 (Cf. Êtres humains, Corps, Sexes. Hommes)

Hommes. « Politiques ». Édouard Philippe :

Hommes « Politiques ». Philippe Édouard) (1) : (28 mars) 2018. Édouard Philippe, premier ministre, à l’assemblée nationale, auteur de :
« […] Tout ce qui rassemble grandit. » 529 Terrifiant… (Cf. Hommes. « Politiques », Penser, Patriarcat, Politique)
Il m’apparait comme incarnant « la Politique », sans autre projet notable méritant d’être noté, à savoir celle qui n’a d’autre finalité qu’elle-même, en l’occurrence, celle de diriger un gouvernement.

Hommes « Politiques ». Philippe Édouard) (2) : (1er juillet) 2018. Édouard Philippe, premier ministre, à l’assemblée nationale, auteur de :
« Les Français sentent qu’il y a du mouvement […] » De quoi parle-t-il ? Pour faire quoi, pour aller où ? Et pourquoi faudrait-il bouger ? 530
Un